CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

L’attention portée aux migrants à Ciudad Juárez II ODD 10, 16, 17

par | Août 15, 2022 | America, Gente, Partners, Paz | 0 commentaires

L’attention portée aux migrants à Ciudad Juárez II

Migrants: Histoires du voyage vers Ciudad Juarez

Carlos Quevedue cmf

Fondateur de « La Casa del Migrante » (La Maison du Migrant)

De juillet 2019 à mars 2021, Yulissa a fui une situation difficile dans son pays d’origine, le Guatemala.  Son mari a été assassiné et elle a fui pour sauver sa vie avec ses deux fils, l’un âgé de huit ans et l’autre de dix ans.   Ils ont fait partie de la communauté de San Oscar Romero.  Elle a pu trouver du travail, une assistance juridique, des conseils et une éducation pour ses enfants.  Elle a également fait partie d’un cercle de tricotage avec d’autres mères.  Elle a traversé pour poursuivre sa procédure d’asile en mars 2021 après presque deux ans dans le protocole de maintien au Mexique et en tant que membre actif du foyer San Oscar Romero. 

Ana, avec son mari Sergio du Salvador et leurs deux fils… 11 et 15 ans … sont aussi venus en fuyant pour leur vie….  Leur fille est arrivée deux ans plus tôt, craignant pour sa vie, et elle étudie et travaille aujourd’hui dans le nord-est du pays.  Ils faisaient partie de la trentaine de migrants qui sont entrés dans le foyer initialement dans le cadre du programme « Rester au Mexique ».   Les enfants suivaient initialement des cours dans une école locale, et avec l’arrivée de la pandémie de Covid, 19 d’entre eux ont suivi des cours virtuels au sein du foyer grâce à des tablettes. En outre, des ateliers hebdomadaires liés à l’assistance juridique et au bien-être psychosocial ont été proposés chaque semaine.  En mars 2021, tous les migrants initiaux ont poursuivi leur processus d’asile dans les États avec leurs familles ou leurs parrains.

Les processus après mars 2021 se sont concentrés sur l’identification des cas vulnérables avec l’aide juridique d’avocats individuels ou d’organisations comme….. HIAS…. l’organisation hébraïque de soutien aux migrants, COESPO… le gouvernement local de l’État de Chihuahua ici au Mexique et Las Americas avec une aide juridique au sein des États. 

Maria et son fils de huit mois, fuyant avec son mari des violences potentiellement mortelles, sont arrivés au Mexique à la fin de l’année 2021.  Son mari a trouvé du travail comme coiffeur local mais a disparu au Mexique et n’a pas été vu ou entendu depuis. Elle et son fils sont donc arrivés au refuge et ont poursuivi la procédure d’asile et de recherche de son mari. 

David, sa femme Eli et leur fils, ainsi que sa belle-sœur et son fils, ont fui ensemble la persécution et la violence qui menaçaient leur vie au Honduras.  Cependant, lors de leur passage au Mexique, ils ont été kidnappés et rançonnés, torturés, battus, les femmes violées au Mexique par la corruption et le crime organisé.  Ils ont pu obtenir une aide humanitaire et une assistance et sont finalement arrivés aux États-Unis pour poursuivre leur procédure d’asile.

Paco, jeune homme originaire du Salvador, ici dans la banlieue sud de Ciudad Juarez, dans le district de Rio Bravo, a été kidnappé, rançonné et torturé par le crime organisé et les coyotes, mais il a pu s’échapper et trouver refuge à l’Albergue San Oscar Romero. Il a pu déposer des dénonciations légales des crimes commis et a finalement pu poursuivre sa procédure d’asile aux Etats-Unis.

François, sa femme et quatre autres compagnons d’Haïti… fuyant la violence dans leur pays d’origine, Haïti… ont entamé un voyage d’Haïti à la République dominicaine, au Brésil et au Chili pendant plusieurs années jusqu’à ce qu’ils commencent finalement un voyage vers le nord, mais au péril de leur vie. Ils ont traversé plusieurs pays, soumis à des passages à tabac, des viols et des vols, jusqu’à ce qu’ils arrivent finalement en demandant l’asile aux États-Unis.  Vivant en plein air, dans des parcs mais soumis à des agressions dans cette ville violente de Juarez, ils ont finalement pu poursuivre leur processus d’asile en traversant les États-Unis en tant que cas vulnérables d’exceptions au T-42 en juin 2022.

Enrique, un jeune homme de vingt ans actuellement, originaire du Nicaragua à l’âge de 16 ans, a été battu par les forces armées nicaraguayennes et s’est enfui par la frontière du Costa Rica.  Il a survécu à des années difficiles en exil au Costa Rica, avec des problèmes de santé, et s’est aventuré vers le nord pour demander l’asile aux États-Unis.  Il a été victime d’agressions et de vols alors qu’il voyageait avec d’autres sur le « Bestia »… le train du nord vers la frontière à Juarez.  Il a trouvé la sécurité dans le refuge de San Oscar Romero et a commencé à travailler et à demander l’asile dans le cadre du programme « Rester au Mexique ». Il a été agressé par la police locale et volé et a pu déposer des documents juridiques pour ces crimes.  Il poursuit sa démarche.

Ernesto, un jeune homme originaire de Cuba, a passé du temps en prison à Cuba en tant que prisonnier politique.  Il a entamé un long voyage à travers l’Amérique centrale jusqu’au Mexique.  Il a été victime d’extorsion, de menaces et de vols.  Il a fini par arriver à Juarez au cours de l’été 2021 et a pu poursuivre sa procédure d’asile aux États-Unis grâce à des exceptions au titre 42 en tant que cas vulnérable. 

Beatriz et sa jeune fille ont fui la violence et la persécution au Honduras.  Les fils de la mère et du frère ont été victimes d’assassinats par des bandes organisées, y compris la police.   Ils ont finalement atteint la frontière nord et ont trouvé un refuge à San Oscar Romero.  Elle, par contre, est venue en fuyant pour sa vie et celle de sa jeune fille, mais elle n’avait personne pour la parrainer et l’accueillir aux Etats-Unis.   Nous avons pu travailler en réseau avec une collaboration transfrontalière avec la paroisse locale d’El Paso, Texas…. qui l’a accueillie et parrainée dans un premier temps en étroite collaboration avec la famille. Ensuite, nous avons cherché une autre collaboration en réseau dans une ville du nord du Midwest qui lui a fourni, ainsi qu’à sa fille, un logement, de la nourriture pendant cinq mois et un accompagnement juridique. 

Le voyage continue, et le travail aussi, ici au Centre d’attention aux migrants San Oscar Romero de las Americas.   Actuellement, nous hébergeons environ 70 migrants originaires du Salvador, du Guatemala, du Honduras, d’Haïti, de Colombie et de régions problématiques du Mexique comme le Michoacan et le Guerrero.  Nous offrons une attention holistique… éducation, formation, psycho-social, santé, et juridique.   Les histoires se poursuivent, identifiant leurs vulnérabilités et créant des réseaux pour répondre à leurs besoins en collaboration avec de nombreuses organisations avec l’aide des Clarétains, des organisations comme le Service Jésuite des Migrants, et un ensemble d’autres organisations travaillant dans une expérience transfrontalière.

Carlos Quevedue cmf

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.