CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Plus qu’un dialogue entre foi et culture, à Cuba. ODD 4, 10, 16

par | Jan 24, 2022 | America, Gente | 0 commentaires

Un rêve de Claret, devenu réalité à Cuba

Plus qu’un dialogue entre foi et culture

Miguel Fernández Fariñas, cmf

Directeur du Centre.

Mirtha Clavería Palacios

Directeur exécutif

 

Le retour des missionnaires clarétains à Santiago de Cuba a eu lieu au milieu des années 90 du XXe siècle dernier. Ils ont trouvé une ville déprimée, avec de grands besoins matériels et spirituels, dont la population avait vécu plus de 30 ans d’athéisme institutionnel et de silence religieux. Dans ce contexte, il y a 22 ans, les missionnaires clarétains, les Frs. Faliero Bonci et Carlomán Molina, ont opté pour une voie difficile : le dialogue entre la foi et la culture, dans le but de contribuer dans une certaine mesure à la renaissance de la ville.

 

Ils ont mis en route le projet du Centre d’animation culturelle et missionnaire San Antonio María Claret, une relecture de l’Académie San Miguel conçue à Cuba et fondée à Madrid par San Antonio María Claret, matérialisée dans un projet missionnaire d’un nouveau type, en accord avec l’époque et la réalité spécifique de la société et de la culture cubaines. Claret a cherché au XIXe siècle à établir un véritable dialogue entre les manifestations de l’art et de la culture en général, avec l’Évangile ; c’est la raison de la création de l’Académie de San Miguel, formée par des intellectuels et des artistes de l’époque. L’enrichissement recherché par Claret devait être mutuel : la culture embrassait les valeurs chrétiennes et l’Évangile s’exprimait dans les moules, les styles et les contenus du XIXe siècle espagnol. À Cuba, le dialogue a été mené à travers l’ouverture, l’inclusion, l’écoute, le service, l’attention personnalisée, le respect et la présence des missionnaires et de l’équipe du Centre culturel dans différents espaces culturels, académiques et scientifiques de la ville et du pays.

Les principales actions du Centre d’animation culturelle et missionnaire

 

De toutes les actions menées par le Centre au cours de ces années, nous aimerions partager quelques expériences : la fondation de la revue Viña Joven le 16 juillet 1999. C’était le premier pas sur la voie du dialogue. Son but : offrir un espace de publication à tous les écrivains, artistes, spécialistes et enseignants, à partir de notre identité de catholiques clarétains, et en même temps contribuer à diffuser des matériaux sur le Père Claret, la famille clarétaine et le magistère de l’Église fondamentalement. À ce jour, 72 numéros ont été publiés tous les quatre mois.

 

Dans le but de nourrir le magazine et d’étendre son champ d’action, en 2003, le premier concours littéraire Viña Joven a été annoncé ; la remise des prix a eu lieu précisément le 24 octobre. Au cours de cette période, divers genres littéraires (poésie, nouvelles, essais, articles, témoignages et chroniques) ont été sollicités, et la participation d’écrivains non seulement du pays mais aussi de l’étranger s’est accrue. Le 18e concours (2020), consacré à la culture de la littérature pour enfants, a revêtu une importance particulière. Les adultes et les enfants y ont participé dans deux catégories d’âge. Dans certains de ces concours, le thème a été orienté (la figure de José Martí, la figure de San Antonio María Claret, la Virgen de la Caridad del Cobre, la ville de Santiago de Cuba, les défis de la société et de la religion face à la pandémie de Covid-19), et dans d’autres le thème a été libre. Dans la mesure du possible, les lauréats résidant en dehors de la ville ont été invités à être présents au gala de remise des prix. Le 20e concours, qui se tiendra en 2022, portera sur la poésie religieuse.

Le Salon d’art religieux a commencé son parcours en 2000. Les Pères Faliero et Carlomán étaient conscients que les nouvelles générations d’artistes ignoraient le christianisme, même en tant qu’événement historico-culturel, ce qui les empêchait d’apprécier, de comprendre et d’utiliser en profondeur l’immense richesse des codes et des symboles que le christianisme a apportés à l’histoire de l’art. 

