CMF Global Citizen UN

Claretian Missionaries – PROCLADE Internazionale

Building a new world

Is Coltan a blood mineral, a must-have? ODS 8,9,10,12,16 EN

by | Feb 6, 2022 | Africa, Gente, Planeta, Progreso | 0 comments

 

 

Problems of Coltan extraction

Arturo Peñas Jiménez

Mining Engineer. Energy

Lay Claretian

 

Introduction

 

There are raw materials classified as “critical” because of their high risk of interruption of supply by the countries the EU depends on for imports. Within this list of those considered critical is coltan. This is a ferrous oxide compound from which tantalum and niobium are extracted, whose strategic importance lies in the fact that thanks to their extraordinary properties, they have become essential for modern technologies in the last half-century. Both Tantalum and Niobium are used to manufacture components for new technologies: electronic processors and capacitors, 5G telephony, flat-screen televisions, laptops, cardiac pacemakers, orthodontic parts, heat exchangers, and abrasion, corrosion, and temperature resistant alloys.

 

Despite its importance in today’s world, coltan mining occurs in very few countries. Instead, most of it is mined in Rwanda and the Democratic Republic of Congo (DRC), areas known for problems related to conflict minerals. Together they account for about 60 percent of world production. Other countries with a significant share of this mineral are Nigeria, Brazil, and China.

 

The Democratic Republic of Congo.

 

Much of the country’s coltan is extracted in an artisanal way with the mining work of more than 40,000 children and adolescents who come from remote villages and towns in Kivu, drop out of school, or have never had the opportunity to attend school.

The informality of the extractive sector offers attractive labor opportunities for vulnerable children, who serve as a pool of cheap labor. Children work as diggers and washers in hazardous conditions. They also engage in petty smuggling, selling coltan for a pittance in towns along the borders with Burundi, Rwanda, and Uganda. Performing adult mining work in a dangerous environment, many children face harassment, abuse, and ill-health.

 

Occupational hazards include daily exposure to radon, a radioactive substance associated with coltan. A simple Congolese herder can smuggle coltan by hiding it in the gas tank of a motorcycle or a secret compartment under a truck; this is how it passes into neighboring Rwanda. In many cases, the border police look the other way in exchange for bribes.

On the other hand, more than a hundred armed groups are hiding in the jungle and carrying out atrocities in the bloodiest conflict since World War II, competing for control of the region’s most valuable mines and making huge profits from the mineral trade.

 

China’s control over the resources needed for many technologies is not limited to its mining presence; it has an even more dominant role in the processing and refining many critical minerals. These realities will give China real and perceived economic and geopolitical power for at least the next decade.

 

In 2010 Barack Obama passed the Dodd-Frank Financial Reform Act that included a special section on conflict minerals. It required publicly traded U.S. companies to disclose whether their products include any of the conflict minerals and, if so, to identify whether armed groups controlled the mines from D.R. Congo or neighboring countries. Without explicitly prohibiting the use of these minerals, companies would think twice about the prospect of seeing their name associated with this situation. 

 

However, tracking the processing chain of coltan powder to obtain tantalum and its subsequent use in the electronics industry is complex and diversified. At present, 2/3 of the companies cannot determine the origin of the minerals included in their products.

 

It is complicated to mitigate this situation where human rights are violated, particularly children, with the aggravating factor of the violence provoked by the various militias present. Once again, the resource country only obtains exploitation and conflict, while the benefit remains outside its borders.

 

Spanish case: Penouta mine

 

There is only one active coltan deposit in Spain, the only one in Europe. The exploitation conditions are totally different from the Congolese situation: European standards of hiring and safety for employees are applied, and the use of modern machinery.  The Penouta Mine mines cassiterite, columbo-tantalite, Sn, Nb, and Ta minerals. It is located in the municipality of Viana do Bolo, on the central-eastern edge of the province of Ourense. This mine has reserves of about 12 million tons and 70 direct jobs. The technology used for the extraction of Sn, Nb, and Ta consists of a simple process, free of chemicals and environmentally harmful waste.

The main stages of the process are grinding, gravimetric concentration, and magnetic separation. The processing capacity of the old tailings ponds and dumps is one million tons of feed material per year, and the process will be carried out during the next ten years of utilization (although there is the possibility of extracting other by-products such as clays, quartz, or feldspar). 

