Mission de l'ONU en RD Congo : Ouvrir des voies vers l'avenir pour chacun d'entre nous. Agenda 2030. FR

 

Mission de l'ONU en RD Congo :

Ouvrir des voies vers l'avenir pour chacun d'entre nous.

 

Fernando Rodríguez Arroyo

Ancien coordinateur de l'aide humanitaire (OCHA)

de l'ONU dans la région Est du Congo

 

Mon ami Miguel Ángel Velasco m'a demandé d'écrire quelque chose sur mon expérience en République démocratique du Congo, et la vérité est que je ne sais même pas par où commencer, car je suis perdu dans un océan de confusion et je n'ai aucune certitude, mais plutôt beaucoup de doutes sur ce qui se passe là-bas et ce que nous pouvons faire. J'ai rencontré de nombreuses personnes qui, comme moi, comprennent de moins en moins le pays au fur et à mesure qu'elles y séjournent.

 

Je suis venu pour la première fois en République démocratique du Congo à la fin de l'année 1994 (le pays s'appelait encore Zaïre à l'époque) et j'ai passé quelques mois comme volontaire dans une ONG médicale dans la ville de Goma, dans la province du Nord-Kivu. J'y suis retourné en 1996, pour participer à un projet d'infrastructure sanitaire parrainé par l'UE. Ma dernière expérience en RDC a duré un peu plus de quatre ans, entre 2016 et 2019, pendant lesquels j'ai été à la tête du Bureau de coordination de l'aide humanitaire des Nations unies (OCHA) dans l'est du pays.

La RDC est un pays immense, complexe et mal communiqué, et donc difficile à connaître en profondeur. Les nouvelles que nous entendons de là-bas sont souvent très négatives. Nous sommes confrontés à une énorme crise humanitaire qui ne s'achève pas, ni même n'évolue. Tout semble y aller de travers, et rien ne bouge dans une situation quasi impossible. Bien sûr, les choses sont beaucoup plus compliquées que cela.

 

L'activité des groupes armés, dont nous connaissons plus de soixante-dix dans les deux seules provinces du Kivu, oblige chaque année des centaines de milliers de personnes à quitter leur foyer et à fuir leurs moyens de subsistance. 

Bien que les intérêts des groupes armés soient divers, ils ont presque tous un profil que l'on pourrait qualifier de mafieux. Ils se livrent essentiellement à des activités économiques illégales, telles que l'exploitation de minéraux stratégiques et de bois précieux, le trafic d'animaux protégés, ou simplement le vol et l'extorsion de communautés paysannes.

L'ONU estime que la violence des groupes armés est responsable de 92% de tous les déplacements internes en RDC.  

 

Souvent, les personnes déplacées ont déjà été contraintes de fuir la violence des groupes armés ou les opérations militaires visant à les combattre. Beaucoup n'ont connu qu'une vie d'exode et d'instabilité qui les a placés dans une position extrêmement vulnérable. Les personnes déplacées constituent le plus grand groupe de bénéficiaires de l'aide humanitaire en RDC (bien que cette aide ne touche pas tout le monde, loin de là).

 

Les tensions interethniques entraînent également l'exode de dizaines ou de centaines de milliers de personnes chaque année. Au cours des quatre ou cinq dernières années, des affrontements interethniques très graves ont eu lieu dans les provinces du Sud-Kivu, du Tanganyika, de l'Ituri et du Kasaï, dont l'intensité a diminué après les élections de 2019. 

 

Les maladies épidémiques sont un autre problème majeur auquel la population de la RDC est régulièrement confrontée. Bien que les informations sur leur incidence soient rares, la pandémie de COVID 19 a frappé particulièrement fort dans un pays qui ne dispose pas d'un système de santé solide et efficace, et son impact sur l'économie a été particulièrement dévastateur. Mais depuis de nombreuses années, la RDC subit de fréquentes épidémies d'autres maladies comme la rougeole et le choléra (et plus récemment Ebola). On estime que 98 % des cas de choléra enregistrés chaque année en Afrique occidentale et centrale surviennent en RDC. 

D'autres problèmes humanitaires graves en RDC découlent de catastrophes naturelles relativement fréquentes, notamment des inondations, des tremblements de terre et des éruptions volcaniques (comme celles du Mont Nyiragongo en 2002 et 2021). Enfin, il convient de noter que la RDC a quelques voisins qui connaissent de graves problèmes internes, ce qui entraîne un exode constant de réfugiés. Le pays compte actuellement quelque 520 000 réfugiés, principalement originaires de la République centrafricaine, du Rwanda, du Sud-Soudan et du Burundi. Les conditions de vie et les moyens de les prendre en charge dans les lieux où ils arrivent sont loin d'être idéaux.

