CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Cher peuple russe ; cher peuple ukrainien ODD 16, 17

par | Mar 5, 2022 | Europe, Partners, Paz | 0 commentaires

Cher peuple russe ; cher peuple ukrainien

 

Miguel Angel Velasco

Docteur en pédagogie

 

La Russie, comme d’autres grands pays, a des « noms pour l’histoire ». Pierre Ier et Catherine II sont, par excellence, les deux plus grands de l’histoire russe, auxquels il faut ajouter Lénine et Staline et Mikhaïl Gorbatchev. Peut-être l’objectif de Vladimir Poutine est-il d’ajouter son nom à cette collection de personnages historiques de signes très différents ? Que compte-t-il faire avec l’invasion de l’Ukraine ?

 

Une histoire qui revient

 

L’âme du peuple russe a toujours un fond de profonde tristesse et de fatalisme qui a été façonné par ses dirigeants au cours de nombreux siècles. Aux « tsars de toute la Russie » ont succédé les « tsars » de l’Union des républiques socialistes soviétiques et, après un bref interrègne mené par Mikhaïl Gorbatchev et la Perestroïka, le tsar Vladimir Poutine est arrivé sur le devant de la scène. La ligne d’absolutisme médiévale des dirigeants de la Russie tsariste, malgré l’ouverture des élites à l’Europe sous Pierre Ier et Catherine II, a été maintenue et aggravée sous l’URSS. L’esprit de Vladimir Poutine est en phase avec l’idéologie et les pratiques tsaristes-soviétiques des temps passés. Mais nous devons garder à l’esprit, le premier Poutine, que l’environnement de la Russie et le peuple russe ne sont pas les mêmes que ceux d’antan, même s’ils conservent certaines de leurs caractéristiques. 

 

Pour Vladimir Poutine, les années 1989 et 1990 et la disparition de l’URSS représentent la plus grande catastrophe du XXe siècle. Il ne semble pas que la grande majorité du peuple russe soit d’accord avec lui, car cela leur a permis de faire l’expérience de ce qu’ils avaient longtemps désiré de l’autre côté du rideau de fer : la liberté, même si elle était limitée. C’était encore pire aux yeux de Poutine lorsque le président Obama a affirmé que la Russie était devenue une « puissance régionale », perdant ainsi son statut de « grande puissance mondiale ».

 

Vladimir Poutine semble vouloir entrer dans l’histoire comme celui qui a rendu à la Russie son empire, un empire similaire à celui de l’URSS et, surtout, lui redonner le statut de Grande Puissance qui parle « d’égal à égal » avec les Etats-Unis. Nous parlons de la Russie, dont le PIB est similaire à celui de l’Italie et qui fonde son économie sur l’exportation de pétrole, de gaz, de charbon et d’armements. Les symptômes de cette « quête compulsive » de retour aux temps passés se retrouvent dans sa détermination à reprendre le contrôle des républiques d’Asie centrale et à approfondir la « fraternité » qu’elle a toujours eue avec la Biélorussie ou la domination d’autres zones frontalières comme l’Ukraine. Mais ces désirs vont encore plus loin ; la construction du nouvel empire russe de Poutine s’étendrait également à l’océan Arctique, qui devient de plus en plus accessible en raison du changement climatique. Il s’agirait également de contrôler l’Union européenne en raison de la dépendance de cette dernière au pétrole et surtout au gaz. Peut-être Poutine veut-il certainement entrer dans l’histoire en ajoutant son nom à ceux des « figures historiques russes », en redonnant à la Russie la « splendeur » de l’époque de l’URSS.

Pierre, Le Grand. St. Petersborg

Toutes les grandes figures russes mentionnées au début, à l’exception de Gorbatchev, sont entrées dans l’histoire pour les grandes choses que le peuple russe et les peuples voisins ont subies. Je ne pense pas que Poutine veuille entrer dans l’histoire aux côtés de Gorbatchev ; par ses actions, il est plus proche de Staline que de quiconque. 

 

Ce n’est pas le moment de jouer à un jeu de dupes.

 

On dit de Vladimir Poutine qu’il est un excellent joueur d’échecs. Peut-être, avec l’invasion de l’Ukraine, a-t-il voulu jouer un jeu de maître dans lequel il pourrait remporter plusieurs victoires en même temps : déstabiliser l’Union européenne en raison de désaccords sur le gaz dont elle a tant besoin ; désarticuler l’OTAN face aux désaccords entre l’Europe et les États-Unis ; redevenir un acteur décisif sur la scène mondiale ; gagner en popularité en Russie en ravivant le nationalisme et la fierté du pays. Le problème est que tous les jeux, y compris les échecs, ont leurs règles et ne peuvent être « joués » en enfreignant toutes les lois du droit international. Les conséquences, pour l’instant, de l’invasion de l’Ukraine ont été les suivantes : renforcement de l’Union européenne et de l’OTAN ; condamnation de la Russie à l’ONU, au Conseil des droits de l’homme, ouverture d’une enquête à la Cour internationale de justice de l’ONU ; protestation sociale interne contre Poutine et sa guerre ukrainienne. La déstabilisation interne s’aggravera si la guerre se prolonge et si ce qui a été vendu au peuple russe comme une « campagne de pacification et de libération » se solde par un nombre important de jeunes Russes tués au combat.

