CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Qui va payer pour la reconstruction – peut-être nous ? ODD 17

par | Avr 30, 2022 | Partners | 0 commentaires

Qui va payer pour la reconstruction – peut-être nous ?

Forum 2022 du Conseil économique et social

Miguel Angel Velasco cmf

Membre de l’équipe cmf UN

Master in Development S. and Diplomacy. UNITAR

En regardant toutes les images d’actualité, que ce soit dans la presse écrite, à la télévision ou sur Internet, nous assistons ces jours-ci au spectacle de la destruction en Ukraine. Après la Première Guerre mondiale, l’un des principaux problèmes auxquels sont confrontés les « pays vainqueurs » est le paiement de compensations pour les dommages causés. Le « bras de fer » entre la France, l’Angleterre et les États-Unis – l’Allemagne étant exclue de toute forme de négociation – a entraîné une énorme demande de compensation que l’Allemagne n’a pu payer qu’après la réunification (2010). La destruction systématique des villes ukrainiennes par Vladimir Poutine n’est pas aussi importante que la destruction déclenchée par l’Allemagne pendant la Première Guerre mondiale, mais elle est grande.

Après la Seconde Guerre mondiale, qui a été encore plus destructrice, la seule solution pour relever l’Europe a été le plan Marshall ; il s’agissait de 13 milliards de dollars qui s’élèveront à plus de 60 milliards. La Russie va-t-elle les payer en compensation ? Le Fonds monétaire international ou la Banque mondiale ? L’Union européenne ? Si la reconstruction de l’Ukraine va représenter une charge financière énorme pour tout le monde, il y a d’autres catastrophes qui vont coûter encore plus cher.

Crise après crise

En 1992, l’ONU a convoqué la conférence de Rio de Janeiro sur « le développement et l’environnement », où la dégradation de l’environnement a été dénoncée avec force et urgence. Nous détruisons la terre qui est notre maison. Les êtres humains disparaîtront avec elle.

En 2000, les Nations unies ont approuvé les objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Les OMD ont constitué une avancée majeure dans la lutte contre les déséquilibres mondiaux dans les domaines de la faim, de la santé, de l’éducation, des soins aux enfants, du VIH et de l’égalité des sexes. Alors que tout semblait être sur la bonne voie, nous avons connu la crise économique (2009) causée par Lehman Brothers, l’ingénierie financière et les prêts hypothécaires. Le PIB mondial s’est contracté de 1,68 point ; la crise a frappé très durement les populations les plus défavorisées.

Les OMD (2000) ont été transformés en ODD 2030, adoptés en 2015. Le programme 2030 (20015), adopté après un énorme effort de consultation et de consensus entre les gouvernements, les experts des Nations unies et la société civile, était plus complexe que les OMD, mais il reflétait bien mieux la réalité de notre monde. La même année, la « troisième conférence internationale sur le financement du développement » s’est tenue à Addis-Abeba, également sous l’égide des Nations unies. Tout semblait être sur la bonne voie alors que personne ne s’y attendait, en 2019, nous avons été confrontés à la pandémie COVID-19.

Les calculs des progrès dans la réalisation de l’Agenda 2030, avec ses 17 Objectifs de développement durable, ses 169 cibles, avec leurs indicateurs moyens correspondants, non seulement se sont arrêtés, mais nous avons reculé dans les réalisations effectuées. Le coup porté au monde entier a été énorme : éducation, droits des femmes, travail décent, travail informel, migrants, libertés des droits de l’homme, santé, égalité entre les groupes humains, coopération internationale, santé, villes accueillantes. Tout, y compris la durabilité de la planète et le peu de résultats obtenus avec les accords climatiques de Kyoto et de Paris, était paralysé ou s’effondrait. Le PIB mondial a diminué de 5,2 %. Si les pays à « hauts revenus » ont subi un effondrement de leurs économies, les pays à « faibles revenus » ou à « revenus moyens » ont subi les conséquences directes de COVID-19 plus les conséquences de l’effondrement des pays riches.

La réaction des gouvernements à la catastrophe du COVID-19 a été, dans un premier temps, de confiner chaque pays à ses propres problèmes. Cette attitude a quelque peu changé à mesure que les pays riches ont réglé leurs problèmes. Le monde tentait de retrouver son pouls d’avant COVID-19 lorsqu’un nouveau problème a surgi : l’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine. L’invasion signifie une nouvelle crise qui s’ajoute à la crise non résolue du COVID-19. Les prix internationaux du gaz, du pétrole et d’autres produits de base ont grimpé en flèche ; les exportations ukrainiennes de blé et d’autres céréales se sont arrêtées.

L’Agenda 2030 pour les objectifs de développement durable (humain)

Dans toutes les crises précédentes, si les pays à revenu élevé ont subi les conséquences sur leurs populations, notamment les groupes les plus vulnérables, d’autres pays ont souffert de manière encore plus dramatique. Qui paiera la reconstruction de ce monde ? Il ne fait aucun doute que la facture sera bien plus élevée que la reconstruction de l’Ukraine.

Du 25 au 28 avril 2022 a eu lieu le « Forum du Conseil économique et social sur le financement du développement ». Le forum annuel est organisé conformément à la résolution 69/313 de l’Assemblée générale des Nations unies sur le programme d’action d’Addis-Abeba (résolution 69/313, annexe, paragraphe 132). Tout au long des nombreuses interventions au forum, une chose est apparue clairement : le plan directeur que nous devons suivre pour la reconstruction de ce monde, après toutes les catastrophes que nous avons connues jusqu’à présent, est l’Agenda 2030.

