CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Parler de l’impérialisme russe SDD 16, 17

par | Mai 21, 2022 | Europe, Partners, Paz | 0 commentaires

Parler de l’impérialisme russe

Miguel Ángel Velasco cmf

Master en Développement S. et Diplomatie. UNITAR

En ces jours de mai, je participe au Ier Forum d’examen de l’Accord global sur la migration adopté à Marakech (13, juillet, 2018). Parmi les délégations présentes figure, à juste titre, la délégation de la Fédération de Russie. Ses interventions, deux jusqu’à présent aujourd’hui, mercredi, m’ont surpris car elle a accusé l’Union européenne et les États-Unis de néocolonialisme. Je n’ai pas été surpris par l’accusation, qui à certains égards est raisonnable ; ce qui m’a surpris, c’est qu’elle vienne précisément de la Fédération de Russie. Nous devons montrer l’exemple, et ce n’est certainement pas le cas dans la Fédération de Russie, loin s’en faut.

ONU-New York. Trusteeship Council Hall

Faisons un peu d’histoire et regardons quelques cartes de ce 20e siècle ; il n’est pas nécessaire de remonter plus loin pour un court article d’opinion, bien que nous connaissions tous la formation longue et complexe des États-nations que nous connaissons maintenant en Europe. Les frontières ont beaucoup changé, surtout dans la partie centrale de l’Europe ; la grande plaine d’Europe centrale, sans frontières géographiques claires à l’exception du Rhin et du Danube, en est l’une des principales causes. L’Allemagne a dû attendre le chancelier Bismark pour unir la diversité des territoires qui avaient été indépendants pendant des siècles. La Pologne, sans frontières définies à l’est et à l’ouest, finit par disparaître en tant qu’unité politique. La Russie, qui craint toujours d’être conquise, tente de maintenir Moscou aussi loin que possible des États indépendants d’Europe occidentale. Mais revenons au 20ème siècle.

 Sur la carte 1, nous pouvons voir la configuration de l’Europe avant la Grande Guerre ou la Première Guerre mondiale (1914 – 1918). Sont présents sur le territoire européen : l’Empire russe, l’Empire ottoman, l’Empire allemand (1871), l’Italie unifiée (1870) et la France et l’Angleterre avec leurs empires extra-européens. C’est une Europe pleine d’empires sur le point de disparaître après les deux guerres mondiales ; mais tous n’ont pas disparu.

La Première Guerre mondiale et la révolution russe de 1917 ont réorganisé la carte de l’Europe, en démembrant les empires austro-hongrois et ottoman. L’Empire russe perd une partie de ses territoires occidentaux ; l’Allemagne est reconfigurée et réduite. Les négociations du traité de Versailles (1919) ont créé la Société des Nations et redistribué les territoires d’Europe appartenant aux anciens empires ; il en a été de même pour les possessions de ces empires hors d’Europe. Les grands gagnants ont été la France et l’Angleterre, qui ont pris grand soin d’assurer et de renforcer leur présence en Europe et hors d’Europe. Sur la carte de l’Europe résultant de la Première Guerre mondiale et du traité de Versailles, nous constatons que la plupart des États-nations que nous connaissons aujourd’hui sont présents, même si certaines frontières ne sont pas les mêmes.

La Seconde Guerre mondiale entraînera une nouvelle redistribution des frontières européennes et, en outre, la disparition des Empires français et anglais. Un organe spécial des Nations unies, le « Conseil de tutelle », sera chargé d’accompagner le processus de naissance des nouveaux États-nations. Un processus de décolonisation mené à contrecœur par les deux métropoles et largement impulsé par les États-Unis. Mais quelque chose d’autre a changé en Europe : ce que Winston Churchill appelait le « rideau de fer » est en train d’émerger. Alors que la Grande-Bretagne et, surtout, les États-Unis cherchaient à créer des pays démocratiques et indépendants dans leur « zone d’influence », l’Union des républiques socialistes soviétiques créait des « républiques satellites dominées ».

L’Union soviétique est parvenue à étendre ses frontières au-delà même des limites de l’Empire russe à l’époque des tsars, avant la Première Guerre mondiale. Les négociations et les accords de Potsdam sont le résultat des efforts de l’Union soviétique. Les négociations et les accords de Potsdam, qui ont conclu la partition après la Seconde Guerre mondiale, ont créé deux zones d’influence : l’Europe orientale et l’Europe occidentale. En Europe de l’Est, l’Union soviétique a recréé l’Empire russe ; en Europe occidentale, l’histoire des États-nations démocratiques a repris. C’était le début d’une ère connue sous le nom de « guerre froide », qui s’est terminée par la chute du mur de Berlin en 1989.

Pendant la guerre froide, l’Union soviétique a exercé son rôle d’empire classique en Europe et en Asie centrale, mais elle a également exercé son pouvoir économique, militaire et atomique dans le monde entier. La chute du mur de Berlin a donné de l’espoir aux pays de l’Ouest, aux citoyens de l’ex-URSS et aux pays dominés par l’empire de l’URSS jusqu’alors. En fait, ce qui s’est passé après 1989, avec l’effondrement de l’URSS et l’émergence d’États indépendants en Europe et en Asie centrale, est très similaire à ce qui s’est passé à la fin des deux guerres mondiales avec les empires ottoman, austro-hongrois, allemand, français et anglais. Le seul qui a réussi à se ressaisir jusqu’en 1989 est l’Empire russe. Le désir d’indépendance et de liberté des pays qui cherchent à retrouver, au moins, le statut qu’ils avaient atteint après la Première Guerre mondiale. Il n’est pas étonnant, après ce que les peuples de ces pays ont vécu, qu’ils recherchent d’une part un rapprochement protecteur avec l’Occident européen (UE) et craignent les réactions de l' »ours » que représente la Fédération de Russie.

Les dirigeants russes actuels, avec cynisme et hypocrisie, osent critiquer l’impérialisme occidental, alors que Vladimir Poutine tente de reconstruire un empire « à l’ancienne ». Mais il n’abandonne pas la tentative de domination indirecte du monde par les armes nucléaires, les ventes d’armes et l’envoi de « conseillers », comme en URSS. La Russie de Vladimir Poutine tente de reconstruire l’Empire de manière traditionnelle, tout en continuant à exercer avec vigueur le néocolonialisme dont elle accuse l’Union européenne et les États-Unis.

Cela ne veut pas dire que le néocolonialisme occidental, surtout dans le cas de certaines puissances, n’est pas une réalité, ou du moins une tentation constante. Ce que je trouve inacceptable, c’est que la Russie de Vladimir Poutine accuse les autres d’impérialisme alors qu’elle l’exerce dans toutes les acceptions possibles du terme Empire. Je me demande ce que dirait Vladimir Poutine si, ces dernières années, l’Autriche, la Turquie ou la Pologne avaient entrepris la « conquête » de territoires ayant appartenu à leurs empires, dans l’idée de mieux défendre leurs capitales et le « cœur » de leurs États-nations.

Que la configuration, meilleure ou pire, des États-nations aboutisse à la configuration, en liberté, de zones de collaboration, de confédérations ou de fédérations. Ce n’est pas le moment de reconstruire des empires, encore moins au prix de massacres, mais de construire des espaces supranationaux de collaboration.

Miguel Ángel Velasco cmf

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.