Le processus Pas et le radicalisme à Mindanao, Philippines ODD 16, 17 FR

Le processus Pas et le radicalisme à Mindanao, Philippines

Angel Calvo cmf

Missionnaire clarétain

 

Les Philippines apparaissent généralement dans la presse internationale lorsque des catastrophes naturelles, comme des typhons, se produisent dans le pays le plus touché par ces calamités, ou lorsqu'un acte terroriste se produit à Mindanao. Le conflit sur l'île de Mindanao, dans le sud du pays, a été l'un des conflits oubliés du siècle dernier et continue de l'être en ce siècle.

 

L'île de Mindanao, dans le sud des Philippines, était dominée par les musulmans un siècle avant la présence des Espagnols qui ont colonisé le pays. Jusqu'à l'indépendance, elle a détenu des sultanats dans le centre de Mindanao ainsi que sur les îles proches de Sabah et de Bornéo. Au départ, c'est le Front de libération nationale moro (Moro National Liberation Front /MNLF) qui a organisé la rébellion contre le gouvernement central du président F. Marcos, réclamant l'autodétermination pour le peuple "moro", qui revendique aujourd'hui son identité musulmane dans un pays majoritairement chrétien. 

 

Les Bangamoro - la nation musulmane Moro - revendiquent leur droit à l'autodétermination qui reconnaît leur identité et à pouvoir gérer leur vie sociale, économique et politique au sein du pays. Le processus de paix qui se poursuit dans le pays depuis 45 ans et sous les différents présidents est toujours à la recherche d'une formule politique qui satisfasse les demandes de la communauté musulmane après le conflit intense qu'elle a subi ces dernières années. 

Il y a d'abord eu l'accord avec le groupe initial du Front national de libération moro (MNLF), qui a signé un accord avec le gouvernement philippin en 1996 et a géré pendant plusieurs années le gouvernement de la région autonome créée par le gouvernement central à la suite de cette rébellion. Plus récemment, le Front islamique, à l'idéologie plus islamiste, qui s'est scindé du MNLF originel, a également signé un accord-cadre pour la paix (FAB) en 2012 avec le gouvernement du président Aquino III, qui consiste en la création d'une structure politique pour remplacer la région autonome (ARMM). Cette formule approuvée en principe par l'administration du président Duterte doit être discutée et approuvée par le Parlement - la loi fondamentale Bangsamoro - afin d'être effective dans le cadre de la réforme de la constitution proposée par le président en vue d'un État fédéral. 

 

Tout au long de cette période de rébellion musulmane à Mindanao, la radicalisation de la population musulmane est une réalité. La recherche de solutions au milieu de la violence et de la rébellion a été fortement influencée par l'influence islamique du "revivalisme" international et des groupes plus radicaux d'influence wahhabite ont émergé avec des membres frustrés par le cours de la rébellion Bangsamoro.  

 

Les groupes les plus extrémistes sont actuellement le groupe Abu Sayyaf (ASG) à Basilan et Sulu, Dawla Islamiyya composé des frères Maute à Lanao del Sur et les Bangsamoro Islamic Freedom Fighters (BIFF) à Maguindanao. Ces groupes ont su tirer parti des frustrations des jeunes à l'égard de la culture occidentale et laïque dominante et de la marginalisation socioculturelle, historique, politique et économique persistante de la région musulmane de Mindanao. La plupart des chefs religieux musulmans voient une incongruité flagrante entre les objectifs soi-disant nobles ou élevés de ces groupes radicaux et leur idéologie violente et criminelle. 

D'autres éléments incluent l'articulation des recruteurs extrémistes violents, l'utilisation des espaces religieux traditionnels pour leurs activités de recrutement et l'utilisation des activités religieuses pour l'endoctrinement et l'entraînement martial, ainsi que la fourniture généreuse d'incitations en espèces au moment du recrutement. Un autre élément de recrutement consiste à se venger des membres de sa famille assassinés. Le sentiment de vengeance clanique (Rido) dans ces régions de Mindanao est encore profond.

 

Le mouvement Abu Sayyaf, qui a joué un rôle déterminant dans cette région de Basilan et de Sulu depuis les années 1990, était affilié au mouvement Al-Qaida et à d'autres mouvements d'Asie du Sud-Est tels que Jemaah Islamiya al-Harakatul, et a récemment exprimé ouvertement son soutien à Daesh dans son aspiration à établir des États islamiques dans le monde entier. 

 

Au cours des 25 dernières années, ils ont commis des atrocités et des attaques terroristes dans ces communautés, une multitude d'enlèvements, entre autres de plusieurs missionnaires, philippins et étrangers, et quelques assassinats comme celui de l'évêque de Jolo, Mgr Benjamin de Jesus. 

L'expérience du siège militaire de Marawi City dans le centre de Mindanao - une ville historiquement appelée "ville islamique" - qui a duré plus de cinq mois avec un résultat tragique de plus de 1000 morts entre les forces gouvernementales et les civils et plus de 600 rebelles. La résistance est une combinaison des forces du groupe Abu Sayyaf - Isnilon Hapilon, chef du groupe ASG de Basilan, qui s'est proclamé "émir" de toutes les forces de l'État islamique aux Philippines, ainsi que des frères rebelles Maute et des politiciens impliqués dans le trafic de drogue et de certains personnages islamiques d'autres pays, notamment de Malaisie et d'Indonésie. 

 

La menace de l'État islamique à Mindanao reste une menace constante en raison des groupes islamistes radicaux qui se maintiennent avec le soutien de divers groupes radicaux, ainsi que par la poursuite des enlèvements. Les Philippines sont une cible particulièrement tentante car elles sont étroitement alliées aux États-Unis, qui ont stationné des troupes américaines dans la région de Mindanao depuis 2001 pour contrecarrer Al-Qaida et des groupes similaires tels que les Abu Sayyaf. Récemment, le chef d'état-major du commandement militaire qui contrôle les opérations de sécurité à Mindanao a déclaré qu'il y a encore plus de 50 terroristes islamiques étrangers qui recrutent et s'entraînent pour attaquer les villes de la région.

En ce sens, le dynamisme du dialogue interreligieux de rapprochement et d'harmonie, cherchant à guérir les blessures subies par toutes les communautés en raison de la violence ainsi que la division causée par les injustices historiques dans les deux communautés, prend une signification encore plus vitale. La solidarité interreligieuse gagne du terrain dans cette situation complexe à Mindanao. Plusieurs groupes de dialogue et de solidarité interconfessionnels sont en train d'émerger, comme notre organisation PEACE (Peace Advocates Zamboanga) ainsi que le mouvement Interfaith Peace Solidarity composé de membres de la communauté musulmane et chrétienne - protestante, évangélique et catholique - ainsi que de groupes indigènes, qui continuent à œuvrer pour forger une plus grande solidarité religieuse et civile entre musulmans et chrétiens. 

 

Angel Calvo cmf

Missionnaire clarétain


 

Comments