CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

L’exploitation minière clandestine dans le bassin d’Atrato, Chocó, Colombie SDD 9,13,15,16 FR

par | Mar 14, 2022 | America, Gente, Partners, Planeta | 0 commentaires

 

L’exploitation minière clandestine dans le bassin d’Atrato, Chocó, Colombie

Juande Fernández

Doctorat en écologie

Si nous ne connaissions rien à la politique et à l’économie internationales, nous pourrions imaginer que les pays possédant le plus de ressources et de matières premières seraient des pays très riches d’un point de vue économique. Et donc, la population de ces endroits partagerait ces richesses. Malheureusement, nous savons que ce n’est pas le cas. Nous pourrions énumérer de nombreux cas de pays, notamment en Afrique et en Amérique du Sud, riches en ressources, mais dont les populations sont en même temps les plus appauvries du monde. En d’autres termes, des personnes pauvres dans des pays riches. C’est ce que l’on appelle la « malédiction des ressources ».

L’Afrique possède 90% des réserves mondiales de platine, 80% du coltan, 46% des réserves de diamants, etc. En plus des ressources pétrolières, halieutiques et forestières. Toutefois, 40 % de sa population vit toujours sous le seuil de pauvreté. Des situations similaires existent dans de nombreux pays d’Amérique du Sud, où l’extraction des ressources minérales et naturelles, loin d’enrichir les populations, les plonge dans la pauvreté et la misère. Cette situation est particulièrement choquante pour les peuples autochtones. L’un des derniers cas en date de multinationales étrangères extrayant des ressources, ne laissant que des dégâts environnementaux dans leur sillage, est celui du Pérou. Fin janvier de cette année, une marée noire dans une raffinerie de Repsol a provoqué une catastrophe environnementale sur la côte du pays.

Il y a quelques années, j’ai eu l’occasion, avec PROCLADE, de découvrir de première main l’un de ces cas où l’extraction des ressources en Amérique du Sud génère la richesse pour quelques-uns et le malheur pour les autres.

Durant l’été 2019, j’ai voyagé dans le Chocó (Colombie), une région de jungle bordant le Panama et baignée par les eaux de l’Atlantique et du Pacifique. C’est l’un des endroits où les précipitations et la biodiversité sont les plus élevées de la planète. Un endroit où j’ai trouvé le meilleur et le pire des êtres humains. Le meilleur : rencontrer des personnes joyeuses, accueillantes et très engagées dans la communauté. Le pire : c’est l’une des zones les plus touchées par le conflit armé entre la guérilla, les paramilitaires et l’armée, où des atrocités ont été et continuent d’être commises. Bien que l’accord de paix signé par les FARC ait apporté une amélioration, il reste encore beaucoup à faire dans cette région et dans tout le pays.

L’ensemble du Chocó est structuré par le fleuve Atrato et ses affluents. Le fleuve est le principal moyen de communication, mais aussi une source de subsistance économique et une source de vie et de culture pour ses habitants. Mon premier contact avec l’Atrato a eu lieu à Quibdó, la capitale du Chocó. J’y ai rencontré Adriana, une jeune leader de la communauté qui s’est présentée comme la « gardienne de l’Atrato ». Elle m’a parlé de la rivière avec affection, de ce qu’elle représentait pour les communautés, mais aussi de ses problèmes, de la pollution au mercure due aux mines d’or, de la déforestation, de l’invasion des plastiques, etc. Et j’ai aimé l’écouter, parce qu’il ne parlait pas avec tristesse et résignation, mais avec énergie et espoir.

Dans un monde idéal, le fait de savoir que la rivière contenait des gisements d’or m’aurait fait penser que les communautés locales devaient partager ces richesses. Mais une fois de plus, nous savons que, malheureusement, notre monde ne fonctionne pas comme ça. L’exploitation illégale de l’or reste une dure réalité qui pollue les eaux de la rivière et fournit des fonds économiques aux deux parties du conflit armé. Pendant qu’une armée corrompue détourne le regard, au lieu de remplir ses fonctions de protection des rivières comme l’exige la loi colombienne. En outre, il existe une longue liste de multinationales qui attendent la paix pour s’imposer dans la région afin d’en extraire une part du gâteau, sous forme d’or, de platine, de bois, etc. Cela ne ferait qu’aggraver la situation du fleuve et des personnes qui en dépendent. Comme me l’a dit Adriana, « la rivière et les communautés sont interdépendantes : si la rivière est malade, nous le sommes aussi ! ».

Nous avons besoin que les choses changent et changent vraiment. Nous avons besoin que les richesses naturelles des pays soient partagées avec leur population. Et ceci est lié à la justice sociale mais aussi environnementale. Je suis sûr que si les communautés locales et autochtones elles-mêmes, qui dépendent de la santé des écosystèmes, pouvaient décider de ce type d’exploitation minière, cela se ferait de manière durable et respectueuse de la nature. Laisser le progrès social et environnemental dans les régions au lieu de la pollution et des conflits armés comme c’est le cas actuellement.

Juande Fernández

Doctorat en écologi

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.