The mining company, in its commitment to environmental commitment and sustainable development, acquires a policy based on the responsibility to protect and rehabilitate the environment in the places where the mining operation is located from the very beginning of the project. The environmental objectives to be met by the company are:

 

1. to guarantee the minimum environmental impact of planned activities through knowledge of the affected environment and control of significant environmental aspects.

2.         To make efficient use of water, maximizing its reuse and avoiding any type of uncontrolled dumping in both surface water and groundwater.

3.         Reduce emissions to the atmosphere and use appropriate methods to reduce the possible dust generated, as well as noise and vibrations to the exterior.

4.         Identify possible protected areas (nature reserves, protected habitats, etc.) in the project area and request prior authorization to work respecting the internal rules of action within the protected area.

5.         Reduce impacts on the terrain and existing vegetation, minimizing the area of occupation.

6.         Upon completion of the work, the project site must be free of waste of any kind.

            

After the mining works, a Restoration Plan has also been defined that ensures the environmental rehabilitation of the entire project area and contemplates the progressive dismantling of the industrial facilities. These measures will be applied for the recovery of flora and fauna following the criteria of landscape integration of the environment.


Is there an alternative to coltan?

 

As is often the case in production processes, the alternatives to the products already massively implemented and generating enormous profits for the exploiting companies are not visible. They are neither promoted nor researched as would be desirable. However, some can be found.

 

For manufacturers, materials with similar properties to coltan could be used in different products and components: graphene, aluminum polymer (PACl), or ceramic capacitors (MLCC).

 

Without the need for major compromises, the useful life of the technology we use must be extended. So often people change their cell phone just to buy a more modern one.

 

An interesting project that helps to repair the devices themselves to extend their useful life is the Repair Café. In these free access places, people meet other people to fix clothes, furniture, bicycles, toys… and also technology. There is a group of volunteers with knowledge and skills to repair all kinds of devices.

 

Purchase fair trade and/or certified “conflict-free” technology products. An example in the world of cell phones is Fairphone and Somos Conexión in telecommunications operators.

Purchase modular technology, i.e., with components that can be replaced if a part breaks down or becomes obsolete, without the need to replace the entire device.

 

The Conflict-Free Technology campaign is an NGO ALBOAN to raise awareness of the connection between cell phones and computers and the war in eastern DR Congo. Furthermore, it puts forward proposals for collaboration at hand to contribute to ending the violence. Thus, they propose initiatives such as promoting campaigns to get political leaders to commit to implementing “ethical public procurement” policies. The idea is that when municipalities need to renew their IT equipment (computers, screens, etc.) or purchase new electronic products, they should take into account ethical, social and environmental criteria, and not just price or technical characteristics.

Public administrations in Spain spend thousands of euros annually on technology and can therefore use their purchasing power to choose goods and services that offer good social outcomes. They can also propose incentives to companies to develop socially responsible management that respects human rights in their supply chains.

 

Arturo Peñas Jiménez

Mining Engineer. Energy

Lay Claretian

 

 

 

 

 

 

Problèmes d’extraction du coltan (ODD 12, 10)

Arturo Peñas Jiménez

Ingénieur des mines. Énergie

Laïque clarétain

Introduction

 

Certaines matières premières sont classées comme “critiques” en raison du risque élevé d’interruption de l’approvisionnement par les pays dont l’UE dépend pour ses importations. Dans cette liste de ceux qui sont considérés comme critiques figure le coltan. Il s’agit d’un composé d’oxyde ferreux dont on extrait le tantale et le niobium. Son importance stratégique réside dans le fait que, grâce à ses propriétés extraordinaires, il est devenu essentiel pour les technologies modernes au cours du dernier demi-siècle. Le tantale et le niobium sont tous deux utilisés pour fabriquer des composants destinés aux nouvelles technologies : processeurs et condensateurs électroniques, téléphonie 5G, téléviseurs à écran plat, ordinateurs portables, stimulateurs cardiaques, pièces orthodontiques, échangeurs thermiques et alliages résistant à l’abrasion, à la corrosion et à la température.

 

Malgré son importance dans le monde d’aujourd’hui, l’exploitation du coltan n’a lieu que dans très peu de pays.  La majeure partie de ce minerai est extraite au Rwanda et en République démocratique du Congo (RDC), des régions connues pour leurs problèmes de minéraux de conflit. Ensemble, ils représentent environ 60 % de la production mondiale. Les autres pays jouant un rôle majeur dans l’extraction de ce minerai sont le Nigeria, le Brésil et la Chine.

 

République démocratique du Congo.

