CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

2023 : la tempête parfaite ODD 17

par | Juil 20, 2022 | Partners | 0 commentaires

2023 : la tempête parfaite

Miguel Ángel Velasco cmf

De l’équipe clarétaine à l’ONU

Master en Développement et Diplomatie, UNITAR

Une fois de plus, comme chaque année depuis 2015, le Forum politique de haut niveau (FPHN) sur le développement durable s’est réuni pour examiner la mise en œuvre de l’Agenda 2030. Dans un précédent article du Blog, les principales conclusions de la première semaine axée sur cinq des ODD 2030 ont déjà été présentées.

La deuxième semaine était consacrée, comme chaque année, à la présentation volontaire de la mise en œuvre de l’Agenda 2030 dans leur pays respectif (VNR). La vérité est que cette deuxième semaine s’est transformée en un temps consacré à chanter les gloires, la plupart du temps inexistantes, de la réalisation de l’ODD 2030 dans le pays respectif ; de cette façon, en de nombreuses occasions, l’utilité de ces  » VNR  » disparaît. Parfois, après avoir écouté la présentation du pays avec sa vidéo de propagande touristique correspondante, on se dit que le modérateur de la table s’est trompé en nommant le pays ; la réalité connue des pays est tellement différente de certaines des présentations. L’objectivité et le sérieux de l’Examen périodique universel (EPU) du Conseil des droits de l’homme à Genève sont bien loin de ces présentations.

Les sessions les plus éclairantes ont eu lieu le lundi 18 ; l’après-midi de ce jour a clôturé le Forum pour l’année. La quasi-totalité des principaux intervenants du FPHN au cours des deux dernières semaines ont souligné l’importance du Forum politique de haut niveau (FPHN) de 2023, qui se tiendra en septembre, en même temps que l’Assemblée générale des Nations unies. L’année prochaine, nous serons à mi-chemin entre l’année de l’adoption de l’Agenda 2030 (2015) et son année d’achèvement, 2030. Tous les principaux intervenants, je le répète parce qu’il y a eu quelques interventions de très bas niveau, ont affirmé l’urgence de décisions politiques claires qui impliquent des réglementations pratiquement obligatoires pour tous. Nous savons que cette obligation dépend de la volonté souveraine de chaque pays, conformément à sa législation spécifique.

La décennie écoulée a été marquée par une accumulation incessante de crises. La crise environnementale de l’Anthropocène a été rejointe par la crise financière de 2008, la pandémie du COVID-19, l’invasion de l’Ukraine par Poutine. Dans très peu de temps, nous pourrions très bien avoir avec nous une crise alimentaire, une crise énergétique et peut-être, comme l’ont dit plusieurs intervenants, une nouvelle pandémie sanitaire. C’est ainsi que débutera l’année 2023.

Selon les historiens, lorsqu’un thème apparaît de manière répétée dans les délibérations d’un conseil, même s’il est positif, cela signifie que la question est problématique et doit être traitée de toute urgence. On pourrait dire la même chose du Forum politique de haut niveau de 2022. Quelles ont été les idées les plus marquantes de ces deux dernières semaines et qu’est-ce qui, à mon avis, pourrait en être le cœur ?

Le multilatéralisme. C’est l’une des expressions les plus fréquemment utilisées au cours de ces deux semaines. Tout le monde a réclamé des solutions, entre pays et blocs de pays, aux énormes défis que nous devons relever, avec détermination. Ce qui sous-tend ces déclarations, c’est la crainte bien réelle d’une multipolarisation des relations internationales. La pandémie a déjà indiqué des blocs autour de la Chine, de la Russie et des pays occidentaux, dans la distribution des vaccins COVID-19 ; l’invasion de l’Ukraine a achevé la démarcation des frontières. Il a été très éclairant à cet égard de regarder quels pays ont soutenu, désapprouvé ou se sont abstenus de voter sur l’invasion de l’Ukraine.

