CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Quelle était l’intention de Poutine en envahissant l’Ukraine ? (I) ODD 16

par | Avr 11, 2022 | Europe, Paz | 0 commentaires

Quelle était l’intention de Poutine en envahissant l’Ukraine ?

Miguel Ángel Velasco López cmf

MA en Développement et Diplomatie. UNITAR

Nous sommes nombreux à nous poser ces questions, ou du moins à y réfléchir. La question de savoir si nous sommes aujourd’hui en mesure de donner une réponse est une autre question. L’ensemble du paysage international est sur le point d’évoluer vers un nouveau scénario dont nous ne savons pas exactement ce qu’il sera. Quoi qu’il en soit, j’aimerais vous livrer quelques réflexions sur cette question.

L’étrange sentiment d’avoir déjà tout vu

Plus d’un mois après l’invasion de l’Ukraine par Poutine, les médias regorgent d’images. La conquête des villes, encerclées pour que leurs habitants meurent de soif, de faim et de froid, sous une grêle d’obus, me rappelle les conquêtes des villes médiévales. Des villes russes comme Stalingrad (Volgograd), détruite jusqu’au sol, ou Leningrad (Saint-Pétersbourg), ont été détruites avec leur population par les nazis, comme Poutine détruit maintenant des villes en Ukraine ; la Seconde Guerre mondiale semble se reproduire. Les images des tranchées creusées par les Ukrainiens me rappellent les 40 000 kilomètres de tranchées creusées pendant la Première Guerre mondiale. Une Première Guerre mondiale dont les pays agresseurs pensaient qu’elle durerait quelques semaines et qui a duré quatre ans.

S. S.Petersburg. World War II

Que cherche Poutine?

Nous ne sommes pas certains de la raison pour laquelle Vladimir Poutine a envahi l’Ukraine. Peut-être voulait-il annexer les territoires de Donetsk, Lugansk, Zaporiyia aussi facilement qu’il l’a fait pour la Crimée ? Il semble certain qu’il n’a pas imaginé la réponse que donneraient le peuple ukrainien, l’Union européenne, les États-Unis ou l’OTAN. Mais quelle était l’intention de Vladimir Poutine ? Il est possible que l’obsession de Poutine de retrouver une partie de la puissance de l’empire soviétique lui ait joué un tour ; ou peut-être pas, nous n’en sommes pas certains.

L’invasion de l’Ukraine pourrait également servir d’avertissement aux pays qui pourraient résister aux diktats de Poutine. Je ne pense pas que cet avertissement serait dirigé vers l’un des pays de l’OTAN ; il n’oserait envahir aucun d’entre eux ; mais il s’agirait d’un avertissement aux autres nations de sa détermination à faire respecter sa volonté. Par exemple, un avertissement aux pays nordiques européens non membres de l’OTAN ; ou un avertissement à la Biélorussie ou à l’Ukraine elle-même sur la nécessité de gouvernements pro-russes ; ou peut-être un avertissement aux pays d’Asie centrale qui étaient autrefois dans l’orbite soviétique. En bref, ouvrir la voie à un retour sur la scène internationale en tant que grande puissance mondiale – et pas seulement régionale, comme l’a prétendu un jour le président Obama.

Je parle de l’obsession de Poutine de revenir à la grandeur de l’Union soviétique et au style de gouvernement des tsars, certes oui, mais pas seulement ; il y a plus.

Assurer la base économique pour redevenir une grande puissance

Examinons la puissance économique de la Russie et ce sur quoi elle repose ; voici quelques données comparatives avec l’Italie et l’Espagne qui peuvent surprendre.

Produit intérieur brut Habitants Superficie
Russie 1.687 miliards $ 144.406.261 30.207 km2
Italie 2.009 miliards $ 59.729.082 17.098.242 km2
Espagne 1.393 miliards $ 47123521 505.370 km2
https://datos.bancomundial.org/pais/federacion-de-rusia                   (année 2019)

Certes, la puissance économique de la Russie est loin d’atteindre les 21,43 milliards de PIB des États-Unis ou les 14 milliards de PIB de la Chine en 2019. Les exportations de la Russie sont axées sur le pétrole et les produits pétroliers (41,40 %), les métaux et les minéraux (15 %) et le gaz (5,98 %), selon l’Organisation mondiale du commerce (https://oec.world). Si l’on ajoute à cela 63 % des exportations totales de blé et d’autres produits agricoles et les ventes d’armes (estimées à 13 milliards de dollars en 2019), on découvre un pays extrêmement dépendant des matières premières. Pour sa croissance, la Russie doit contrôler les lieux d’où elle extrait actuellement des matières premières et d’autres nouveaux territoires pour assurer son avenir économique en tant que nation. Elle tire ses devises et sa puissance des matières premières, deux aspects qui se précisent vis-à-vis de l’Union européenne. En bref, Poutine semble avoir besoin de : consolider un périmètre de « pays serviteurs » ; effrayer les pays « non coopératifs » potentiels ; et s’assurer de nouveaux espaces d’où extraire davantage de matières premières. Tout cela afin de réaliser le rêve d’être, à nouveau, une grande puissance mondiale.

Examinons maintenant brièvement l’environnement frontalier de la Russie. Le périmètre de sécurité à l’Ouest est sécurisé avec le Belarus et il voulait le sécuriser avec l’Ukraine. L’extraction de matières premières en Asie centrale (Kazakhstan, Kirghizstan, Tadjikistan, Turkménistan, Ouzbékistan) est toujours en cours d’accord et de compréhension avec la Chine. L’océan Arctique est un autre front pertinent.

Il y a quelques années encore, l’Arctique était pratiquement impraticable pour la navigation, sauf en été, mais il est en train de dégeler en raison du changement climatique. La fonte de l’Arctique permet à la Russie d’exploiter les territoires, les îles et la mer avec son pétrole, son gaz et ses richesses minérales : mais la Russie veut aussi faire du « passage du Nord-Est » à travers l’Arctique son domaine. Cette question de l’importance stratégique de l’Arctique en tant que route praticable entre la mer de Chine et l’Europe a déjà fait l’objet de nombreux ouvrages et articles. Les pays concernés sont : La Russie, le Canada, le Danemark, les États-Unis, la Norvège. Il semble que Poutine souhaite réaliser le rêve de la Russie d’être une puissance maritime en devenant le propriétaire exclusif de l’Arctique comme lieu d’exploitation des ressources et comme voie maritime entre le Pacifique et l’Atlantique.

Il est donc possible qu’en cherchant les raisons de l’invasion de l’Ukraine, nous trouvions une raison économique ainsi qu’un désir de restaurer la puissance perdue de l’Union soviétique. Que ce soit le cas ou non, nous devrons attendre et voir.

Miguel Ángel Velasco López cmf

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.