 

Une grande partie du coltan du pays est extraite par des mines artisanales avec le travail de plus de 40 000 enfants et adolescents qui viennent de villages et de villes isolés du Kivu, abandonnent l’école ou n’ont jamais eu l’occasion d’aller à l’école.

Le caractère informel du secteur extractif offre des opportunités de travail attrayantes pour les enfants vulnérables, qui servent de réservoir de main-d’œuvre bon marché. Les enfants travaillent comme creuseurs et laveurs dans des conditions dangereuses. Ils se livrent également à une petite contrebande, vendant du coltan pour une somme dérisoire dans les villes situées le long des frontières avec le Burundi, le Rwanda et l’Ouganda. En effectuant des travaux miniers pour adultes dans un environnement dangereux, de nombreux enfants sont victimes de harcèlement, d’abus et de problèmes de santé.

 

Les risques professionnels comprennent l’exposition quotidienne au radon, une substance radioactive associée au coltan. Un simple éleveur congolais peut faire passer du coltan en le cachant dans le réservoir d’essence d’une moto ou dans un compartiment secret sous un camion ; il est introduit clandestinement au Rwanda voisin. Dans de nombreux cas, la police des frontières détourne le regard en échange de pots-de-vin.

 

https://www.youtube.com/watch?v=2WSLJ_JtQYg

 

D’autre part, plus d’une centaine de groupes armés se cachent dans la jungle et commettent des atrocités dans le cadre du conflit le plus sanglant depuis la Seconde Guerre mondiale, se disputent le contrôle des mines les plus précieuses de la région et tirent d’énormes profits du commerce des minéraux.

 

Le contrôle de la Chine sur les ressources nécessaires à de nombreuses technologies ne se limite pas à sa présence dans le secteur minier ; elle joue un rôle encore plus dominant dans le traitement et le raffinage de nombreux minéraux essentiels. Pendant au moins la prochaine décennie, ces réalités donneront à la Chine un pouvoir économique et géopolitique réel et perçu.

 

En 2010, Barack Obama a fait passer la loi de réforme financière Dodd-Frank qui comprenait une section spéciale sur les minéraux de conflit. Elle oblige les entreprises américaines cotées en bourse à indiquer si leurs produits contiennent des minerais de conflit et, le cas échéant, à préciser si les mines sont contrôlées par des groupes armés en RDC ou dans les pays voisins. Sans interdire explicitement l’utilisation de ces minéraux, les entreprises réfléchiraient à deux fois à la perspective de voir leur nom associé à cette situation. 

 

Cependant, le suivi de la chaîne de transformation de la poudre de coltan en tantale et de son utilisation ultérieure dans l’industrie électronique est complexe et diversifié. Actuellement, 2/3 des entreprises ne sont pas en mesure de déterminer l’origine des minéraux inclus dans leurs produits.

 

En somme, il est très difficile d’atténuer cette situation où les droits de l’homme sont violés, en particulier ceux des enfants, avec le facteur aggravant de la violence provoquée par les différentes milices présentes. Une fois de plus, le pays qui possède la ressource ne fait que subir l’exploitation et les conflits, tandis que les bénéfices restent en dehors de ses frontières.

 

Cas espagnol : la mine de Penouta

 

En Espagne, il existe un seul gisement de coltan actif, le seul en Europe. Les conditions d’exploitation sont totalement différentes de la situation congolaise : les normes européennes d’embauche et de sécurité pour les employés sont appliquées, ainsi que l’utilisation de machines modernes.  La mine Penouta exploite des minerais de cassitérite, de colombo-tantalite, de Sn, Nb et Ta ainsi que de la cassitérite. Elle est située dans la municipalité de Viana do Bolo, à la limite centre-est de la province d’Ourense. Cette mine dispose actuellement de réserves d’environ 12 millions de tonnes et de 70 emplois directs. La technologie utilisée pour l’extraction de Sn, Nb et Ta consiste en un processus simple, sans produits chimiques ni déchets nuisibles à l’environnement.

Les principales étapes du processus sont le broyage, la concentration gravimétrique et la séparation magnétique. La capacité de traitement des anciens bassins et décharges de résidus est d’un million de tonnes de matériau d’alimentation par an et le processus sera réalisé au cours des 10 prochaines années d’utilisation (bien qu’il existe une possibilité d’extraire d’autres sous-produits tels que les argiles, le quartz ou le feldspath). 