 

Si cette liste de ce que l'on pourrait appeler des problèmes humanitaires est effroyable, elle est loin d'être complète. Certains de ces problèmes sont anciens et trouvent leur origine dans des lacunes et des problèmes structurels. La République démocratique du Congo se classe 175e sur 189 pays selon l'indice de développement humain établi par le Programme des Nations unies pour le développement, ce qui signifie notamment que sa capacité à se remettre de nouveaux chocs est limitée. En langage familier, on pourrait dire que chaque fois qu'il y a une nouvelle situation d'urgence au Congo, il pleut sur le terrain.   

 

Il est tentant de tomber dans le pessimisme et le désespoir et de penser qu'il n'y a pas de solution à ces problèmes, mais cette attitude est injustifiée et très dangereuse. Il est également tentant de simplifier à l'extrême et de désigner des coupables, comme la mauvaise gouvernance, la corruption ou tout simplement la paresse. Cette vision simpliste ne correspond certainement pas à la réalité.

L'un des dangers de la vision défaitiste à laquelle j'ai fait référence est la soi-disant lassitude des donateurs, dont certains se demandent à quoi sert (et à quoi a servi jusqu'à présent) l'aide humanitaire envoyée en RDC si les choses ne changent pas. Il est ici inévitable de s'arrêter pour souligner deux aspects essentiels. D'une part, comme expliqué ci-dessus, la situation est en constante évolution et de nouveaux besoins apparaissent chaque jour. D'autre part, le but de l'aide humanitaire n'est pas d'apporter des solutions à long terme, mais de sauver des vies et de stabiliser autant que possible une situation critique. Les agences humanitaires (qu'elles soient gouvernementales ou externes) ne sont ni équipées ni mandatées pour faire beaucoup plus que cela, et prétendre le contraire est non seulement une injustice, mais aussi contradictoire et une pente glissante en termes de principes humanitaires. Cependant, il est essentiel de ne pas relâcher les efforts en matière d'aide humanitaire et de prendre conscience que l'incapacité à répondre aux besoins essentiels génère encore plus de besoins, et des difficultés croissantes de toutes sortes (financières entre autres) pour résoudre le problème. 

 

Il y a un certain nombre d'initiatives en cours pour construire sur les acquis de l'aide humanitaire, en les reliant d'une certaine manière aux actions des acteurs dits du développement (programmes de Solutions Durables, Nexus, etc.), bien que mon impression soit que beaucoup d'agences humanitaires se trouvent un peu perdues dans ces "confins" de l'humanitaire, qui sont parfois difficiles à comprendre. Le fait que ces acteurs du développement aient un déploiement très limité sur le terrain, notamment dans l'est de la RDC, n'aide pas. 

Les agences humanitaires des Nations Unies travaillant en RDC et leurs organisations affiliées ont un plan d'intervention pour 2021 visant à aider quelque 10 millions de personnes avec une gamme de services essentiels, avec un budget d'environ 1,984 milliard de dollars. Malheureusement, à la mi-décembre 2021, ce plan n'est financé qu'à 37 %. Comme nous l'avons déjà noté, une réponse faible à un problème grave est une bonne formule pour l'aggraver et le rendre insoluble. 

 

Lorsque je suis arrivé à Goma en 1994, je me suis soudainement retrouvé dans une scène tout droit sortie de l'apocalypse, et je ne pense pas que je l'oublierai pour le reste de ma vie. Lorsque je suis revenue en 2016, j'avais l'impression d'être dans un endroit complètement différent, joyeux, animé et optimiste. Je peux en dire autant pour de nombreux autres endroits de la RDC que je connais bien, y compris sa capitale. Avec de nombreux problèmes effrayants, certes, mais différents, et meilleurs aussi. J'ai essayé de calculer combien de vies avaient été sauvées pendant cette période grâce à l'action humanitaire des acteurs humanitaires et du gouvernement. Combien d'enfants ont reçu une éducation primaire, ou encore l'ampleur remarquable de la réduction de la mortalité maternelle et infantile. J'ai pensé aux progrès (peu héroïques) réalisés dans la lutte contre la polio au fil des ans. Je pense maintenant que peu de temps après, en 2018, la RDC a organisé ses premières élections démocratiques depuis l'indépendance.

Il ne manque certainement pas de "si" et de "mais" à attacher à chacune de ces réalisations. Mais qu'il s'agisse de réalisations importantes et significatives, je n'en doute pas. Et malgré toutes les mauvaises nouvelles, l'égoïsme et les voix du découragement qui ne manquent jamais lorsqu'on parle du Congo, je crois que chacune de ces réalisations nous indique un chemin à suivre, si nous avons l'optimisme, l'espoir et la persistance pour le suivre. 

 

Fernando Rodríguez Arroyo

Ancien coordinateur de l'aide humanitaire (OCHA)

de l'ONU dans la région Est du Congo

 


 

 

Comments