CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Réponses dans les écoles clarétaines du Cameroun ODD 4, 10 FR

par | Nov 30, 2021 | Afrique, Gente | 0 commentaires

La Pastorale au Cameroun : L’éducation pour un meilleur avenir
Réponses dans les écoles clarétaines du Cameroun (II) 

Valery Ngam Nyala. E. (Ph.D) et Jude Thaddeus Langeh, cmf

Directeur et Supérieur Provincial

 

Initiative pastorale clarétaine pour l’éducation pour un avenir meilleur 

 

Il est important de noter que la population du Cameroun est d’environ 20 millions d’habitants dont 32,4% sont catholiques. L’Eglise catholique au Cameroun a une histoire de 122 ans d’évangélisation. Elle comprend aujourd’hui 25 diocèses répartis dans cinq (5) provinces ecclésiastiques (Yaoundé, Douala, Bamenda, Garoua et Bertoua). Les autres grands groupes religieux sont les protestants (27,3%) et l’islam (27,9%). Au Cameroun, l’Église catholique est en pleine croissance et les vocations sacerdotales et religieuses sont nombreuses. Le Cameroun a un taux d’alphabétisation d’environ 70%, bien que l’enseignement supérieur soit encore inaccessible à la plupart des gens. L’Église catholique a toujours été à l’avant-garde de l’éducation au Cameroun. Les gens font confiance à notre système éducatif car il a formé de nombreux étudiants qui créent des changements dans la société et ils sont toujours prêts à en faire partie.  La vision clarétaine d’un ministère pastoral pragmatique s’inspire des idéaux et du charisme de Saint Antoine Marie Claret. Les écoles clarétaines, dans leur engagement pour la construction du royaume de Dieu, à travers la formation intégrale, envisagent une communauté de disciples qui soit excellente sur le plan académique et fidèle à la parole de Dieu. Les trois écoles créées par les clarétains au Cameroun touchent la vie de nombreuses personnes grâce à leur mission : 

 

– Développer des individus qui sont intellectuellement compétents et exceptionnels dans la pratique des valeurs chrétiennes ;

– Garder la communauté sensible et réceptive à la détresse des pauvres et des nécessiteux, et aux défis de l’Eglise et du monde en mutation ;

– Travailler à la promotion de la justice et de la paix, et à la préservation de l’intégrité de la création ;

– Donner aux jeunes les moyens d’avoir un impact sur les cultures pour le Christ ; et évangéliser par l’éducation.

Cette mission est l’espoir d’aider le gouvernement du Cameroun à atteindre son émergence envisagée en 2035. La réalisation de cette mission a été faite avec l’ouverture de trois écoles à travers le Cameroun.

a. Académie bilingue Saint Claret (SCLABA) Douala

 

L’école est destinée à former des élèves de la maternelle au lycée, étudiant en anglais et en français. Le projet de rêve vise à avoir au moins 2000 étudiants chaque année. L’école a ouvert ses portes au mois de septembre 2021. Les Clarétains ont déjà construit la section maternelle. Ils rêvent maintenant de la section primaire et de la section secondaire. Les élèves admis pour l’école maternelle et primaire sont tous dans le bâtiment de l’école maternelle. L’école a déjà commencé avec un effectif de 69 élèves dans la section maternelle (anglophones et francophones) et 169 élèves dans la section primaire (anglophones et francophones). Cela signifie que l’ensemble du bâtiment est occupé. Pour assurer un bon accompagnement des élèves, deux clarétains : Roland Ayissi, cmf et Moise Moumassou, cmf sont à plein temps dans l’apostolat scolaire. Ils travaillent également avec une équipe de 30 enseignants. Ils accompagnent les élèves par l’enseignement, la catéchèse, le conseil et la célébration des sacrements.

