CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Apocalypse ? Le début d’une nouvelle ère ODD 17

par | Août 12, 2022 | Partners | 0 commentaires

Apocalypse ? Le début d’une nouvelle ère

Miguel Ángel Velasco cmf

UNITAR Master Arts en études du développement et diplomatie

Nous vivons un moment apocalyptique, mais dans le vrai sens du terme. Apocalypse signifie, dans son sens premier, DÉVOILER, autrement dit : mettre à nu, découvrir, mettre en lumière, ce qui était auparavant couvert ou dissimulé. Nous sommes certainement dans un moment que l’on pourrait qualifier d' »apocalyptique ». On pourrait dire la même chose si l’on affirme que nous sommes à un tournant de l’histoire, à un changement d’époque.

Une longue histoire, mais… pas si longue.

Il n’est pas rare d’entendre des commentaires appelant à une autorité mondiale pour résoudre les situations intolérables dans notre monde. Certes, une sorte d’organisation mondiale est nécessaire pour résoudre de nombreux conflits actuels ; mais cette façon de « penser globalement » n’est pas très ancienne dans l’histoire des 2 millions d’années qui se sont écoulées depuis l’apparition du premier hominidé sur terre.

Après des milliers d’années d’histoire à penser en termes de royaumes et d’empires les uns contre les autres, ce n’est qu’après la terrible Première Guerre mondiale (1914) que la Société des Nations a été créée (1919). L’objectif de la Société des Nations n’était pas d’empêcher qu’un événement similaire à la Grande Guerre (1914) se reproduise. L’objectif principal de la Société des Nations était impossible à atteindre, principalement parce que ce sont les « vainqueurs de la Première Guerre mondiale » qui prenaient les décisions contre les vaincus. En 1939, la Seconde Guerre mondiale a éclaté et en 1945, les Nations unies ont été fondées. Il s’agissait de la deuxième tentative majeure de créer une organisation pour prévenir la guerre et construire un monde pacifique.

La Charte des Nations unies dote l’organisation de différents organes fondamentaux : l’Assemblée générale, où chaque nation dispose d’un vote souverain ; le Conseil de sécurité, formé par les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale, avec un droit de veto ; le Secrétariat général, dont le secrétaire est le Premier ministre ; le Conseil économique et social, dont la mission est de créer les conditions économiques et sociales permettant d’éviter la guerre ; le Conseil de tutelle, dont la mission est de superviser le processus d’émancipation des colonies.

La fin de la Première Guerre mondiale a entraîné la disparition de l’Empire turc, de l’Empire autrichien et d’une partie de l’Empire russe. Ce n’est qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale que les empires d’Angleterre, de France, d’Allemagne, de Hollande et de Belgique ont disparu. Pour se rendre compte de l’énorme bouleversement créé par l’émancipation des colonies, il suffit de comparer le nombre d’États-nations fondateurs de l’ONU (51) aux 191 membres actuels.

Le monde a énormément changé depuis 1945. La transformation des relations internationales a été immense, même si l’on ne considère que celles qui ont eu lieu depuis 1945. L’ONU a beaucoup changé depuis 1945, mais elle doit s’adapter à un monde très différent de celui de l’époque de sa fondation.

1945 marque le début de l’ère de la domination mondiale des États-Unis. Depuis lors, l’ordre international a été guidé par des actions et des institutions créées par les États-Unis. Nous pouvons citer : la poussée pour l’indépendance vis-à-vis des métropoles européennes et la création d’États-nations ; la poussée pour la création de l’ONU et de la Charte des droits de l’homme ; la création de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les conflits avec la Russie ont commencé, donnant lieu à la guerre froide et à l’émergence des trois blocs mondiaux. Les trois blocs étaient les suivants : le bloc occidental, dirigé par les États-Unis ; le bloc communiste, dirigé par la Russie ; et le « tiers monde », plus la Chine. Tout s’est déroulé, plus ou moins, jusqu’en 1989, lorsque l’Union des républiques socialistes soviétiques s’est effondrée ; c’est le moment où l’héritier de l’empire des tsars, le dernier grand empire européen, a disparu. C’est aussi le moment où l’on parle, comme l’a dit un expert en politique internationale, de « la fin de l’histoire » (Fukuyama, 1988) ; la lutte des idéologies et des blocs est terminée. Le monde occidental, le monde libéral et démocratique, avait une voie claire vers l’avenir ; ce n’était qu’une question de temps avant que tous les pays du monde ne prennent les principes du monde occidental comme seul guide. Mais l’histoire est loin d’être linéaire.

