CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Apocalypse ? Que devons-nous faire en tant que chrétiens ? ODD 17

par | Août 12, 2022 | Partners | 0 commentaires

Apocalypse ? Que devons-nous faire en tant que chrétiens ?

Miguel Ángel Velasco cmf

UNITAR Master en études du développement et diplomatie

B.A. en théologie systématique

Nous sommes au début d’une nouvelle époque, avec l’insécurité que tout changement d’époque entraîne. Que devons-nous faire, en tant que chrétiens, dans cette situation ? Devons-nous nous impliquer dans les rebondissements politiques où se décide la forme du monde de cette nouvelle époque ? Devons-nous laisser toutes ces questions aux politiciens et aux diplomates ? Que faire ? Je voudrais proposer quelques idées sur ce que nous, en tant que chrétiens, devrions faire. Je pense que cela peut être un bon point de départ pour une analyse et une conversation plus poussées qui enrichiront et affineront les idées de cet article.

Tout d’abord, nous devons faire un effort pour nous sentir citoyens du monde et responsables de celui-ci. Cela ne veut pas dire que nous ne devons nous préoccuper que des personnes vulnérables dans d’autres pays. Nous savons que l’un des changements les plus remarquables de l’Agenda 2030 et de ses ODD par rapport aux objectifs du Millénaire pour le développement est l’affirmation que les 17 ODD doivent être réalisés dans chaque pays ; le schéma selon lequel le Nord riche doit aider le Sud pauvre est rompu ; le Nord et le Sud sont présents dans chaque État-nation. La conscience d’être un citoyen mondial (universel) responsable implique de prendre conscience des liens et des implications pour l’ensemble de l’humanité et de s’engager à rechercher des changements au niveau mondial et local.

Mais comment être conscient de ce qui se passe réellement sous d’autres latitudes et de ce qui se passe au niveau des relations internationales mondiales ? Comment savoir où va le monde ? Pour connaître « de première main » et sans intermédiaires intéressés, nous devons accroître notre présence dans les organisations internationales; toujours de manière organisée, coordonnée et réaliste. Nous ne devons pas chercher à réactiver les attitudes de domination typiques des modèles ecclésiologiques du passé, mais plutôt opter pour une collaboration claire avec les autres, toujours dans le cadre du réalisme de ceux qui savent que les relations internationales appartiennent, fondamentalement, aux États-nations et à leurs organisations. Cet espace de présence et d’engagement correspond à tous les membres de l’Église catholique, mais surtout aux laïcs. Nous devons retrouver l’impulsion que Vatican II a donnée à la présence des laïcs dans la transformation du monde, à travers la politique et les relations internationales.

La « Mission – Vision » des ONG dans ces forums internationaux doit être basée sur les principes de la Doctrine sociale de l’Eglise et, plus particulièrement maintenant, sur des encycliques telles que Fratelli Tutti ou Laudato Si. Leurs actions et programmes doivent impliquer une coordination entre les ONG catholiques entre elles et avec le Siège Apostolique ou les Conférences épiscopales. La collaboration des organisations confessionnelles (OC) doit s’étendre au dialogue et à la collaboration avec les autres OC chrétiennes, celles d’autres religions et toutes celles avec lesquelles nous partageons les mêmes objectifs.

Bien sûr, les organisations confessionnelles et la société civile en général ont une influence importante sur l’environnement des organisations internationales d’États-nations, telles que l’ONU, mais nous devons garder à l’esprit que les décisions sont prises par les États et leurs délégués, et non par les ONG. Penser le contraire revient à induire en erreur et à susciter de fausses attentes. Mais il existe d’autres raisons puissantes d’être présent dans ces organisations.

La internationale des organisations laïques et religieuses dans les forums et organisations internationales doit nous rendre profondément conscients du panorama international. L’objectif doit être d’avoir une bonne connaissance de la situation internationale afin d’orienter de manière adéquate nos priorités dans la transformation du monde. Une connaissance approfondie du fonctionnement et des priorités de l’ONU, de la Déclaration universelle des droits de l’homme et du programme 2030 pour les objectifs de développement durable doit être essentielle. Pour cela, il est non seulement nécessaire d’être présent dans les forums correspondants, mais aussi d’étudier au niveau universitaire des questions telles que le développement humain durable, la doctrine sociale de l’Église, les relations internationales, l’histoire des relations internationales, la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Les personnes ou les groupes chargés de cette présence internationale doivent se sentir appelés à communiquer leur connaissance de la réalité internationale à leurs organisations ; ils doivent transmettre la conscience de citoyens du monde responsables (citoyenneté mondiale). Ces actions de sensibilisation doivent s’adresser : aux autres membres de leurs organisations ; au corps enseignant des institutions éducatives ; aux groupes catéchétiques et aux catéchumènes ; aux écoles de formation des responsables de l’évangélisation ; aux activités et aux célébrations des communautés paroissiales. Les membres de ces groupes, conscients de leur responsabilité, seront des acteurs pertinents dans leurs villes et leurs pays, faisant partie d’une société civile active et engagée. Les ONG, et en particulier les organisations inspirées par la foi ou basées sur la foi, doivent construire des réseaux de communication et de collaboration à partir desquels elles peuvent influencer les pays, les villes et les groupes sociaux dans lesquels elles sont présentes.

Les membres de l’Église catholique, des autres Églises chrétiennes et des autres religions ont également une mission importante. Cette mission est claire mais pas facile: rendre des régions du monde, des pays ou des groupes humains, qui ne figurent normalement pas dans les analyses géopolitiques, très présents dans les forums internationaux et dans nos groupes et églises. Si vous parcourez toute la première partie de cet article, vous constaterez que les analyses géopolitiques « importantes » ne font pas référence à des régions du monde qui semblent systématiquement ne pas exister ; nous devons contribuer à remédier à cette situation et faire en sorte que les instances internationales, nationales et locales en parlent et s’en préoccupent effectivement.

Enfin, et c’est le plus important, la présence de l’Église dans ces lieux et auprès de ceux dont peu, voire aucun, ne se soucient. Ce blog est plein de témoignages de cet énorme travail de l’Église dans tous les domaines présents dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et l’Agenda 2030 avec ses ODD. Ce qui est présenté dans ce blog n’est qu’une infime partie de tout le travail que l’Église accomplit dans le monde « dans la rue », aux côtés de ceux qui ont le plus besoin d’attention. Comme l’indique à plusieurs reprises l’Agenda 2030, ces personnes et ces groupes sont présents dans tous les pays, mais surtout dans ceux où les indices de développement humain sont les plus bas.

Nous sommes à un moment crucial et, en même temps, difficile dans notre monde. Il est vrai que l’actualité quotidienne est pleine de motifs d’inquiétude, mais il y a bien plus dans le monde. L’Église, et ses nombreux engagements transformateurs, fait partie de cet immense groupe de personnes et d’organisations qui ne se résignent pas, comme Dieu le Père ne se résigne pas, au fait que l’avenir de l’humanité est plein de ténèbres. L’espoir d’un changement, d’un monde nouveau, se trouve avant tout dans tous ces hommes et ces femmes qui, qu’ils le sachent ou non, font avancer le contenu de l’Évangile. En ce sens, il est également nécessaire de rendre possible une « apocalypse » de toutes les actions positives qui sont menées dans notre monde ; je crois que nous serions remplis d’espoir pour l’avenir de l’humanité.

 

Miguel Ángel Velasco cmf

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.