CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Les forêts: un élément clé pour atteindre les ODD (I). SDD 1,2,6,7,13,15 FR

par | Mar 14, 2022 | Gente, L'Agenda 2030, Planeta | 0 commentaires

Les forêts, les forêts et les zones boisées : un élément clé pour atteindre les ODD (I).

Javier Plaza Martín

Ingénieur forestier

Sur les 17 ODD adoptés en 2015 pour l’horizon 2030, les forêts jouent un rôle important dans la réalisation de 6 ODD (ODD1, ODD2, ODD6, ODD7, ODD9, ODD13 et ODD15), sont importantes pour 6 autres et apportent une contribution modeste au reste. Il est difficile de trouver un domaine politique qui contribue à autant d’ODD.

Une question aussi complexe ne peut souffrir de solutions simples ou globales. Ils ne sont pas simples par nature et ne peuvent être globaux en raison de leur diversité biologique, technique, sociale, économique, culturelle et politique. Pensons globalement et travaillons localement.

Selon la FAO, dans son rapport 2020 sur la situation des forêts du monde, on estime qu’un tiers de l’humanité dépend étroitement des forêts et des produits forestiers nombreux et variés de toutes sortes qu’elles fournissent. Ce sont les communautés rurales, locales et autochtones qui en dépendent le plus directement. D’autre part, la société en général exige consciemment ou inconsciemment de plus en plus de ressources de tous les types d’écosystèmes. Non seulement les ressources qui ont une économie de marché, mais aussi certains services écosystémiques qui sont valorisés depuis l’Antiquité, comme la régulation de l’eau, la biodiversité, le paysage, les loisirs, leur contribution à la santé, culturelle, spirituelle et une multitude d’externalités que nous connaissons tous et qu’il serait trop long d’énumérer, et qui ne sont généralement pas répercutées sur leurs propriétaires et habitants.

Les communautés locales, indigènes et rurales et les travailleurs forestiers sont essentiels pour le maintien, la gestion durable et l’utilisation responsable des ressources forestières. Ils sont essentiels pour les mesures d’adaptation et d’atténuation du changement climatique.

Les océans et les zones forestières sont les principaux puits de CO2, à la différence que les premiers ne peuvent être gérés et que les zones forestières le peuvent. À cet égard, les forêts, les bois et les prairies ont une double fonction : le stockage du carbone et l’effet de substitution, notamment des matières premières issues de l’économie fossile, et des matériaux très polluants, à forte et intense consommation d’intrants, notamment d’énergie, à forte empreinte carbone et à caractère non renouvelable.

Les zones forestières peuvent être gérées de manière durable en obtenant des produits renouvelables, régénérables, recyclables, réutilisables et biodégradables, de sorte qu’elles soient non seulement conservées, mais aussi améliorées.  La technologie a énormément progressé, tant dans la gestion des forêts et des terres forestières que dans la production de produits de toutes sortes issus de celles-ci, ce qui peut constituer une solution partielle à l’économie fossile actuelle. C’est ce qu’on appelle la bioéconomie. Son importance croissante jouera un rôle clé dans les zones forestières et agricoles. Le concept de durabilité est inscrit dans les gènes de la gestion forestière depuis les débuts de la science et de la technologie forestières en Saxe au XVIIIe siècle. Depuis l’existence de l’humanité, dans de nombreuses cultures et pour certaines ressources, elle a toujours été prise en compte. Même si, intuitivement, elle a été appliquée de manière très efficace, et dans de nombreuses zones forestières gérées depuis des milliers d’années par différentes cultures et civilisations, elle est parvenue jusqu’à nos jours dans un état de conservation acceptable.

Les zones forestières sont extrêmement dynamiques. Il existe, notamment chez les personnes détachées de la terre et de la nature, une conception erronée de la nature sauvage et une approche statique des forêts qui peuvent être préjudiciables à leur propre conservation. De plus, le fait de désengager les humains de la gestion de ces zones alors qu’elles n’ont jamais été séparées est contre-productif et pernicieux, et peut encourager une économie basée sur les combustibles fossiles et les matériaux non renouvelables.

Les forêts nous fournissent des ressources naturelles durables, renouvelables, régénératives et biodégradables. Bon nombre des forêts que vous considérez comme « sauvages » sont de véritables constructions humaines issues de générations de gestion forestière durable.

S’opposer à l’utilisation économique des ressources naturelles sous leurs différentes formes et modalités par des personnes différentes, dans des environnements sociaux et culturels différents, c’est nier la réalité, c’est pernicieux pour les personnes et les écosystèmes, et cela ne fait que générer des dysfonctionnements, notamment dans le domaine des forêts. Le nouveau paradigme se situera au niveau du respect et de la manière dont nous produisons et consommons dans une nouvelle économie. Une nouvelle approche axée sur la satisfaction des besoins des populations, en abordant de manière rationnelle et globale les aspects sociaux, économiques et environnementaux de façon équitable dans chaque contexte social et culturel, et sans perdre de vue que les zones forestières les mieux préservées à ce jour sont celles qui ont constitué le moyen de subsistance des communautés rurales, locales et autochtones. Intégrées depuis longtemps dans le milieu naturel, ces populations ont réussi à se maintenir grâce à la gestion de territoires étendus. Il existe d’excellents exemples partout sur la planète Terre et dans différents contextes sociaux, culturels et historiques qui le démontrent.

Les montagnes ne sont pas seulement des paysages magnifiques, la grande majorité d’entre elles sont le fruit d’un mutualisme entre l’homme et la nature.

Pouvons-nous nous défaire de l’idée que l’humanité est nuisible à la planète ? Trop de messages apocalyptiques émulent et encouragent des manières intransigeantes et des blocages dans l’action, la pensée et le raisonnement. L’humanité a créé de véritables merveilles à tous les égards. Une plus grande portée est atteinte en examinant, en imitant, en faisant progresser et en apprenant des nombreux exemples bons et positifs et de leurs contributions aux ODD. Améliorons les choses en tenant compte du fait que l’ÉCOlogie (connaissance de la « maison commune ») et l’ÉCOnomique (bonne gestion de la « maison commune ») doivent marcher inséparablement main dans la main.

Javier Plaza Martín

Ingénieur forestier

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.