CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Rejoindre ici et là. Solidarité et mission dans la clé JPIC. ODD 10, 16, 17 FR

par | Avr 7, 2022 | Gente, Partners, Paz | 0 commentaires

Rejoindre ici et là

Miguel Tombilla Martínez cmf

Secrétaire Solidarité et Mission. Province de Santiago

 

L’arrivée des ODD a modifié (ou repris un changement antérieur) notre façon de comprendre la réalité. L’un de ces changements fondamentaux est que nous avons tous des devoirs envers notre planète et les générations futures. Il n’est plus question que certains pays plus riches aident d’autres pays ayant moins d’opportunités, mais que nous devons tous tirer dans la même direction et que nous devons tous faire ou ne pas faire quelque chose.

Depuis qu’on nous a montré notre planète depuis l’espace, nous avons pris conscience de sa beauté, mais aussi de sa fragilité et de ses limites. Ce qui n’était autrefois qu’une simple scène, le lieu sur lequel nous, protagonistes humains, agissions, est progressivement devenu un sujet. Ce n’est pas seulement un lieu qui contient la vie, mais la vie elle-même est une vie en quête d’équilibre et avec des blessures ouvertes par les êtres humains.

Tout ce qui précède nous a amenés à découvrir que l’une des prémisses fondamentales de la vie (déjà clairement perçue en biologie) est que tout est lié, pour le meilleur et pour le pire. Que toute omission, tout acte individuel ou collectif est aussi un acte moral car il a des répercussions, positives ou négatives, sur les autres êtres humains et les écosystèmes.

Une autre grande révolution est le grand flux d’informations que nous avons en permanence. Plus personne ne peut dire qu’il n’a aucun moyen de savoir ce qui se passe dans le monde, du moins depuis l’Occident. Mais il est également vrai qu’il existe une grande fracture numérique et que des intérêts politiques totalitaires ou des intérêts commerciaux non éthiques diffusent de la désinformation et de la propagande. Un autre paradoxe est que la liberté de la presse dans de nombreux pays n’a jamais été aussi menacée qu’auparavant.

Laudato Sí et Fratelli Tutti nous ont également aidés dans cette universalité concrète et toutes les questions sociales qui en découlent. Nous avons redécouvert que les problèmes appartiennent à tout le monde, tout comme la recherche de solutions. Nous avons redécouvert que le changement social et l’engagement en faveur de la justice sont au cœur de notre foi et ne sont pas de simples accessoires d’idéologies qui nous opposaient autrefois les uns aux autres. Nous ne sommes plus rouges ou verts, nous sommes des croyants qui cherchent des solutions aux problèmes que nous contribuons à créer par ce que nous vivons, en tant qu’individus et en tant qu’institutions. Et nous le faisons avec d’autres, hommes et femmes de bonne volonté que nous accompagnons en tant que citoyens de cette grande Terre qui est pour tous et pour les générations futures.

Dans le domaine de la foi également, une relecture du concept de catholicité se dessine dans une perspective quelque peu nouvelle. La catholicité comme la capacité que nous avons, en tant qu’Église (entendue comme le peuple de Dieu, pas seulement la hiérarchie), de tisser des réseaux nationaux et internationaux et d’influencer la prise de décision politique en tant que communautés locales faisant partie d’un ensemble plus vaste et connecté.

Nous avons encore un long chemin à parcourir, mais déjà des structures et une prise de conscience se créent qui façonnent des réalités différentes. La « Caravane européenne du réseau latino-américain Église et Mines » en est un exemple. Des personnes issues des communautés ecclésiales d’Amérique latine traversent différents pays (Belgique, Allemagne, Espagne, Autriche…), nous faisant prendre conscience que nombre des entreprises extractives qui opèrent dans leurs pays, avec une impunité quasi totale face aux violations des droits de l’homme et de l’environnement, sont financées par les investissements que nous réalisons en tant que communautés ecclésiales et en tant que citoyens. Ils ont rencontré des interlocuteurs de la société civile et ecclésiale parce que ce sont deux points de référence nécessaires.

