CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Migration, changement climatique et Agenda 2030 (I) 1,2,6,10,11,13,16

par | Avr 4, 2022 | Partners, Paz, Planeta | 0 commentaires

Migration, changement climatique et Agenda 2030 (I)

Mise en œuvre des engagements de l’Agenda 2030 relatifs aux migrations et au changement climatique

Francis Amponsah

(Candidat-chercheur au doctorat)

Université Radboud, Nimègue, Pays-Bas

Département de géographie, d’aménagement et d’environnement

Introduction

L’interaction entre migration et environnement est omniprésente depuis le début de l’histoire de l’humanité. D’une part, les impacts environnementaux ont longtemps été un facteur de migration, les gens se déplaçant naturellement pour échapper aux dangers et se diriger vers des conditions favorables à la recherche de pâturages plus verts. D’autre part, l’influence de la migration sur l’environnement est un phénomène universel, l’agriculture, l’industrialisation et l’urbanisation façonnant notre environnement naturel.

Dans un monde qui compte plus de 244 millions de migrants internationaux et au moins 763 millions de migrants internes2, un milliard de personnes en mouvement deviennent non seulement une préoccupation de gouvernance internationale ou nationale, mais aussi un puissant moteur de développement. 3 Afin de promouvoir un développement véritablement durable, nous devons tenir compte de cette méga-tendance multidimensionnelle de notre siècle lorsque nous concevons et finançons le développement. Dans le même temps, nous devons tenir compte des risques et des opportunités multiformes que le changement environnemental et climatique peut apporter.

Ce document vise à discuter des liens complexes entre la migration et l’environnement/le changement climatique d’un point de vue bidirectionnel, ainsi qu’à explorer les façons dont les Objectifs de développement durable (ODD) et leurs cibles spécifiques peuvent aider à relever les multiples défis du lien entre migration et environnement et à les transformer en opportunités.

La première section explore la première dimension du lien entre migration, environnement et changement climatique (MECC) en examinant comment les changements environnementaux et climatiques restructurent les schémas de migration et comment la réponse aux défis des MECC peut soutenir la mise en œuvre des ODD.

La deuxième section examine l’autre dimension de la MECC, à savoir comment nous pouvons gérer les migrations et tirer parti de la « gouvernance verte des migrations » pour atténuer les impacts sur l’environnement et le climat et stimuler le développement vert.

Le document souligne également les principaux défis liés aux MECC qui pourraient entraver le développement durable et identifie comment les questions liées aux MECC peuvent contribuer positivement au développement durable.

Environnement et migration dans les ODD

Le Programme 2030 pour le développement durable a été adopté en 2015, fixant 17 objectifs de développement et 169 cibles associées afin de construire un cadre de développement mondial pour un changement transformationnel : assurer le bien-être de tous et protéger la planète. Les ODD représentent le cadre de développement pour les 13 prochaines années à venir et reconnaissent l’importance du développement durable.

La Commission européenne a souligné le rôle intégral des migrations dans la contribution au développement durable et a fait de nombreuses références à la gouvernance, à la gestion et à la pratique des migrations :

« Nous reconnaissons la contribution positive des migrants à la croissance inclusive et au développement durable. Nous reconnaissons également que la migration internationale est une réalité multidimensionnelle d’une importance majeure pour le développement des pays d’origine, de transit et de destination, qui nécessite des réponses cohérentes et globales. Nous coopérerons au niveau international pour assurer des migrations sûres, ordonnées et régulières impliquant le plein respect des droits de l’homme et le traitement humain des migrants, quel que soit leur statut migratoire, des réfugiés et des personnes déplacées. Cette coopération devrait également renforcer la résilience des communautés qui accueillent les réfugiés, en particulier dans les pays en développement. Nous soulignons le droit des migrants à retourner dans leur pays de citoyenneté et rappelons que les États doivent veiller à ce que leurs ressortissants de retour soient dûment accueillis ».

Bien que les gouvernements doivent jouer le rôle principal dans la promotion du développement durable, il est essentiel de reconnaître et d’exploiter le pouvoir de la migration. Dans le cadre de l’Agenda 2030 pour le développement durable, la migration est considérée comme un moyen de réduire les inégalités au sein des pays et entre eux et a été intégrée dans l’ODD 10 avec la cible 10.7, appelant à « faciliter les migrations et la mobilité des personnes de manière ordonnée, sûre et responsable, notamment par la mise en œuvre de politiques migratoires planifiées et bien gérées ».

Si la référence la plus évidente à la migration se trouve dans la cible 10.7, la question transversale de la migration, de l’environnement et du changement climatique doit être abordée dans le cadre de plusieurs autres ODD.

Les considérations environnementales sont essentielles à la réalisation de l’Agenda 2030 ; elles sont transversales et intégrées dans les 17 objectifs. 4 Les ODD reconnaissent que l’interconnexion du développement économique, social et environnemental est au cœur du développement durable. Les objectifs indiquent et appellent à une accélération radicale de l’intégration de la durabilité environnementale et du changement climatique dans tous les domaines de la vie, y compris les politiques et programmes de migration.

En 2016, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a consacré son Dialogue international sur la migration à un examen complet de la migration dans le Programme 2030 pour le développement durable et aux cibles liées à la migration dans le cadre des 17 Objectifs de développement durable. 5 Les deux ateliers consacrés à la migration et aux ODD ont souligné la nature transversale de la migration et ses nombreux liens avec le développement, l’environnement, le changement climatique et la réduction des risques de catastrophe (RRC). Ils ont souligné que la migration ne peut pas être considérée isolément des politiques de développement et des actions liées au changement climatique :

(…) les ODD renforcent d’autres cadres internationaux importants élaborés ces dernières années, tels que le cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe, le programme d’action d’Addis-Abeba sur le financement du développement, la trajectoire de la SAMOA et l’accord de Paris dans le cadre de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Le pacte mondial sur les migrations devrait rassembler un grand nombre de ces éléments dans un document d’orientation pour la gouvernance des migrations internationales.

Francis Amponsah

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.