CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Migrants et réfugiés : comptent-ils pour quelqu’un ? SDD 17 FR

par | Mai 8, 2021 | Gente, Partners | 0 commentaires

 

Ce qu’ils vivent, ce qu’ils rêvent, ce qu’ils trouvent.

Miguel Ángel Velasco cmf

Équipe Clarétaine à l’ONU, membre

 

La question des réfugiés et des migrants est une question compliquée, et il n’est pas facile de donner une solution simpliste. Peut-être, il y a longtemps, nous pouvions donner une solution locale parce que la relation entre les différents groupes humains était simplement locale, même entre deux tribus ou deux cités-états, mais c’était il y a longtemps. Nous pouvons considérer que c’est une chose évidente, mais aujourd’hui il ne semble pas facile de comprendre que le régime westphalien a été décidé pour une autre époque. Nous vivons dans un monde de plus en plus globalisé où les frontières sont dépassées par la télévision, les films, les Universités, les affaires, le commerce, le tourisme, les guerres, et tant d’autres choses, au niveau mondial. Le « costume est trop petit » pour notre monde interconnecté. Les gens connaissent, ou ont une idée générale, d’autres endroits sur la planète qui auraient été impossibles à connaître il y a encore quelques années et, ces gens, parfois, cherchent un endroit alternatif et meilleur pour vivre. Les flux de personnes sont un phénomène de plus en plus courant et de plus en plus nombreux. Nous devons concevoir un nouveau costume pour notre monde, pour les migrants et les réfugiés, en les considérant comme des êtres humains précieux du monde, et pour le monde. Mais nous devons réfléchir à la conception de ce nouveau monde ; les organisations régionales ouvertes sont la bonne façon de parler des différentes possibilités à partir de la base, mais nous devons construire une structure politique forte dans chaque zone du monde, et aussi, nous devons penser au monde dans son ensemble. Pour ce dernier objectif, et aussi pour servir de catalyseur, nous avons besoin d’une Organisation des Nations unies renouvelée. 

 

La dure réalité : des documents à la vie réelle

 

En théorie, il est facile de comprendre la différence entre les migrants et les réfugiés à la base ; en pratique, la différence n’est pas si simple. Il existe des définitions et des explications claires à ce sujet, mais la réalité n’est pas aussi évidente. Dans chaque cas de reconnaissance du statut de réfugié, il y a quelqu’un qui doit décider si la raison invoquée par la personne est suffisante pour lui accorder ce statut. Le problème vient après l’acceptation du statut de réfugié ; si le réfugié a assez d’argent ou surtout s’il est riche, il n’y aura pas de problème, mais si le réfugié n’a pas de moyens, nous ne sommes pas sûrs qu’il recevra les soins prévus par les traités internationaux. Parfois, les migrants et les réfugiés sont très proches dans leur situation, mais avec une exception : si vous avez le statut de réfugié, il est plus facile pour vous d’entrer dans un autre État ; encore une fois, ce sera encore plus confortable si vous êtes riche. A partir de maintenant, je n’utiliserai que le terme « migrant » mais en faisant référence aux migrants et aux réfugiés ensemble.

Les raisons de la migration sont nombreuses, mais le cœur n’en est qu’un : ils cherchent une vie meilleure. Pour décider de quitter l’endroit où l’on est né, il est nécessaire de connaître un endroit différent pour mieux vivre. La guerre, les persécutions politiques, le semi-esclavage, les inondations, les sécheresses et les catastrophes climatiques sont des raisons suffisantes pour quitter son pays. Néanmoins, ils doivent connaître ces alternatives car ils savent qu’il existe d’autres endroits où vivre mieux. Ils peuvent aller vivre dans un pays voisin, peut-être dans un camp de réfugiés, ou ils peuvent décider d’aller plus loin par des voies dangereuses et, peut-être, payer de fortes sommes d’argent à des passeurs ou même parfois payer pour devenir des victimes de la traite des êtres humains . En dehors de ces causes, il existe un terrible problème dans certaines parties des pays en développement ou même des zones en voie de développement : les personnes n’ont aucune possibilité de trouver un emploi, même si nous parlons d’une économie informelle, c’est-à-dire l’économie standard, dans ces pays. Nous devrions axer notre analyse sur deux domaines principaux : la situation dans la zone d’origine des migrants et les conditions et possibilités offertes par les pays d’accueil. Nous devrions chercher à changer le mode de vie du pays d’origine ainsi que la situation du pays de destination ; peut-être devrions-nous réfléchir à la manière de transformer l’ensemble du système socio-économique mondial.

