CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Prostitution et traite : comment migrent-elles vers le virtuel ? ODD 10

par | Avr 20, 2022 | Gente | 0 commentaires

Prostitution et traite : comment migrent-elles vers le virtuel ?

Beatriz García de la Torre

Coordinateur de la Fondation Serra-Schönthal

Diplômé en psychologie et

                                         postgraduate en coopération internationale au développement

La Fondation Serra-Schönthal, une organisation à but non lucratif créée et promue par la Congrégation des Sœurs Oblates du Très Saint Rédempteur depuis 2013, en plus de soutenir des projets de prise en charge globale des femmes en situation de prostitution et/ou victimes de la traite à des fins d’exploitation sexuelle, nous sommes attentifs à l’analyse des nouvelles formes de prostitution et de traite qui ont lieu actuellement après la mondialisation et les changements dans l’industrie technologique que nous connaissons. C’est pourquoi, en relation et en coordination avec la Congrégation, nous pensons qu’il est important de communiquer et de sensibiliser la population en général dans ce domaine et de promouvoir le travail en réseau.

La mondialisation et l’essor des réseaux sociaux entraînent des changements importants dans nos modes de vie connus jusqu’alors, notamment en ce qui concerne les relations sociales et le travail. Tout devient numérique et cela nous amène à nous demander ce qu’il en est de la prostitution et de la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle, et à quel changement nous sommes confrontés. Nous sommes confrontés à une transformation des formes déjà connues de prostitution et de traite, qui s’adaptent grâce au virtuel, en étant plus rapides et plus silencieuses dans le recrutement.

Les implications de ce phénomène, que Lluis Ballester commente dans son étude sur la « Prostitution délocalisée », sont très diverses : « perte de contrôle de la part de toutes les personnes impliquées, absence de paramètres pour évaluer ce qui est offert et comment, plus grande facilité à cacher les personnes impliquées (courtiers-proxénètes, femmes et hommes qui offrent des services, clients), plus grande facilité à escroquer, changement des formes de relations sexuelles (à travers des images, sans contacts personnels, etc.) et bien d’autres changements ».

Il ne faut pas oublier que la prostitution est un élément clé de la criminalité organisée et que, par son ampleur et les sommes d’argent qu’elle génère, elle n’est devancée que par la drogue, les deux activités étant souvent liées. À cet égard, Internet a été une révolution, car certaines barrières entre client et prostituée ont été supprimées. Le processus de sélection du client est beaucoup plus discret, tandis que la femme a accès à des millions de clients depuis son propre domicile. Le processus a été rationalisé et économisé, ce qui rend beaucoup plus difficile le suivi et l’identification des victimes potentielles d’exploitation sexuelle.

Il y a eu un changement dans les conditions dans lesquelles les services sont fournis et, en même temps, dans les risques auxquels les femmes sont exposées, notamment à cause du COVID19 et de l’internement obligatoire qui a dû être fait dans presque tous les pays.  Nous savons maintenant que les femmes bénéficient d’une plus grande protection de leur vie privée et d’un plus grand anonymat (bien que ce ne soit pas le cas dans tous les cas), mais qu’il y a également une augmentation des extorsions en termes de publication ou de vente de leur contenu audiovisuel. En outre, le fait de ne pas avoir à sortir dans la rue (dans le cas de services totalement virtuels) permet de ne pas avoir à entrer en contact physique avec les clients, ce qui peut représenter une diminution du risque de violence physique et de recrutement forcé dans les réseaux de trafic, etc.

Nous sommes à une époque où, même si une rencontre en face à face a lieu pour l’exercice de la prostitution, c’est souvent après avoir eu un contact préalable par un moyen technologique quelconque. D’autre part, la prostitution elle-même peut également avoir lieu uniquement de manière virtuelle et sans aucun contact physique, soit par des enregistrements en direct sur des webcams, soit par l’envoi de photos ou de vidéos, etc.  Après une recherche bibliographique et les données collectées dans les différents projets, il a été constaté que les technologies de communication les plus récurrentes sont : les téléphones portables, les chats, les sites web spécifiques et les webcams.

En ce qui concerne le crime de traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle par le biais de ces médias, des études ont mis en évidence la nécessité d’adopter des approches répressives plus personnalisées qui reconnaissent les besoins, les désirs et le type de protection propres aux personnes concernées. En raison de la rapidité de leur recrutement, il est important que nous allions de l’avant et qu’il y ait une coordination entre les institutions, les organisations et les forces de l’ordre afin d’aider les femmes et les filles dans cette situation, en particulier les mineures, qui sont plus en contact avec les réseaux sociaux et qui sont plus faciles à recruter par leur intermédiaire par les trafiquants avec de faux profils dans de nombreux cas par les trafiquants.

Nous devons également être conscients que la prostitution augmente chez les femmes et les adolescents sans réelle nécessité économique, et même avec un niveau socio-économique moyennement élevé, grâce à des plateformes telles que Onlyfans, qui est facilement accessible et a connu une croissance importante. En outre, il a récemment réautorisé les contenus sexuellement explicites, après avoir annoncé une initiative visant à interdire ce type de contenu en raison de la possibilité d’exploitation sexuelle de vidéos et d’images de mineurs. L’initiative n’a pas été retenue en raison de la perte d’importantes sommes d’argent que cela pourrait entraîner. Un exemple de la façon dont la prostitution dans la rue ou en club migre vers le monde virtuel est que, dans le cas d’Onlyfans, la personne qui se prostitue doit payer un pourcentage pour être là, dans ce cas la plateforme garde 20%.

En bref, le phénomène de la prostitution et le crime de la traite à des fins d’exploitation sexuelle se transforment et augmentent. La féminisation de la pauvreté, le capitalisme et les migrations restent des facteurs clés, notamment dans les pays sous-développés ou en développement, mais la coordination et l’échange d’informations entre les organisations et les institutions sont essentiels, et bien sûr, à l’heure actuelle, en relation avec les frontières virtuelles.

Beatriz García de la Torre

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.