CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

« et tu es venu me voir ». Pastorale des prisons en Espagne ODD 10, 16

par | Juil 13, 2022 | Europa, Gente, Partners | 0 commentaires

« et tu es venu me voir ».

Pastorale des prisons en Espagne

Óscar Romano Yuste cmf

Aumônier de la prison de Villena

La Pastorale Pénitentiaire en Espagne, dans son voyage synodal, a voulu écouter les personnes privées de liberté. Je prends leurs paroles.

La prison de Villena est au milieu de nulle part. Est-elle aussi loin de l’Église, loin de Dieu et de son Royaume ? Il existe un sentiment de marginalisation sociale, d' »être à part » de la société, et ce sentiment s’étend également à l’Église. Même s’il y a des gestes très personnels qui peuvent être valorisés comme « comptant pour l’Église », le sentiment général est que, de même qu’ils sont marginalisés de la société, ils sont aussi marginalisés de l’Église elle-même. L’Église en tant qu’institution, ou l’Église en liberté, a une mauvaise image en prison.

Les prisonniers ne sont pas étrangers à tous les commentaires que la société elle-même génère, et si nous ajoutons à cela le fait qu’ils n’ont pas de vie ecclésiale, de foi ou de communauté en liberté, l’opinion finale est négative. Les médias façonnent également l’idée de l’Église dans la société, et les prisonniers n’y sont pas étrangers. L’image de l’Église en prison est caractérisée par : « politique », « pouvoir », « affaires », « argent », « points sombres de son histoire », « riches et pauvres », « résistants au changement ».

Mais il y a une église samaritaine. Les personnes privées de liberté s’identifient à cette Église qui accueille, accepte et se rapproche de Jésus. Une Église qui ne demande pas le crime, une Église qui ne demande pas le credo, une Église qui ne demande pas l’origine. Une Église qui traite tout le monde sur un pied d’égalité. Chacun a sa place dans le ministère des prisons.

Être en prison signifie être confronté à la solitude. Cela signifie entrer dans un monde inconnu, différent et plein de préjugés et de stéréotypes. C’est regarder la peur en face, l’insécurité du coin de l’œil et l’incertitude en face. C’est pourquoi un mot de l’aumônier, un regard du volontaire est une porte qui s’ouvre sur la vie, sur l’espoir, sur l’avenir. Un sourire, un câlin, une poignée de main, c’est de l’humanité. Le prisonnier considère comme très positive en prison l’Église qui l’aide, qui l’appelle par son nom, qui l’invite aux réunions et à l’Eucharistie.

L’aide matérielle en prison a été l’un des grands engagements de l’Eglise envers les détenus. Fournir des colis de vêtements aux prisonniers qui ne reçoivent pas de visites, ou donner de l’argent en « peculio » aux prisonniers qui ne reçoivent aucun revenu est une pratique courante de la Pastorale des prisons. En 2020, la Pastorale des prisons a accordé plus de 220 000 euros de subventions aux détenus pauvres, des milliers de colis aux détenus sans soutien familial et a accueilli près de 3 000 détenus en permission qui n’avaient pas de famille, mais qui étaient sous tutelle. Cette réalité de l’aide sociale est bien établie en prison et très appréciée par les détenus.

Au cours d’une année normale (non affectée par la pandémie), 12% des prisonniers participent chaque semaine aux célébrations eucharistiques. Ce pourcentage n’est pas éloigné de la pratique habituelle en matière de liberté. Mais ces chiffres nous obligent à être honnêtes et à reconnaître que plus de 90% des prisonniers qui vont à la messe en prison n’y allaient pas avant d’y entrer et qu’à leur sortie, ils ne rejoindront guère une communauté de foi, de vie.

Lorsqu’un prisonnier entre en prison, dans la solitude de sa cellule, et en regardant autour de lui, il se rend compte qu’il est seul. Tout s’écroule : la famille, les amis, les « collègues ». De nombreux prisonniers ont trouvé leur courage en cherchant refuge en Dieu, comme le montrent certains témoignages. Certains commencent leur réconciliation avec Dieu en prison, et prient à leur manière.

Les célébrations en prison sont vivantes, humaines et spontanées. Les gens chantent, répondent et participent comme ils le souhaitent. Il n’y a pas de masques, pas de doubles standards. Il n’est pas nécessaire de bien répondre, ou de mieux chanter pour se mettre en valeur. La messe en prison aide beaucoup les détenus, elle est ce baume qui donne la paix, qui donne la sérénité, qui apaise les consciences.

Le sentiment majoritaire des détenus est qu’ils ne sont pas écoutés, ni dans la société ni dans l’Église, et le plus triste de tout, c’est qu’ils considèrent que cela va de soi. Ils considèrent cela comme « presque normal ». Ils sont les méchants, tant pour la société que pour l’Église. Ils ont la consolation d’être écoutés par l’Église en prison, par personne d’autre.

NOUS DEMANDONS À L’ÉGLISE. Après toutes les contributions à la réflexion du Synode dans son ensemble, les prisonniers se sont sentis libres et ont osé proposer et demander des choses concrètes sur des questions très spécifiques et concrètes. Ces demandes allaient des besoins des prisonniers eux-mêmes aux suggestions pour un meilleur fonctionnement de l’Église, selon leur point de vue, bien sûr. Au-delà des demandes spécifiques, nous apprécions comme très positif le fait qu’ils se soient sentis libres d’exprimer leurs opinions.

NOUS DEMANDONS À LA SOCIÉTÉ. Bien que les pétitions adressées à l’Église aient été plus nombreuses, peut-être parce qu’il s’agissait d’une réflexion promue par l’Église elle-même, la vérité est que les prisonniers sont davantage interpellés par la société même dans laquelle ils vivent et qui, dans de nombreux cas, les a envoyés en prison. D’autant que, même s’ils ne participent pas à l’Église, leur vie peut continuer, mais s’ils ne trouvent pas de place dans la société, ou s’ils n’y sont pas autorisés, leur vie devient très compliquée.

Y A-T-IL UN MANQUE DE SENSIBILITÉ AUX PRISONS DANS L’ÉGLISE ? De nombreux volontaires ont le sentiment que leur travail et leur sensibilisation consistent à « prêcher dans le désert ». La vérité est que les prisons et les prisonniers ne sont pas à notre portée. Nous ne les voyons pas, nous ne les ressentons pas, et il nous est donc difficile d’y être sensibles, sauf s’il s’agit d’une personne proche de nous ou de notre communauté paroissiale, auquel cas nous nous impliquons.

LE MANQUE D’ÉCOUTE ENTRAÎNE LE MANQUE DE PARTICIPATION. La Pastorale des Prisons est une pastorale marginalisée, non pas à cause de ses bénéficiaires, qui sont des prisonniers et donc marginalisés d’emblée, mais à cause de la conception au sein de l’Eglise elle-même. Ainsi, face à cette situation, ce ministère a besoin d’une capacité de communication et aussi d’une grande capacité d’écoute de la part de la hiérarchie ecclésiastique.

Óscar Romano Yuste cmf

https://www.pastoralpenitenciaria.es/

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.