Importance des Nations unies. Dans le prolongement de ce thème du multilatéralisme, mais en adoptant une approche plus spécifique, l’importance des Nations unies en tant que forum irremplaçable de dialogue et de rencontre a été répétée ad nauseam. Il ne fait aucun doute que c’est le cas, mais l’inopérabilité persistante du Conseil de sécurité des Nations unies, le non-respect systématique des traités et conventions internationaux et la fragmentation des agences des Nations unies sont les symptômes d’une crise du système des Nations unies. De nouveaux moyens et de nouvelles structures sont nécessaires pour aller de l’avant ; certainement basés sur le schéma des Nations unies, mais profondément réformés.

L’importance de l’Agenda 2030 en tant que feuille de route pour l’avenir. Les résultats, aussi perplexes que puissent être certaines statistiques, sont que la situation globale du monde en termes de développement durable s’améliorait jusqu’en 2019. En 2019, la pandémie a brisé tous les progrès réalisés en une décennie en termes de développement humain durable. À cette situation s’ajoute le non-respect, ou le respect minimal, de différents accords climatiques : l’accord de Paris sur le changement climatique et les émissions de CO2, la COP25 à Madrid-Chili et la COP26 à Glasgow. En ce qui concerne le changement climatique, la crise énergétique que nous commençons à connaître va mettre un terme à de nombreuses décisions de l’économie verte, qui seront noircies par le retour du charbon et la prise en compte de l’énergie nucléaire et du gaz naturel comme énergies de transition. Un des « dommages collatéraux » de l’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine.

Un ordre mondial basé sur des lois universellement applicables. Au sein du « HLPF », l’accord de Paris sur le climat ou l’agenda 2030 lui-même ont été considérés comme des exemples de législations ouvertes à concrétiser dans des zones géographiques et par chaque État-nation. Cette formule législative a été présentée comme la plus pratique, la plus utile et la plus réaliste. La raison de cette insistance sur un ordre mondial fondé sur des lois universelles réside dans le fait que les accords et traités internationaux ne sont pas respectés lorsque les protagonistes de la rupture sont des grandes puissances ou des puissances nucléaires. La Cour internationale de La Haye n’a toujours pas trouvé les moyens d’appliquer ses décisions judiciaires, qui sont en principe contraignantes pour les membres des Nations unies.

Les fonds nécessaires pour répondre à l’expression désormais malheureusement usée « ne laisser personne de côté ». Si les expressions précédentes ont été galvaudées, que peut-on dire de l’expression « ne laisser personne derrière » ? Il s’agit d’une nécessité absolue, mais elle s’est banalisée à force d’être utilisée en permanence. Pour « ne laisser personne derrière », il faut beaucoup d’argent. On a évoqué les institutions de Bretton Woods (Banque mondiale et Fonds monétaire international), les banques de reconstruction et de développement, les calculs approuvés lors de la conférence d’Addis-Abeba (2015) pour faire progresser le développement durable. Ce qui se cache derrière cette insistance, c’est l’absence de décaissement des fonds convenus pour l’Agenda 2030, le changement climatique ou le COVID-19. Il est vrai que les partenariats public-privé sont nécessaires pour relever les défis économiques, mais cela ne peut exonérer les gouvernements des États-nations de leurs obligations. Encore moins si l’on se réfère aux obligations historiques des pays hautement développés envers les pays en développement.  Bien que l’invasion de l’Ukraine ait grandement compliqué le paysage économique, ce n’est pas une raison suffisante pour justifier l’absence de l’aide nécessaire aux pays du Sud.

Comme nous pouvons le constater, l’année 2023 s’annonce plutôt sombre ; espérons que le navire de notre monde pourra résister à cette « tempête parfaite ». Les moyens ont déjà été abordés dans les paragraphes précédents. Nous devons simplement avoir la volonté politique de trouver la voie de la nouvelle organisation du monde et de mettre en œuvre chacune des idées répétées au Forum. Le FPHN – Assemblée générale en septembre 2023 sera un moment clé pour voir ce à quoi les gouvernements et la société civile du monde sont prêts. Manquer l’occasion de parvenir à un accord mondial majeur serait impardonnable, et extrêmement dangereux. Attendons la fin de l’année 2023 pour faire le point.

Miguel Ángel Velasco cmf

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.