 

Par conséquent, l’appel devait nécessairement garantir une formation minimale aux artistes pour qu’ils puissent interpréter le texte biblique afin de l’exprimer dans leurs œuvres. C’est ainsi qu’un atelier spécialement conçu a été conçu et réalisé pour chaque thème, au cours duquel on leur a remis la Bible, on leur a appris à l’utiliser et on leur a enseigné le thème demandé. Cette pratique a été réalisée entre 2000 et 2006 (c’est-à-dire pour les sept premières classes). Les sixième et douzième Salones (2005 et 2011) avaient pour thème « La Virgen de la Caridad de El Cobre, Patrona de Cuba » (Notre Dame de la Charité de El Cobre, Patronne de Cuba). Par la suite, le thème a été déclaré libre, sauf lors de la XIVe (2013) : « Le christianisme dans la foi des Cubains », et lors de la XVIIe (2016) : « Écologie, art et religion ». Emilio Gómez Jaramillo, CMF, sauf pour le XVII Salón, dont l’atelier a été donné par le P. José María Vigil, CMF, à El Cobre.

L’impact des activités du Centre sur la société cubaine

 

Le Centre jouit d’un prestige et d’une reconnaissance parmi les institutions culturelles et ecclésiastiques de la ville de Santiago de Cuba, après 22 ans de travail systématique et cohérent d’insertion dans le monde de la culture et de la science. Au fil du temps, sa portée s’est étendue à tout Cuba. En témoignent les réponses nationales et internationales aux concours littéraires Viña Joven et les réponses nationales aux appels à candidatures pour le Salon d’art religieux.

 

Cette reconnaissance est également confirmée par les invitations que le centre a reçues pour exposer des échantillons des œuvres du thésaurus de la galerie d’art San Antonio María Claret, de la part d’institutions civiles et ecclésiastiques, à savoir : le musée archidiocésain Mons. Adolfo Rodríguez Herrera de Camagüey, le Centro Diocesano de Formación y Promoción Laical « San Arnoldo Janssen » de Holguín, la paroisse María Auxiliadora de Santiago de Cuba, la paroisse La Milagrosa de Guantánamo, l’église San José de La Maya, le Seminario Evangélico de Teología de Matanzas, la galerie d’art Rodolfo Hernández Giro de La Maya et le Centro provincial de Artes Plásticas y Diseño de Santiago de Cuba, ces deux dernières institutions culturelles.

La voix des amis du CCAM : donner la parole aux artistes

 

« C’est pour moi une grande fierté de pouvoir partager avec vous des journées aussi joyeuses. Croyez-moi, vous faites partie de ma famille, merci de me donner des jours si joyeux. Un salut et une accolade avec beaucoup d’affection pour vous tous ». Marcel Molina, graveur de Cienfuegos. Exposition personnelle Desnudando el tiempo, 2014.

 

« Me voici à nouveau avec ma famille, dans le bonheur, dans une autre merveilleuse journée d’art, de sensibilité et de beauté, pour l’avenir. Merci, merci beaucoup à Marcel Molina, à l’exposant et aux Clarétains ! » Carlos René Aguilera, peintre. Exposition personnelle Desnudando el tiempo, 2014.

 

« Silence, la divinité parle ». Jesús Martínez León (Chuchi), artiste photographe matancero. Exposition photographique personnelle Notas al Paso, de Tomás Sánchez, 2016.

« Le meilleur de l’art visuel se produit dans cet endroit. Merci à Janet la conservatrice de la Galería Sana Antonio María Claret et à la foi en l’art ». Mario Trenard, sculpteur de Santiago.

 

« Un grand merci à ce centre qui rayonne de culture, si nécessaire en ces temps, pour l’ouverture qu’il nous donne pour nous éclairer encore davantage. Les conférences nous ont repositionnés dans de nouvelles coordonnées d’interprétation de l’œuvre d’art. Nous espérons renouveler cette merveilleuse expérience d’apprentissage et d’union. Merci. Dr.C. María Teresa Fleitas Monnar, professeur d’art à l’Universidad de Oriente. Semaine de l’art sacré, 2019.

 

« Reconnaissant d’avoir eu l’opportunité d’aborder l’histoire de l’art sous l’angle théologique et avec autant de codes et de significations pour l’apprentissage. Que cela se répète ! ». MSc. Julieta Aguilera, spécialiste en histoire. Semaine de l’art sacré, 2019.

 

 

Santiago de Cuba, 17 janvier 2022.

 

Miguel Fernández Fariñas, cmf

Directeur du Centre.

Mirtha Clavería Palacios

Directeur exécutif

 

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.