Nous ne savons pas quel sera le prochain coup porté à l’humanité dans son ensemble, mais il est clair que tout ce qui se passe dans le monde, même dans une toute petite partie, aura un impact sur l’humanité dans son ensemble. En examinant les questions qui ont été affectées par les crises passées et en les comparant aux questions abordées par les ODD 2030, nous pouvons constater qu’il existe une corrélation constante. Certes, l’Agenda 2030 est complexe, mais il nous présente une image de la complexité du monde qui reflète la réalité de ce que nous sommes.

Nous ne pouvons pas agir partiellement ; nous ne pouvons pas maintenant être obsédés par le système de vaccination en pensant que le prochain problème viendra de la santé ; nous ne savons pas quel sera le contenu de la prochaine crise. Ce que nous savons, c’est que, d’où qu’elle vienne, si nous avons progressé sur la voie du développement humain durable présentée par l’Agenda 2030, nous aurons construit une humanité plus résiliente ; ainsi, nous serons en mesure d’affronter la prochaine crise mondiale avec plus de force. Nous avons les plans, mais qui paie pour la reconstruction du monde ?

Contribution du Forum de l’ECOSOC sur le financement de l’Agenda 2030

Le « Forum de l’ECOSOC sur le financement du développement, 2022 » a indiqué à plusieurs reprises deux documents à suivre : l’Agenda 2030 (2015), les engagements économiques exprimés dans le document « Financement du développement durable » d’Addis-Abeba (2015). Le document d’Addis-Abeba et son développement, peuvent être valables en 2022, mais avec les modifications nécessaires après le COVID-19 et l’invasion de l’Ukraine. Nous devons dépenser davantage, mais nous avons un problème avec le paiement de la dette publique. Le « système de crédit international » et le système de « notation de crédit » signifient que les prêts accordés aux pays à « haut revenu » (Union européenne) sont assortis de taux d’intérêt très bas ; en revanche, les taux d’intérêt exigés des pays à « faible revenu » ou à « revenu moyen » sont si élevés qu’ils conduisent facilement au défaut de paiement de la dette. Il est urgent de rechercher un système de crédit international différent ; le Forum propose quelques lignes directrices.

Selon les lignes directrices du Forum, le financement concret du développement durable (humain) dans l’Agenda 2030 doit provenir d’un financement public-privé. En ce qui concerne le financement public intergouvernemental, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale restent essentiels, mais en suivant les critères de l’Agenda 2030 et non les principes du néolibéralisme ou du consensus de Washington (1989).

Le changement de politique des institutions de Bretton Woods devient une réalité grâce à leurs réunions régulières avec les institutions des Nations unies (réunion spéciale de haut niveau avec les institutions de Bretton Woods, l’Organisation mondiale du commerce et la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement). 13 avril 2021), mais elles doivent être accélérées. Le point de référence pour les « prêts conditionnels » accordés aux pays par la Banque mondiale ou le Fonds monétaire international ne peut être que la mise en œuvre des ODD 2030. Aux côtés de la BM et du FMI, des institutions telles que la Banque européenne d’investissement et d’autres institutions bancaires régionales doivent continuer à augmenter leur financement.

Le Forum 2022 du Conseil économique et social a également appelé à la création de fonds d’investissement privés qui se concentrent sur le financement de projets basés sur l’Agenda 2030. L’Union européenne, après des années d’hésitation avant toute décision, a lancé sur le marché des « obligations vertes » et des « obligations sociales ». Les obligations sociales ont atteint un volume global, fin 2020, d’environ 170 milliards d’euros ; dans le cas des « obligations vertes », le volume a dépassé 850 milliards d’euros. Les États membres et les institutions de l’UE représentent environ 50 % du total de 1,1 billion d’euros. « La Commission européenne a levé (le 22 mars 2022) 10 milliards d’euros supplémentaires de financement NextGenerationEU par le biais de sa deuxième syndication d’obligations 2022. L’obligation à 10 ans, qui arrive à échéance le 6 juillet 2032, porte le total des fonds levés dans le cadre du programme à 91 milliards d’euros. Ce placement continuera à soutenir la reprise économique de l’Europe dans le cadre du mécanisme de relance et de résilience et des autres programmes budgétaires de l’UE financés par NextGenerationEU ».

(https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/IP_22_1935)

(https://ec.europa.eu/info/sites/default/files/about_the_european_commission/eu_budget/2021.1967_es_02.pdf)

Pour la « reconstruction » de son pays, chaque État devra donc préciser le programme de mise en œuvre de l’Agenda 2030, fixer les projets prioritaires et élaborer un plan de financement. Ce projet de financement comprendrait : des ressources provenant du pays lui-même, via les impôts, des ressources provenant d’obligations privées 2030 et des aides et prêts provenant de banques d’aide internationales (BM, FMI, BEI). Le problème à résoudre est celui de la crédibilité et de la transparence des pays.

Les Nations unies (rapport sur le financement du développement durable 2021), les organisations régionales et les institutions de Bretton Woods elles-mêmes fourniraient une assistance spécialisée pour l’élaboration des projets et des budgets. L’existence de taxonomies définissant les « activités vertes et sociales », telles que celle développée par l’Union européenne, aidera à la formulation de projets et de budgets acceptables pour le secteur privé. En outre, des ressources financières privées et supranationales seront mises à disposition à des prix abordables.

L’avantage de cette solution public-privé garantie est que ces obligations sont proposées sur le marché international et peuvent être achetées par n’importe qui sur le marché obligataire. Ainsi, grâce à un suivi approprié fondé sur les critères de l’Agenda 2030, nous pourrons tous contribuer à la reconstruction de notre monde.

Surveillons l’émission de ces obligations, afin d’y souscrire.

Miguel Angel Velasco cmf

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.