CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Le multilatéralisme a-t-il jamais existé? ODD17 FR

par | Août 10, 2020 | Partners | 0 commentaires

 

Les « trois grands »
chefs de gouvernement à Potsdam, en Allemagne, vers le 28 juillet 1945. De
gauche à droite : Le premier ministre britannique Clement Attlee, le président
américain Harry S. Truman, le premier ministre soviétique Joseph Staline (USA
C-1861).
 

Le multilatéralisme a-t-il jamais existé ?

Miguel Angel Velasco
cmf

Membre de la cmfUNteam

On a beaucoup parlé du multilatéralisme ces
derniers temps.
Même le président Trump parle de la façon dont il
devrait être mis de côté parce qu’il est si nuisible aux États-Unis. Mais le multilatéralisme a-t-il
jamais existé dans l’histoire? C’est certainement quelque chose qui doit être
construit, petit à petit, avec les Nations unies comme point de référence.
 

Il est étrange d’entendre Donald
Trump, président des États-Unis d’Amérique, dire qu’il faut mettre fin au
multilatéralisme car cela va à l’encontre de la devise « America
First ». Je dis que c’est étrange car depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale,
c’est cette nation, qui a remplacé les puissances coloniales européennes, la
puissance dominante qui a organisé le monde. Des organisations comme l’ONU, ou
celles nées de Bretton Woods, ont été promues par les États-Unis ; le but était
de créer un nouvel ordre mondial supervisé par ce pays. Déjà à la fin de la
Seconde Guerre mondiale et dans les traités de Postdam, il était clair que
l’URSS cherchait une voie différente ; ces deux voies différentes mèneraient à
ce qu’on appelle la guerre froide. Le résultat de cette situation a été le
modelage « bipolaire » du monde. Peu après, un groupe de pays dits
« non alignés » est apparu, fortement influencé par l’URSS et plus tard
par la Chine. La présence de ce qu’on appelle le « Tiers Monde » a
donné naissance à une vision de la relation internationale
« tripolaire ». La chute du mur de Berlin (1989) et la désintégration
de l’URSS ont entraîné la naissance de l' »unilatéralisme », très
proche du « néolibéralisme ».

Cette situation de
« unilateralismo¨ » commence à prendre fin avec la poussée économique
de la Chine ces dernières années. Mais, encore une fois, le principal
protagoniste de cette nouvelle phase est les États-Unis. L’émergence de la
Chine en tant que rivale possible des États-Unis a commencé avec la visite de
Nixon en Chine en 1972 et s’est poursuivie avec l’entrée du pays dans
l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001. Il est vrai que les
États-Unis peuvent à juste titre se plaindre que la Chine ne respecte pas
certaines des règles fondamentales de l’OMC. En particulier, le gouvernement
chinois est le véritable propriétaire des principales entreprises du pays ; son
régime autoritaire lui permettrait d’influencer de manière décisive la
stratégie des entreprises chinoises. Peut-être que les États-Unis et leurs partenaires
européens de l’époque croyaient que la Chine allait embrasser les droits de
l’homme et se transformer en une société démocratique, avec
l’internationalisation de ses relations économiques ; mais cela ne s’est pas
produit.

 D’une part, nous pouvons dire,
après ce rapide voyage, que les États-Unis sont, au moins depuis 1945, à
l’origine de toutes les grandes décisions stratégiques de notre monde. D’autre
part, nous pouvons dire que ce que nous appelons aujourd’hui le
multilatéralisme n’a pas existé correctement et qu’il ne s’agit pas simplement
d’un régime économique libéral ou néo-libéral, comme celui dont rêvaient les
États-Unis (Reagan) – le Royaume-Uni (Thatcher) à la fin du XXe siècle.

 Le MULTILATÉRALISME n’en est qu’à
ses débuts. La relation entre les pays – blocs de pays, doit être basée sur les
droits de l’homme, doit reconnaître les institutions internationales propres
aux Nations unies et doit avoir l’Agenda 2030 comme guide de travail. Trois
questions sont décisives pour l’avancement du multilatéralisme : la formation
d’associations de pays, avec la direction d’un ou plusieurs d’entre eux ; la
réforme de l’ONU et de ses agences ; la décision positive d’au moins deux des
trois principaux agents internationaux, les États-Unis, la Chine et l’UE. On
pourrait en ajouter une : que la Russie s’abstienne d’intervenir dans le
processus par des manipulations sur Internet. Est-il possible de respecter ces
conditions : c’est nécessaire ; beaucoup plus après ce qui a été vécu lors de
la crise de 2008 et avec l’actuel COVID-19.

Les Nations unies doivent jouer un rôle central
dans cette nouvelle étape des relations internationales. Comme l’a déclaré
l’actuel secrétaire général,
Antonio Gutérres, à The Economist
(voir vidéo)
, les
Nations unies doivent célébrer leur 75e anniversaire en accélérant les
changements dans leur fonctionnement.
M. Gutérres a souligné deux
facteurs nécessaires au changement de l’ONU : la décision des États membres, en
particulier celle des États-Unis, de la Chine et de la Russie, et les
changements internes de l’organisation elle-même. Nous nous concentrerons ici sur certains
changements internes ; ceux qui concernent les pays seront traités
prochainement.
Concernant l’ONU, M. Gutérres affirme la nécessité de
réduire la bureaucratie et d’accroître la transparence et la responsabilité.
L’ONU est une organisation qui sert beaucoup plus de domaines que le Conseil de
sécurité lui-même.

Les Nations unies ont été créées
pour ne pas tomber, une fois de plus, dans des catastrophes comme les deux
guerres mondiales. Elle est rapidement passée des négociations de paix à la
création d’organisations et d’agences pour faire face aux conséquences de la
guerre. Peu à peu, le nombre d' »agences spéciales » s’est accru et
elles se sont regroupées autour de l’ONU nouvellement créée. Depuis la création
des Nations unies, il y a eu de nombreux groupes et agences spécialisés ;
l’ensemble de ces conseils et agences a été convenu comme le SYSTÈME DES
NATIONS UNIES. J’invite le lecteur à consulter le schéma du système dans le
lien. Link . fr Il est clair que l’un des problèmes de l’ONU est la complexité,
la dispersion et la déconnexion des Conseils et Agences qui composent le Système.
Il ne fait aucun doute que l’ONU est bien plus que le Conseil de sécurité et
qu’elle accomplit une énorme tâche de PAIX et de DÉVELOPPEMENT dans le monde,
mais il est nécessaire de modifier son organisation pour la rendre plus
efficace. Bien sûr, d’autres questions doivent être abordées, comme le veto au
Conseil de sécurité, le financement, le système de vote quasi unanime et
l’augmentation du caractère obligatoire des « recommandations »
décidées par l’Assemblée générale pour tous les États.

Des étapes vers un système
multilatéral sont possibles. Il est possible de placer les Nations unies
renouvelées au centre de ce nouveau système. Mais qu’en est-il des pays qui
doivent être la force motrice du multilatéralisme et du renouveau de l’ONU ? Veulent-ils le faire ? Peuvent-ils
le faire ? Nous laissons ce sujet pour le prochain article de blog.

Miguel Ángel Velasco
cmf

Membre de la cmfUNteam

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version
gratuite)
 

INFORMATIONS SUR LE CORONAVIRUS COVID-19

 

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.