CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

L’ONU : Comment fonctionne-t-elle pour construire la paix? ODD 16. FR

par | Oct 7, 2021 | Paz | 0 commentaires

 

L’ONU : Comment fonctionne-t-elle pour construire la paix ?

 

Miguel Ángel Velasco cmf

Membre de l’équipe de l’ONU de la Cmf

 

Il a fallu deux guerres mondiales, enracinées en Europe, pour que l’Europe et le monde fondé sur les « valeurs occidentales » se rendent compte que quelque chose ne fonctionnait pas. Des millions de morts et une destruction inimaginable ont été laissés derrière eux lorsque la « Charte des Nations Unies » a été signée en 1945 (24 octobre 1945). 

 

1. Le concept de Fontal dans la Charte des Nations Unies 

 

Pendant de nombreux siècles, l’humanité (en fait, seulement l’Europe) a essayé de remplacer les invasions et les guerres par des traités internationaux sur les différends frontaliers ; il semble que cela ait été si difficile pour tout le monde jusqu’au XVIIe siècle. Mais, peut-être, ne voulaient-ils pas vraiment y parvenir…

 

Les traités de Westphalie (24 octobre 1648), qui ont mis fin à la guerre de Trente Ans (1618-1648), et les accords du Congrès de Vienne (1815), qui ont mis fin aux guerres napoléoniennes (1083-1815), sont les deux premières grandes tentatives de paix par le dialogue, la négociation et l’accord solennel. L’étape suivante a été la création de la Société des Nations (traité de Versailles, 18 juin 1919) après la dévastatrice Première Guerre mondiale (1914-1918), également appelée par les Européens la « Grande Guerre », qui a fait entre 40 et 60 millions de morts. Il semblait que les traités de Westphalie et de Vienne avaient atteint leur but, mais ce ne fut pas le cas. À la fin de la Première Guerre mondiale, l’Europe et les États-Unis se sont lancés dans la création de la « Société des Nations », dont l’objectif principal était de prévenir une guerre aussi destructrice que la « Grande Guerre ». Mais l’histoire et ses protagonistes sont têtus. La Seconde Guerre mondiale a commencé en 1937 et s’est terminée en 1945 avec un bilan de 70 à 83 millions de morts. Quelque chose avait été mal conçu dans la ligue des nations.

 

L’objectif fondamental de la nouvelle organisation, l’ONU, apparaît dans le préambule de la « Charte des Nations unies » : « Nous, peuples des Nations unies, résolus à préserver les générations futures du fléau de la guerre qui, par deux fois en l’espace d’une vie, a infligé à l’humanité d’indicibles souffrances. » Le but présenté par les auteurs de la « Charte » était d’éviter la guerre, le même que celui que nous trouvons dans les traités de la Société des Nations. Comment est-il possible que nous ayons maintenu la paix mondiale, sans une troisième guerre mondiale, pendant plus de 75 ans, alors que l’inspiration fondatrice des deux organisations (la Société des Nations et l’ONU) est similaire ? Il y a une continuité évidente entre les deux organisations, mais il y a aussi des différences et des accents importants. Nous pouvons poursuivre la lecture de la Charte de l’ONU jusqu’à l’article 1, où nous trouvons la déclaration suivante : « Les buts des Nations Unies sont : Maintenir la paix et la sécurité internationales et, à cette fin : prendre des mesures collectives efficaces en vue de prévenir et d’écarter les menaces contre la paix et de réprimer les actes d’agression ou autres atteintes à la paix, et réaliser, par des moyens pacifiques et conformément aux principes du droit international de la justice, l’ajustement ou le règlement du droit international, l’ajustement ou le règlement des différends internationaux ou des situations qui pourraient conduire à une rupture de la paix ». 

Bien sûr, la création d’un Secrétariat beaucoup plus complexe et étendu, du Conseil économique et social, du Conseil de tutelle et du système de Bretton Woods était nécessaire. Mais l’insistance sur la PRÉVENTION, les MÉTHODES PACIFIQUES, et l’inclusion dans le Préambule de la défense, dans l’objectif de la protection de la Paix, des DROITS DE L’HOMME, ouvrent à l’ONU une nouvelle voie de Paix, difficilement franchissable par la Société des Nations.

 

En conclusion, la « Charte des Nations Unies » définit l’objectif des « peuples du monde » comme un désir de paix véritable, à atteindre par le dialogue et la mise en œuvre des droits de l’homme pour tous. Pour y parvenir, la Charte prévoit la création du Conseil de sécurité, de l’Assemblée générale, du Conseil économique et social, du Tribunal international de La Haye, du Conseil de tutelle. 

 

La guerre froide, une période prolongée (1947-1991), allait être difficile pour le monde, mais nous pouvons affirmer que le monde avait appris quelque chose des deux guerres mondiales et de ce qu’il fallait faire pour ne pas commencer la troisième guerre. Les Nations Unies étaient fondamentales pour le maintien de la paix et, parmi tous les organes créés en 1945, le rôle des différents secrétaires généraux serait essentiel. Malheureusement, le Conseil de Sécurité était, comme cela a été la norme durant son existence, pratiquement bloqué par le droit de veto des 5P. L’Assemblée générale était habilitée par la Charte des Nations unies elle-même à traiter de toutes les questions qu’elle jugeait utiles et à les renvoyer, si nécessaire, au Conseil de sécurité; cela a rarement été fait. 

