CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Comment œuvrer pour la paix et la réconciliation dans le Nord-Est de l’Inde

par | Sep 21, 2022 | Asia, Paz | 0 commentaires

Comment œuvrer pour la paix et la réconciliation dans le Nord-Est de l’Inde

Benoy Thekkemoolamundayil CMF

Doctorat en études sur la paix et les conflits

La situation dans le nord-est de l’Inde

Le nord-est de l’Inde (NEI) est la patrie de plusieurs groupes ethniques. La région compte huit États dont les habitants appartiennent à diverses cultures, traditions, habitudes, langues et systèmes sociaux. La majorité de la population est d’origine mongole, originaire d’Asie du Sud-Est. La région partage près de 98 % de ses frontières avec les pays voisins et seulement 2 % avec l’Union indienne. Avant même l’indépendance de l’Inde, les habitants de cette région étaient conscients de leur identité ethnique distincte, qui n’a fait que s’amplifier après l’indépendance.

Le régionalisme s’est insinué dans la région et l’intégration nationale est un défi. La situation stratégique de la région, qui partage ses frontières avec de nombreux pays voisins, permet aux extrémistes d’opérer à partir de ces pays et d’obtenir leur aide. Cette nature géographique, culturelle et linguistique variée de la région la rend vulnérable aux conflits ethniques.

La région NEI est considérée comme la zone de conflit de l’Inde, en ce qui concerne l’ethnicité. Les communautés et les groupes se battent les uns contre les autres et contre le gouvernement pour faire aboutir leurs demandes. Les habitants de la région reprochent aux gouvernements leur incapacité à résoudre les problèmes qui hantent la région depuis des décennies. La lenteur du gouvernement ne peut qu’aggraver la situation dans la région, ce qui perturbe la sécurité intérieure de la nation.

Les différents groupes ethniques de la région ont le sentiment d’être marginalisés et de ne pas être pris en charge par le gouvernement central. Ils ont également le sentiment d’être méprisés par les Indiens « continentaux ». Les différents groupes ethniques ont également le sentiment que les gouvernements des États dirigés par le groupe majoritaire exploitent les groupes minoritaires. Cela a rendu les gens plus conscients de leur appartenance ethnique et les a unis pour lutter pour leurs revendications.

Il y a eu plusieurs mouvements ethniques dans le Nord-Est pour une variété de questions. Bien que des mouvements ethniques aient été observés avant même l’indépendance du pays, ils sont devenus plus prononcés et plus fréquents après l’indépendance. L’une des principales raisons est que les groupes ethniques ont pris conscience de leur identité distincte, qu’ils veulent préserver à tout prix. On peut dire que la plupart des mouvements trouvent leur origine dans la conscience ethnique et le désir d’autodétermination. Bien que les mouvements aient commencé de manière non violente, lorsque les demandes n’ont pas été satisfaites, ils sont devenus agressifs.

Aujourd’hui, la situation est telle que si une demande particulière d’une communauté ethnique n’est pas satisfaite par le gouvernement, elle ressent cela comme un déni de ses aspirations ethniques. Cela commence à faire monter la pression pour obtenir une structure administrative séparée ou un statut d’État. On constate également au sein de divers groupes ethniques que le mouvement réussi d’un groupe ethnique encourage un autre à suivre la même voie, à obtenir des choses pour lui.

Des conflits de cette nature ne facilitent en rien les aspirations du peuple et de la nation. Ils doivent donc être résolus et transformés pour un avenir meilleur. La paix n’est pas quelque chose qui peut être atteint du jour au lendemain. L’instaurer dans une société hétérogène exige du temps, de la patience, de l’engagement, de la persévérance et de la volonté de la part des parties au conflit et des autorités concernées. L’IEN étant une société multiethnique, la coopération et la collaboration de tous les coins sont nécessaires pour atteindre l’état de paix perdu. Par conséquent, l’unité entre les différents groupes ethniques est une exigence pour favoriser des relations cordiales entre les différentes tribus et entre les États pour une existence harmonieuse.

Pistes de solutions

Aucun conflit dans le monde ne peut trouver une solution durable par la force ou l’évitement. La seule façon de parvenir à la paix est le dialogue et la réconciliation. Les médias, en tant qu’entité puissante, ont le potentiel d’être le médiateur de l’unité perdue entre les parties en conflit. Le vrai journalisme soutient les activités qui reconstruisent une société pacifique et tentent de réduire les conflits et d’empêcher qu’ils ne dégénèrent en violence. Les médias peuvent jouer certains rôles dans les situations conflictuelles afin de faciliter la consolidation de la paix. Comme chaque conflit est unique et dynamique, nous devons aborder chaque conflit indépendamment.

Les médias sont mieux placés pour jouer une variété de rôles qui faciliteraient la consolidation de la paix. Des médias indifférents et insensibles avant, pendant et après le conflit contribuent à l’escalade de la violence. La responsabilité qui incombe aux médias suggère qu’à moins qu’ils ne fassent des reportages dans l’intérêt de la consolidation de la paix et ne mettent en lumière les efforts de paix, la situation de conflit aura des répercussions négatives.

L’Église et les Clarétains dans la construction d’une société pacifique

Pour résoudre et transformer tout conflit, il est important d’impliquer diverses agences qui peuvent mobiliser la population. Il est injuste de blâmer le gouvernement seul pour l’échec de la résolution et de la transformation d’un conflit. La société civile a un rôle plus important à jouer dans le maintien de la paix et de la sécurité dans la société. C’est ici que l’Église locale et la congrégation en particulier peuvent faciliter la consolidation de la paix.

Les missionnaires sont mieux placés pour entamer le dialogue, proposer des programmes de sensibilisation et encourager les célébrations communes comme le Nouvel An, Noël et les festivals nationaux et locaux, afin de rassembler les parties en conflit. En visitant les familles des différents groupes ethniques, nous veillons à ce qu’elles soient respectées et acceptées. Nous pouvons également demander l’aide des agences gouvernementales pour apporter le soutien financier nécessaire aux victimes de la violence. Nous devons donner aux institutions traditionnelles les moyens de faire respecter les valeurs et les coutumes traditionnelles du peuple sans diluer les politiques nationales.

Nous devons élever la voix contre toute forme d’abus, d’exploitation et d’injustice à l’égard de toute personne de notre entourage. Nous pouvons être des vecteurs de paix si seulement nous comprenons les causes profondes des conflits et les traitons en impliquant les acteurs du conflit. Nous devons convaincre les gens que leur voix est entendue et qu’ils sont appréciés. Nous serons mieux à même d’étudier les causes profondes des problèmes et de les faire connaître aux décideurs politiques et aux autres parties prenantes. Nous pourrons également proposer des suggestions et des solutions possibles à l’administration.

Nous pouvons prendre l’initiative d’activités éducatives et humanitaires, ainsi que de soins de santé. Mais nous devons travailler au niveau de la base pour comprendre la culture, la foi, les systèmes de valeurs, les traditions et même les superstitions qui ont un impact sur leur mode de vie. En outre, en collaboration avec le gouvernement, nous devons nous assurer que de nombreuses opportunités d’emploi sont offertes aux jeunes afin qu’ils s’engagent dans des activités constructives. Que la construction de la paix soit l’effort combiné de toutes les parties prenantes pour une société pacifique.

Père Benoy Thekkemoolamundayil CMF

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.