CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Volontariat en RD Congo ODD 17

par | Juil 29, 2022 | Partners | 0 commentaires

Volontariat en RD Congo SDG 17

Dr. Juan José López Jiménez

Agent de Caritas et Gestalt Art Thérapeute,

Géographe, Gérontologue et Chercheur Social

LETTRE à la communauté clarétaine de la RD CONGO

July 24, 2022

Chère Communauté Clarétaine de la RD Congo :

Il y a deux mois je revenais d’un voyage à travers la terre africaine de la RD Congo accompagné de vous -et surtout de Stephan-, étant un voyage enrichissant par sa diversité et transformant dans mon être que j’ai maintenant le temps et la sérénité de partager.

Le retour a été très rapide et plein d’obstacles cette fois-ci…. J’ai à peine eu le temps de me laisser aller à ressentir tout ce que j’avais vécu à cause du travail qui m’attendait à Caritas et de nombreuses affaires personnelles importantes.

Maintenant, après plusieurs semaines je m’arrête pour voir les photos, les courtes vidéos et lire mes notes et l’émotion m’envahit dans une atmosphère pleine de couleurs, d’odeurs et de voix du Congo. C’est comme s’il pouvait toucher l’âme de tant de personnes à des milliers de kilomètres, savourant le doux et l’amer que la vie nous apporte dans toutes ses dimensions.

Ce fut un privilège de vivre la Semaine Sainte avec les communautés de Badara. Quand je me vois danser et chanter avec eux, j’ai l’impression de faire partie de cette même humanité qui contemple un coucher de soleil majestueux en allumant la flamme de la résurrection. Les familles de Kindi nous ont accueillis comme à la maison, et nous avons partagé leurs soucis et désirs, le travail des hommes dans la construction de la maternité, jouer avec les enfants, chanter avec les femmes, et se promener dans les terres rurales de tous. Un projet communautaire émerge dans une partie du monde. Alors que nous étions à Kikwit, avec la communauté clarétaine qui nous accueillait si affectueusement, éclata l’événement du départ du Père Robert. Une autre occasion de vivre un espace avec la famille clarétaine africaine.

J’ai eu l’occasion de revoir la Pédiatrie et de me souvenir de mon avant-dernier séjour là-bas. Aussi être avec le projet pour les jeunes femmes de Creer en Ellas, et profiter des braves femmes bénévoles qui le réalisent, presque toutes argentines.

Nous sommes allés à Kasumbalesa, un endroit spécial pour moi. J’ai été vraiment impressionné par cette terre et ses habitants. Là, la communauté clarétaine vit pauvre parmi les pauvres et j’espère que la réalité d’une paroisse à Kamakaya II arrivera bientôt. Un projet social s’impose au milieu de tant de diversité de déplacés (Kananga, Kasai, MbujiMai et Balubakati), de langues, de paupérisation (sans formation, sans travail), ainsi que quelques puits.

A Kinshasa nous avons suivi à plusieurs reprises les travaux du lycée de Cham de Tirs. Il y a trois ans, c’était un projet… aujourd’hui c’est une réalité.

Le meilleur souvenir de fraternité que j’ai dans la coexistence et le séjour à la curie clarétaine avec la communauté des frères. Chaque instant de partage de nourriture était source de rires, d’anecdotes, de nouvelles, d’expériences. Les incertitudes, quelques cours de guitare, nous voir accompagnés dans nos balades et achats quotidiens, l’empressement de chaque jour. Eva et moi portons la vie de vous tous dans nos cœurs, et nous les plaçons entre les mains du Père lorsque nous vous amenons à la prière.

Merci pour le transport. Je n’ai jamais connu autant d’incidents de voyage en si peu de temps : des routes quasi impossibles à traverser, une batterie de voiture à plat, deux crevaisons, un pot d’échappement cassé, un avion pour Lubumbashi qui ne voulait pas décoller,…

Le programme était intense et riche. L’expérience a été profonde et excellente. Vivre ensemble était un cadeau grâce à vous. MERCI pour tout ce que vous avez reçu et j’espère que nous pourrons donner quelque chose de nous-mêmes à cette terre africaine. 

Une note pour l’avenir : je préférerais passer plus de temps dans moins d’endroits (dans deux ou trois). De plus, j’ai l’espoir et l’intention de pouvoir me rendre à KINGANDU lors du prochain voyage en RD Congo, en priorité, pour vivre avec le projet communautaire mené par le missionnaire Franco Torres. Cette fois, ça ne pouvait pas être le cas, mais ça le sera.

J’ai traversé différentes routes, de l’eau, de la boue, de l’asphalte (peu) et de la terre… beaucoup de bonne terre, et l’engagement continue. Je continue à sensibiliser de ce bout du monde, de la vieille Europe, afin d’obtenir les moyens de cofinancer certains des projets que Stephan m’a présentés. J’ai déjà rencontré la communauté CLIP, et début août je rencontrerai la communauté CORINTO. En octobre, les deux communautés auront sûrement déjà pris une décision sur le projet à soutenir et avec quelle somme d’argent pour 2023.

J’ai écrit un article pour sensibiliser à la question de l’immigration africaine vers l’Europe dans l’orbite internationale clarétaine : La frontière de la peur. Bientôt j’en ferai un autre sur l’expérience vécue avec vous et les gens de la RD Congo.

Je suis disposé à vous accompagner dans le travail de création d’un espace de volontariat en RD Congo. Je propose de collaborer non seulement à sa gestation et à sa préparation, mais aussi à son exécution, comptant même sur mon accompagnement des personnes qui veulent s’y rendre.

Je ressens une profonde gratitude pour le don de ce voyage et, en particulier, aux Pères Jean Baptiste Makilandi et Miguel Ángel Velasco qui m’ont fait confiance et ont mis leur confiance dans l’Esprit, au milieu de tant d’incertitudes. J’espère avoir été à la hauteur des attentes.

MERCI BEAUCOUP communauté des missionnaires clarétains, délégation de la RD Congo.

Je t’embrasse fraternellement à 7 000 km de distance, sentant un cœur à tes côtés, et regardant vers la terre africaine, du sud, pour construire un monde meilleur, vivre en paix et être plein d’humanité.

Juan José López Jiménez

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.