 

https://www.youtube.com/watch?v=of8TX3h-MEU

 

La société minière, dans son engagement en faveur de l’environnement et du développement durable, adopte une politique fondée sur la responsabilité de protéger et de réhabiliter l’environnement dans les lieux où se situe l’exploitation minière, dès le début du projet. Les objectifs environnementaux que l’entreprise doit atteindre sont les suivants: 

 

1.     garantir l’impact environnemental minimal des activités planifiées par la connaissance de l’environnement affecté et le contrôle des aspects environnementaux significatifs.

2.     Utiliser efficacement l’eau, en maximisant sa réutilisation et en évitant tout type de déversement incontrôlé dans les eaux de surface et les eaux souterraines.

3.     Réduire les émissions dans l’atmosphère et utiliser des méthodes appropriées pour réduire les éventuelles poussières générées, ainsi que le bruit et les vibrations vers l’extérieur.

4.     Identifier les éventuelles zones protégées (réserves naturelles, habitats protégés, etc.) présentes dans la zone du projet et demander les autorisations préalables pour travailler en respectant les règles internes d’action au sein de la zone protégée.

5.     Réduire les impacts sur le terrain et la végétation existante, en minimisant la zone d’occupation.

6.     A l’issue des travaux, le site du projet doit être exempt de déchets de toute nature.

 

À l’issue des travaux miniers, un plan de restauration a également été défini, qui assure la réhabilitation environnementale de l’ensemble de la zone du projet et prévoit le démantèlement progressif des installations industrielles. Ces mesures seront appliquées pour la récupération de la flore et de la faune conformément aux critères d’intégration paysagère de l’environnement.

Existe-t-il une alternative au coltan ?

 

Comme c’est souvent le cas dans les processus de production, les alternatives aux produits déjà massivement mis en œuvre et qui génèrent d’énormes profits pour les entreprises exploitantes ne sont pas très visibles. Ils ne sont ni promus ni recherchés comme souhaitables. Cependant, il est possible d’en trouver.

 

Pour les fabricants, il existe des matériaux aux propriétés similaires au coltan qui pourraient être utilisés dans différents produits et composants : graphène, polymère d’aluminium (PACl) ou condensateurs en céramique (MLCC).

 

Sans avoir à faire de grands compromis, la durée de vie des technologies que nous utilisons devrait être prolongée. Souvent, les gens changent de téléphone portable juste pour en avoir un plus récent.

 

Un projet intéressant qui aide à réparer ses propres appareils pour prolonger leur durée de vie est le Repair Café, des lieux en libre accès où les gens rencontrent d’autres personnes pour réparer des vêtements, des meubles, des vélos, des jouets… et aussi la technologie. Il existe un groupe de bénévoles ayant les connaissances et les compétences nécessaires pour réparer toutes sortes d’appareils.

 

Achetez des produits électroniques issus du commerce équitable et/ou certifiés “sans conflit”. Un exemple dans le monde des téléphones mobiles est Fairphone et Somos Conexión dans le monde des opérateurs de télécommunications.

 

Achetez une technologie modulaire, c’est-à-dire dont les composants peuvent être remplacés si une pièce tombe en panne ou devient obsolète, sans qu’il soit nécessaire de remplacer l’appareil entier.

 

La campagne “Conflict Free Technology” est une initiative de l’ONG ALBOAN visant à sensibiliser au lien entre les téléphones mobiles et les ordinateurs et la guerre dans l’est de la RD Congo. Il présente des propositions de collaboration à portée de main pour contribuer à mettre fin à la violence. Ainsi, ils proposent des initiatives telles que la promotion de campagnes visant à amener les dirigeants politiques à s’engager à mettre en œuvre des politiques de “marchés publics éthiques”. Cela signifie que lorsque les municipalités doivent renouveler leur matériel informatique (ordinateurs, écrans, etc.) ou acheter de nouveaux produits électroniques, elles doivent tenir compte de critères éthiques, sociaux et environnementaux, et pas seulement du prix ou des caractéristiques techniques.

Les administrations publiques espagnoles dépensent des milliers d’euros par an en technologie et peuvent donc utiliser leur pouvoir d’achat pour choisir des biens et des services qui offrent de bons résultats sociaux. Ils peuvent également proposer des incitations aux entreprises pour qu’elles développent une gestion socialement responsable et respectueuse des droits de l’homme dans leurs chaînes d’approvisionnement.

 

Arturo Peñas Jiménez

Ingénieur des mines. Énergie

Laïque clarétain

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published.