Aujourd’hui, ce que nous recherchons, ce n’est pas seulement de résoudre un problème spécifique (ce qui est aussi le cas), mais de continuer à aller de plus en plus à la racine du problème. Nous comprenons que les problèmes des autres pays doivent être combattus à partir des causes profondes qui les provoquent, et celles-ci se situent souvent dans les politiques ou les entreprises occidentales (d’où l’importance du plaidoyer politique ou d’un acte de diligence raisonnable).

Nous pensons également que l’Occident doit continuer à soutenir les personnes et les groupes vulnérables vivant sur notre territoire, d’où l’importance de l’action sociale et des questions telles que la migration, les réfugiés, les pénuries d’énergie, l’accès aux droits fondamentaux, etc. Les sociétés qui garantissent des droits, comme la nôtre, ne sont pas exemptes de la grande tentation du nationalisme d’exclusion et plus particulièrement de l’extrême droite. L’Europe souffre du  » populisme  » dans ce grand terreau des crises successives que nous connaissons. Presque aucun pays occidental n’est exempt de groupes qui savent très bien utiliser le langage de la peur et de la désinformation. Il est très facile de se créer des ennemis, surtout lorsqu’il s’agit des personnes les plus vulnérables de la société.

En tant qu’institutions de foi, nous défendons également les plus démunis ici et là. D’autant plus qu’aujourd’hui, en raison des mouvements migratoires des personnes, de nombreux « ici » deviennent également « là-bas » pour donner naissance à quelque chose de socialement nouveau, non sans difficultés. Un exemple de cette lutte est l’initiative législative populaire pour la régularisation de 500 000 migrants en Espagne : Essentials. Une multitude d’institutions et d’acteurs sociaux sont impliqués, dont beaucoup (dès le départ) de nature ecclésiale. Dans ce cas, Redes (qui compte plus de 52 ONG, pour la plupart des congrégations religieuses) fait partie de ce grand conglomérat. La plupart de ces ONG sont des ONG de développement, certaines sont des ONG d’action sociale et d’autres, les plus rares, sont des hybrides, comme c’est le cas de la Fundación Proclade. Le grand trésor de Redes est d’être des experts en Coopération Internationale et tout ce que cela implique dans des domaines tels que l’éducation à la citoyenneté mondiale, apporter de ce côté du monde des réalités qui aujourd’hui ne sont pas si éloignées, le volontariat international… Mais nous pouvons et nous savons appliquer cette riche expérience au contexte européen dans lequel nous vivons et dans les cas d’intervention sociale qui sont faits à partir de cette clé.

Pour conclure, je voudrais juste rappeler une chose importante que nous oublions parfois. Les congrégations religieuses en savent beaucoup (nous sommes des experts, comme on dit de nos jours) sur la mission et les différents contextes. Nous sommes au niveau de la rue et, dans la plupart des cas, avec un engagement clair envers les plus vulnérables. Nous sommes des sociétés interculturelles et intergénérationnelles, capables de dialogue et de discernement. Nous croyons et pratiquons (de plus en plus, espérons-le, par choix et pas seulement par obligation) la vie et la mission partagées. Nous unissons le Nord et le Sud de manière naturelle parce que nous sommes du Nord et du Sud et que nous aimons ce mélange, même s’il est difficile pour nous. Beaucoup d’entre nous ont quitté et vécu en dehors de leur pays d’origine et ont connu la difficulté et la joie de se reconstruire d’une certaine manière. C’est pourquoi nous sommes aussi un pont entre ici et là-bas. C’est pourquoi nos structures se sont développées dans cette compréhension du rapprochement des personnes éloignées, de la guérison des blessures, de la recherche de la paix, du rêve de réconciliations, de l’attention portée à la création, tout cela à partir de la pluralité d’une congrégation et d’une église universelle ancrée dans le local qui donne du pouvoir et recrée ce qui ne peut qu’être connecté.

Miguel Tombilla Martínez cmf

Secrétaire Solidarité et Mission. Province de Santiago

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.