 

Les migrants imaginent un pays où ils peuvent vivre mieux, parfois simplement où ils peuvent conserver leur vie. Cette masse de jeunes, de jeunes adultes ou de mères avec des nouveau-nés aurait bien sûr préféré rester dans leur pays, mais ils recherchent quelque chose comme un paradis ou un « eldorado » et cela leur donne la force de partir à l’étranger. Mais quel genre de vie les attend dans le nouveau pays ? Dans la majorité des cas, la nouvelle situation ne ressemble pas au « Paradis ». Ils ne connaissent généralement pas la nouvelle langue nationale et il leur est difficile de comprendre le mode de vie du nouveau pays, même si, dans cette nouvelle terre, tout a été préparé pour les accueillir au mieux. Les documents officiels, signés par la plupart des pays du monde, stipulent que le pays d’origine et le pays d’accueil reconnaissent qu’il s’agit d’êtres humains et qu’ils doivent être traités conformément aux droits de l’homme. Le pays d’accueil doit donc réfléchir au point d’accueil des migrants et à la manière de les informer des possibilités de leur nouveau pays. Ce nouveau pays doit leur fournir des soins médicaux, une éducation, une chance de trouver un emploi et, surtout, un moyen correct d’intégration sociale. Mais cela n’est pas possible, ni une situation réelle. Nous pouvons dire que ces droits sont seulement pour les réfugiés mais pas pour les migrants, mais il est si facile de ne pas considérer les raisons données par les vrais réfugiés et de les considérer comme de simples migrants sans droits ! Car tout dépend de l’interprétation du traité par le pays destinataire. Il est nécessaire de trouver une organisation internationale pour analyser les cas et résoudre les situations conflictuelles de manière indépendante. Les organisations régionales et l’ONU devraient être une bonne solution.

Nous pouvons ajouter un autre problème avec ces êtres humains. Parfois, les gens sont internat comme bouclier humain dans les internatio comme armes dans d’autres cas. Je peux vous internati deux questions pour votre international. Le Sahara occidental était une colonie espagnole ; le 26 février 1976, l’Espagne a quitté ce territoire ; cette nuit-là, l’armée marocaine est entrée dans la intern ; mais interna au même moment, le “Front Polisario” a proclamé la République arabe sahraouie démocratique (RASD). En 1985, l’ONU a conclu qu’il était internatio d’organiser un internatio sur l’autodétermination de cette terre, créant ainsi la RASD indépendante. Le Maroc s’est intern à ce internatio car il considère que le Sahara fait partie de son pays. Pourquoi le nombre de migrants d’Afrique (en particulier du Maroc) vers l’Espagne augmente-t-il lorsqu’une personne du gouvernement internati parle du Sahara Occidental en soutenant le internatio ? La relation entre la Turquie et l’UE est un autre exemple.  La Turquie ouvre les internati de l’UE aux migrants irakiens (je suis désolé, ils doivent être considérés comme des réfugiés) lorsqu’il y a des internat économiques ou politiques. Les internati de l’Europe du Sud et de l’Est sont pleines d’exemples, mais il y a beaucoup plus d’endroits et de situations problématiques dans le monde. Nous pourrions donner d’autres exemples. La Russie est intern dans l’utilisation de petites guerres pour créer des déplacements de migrants afin de forcer certains accords. Et aussi, tout au long de l’histoire, différents pays ont interna leurs citoyens pour internati certaines interna d’autres pays qui cherchaient à revendiquer ces territoires auparavant ; je ne veux pas écrire les noms concrets de certains de ces pays. Nous sommes au XXIe siècle ; nous ne sommes pas au XVIIe siècle ; nous devons marcher vers l’avenir ; nous avons besoin de gouvernances internati et mondiales.

Miguel Ángel Velasco cmf

Équipe Clarétaine à l’ONU, membre

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.