CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Les forêts: un élément clé pour atteindre les ODD (II). SDD 1,2,6,7,13,15 FR

par | Avr 10, 2022 | Planeta | 0 commentaires

Les forêts, les zones boisées et les zones forestières : un élément fondamental pour atteindre les ODD (II)

Francisco Javier Plaza Martín.

Ingénieur forestier.

Dans la première partie, une présentation brève et simple a été faite sur les contributions de ces zones aux ODD et à l’agenda 2030 : leur importance pour obtenir des biens et des services de nature très différente grâce à la gestion forestière et leur principe de durabilité, l’importance des communautés locales et leur lien avec ces zones, leurs contributions au changement climatique et la nécessité d’intégrer les aspects environnementaux, économiques et sociaux.

Dans les différentes zones forestières de la planète et dans des contextes différents, il existe diverses faiblesses, menaces, opportunités et forces qui ne doivent pas être abordées de manière simple ou globale. Une analyse adéquate permettra d’établir les mesures nécessaires au niveau local dans des contextes hétérogènes en matière de gestion, de préservation et de restauration.

Il existe une multitude d’accords, de conférences et de conventions qui cherchent à aborder différentes situations dans ce domaine avec des approches globales. Ils se concentrent généralement sur les problèmes et certains messages apocalyptiques, laissant au second plan les exemples existants qui peuvent faire partie de la solution.

Ces situations, qui peuvent sembler idylliques, sont le résultat du travail de nombreuses générations qui ont su comprendre et intégrer le fonctionnement de la nature à leur mode de vie.

Dans les accords internationaux et les conférences des parties relatifs aux mesures à adopter en matière de changement climatique ou de biodiversité, certaines mesures sont justifiées, ou sont destinées à être adoptées, ce qui génère une controverse et peut être contradictoire dans ce domaine.

Par exemple, justifier certaines actions telles que la compensation des émissions de CO2 par la plantation d’arbres ou la création de zones protégées peut ne pas être cohérent pour résoudre le problème et peut même être contre-productif.

Planter des arbres ou restaurer certaines zones déjà dégradées peut être une bonne chose, à condition d’avoir des objectifs clairs et de savoir pourquoi, où, comment, quand et combien. Mais justifier cette mesure pour compenser l’empreinte carbone sans s’attaquer aux émissions n’est peut-être pas réel (greenwhasing) et constitue de toute façon une solution très limitée au problème des émissions de CO2.

Le premier point à retenir est que la restauration des espaces boisés ne doit pas être un objectif unique en raison de la multifonctionnalité des biens et services qu’ils produisent. Il est très important de ne pas oublier l’entretien des zones forestières extensives qui nécessitent une intervention pour remplir et maintenir leur multifonctionnalité, et leur entretien ne doit pas être considéré comme des mesures compensatoires de CO2, contrairement aux nouvelles plantations. Enfin, il existe un paradoxe : on oublie les personnes et les propriétaires liés aux territoires qui les ont le mieux préservés, dont les droits légitimes sont restreints par l’établissement d’aires protégées.

Il est proposé de « protéger » 30 % des terres d’ici 2030, et il est même question de 50 % d’ici 2050. Il n’y a aucune science derrière ces objectifs. Ce sont des slogans. Les gens comme moi pensent que cet objectif est un accaparement de terres, une logique de pouvoir et d’argent et une licence pour s’emparer du reste du territoire. En outre, elle conduit souvent à une dissociation entre l’homme et la nature, ce qui est dommageable pour la société. Ce désengagement met en péril la survie des zones forestières en éloignant les populations voisines et les générations futures des forêts.

Historiquement, les zones protégées ont été déclarées dans de nombreux cas par voie d’imposition, en réduisant les droits et même en expulsant les communautés qui y vivaient et avaient su vivre en maintenant les valeurs qui ont conduit à leur déclaration. Ces politiques de « conservation », fondées sur le préjugé de l’incompatibilité de l’homme et de son environnement sans fondement scientifique avéré, peuvent causer des dommages considérables aux populations locales, voire aux forêts et à la biodiversité.

Le problème réside dans une forte charge idéologique des catégories d’aires protégées qui ne permettent pas certains usages séculaires, n’intégrant pas les populations locales qui vivent ensemble en modulant les écosystèmes depuis des millénaires. Au lieu d’intégrer les différents ODD et d’y contribuer, nous entrons dans les contradictions profondes des politiques de biodiversité par le biais de ce que l’on a appelé la « conservation forteresse », qui devient ségrégationniste et statique.

Nous sommes confrontés au paradoxe suivant : d’une part, par le biais d’un marché du carbone, nous ne nous attaquons pas au problème des émissions provenant principalement du nord de la planète ; d’autre part, les communautés locales, indigènes et rurales, les propriétaires fonciers et les travailleurs qui, depuis des générations, vivent des zones forestières les mieux préservées, qui sont une partie très importante de la solution, subissent une forte aggravation de la part de tiers venant de régions lointaines. Il peut s’agir d’un chasseur-cueilleur au Congo, d’un Adivasi en Inde, d’un éleveur masaï à Ngorongoro, d’un forestier français, d’une municipalité forestière espagnole ou d’une communauté de propriétaires forestiers finlandais.

Tous ces éléments sont essentiels pour son entretien, sa gestion, son utilisation responsable, sa restauration et sa protection contre les perturbations, ainsi que pour la mise en œuvre de mesures d’adaptation et d’atténuation du changement climatique. Leur activité, leurs droits, leur autonomisation et l’intégration de leur importante contribution aux différents ODD doivent être reconnus. Si ce n’est pas le cas, cela aura un effet territorial régressif sur les grands territoires peu peuplés, manquant ainsi une occasion de mettre en œuvre les ODD. En outre, la tension territoriale est curieusement encore plus polarisée en faveur de la société urbaine et déconnectée du travail de la terre et de la nature.

La diversité culturelle et de gestion des zones forestières est étroitement liée à la biodiversité des écosystèmes. Les dehesas espagnoles et de nombreux autres systèmes forestiers dans le monde en sont un bon exemple. Ce sont également des systèmes socioculturels.

La bonne voie à suivre n’est pas de séparer les gens des zones forestières. Les axes de travail doivent soutenir les fonctions socio-économiques des forêts et stimuler la bioéconomie, préserver en gérant et en reliant les différents acteurs, étendre rationnellement les forêts, inverser la perte de biodiversité et garantir des écosystèmes forestiers résilients et multifonctionnels.

Il n’existe pas de solutions simples à des problèmes complexes. Les différentes situations et leurs contributions aux différents ODD doivent être prises en compte. L’éducation au respect est fondamentale. Les solutions ne viendront jamais d’approches holistiques. Les personnes qui travaillent la terre et la nature sont et seront fondamentales. Il n’y a pas de dilemmes, il y a des problèmes. Les approches en noir et blanc sont toujours mauvaises. Il ne s’agit pas de « développement ou forêts », mais au contraire d’intégrer les zones forestières dans le développement. Un imaginaire immaculé est faux, défectueux et dysfonctionnel.

La priorité doit toujours être accordée aux luttes réelles des personnes pour la satisfaction de leurs besoins fondamentaux, la dignité, la justice, la solidarité et l’équité, l’amélioration, l’ajout et la protection de l’environnement et la maximisation des contributions aux différents objectifs de développement durable.

Francisco Javier Plaza Martín.

Ingénieur forestier.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.