 

En 1948, le Conseil de sécurité, seul organe ayant autorité, crée les « Casques bleus » ou « Peacekeeping » pour superviser les accords de paix au Moyen-Orient ; ce sont des observateurs. En 1956, la Force d’urgence des Nations unies est déployée pour répondre à la crise du canal de Suez. En 1960, plus de 20 000 soldats sont envoyés en République démocratique du Congo pour stabiliser la situation d’après-guerre ; 250 membres du contingent et le secrétaire général des Nations unies, Dag Hammarskjold, sont tués. Entre 1960 et 1970, le nombre de missions augmente et, à partir de la fin de la guerre froide, les missions se multiplient, devenant présentes dans de nombreuses régions du monde et clarifiant progressivement leur rôle de maintien de la paix.

2. La fin de la guerre froide et la recherche d’une identité des Nations unies dans un monde différent.

 

La fin de la guerre froide (1991) a signifié un nouveau départ dans les relations internationales et, parallèlement, la redéfinition du rôle des Nations unies dans le nouveau « monde mono-polaire » né à cette époque. Quelle était la mission d’une organisation créée pour maintenir la paix alors que le facteur fondamental de la guerre depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale avait disparu ? Sur les thèmes essentiels présents dans la Charte fondatrice, l’ensemble des sommets de l’ONU, actualisés pour ces moments spécifiques, se sont succédés. Il y a une ligne d’évolution dans la pensée de l’ONU qui semble particulièrement importante : c’est celle qui se déroule autour du concept de Développement, et qui indique comment, à la fin de la Guerre froide, quelque chose commençait déjà à changer dans la conscience de soi de l’ONU. Le rapport Brundtland (1987) révèle sa préoccupation pour le développement de toutes les nations, dans le sillage de la Charte des Nations unies. En outre, il étudie et met en garde contre la consommation excessive des ressources de la planète. La définition du Développement est transformée en celle du Développement Durable, qui implique l’utilisation des ressources de la Terre de manière à ne pas compromettre l’avenir des générations futures.

 

La réflexion sur le développement a été enrichie par le Sommet de la Terre (Rio 1992), qui a lié le développement, l’avenir de la planète et les droits des peuples. Le Sommet du Millénaire a de nouveau mis l’accent sur les concepts de développement impliquant les droits de l’homme dans leur globalité. Malheureusement, les objectifs du Millénaire pour le développement (2000), qui ne font pas partie de la déclaration de l’Assemblée générale, reflètent cet esprit. Un nouveau sommet au Brésil (Rio + 20) en 2012 reprendra et élargira l’orientation de la Déclaration du Millénaire et servira de passerelle vers l’Agenda 2030 pour le développement durable (2015). L’élaboration de l’Agenda 2030 impliquait une ouverture claire à la société civile ; la Troisième ONU commençait à avoir une pertinence claire dans les processus d’analyse de la réalité des Nations Unies. Une fois de plus, dans des processus parallèles ou concomitants, les réflexions du prix Nobel Amartya Sen sur les mesures précises de ce qu’est le développement humain et les propositions de Thomas Weiss et Jeffrey Sachs sur le développement étaient présentes. Le concept de développement est passé de la focalisation sur la rareté des ressources de la Terre à l’inclusion de la préoccupation pour les ressources dans le développement intégral de l’être humain. Nous sommes passés du développement au développement humain durable.

Dans l’Agenda 2030, significatif dans sa totalité systémique pour récupérer les Droits de l’Homme dans la Société, les ODD 10 (Réduire les inégalités au sein des pays et entre eux) et 16 (Promouvoir des sociétés pacifiques et inclusives pour le Développement Durable, fournir un accès à la justice pour tous et construire des institutions efficaces, responsables et inclusives à tous les niveaux) se distinguent en ce qui concerne la « Diplomatie Préventive » pour créer un monde en Paix. Il est vrai que ni le Conseil de sécurité, ni l’Assemblée générale, ni le Forum politique de haut niveau sur le développement durable (HLPF) n’ont mis l’accent sur ces deux objectifs comme étant essentiels au développement d’une « diplomatie préventive » adéquate. Pourtant, le courant pour qu’il en soit ainsi est imparable.

 

Pourquoi ai-je apporté ici cette réflexion sur le concept de Développement ? Tout simplement parce que, même s’il semble parfois que nous devrions parler de la « famille des Nations Unies » comme d’une « famille avec des conflits et un manque de dialogue », les réflexions sur ce qu’est le monde et ce que les Nations Unies devraient être, circulent d’une organisation à l’autre. On ne peut pas séparer l’évolution des objectifs fondamentaux des Nations Unies, de plus en plus axés sur la construction d’une PAIX DURABLE basée sur le Développement Humain Durable, de l’avancement du concept de PRÉVENTION DE LA DIPLOMATIE comme idée centrale dans la recherche de ce type de Paix.

 

Depuis 2015 et la publication de l’Agenda 2030 pour le Développement Durable, nous pouvons conclure que nous avons deux dimensions précises où l’Organisation des Nations Unies veut aller : Le développement humain durable et la Diplomatie préventive. La Diplomatie préventive est la manière d’agir dans les relations internationales, une expression de la conviction profonde de l’ONU que le dialogue authentique est ce qui fait avancer le monde sur la Paix et le Développement. La diplomatie préventive est donc loin d’être une technique ou un protocole mais l’expression d’une conviction profonde. Cette conviction est tout à fait conforme à l’idée de développement humain intégral d’Amartya Sen, qui parle de « liberté de développer des valeurs personnelles dans un processus libre ». C’est aussi une perspective de PAIX qui coïncide de plus en plus avec la vision des grandes religions et, en particulier, avec ce qu’exprime le pape François dans ses encycliques « Laudato Si » et « Fratelli Tutti. »

 

Miguel Ángel Velasco cmf

Membre de l’équipe Cmf ONU

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.