CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Sul le terrain: Mapuches. Argentina-Chile ODD16. FR

par | Juil 3, 2020 | America, Paz | 0 commentaires

À la recherche de la « bonne vie » du peuple mapuche 

P. Mario Bússolo, cmf.

 Coordinateur du travail avec les Mapuches

Près
du Wetripantu, la nouvelle année du peuple Mapuche où tout se renouvelle, où
avec le lever du soleil un autre cycle naît, le kimûn (la sagesse) s’étend et
les énergies de la diversité des vies existantes se renouvellent, et où la
graine rêve d’un autre arbre, je partage avec vous les gestes simples d’un
projet qui est visible dans le plateau de Patagonie au sud de l’Argentine.
 

Comme
équipe JPIC (Justice, Paix et Intégrité de la Création), de la communauté de
vie clarétaine en mission partagée, depuis plus de trois ans nous réalisons un
lien et un travail commun avec plusieurs communautés Mapuche de la région. La
note de cet engagement est basée sur un chemin partagé avec le peuple Mapuche,
où la vision du monde, la langue et l’art s’épanouissent et s’imposent comme
l’expression de la détermination et de l’autonomie dans un pays où la discrimination
et la négation de leur identité et de leurs droits sont monnaie courante.

Nous
avons la joie de participer à des cérémonies ancestrales telles que le Pichi
Nguillatum, le Wetripantu ou le Kamaruko, des actes qui permettent un des
gestes les plus remarquables de communion avec les ancêtres et la nature, ainsi
que l’expérience communautaire en tant que peuple original. Nous avons compris
que ces espaces, si importants pour eux et pour nous, étaient la porte vers
d’autres rêves concrétisés dans le temps.
 

Une
autre activité a été la rencontre d’un groupe de femmes intéressées par
l’apprentissage du métier à tisser Mapuche, un tissu admirable pour sa beauté
et la communication de la sagesse. C’est un espace où la présence authentique
et décisive de la même femme artisan qui, avec sa nouvelle (force), fait
grandir la communauté et transforme la vie sociale. Jusqu’à présent, ils
continuent de se rencontrer dans un petit village appelé Mamuel Choique, où se
trouve une communauté originale.


La langue mapuche

Nous
avons mis en place des ateliers d’histoire et de vision du monde ouverts aux
communautés mapuches et à d’autres habitants avec une approche plus régionale à
la recherche de l’origine des familles. Peu après, nous avons officialisé un
atelier d’un an sur la langue mapuche (Mapuzungun) et l’histoire, approuvé par
un autre centre d’études tel que le Cefyt (Centre d’études philosophiques et
théologiques), d’abord pour les adultes, puis pour les enfants de la ville où
nous vivons, Ingeniero Jacobacci. Nous assistons également à des ateliers de
partage de la vision du monde et des langues dans les écoles primaires rurales
pour la communauté éducative. La proposition a été consolidée jusqu’à la
formation d’un atelier d’étude et de partage d’expériences pendant un semestre,
organisé par l’équipe JPIC et une Université Nationale. Ici, les axes qui ont
été traités ont été le soin de la « Maison Commune » à la lumière du
Laudato Si, la vision du monde Mapuche, l’histoire et la langue.
 

Avec
sincérité et dévouement, nous avons toujours essayé de rendre leur culture
visible et de la faire connaître comme un messager du Bien-Vivre, sans rien
imposer à notre Église, puisque la vie pleine et bonne pour une société blessée
par l’égoïsme et le consumérisme naît de leur sein. Nous continuons dans cette
voie aidés par le domaine de la Solidarité et de la Mission de la Congrégation
des Clarétains.

D’autre
part, en articulation avec d’autres organisations, les communautés Mapuche et
les individus de la région, nous sommes impliqués dans la « défense de
l’eau et du territoire », contre un projet d’extraction d’or et d’argent.
L’entreprise Patagonia Gold est en cours d’exploration à environ 80 km de notre
ville, où vivent des communautés mapuches, dans le but de piller les biens naturels
non renouvelables avec pour conséquence la destruction des terres et
l’utilisation incontrôlée de l’eau, nécessaire et fondamentale pour la
production ovine et la vie des habitants des campagnes.

Les
stratégies visant à sensibiliser et à rendre cette injustice visible, telles
que les assemblées, les festivals et les réunions au niveau local et provincial
pour planifier des actions juridiques et de plaidoyer, sont permanentes dans
notre agenda politique. Elle est également soutenue par le réseau « Églises
et mines », un espace œcuménique qui cherche à répondre aux défis des
impacts et des violations des droits socio-environnementaux causés par les
activités minières dans les territoires où nous vivons et travaillons.


Jorge Pinto, Interview. Mapuches

La
joie et la richesse reçues de nos peuples autochtones sont écrasantes, leurs
modes de vie et leurs luttes dans un contexte aussi défavorable et conflictuel,
ne cessent de provoquer la dynamique de service et un cheminement commun avec
nos frères et sœurs des peuples préexistants sur ces terres.

P. Mario Bússolo, cmf.

 Coordinateur du travail avec les Mapuche.f.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)


P. Mario Bússolo cmf





0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.