 

b. Académie de secours Saint Claret (St. CLARA), Santa

 

La Saint Claret Relief Academy a vu le jour il y a trois ans suite à la fermeture des écoles dans cette partie du pays en raison de la crise anglophone.  Grâce au courage des frères clarétains, cette école de secours commencée à Santa avance très bien et espère être étendue à d’autres parties des régions en crise. La pauvreté d’une population est alarmante à cause des troubles politiques. Des milliers de jeunes sont sans éducation depuis trois ans dans la localité en raison de l’inefficacité des écoles causée par la crise qui sévit dans le pays. La plupart de ces jeunes sont désespérés et frustrés, ce qui a conduit à l’oisiveté, et par conséquent à la délinquance juvénile, aux crimes, à la toxicomanie chez les jeunes et même les enfants, aux mariages précoces, à la prostitution, à la promiscuité, aux grossesses précoces et non désirées, aux avortements, aux décès maternels des jeunes filles et à bien d’autres choses encore. Les Clarétains veulent sauver les jeunes et ces derniers ont besoin d’une éducation pour ne pas rejoindre les groupes armés séparatistes.  

Actuellement, les Clarétains touchent la vie de 350 étudiants qui auraient pu préférer le conflit des armes. Ils ont été encouragés à aller à l’école. Les Clarétains ont mis l’accent sur la section technique et informatique dans le but de faire de l’Académie un leader des TIC dans la région. Ce rêve est entravé par la petite taille de la structure actuelle, avec l’espoir d’en construire une plus grande à l’avenir. Trois clarétains sont impliqués dans la pastorale des étudiants : Placid Mutong, cmf ; Emmanuel Olowo, cmf et Wilson Ankiambom Tim, cmf. L’école compte 36 enseignants. Comme les élèves sont pour la plupart en fin de puberté et au début de l’adolescence, les enseignants et les clarétains assurent un accompagnement adéquat des élèves par le biais de connaissances religieuses, d’éducation morale, de messe, de catéchèse et de coaching. La principale langue utilisée ici est l’anglais. Grâce à la pastorale, les clarétains donnent de l’espoir aux jeunes et les aident à embrasser l’éducation et à fuir la guerre.

 

c. École maternelle Saint Kisito Akono

 

Les Clarétains gèrent depuis 10 ans une école maternelle de village à Akono, dans la région centrale du pays, connue sous le nom d’Ecole Maternelle Saint Kisito, Akono. Cette école maternelle compte 90 enfants qui y sont scolarisés. Deux Clarétains sont directement impliqués dans la pastorale des enfants : Alexandre Mvogo, cmf et Pascal Embolo, cmf.

En tout, bien que la pastorale dans les trois écoles, elles sont devenues des terrains fertiles pour que nous fassions sentir le charisme clarétain. Nos écoles sont des centres pour que nos jeunes et nos enfants découvrent leur vocation dans l’église.  Ce sera notre façon à nous de contribuer à l’avenir de notre pays. Les parents ont attesté que leurs enfants reçoivent une éducation morale et spirituelle de qualité. Ceci est compris à travers notre mission et notre vision dans les écoles clarétaines.

Conclusion et avenir de la Pastorale dans les écoles au Cameroun

 

En un mot, la réalisation d’une éducation inclusive et de qualité pour tous réaffirme la conviction que l’éducation est l’un des véhicules les plus puissants et les plus éprouvés du développement durable. Cet objectif permet de garantir que toutes les filles et tous les garçons achèvent leur scolarité primaire et secondaire gratuite d’ici 2030. Il vise également à offrir un accès égal à une formation professionnelle abordable, à éliminer les disparités entre les sexes et les richesses, et à assurer l’accès universel à un enseignement supérieur de qualité. L’éducation continue de permettre une mobilité socio-économique ascendante et constitue un élément clé pour échapper à la pauvreté. Au cours de la dernière décennie, des progrès importants ont été réalisés pour accroître l’accès à l’éducation et les taux de scolarisation à tous les niveaux, en particulier pour les filles. Néanmoins, la situation a également été difficile en raison des niveaux élevés de pauvreté, des conflits armés et d’autres situations d’urgence. Le conflit armé en cours (crise anglophone) a entraîné une augmentation du nombre d’enfants non scolarisés. C’est une tendance inquiétante pour l’avenir des pastorales dans les écoles, car il faut développer de nouvelles approches pour répondre aux besoins des enfants. La pastorale prend différentes formes pour répondre aux besoins des personnes dans leur contexte. Par conséquent, au cours des siècles, elle a évolué en réponse aux besoins émergents.  

 

Valery Ngam Nyala. E. (Ph.D) et Jude Thaddeus Langeh, cmf

Directeur et Supérieur Provincial

Le rêve du Santa pour l’avenir 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.