En 2014, j’étais en Sibérie, juste au moment de l’invasion russe de la Crimée. La péninsule a été conquise à l’Empire ottoman à l’époque de Catherine la Grande en 1783, ce qui a presque brisé l’équilibre instable des empires européens. Pourquoi Catherine s’intéressait-elle tant à la Crimée ? La raison est la même pour Catherine que pour Poutine : disposer de bases militaires en mer Noire et s’assurer un accès aux « mers chaudes » qui manquent à la Russie, à savoir l’accès à la Méditerranée. Le message transmis au peuple russe pendant mon séjour en Sibérie par les médias officiels était le suivant : « La Mère Russie ne peut rester insensible à la souffrance du peuple de Crimée ; ses dirigeants l’exploitent ; nous devons intervenir de toute urgence ». Même à l’époque, en discutant avec certains habitants, ils m’ont dit que, même si les nouvelles officielles étaient bonnes, ils ne faisaient pas du tout confiance au gouvernement. 

 

L’élément le plus important à garder à l’esprit pour l’avenir est peut-être l’opposition interne à Poutine. La campagne d’arrestations et d’empoisonnements de dirigeants de l’opposition, toujours niée par le gouvernement russe, se poursuit depuis l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine. Aujourd’hui, de nombreux manifestants dans les villes russes contre la guerre de Poutine en Ukraine sont emprisonnés. Alexei Navalny, leader de l’opposition emprisonné après son empoisonnement, a appelé les gens à descendre dans la rue pour manifester contre la guerre de Poutine et, si nécessaire, à faire sauter les prisons russes en raison du nombre de détenus. Les embargos et les mesures économiques des États-Unis et de l’Europe, ainsi que les actions menées aux Nations unies, visent à démasquer et à saper la force de Poutine en Russie en renforçant l’opposition, voire à affaiblir les partisans intéressés de son cercle restreint, déjà manifestement effrayés par les dernières décisions de Poutine.

Le même « appel à la solidarité avec les peuples opprimés par les dirigeants qui les envahissent » a déjà été utilisé par Staline avec la Finlande (1939) et est maintenant utilisé avec les régions de Donetsk et de Lugansk. Dans l’invasion de l’Ukraine, il est curieux que Poutine ne fasse aucune référence à la russification de ces régions, ce qui explique que la langue soit le russe et non l’ukrainien ou que l’abondante population russe soit si présente dans ces régions. Justifier l’invasion de l’Ukraine sur la base de la fraternité impliquée par la naissance de la Russie dans des lieux aujourd’hui ukrainiens (Kievan Rus 822) n’a aucun sens. Parallèlement, ce principe devrait être appliqué au droit que la Turquie aurait hypothétiquement aussi de revendiquer la Crimée ; rappelons que la péninsule de Crimée appartenait à l’Empire turc lorsque la Crimée a été conquise (1783) par Catherine la Grande. Parceller l’histoire en fonction du moment historique qui convient au « récit actuel » est une habitude qui n’apporte pas de bonnes conséquences. Il est préférable de s’en tenir à la légalité internationale fondée sur des traités et, à partir de là, de construire l’avenir.

Ukraine : douleur sur douleur

 

La résistance de l’Ukraine est ancrée dans des expériences historiques douloureuses. Vladimir Poutine, se sentant le « Tsar » chargé de redonner à la Russie sa grandeur impériale, aurait peut-être dû se souvenir du « Holodomor » ukrainien (https://es.wikipedia.org/wiki/Holodomor) qui, de 1932 à 1933, a causé 3,9 millions de morts de faim en raison de la réquisition du blé ukrainien pour payer les dettes de la Russie. Peut-être aurait-il dû se souvenir, aussi, des purges et des persécutions dont le peuple ukrainien porte en lui les plaies saignantes causées par un autre « quasi tsar » appelé Staline. Poutine a-t-il oublié les catastrophes des invasions de la Tchétchénie et de l’Afghanistan ? Poutine a-t-il oublié ce que signifie pour les habitants d’un pays de résister à la domination d’un autre ? A-t-il oublié que non seulement un pays doit être vaincu par la guerre, mais que le problème peut commencer « le jour d’après » afin de continuer à y construire la paix ? Poutine a-t-il pris en compte le fait qu’en plus du million de réfugiés qui ont quitté l’Ukraine, il en reste 43 millions ?

 

Comme Ivo H. Daalder déclare dans Foreign Affairs (1er mars 2022): « Le 24 février 2022 représente un jalon historique d’un changement d’époque. Les puissances démocratiques de l’Occident sont une fois de plus appelées à défendre un ordre fondé sur des règles qui a été violemment déraciné ». J’espère que le peuple russe, qui souffre depuis longtemps, et les peuples proches de la Russie de Vladimir Poutine, pourront bientôt avoir le sentiment de vivre dans un régime de libertés. D’ici là, la légitimité du principe de la « R2P » (responsabilité de tous les pays de défendre les droits de l’homme dans le monde) est garantie par la longue série de déclarations de l’ONU.

 

Le président russe Vladimir Poutine ne se contente plus de revisiter l’année 1991, mais nous ramène en 1939, voire en 1918, lorsqu’une puissance impériale pouvait introduire son armée dans un État voisin. Au vu de la situation, l’Union européenne devrait envisager l’entrée non seulement de l’Ukraine, mais aussi de l’Arménie, de l’Azerbaïdjan, de la Géorgie et de la Moldavie. 

Beaucoup de choses doivent changer après le 24 février 2022 ; espérons que nous prendrons tous les bonnes décisions avec détermination et attention. Dans ce processus de changement, les dénominations chrétiennes et les organisations confessionnelles devraient jouer un rôle de catalyseur. Construire la Paix en tant que fraternité universelle reste la plus haute priorité, surtout au vu des souffrances causées par les guerres et aujourd’hui, en ce moment même, la souffrance du peuple ukrainien et des familles des combattants russes.

 

Cher peuple russe, cher peuple ukrainien, chers peuples frères. Je vous souhaite la paix du fond du cœur. La paix au milieu de la guerre que quelqu’un a insisté pour commencer sans votre permission.

 

Miguel Ángel Velasco

Docteur en pédagogie



0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.