Le monde occidental a entrepris, en partie par fierté, en partie par ambition économique et en partie avec de bonnes intentions, d’intégrer deux grands conglomérats sociaux dans le monde occidental du libre-échange et des systèmes démocratiques. Ces deux pays étaient la Chine et la Russie. L’Europe et les États-Unis, surtout l’Allemagne, ont été les moteurs du mouvement d’intégration des pays de l’orbite de l’ex-URSS dans l’Union européenne ; même le G7 s’est transformé, pour un temps, en G8 par l’inclusion de la Russie (1997-2014). En 2001, la Chine, main dans la main avec les États-Unis, a rejoint l’Organisation mondiale du commerce (2001), avec de nombreuses exceptions aux règles communes au reste des pays, en raison du fait qu’elle n’est pas un pays de « libre marché » ; cette intégration a rendu possible la croissance exponentielle des exportations chinoises.

Dévoiler ce qui était caché. Le début d’une nouvelle ère

L’arrivée de Poutine au pouvoir en Russie a signifié un retour au rêve impérial russe, désireux de retrouver le pouvoir perdu – au moins dans certaines parties de l’Europe de l’Est et de l’Asie centrale. D’où l’invasion de la Crimée et de l’Ukraine et son influence croissante en Asie centrale. De son côté, la Chine n’a jamais oublié les affronts occidentaux des guerres de l’opium (1839-1860), l’invasion du Japon ou les guerres avec la Russie. De même, la Chine ne veut pas reconnaître que le gouvernement le plus légitime est celui de Taiwan, héritier du gouvernement légitime de Chiang Kai-shek, qui a dû se réfugier sur l’île et proclamer la République de Chine (1949) après la victoire de Mao Tse Dong. Le récent voyage de Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, à Taïwan, nous a permis de découvrir une facette de la Chine inconnue de beaucoup : la composante belliciste de la République populaire de Chine dans ses diverses revendications. Les problèmes non résolus du passé, ou les désirs de revenir à un passé plus glorieux que le présent, refont surface, sont « découverts ».

Nous ne pouvons certainement pas parler, ni pour aujourd’hui ni pour l’avenir, d’un monde « unidirectionnel » et « unipolaire ». Nous assistons à une APOCALYPSE, à une UNBELIEF, de nombreux désirs cachés des pays qui ont été importants par le passé et qui pourraient l’être à l’avenir. L’année 2023 sera une année d’une importance significative dans le début de la conception d’une nouvelle ère dans l’histoire de l’humanité. Nous ne savons pas où nous allons ; nous ne savons pas quels blocs resteront dominants, peut-être les Etats-Unis-Europe et la Chine-Russie à la tête de grandes alliances ? Nous ne savons pas non plus quel sera le rôle de l’ONU, du G-7 ou du G-20 dans la gouvernance mondiale ; le modèle de l’Union européenne sera-t-il un modèle valable de fédération ou de confédération pour d’autres parties du monde ; les États-Unis arriveront-ils à une confrontation interne proche de la guerre civile ou réussiront-ils à surmonter les tensions internes ? Où se situent les pays d’Amérique latine ? Quelle sera la réaction des pays d’Afrique, très différents les uns des autres, face au néocolonialisme qu’ils subissent actuellement ? Quelle sera la position des immenses pays d’Asie tels que l’Inde, l’Indonésie, le Vietnam, le Japon, la Corée et les Philippines ? La fin d’une époque historique et le début d’une autre posent de telles questions.

La question que nous devrions poser maintenant est la suivante : quel est le rôle des chrétiens catholiques dans cette période de changement turbulent ? La deuxième partie de l’article, dans le prochain billet de blog, tentera de donner quelques indices de la réponse.

Miguel Ángel Velasco cmf

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.