Fracture numérique et inégalité sociale SDD 4, 8, 9, 10, 16, FR

 

 Fracture numérique et inégalité sociale

Ángel Roldán Medina

Diplôme en informatique

Laïque clarétain

La fracture numérique n'est pas ce qui se passe lorsque vous laissez tomber votre téléphone portable sur le sol et que vous regardez la belle image qui s'est affichée à l'écran. La fracture numérique est plutôt ce qui sépare ceux pour qui faire tomber leur téléphone portable par terre est un véritable malheur, de ceux qui regardent avec étonnement que cela puisse être un tel problème pour quelqu'un d'autre.

 

Qu'en est-il de l'accès au monde numérique ?

 

La pandémie a accentué le problème de la fracture numérique, ou plutôt des fractures numériques. Les chiffres sont là et servent d'exemple :

 

- 63,8% des foyers desservis par le programme "La Croix-Rouge espagnole répond" ne disposent pas d'un ordinateur et 46,6% n'ont pas de service internet sous contrat. 

- En Espagne, 10% des enfants et leurs familles ont un revenu inférieur à 900 euros par mois, et 23% des enfants de ce secteur n'ont pas accès à un ordinateur.

- Près de 40 % de la population mondiale vit dans des pays à faible revenu. Environ un milliard de personnes n'ont pas accès aux TIC (technologies de l'information et de la communication).

- Plus d'un tiers (34,5%) des ménages espagnols ayant des enfants de moins de 16 ans ont eu des difficultés à suivre l'année scolaire normalement : 23,6% n'ont pas d'équipement informatique et 12,7% n'ont pas de connexion internet. A cela s'ajoutent des difficultés sociales, comme le fait de ne pas avoir le soutien de l'école, des enseignants ou de la famille.

- En Afrique, seuls 39,3 % des gens vivent en ligne, contre 87,2 % des Européens et 94,6 % des Nord-Américains.

- Plus de 40 % de la population mondiale n'a pas la possibilité d'apprendre à utiliser un ordinateur.

 

Quelques déclarations qui peuvent nous donner matière à réflexion :

 

- Le manque d'accès aux nouvelles technologies pour certains groupes n'est pas seulement un symptôme de l'inégalité, mais aussi une cause directe.

- La pandémie a exacerbé certains problèmes, comme la fracture numérique, car les communications et la technologie contribuent à atténuer l'isolement et la solitude non désirée.

 

Je viens de parler de fractures au pluriel, car les causes et les populations qui en souffrent sont différentes et chacune d'entre elles peut avoir des formes d'attention différentes.

Les lacunes les plus visibles sont :

 

- Pays du tiers monde et secteurs marginalisés.

- Personnes âgées

- Le monde rural

- Personnes handicapées

- Depuis la pandémie, l'éducation.

 

Une composante sous-tend la plupart d'entre eux, à savoir les importants écarts socio-économiques de notre société.

 

Le problème est que le manque d'accès d'une partie de la population aux possibilités ou aux services offerts par l'univers numérique signifie que les différences entre certaines personnes et d'autres se creusent à un rythme plus rapide qu'auparavant. En fait, on parle d'une urgence numérique. Il existe d'autres types de lacunes, qui ne sont pas tant liées à la capacité économique ou géographique d'accéder au réseau ou au fait de disposer d'un appareil permettant un accès raisonnable. La nécessité d'une culture numérique va au-delà de la possession d'un appareil et de l'utilisation de base de l'univers numérique. Une fois le problème de l'accès, qui est généralement résolu par l'argent, résolu, un problème plus difficile ou plus lent commence à être résolu. Le problème de la formation de la population à l'univers numérique.

 

Chaque jour, nous sommes de plus en plus exposés aux problèmes de désinformation, ce qui signifie que nous pouvons être des personnes vulnérables sans le savoir. Ainsi, nos décisions, nos opinions et nos croyances peuvent être manipulées plus facilement que jamais, car, en plus, nous avons la fausse sécurité que nous n'avons jamais été mieux informés que maintenant.

 

Un autre problème qui accroît la fracture numérique est la qualité de certains services, qui rend leur utilisation très compliquée ; cette complexité conduit de nombreuses personnes, bien qu'ayant accès à l'internet, à dépendre des autres pour accéder aux services nécessaires qui ne sont fournis que par l'univers numérique. La demande d'aide pendant la pandémie en a été un exemple. Pour de nombreuses personnes, c'est la cause de la diminution de leur autonomie personnelle, car elles sont dépendantes des autres pour l'accès au domaine numérique. De plus en plus de personnes ont besoin de la bienfaisance numérique, elles doivent être aidées par d'autres pour faire ce qu'elles ne peuvent pas faire par elles-mêmes.

Que pouvons-nous faire pour combler ces lacunes ?

 

La question que nous nous posons face à ces problèmes est la suivante : que peut-on faire pour réduire ces écarts, ou pour en contrer les effets ? Comment ce fait nous pousse-t-il à agir et à contribuer à un monde meilleur pour demain ?

 

L'ONU, par le biais de l'Agenda 2030, a fixé certains objectifs de développement durable, dans lesquels nous pourrions inscrire ce type d'initiative et que nous pourrions enrichir de différentes actions. L'ODD 9, Construire des infrastructures résilientes, promouvoir une industrialisation durable et favoriser l'innovation, est probablement le premier dans lequel des initiatives peuvent être identifiées pour aider à atteindre ses objectifs, mais il l'est aussi dans les ODD 10, Réduire les inégalités, 4, Éducation de qualité, 8, Travail décent et croissance durable et 16, Paix, justice et institutions fortes.

 

Il y a un premier pas que nous pouvons et devons tous faire, c'est, comme toujours, de prendre conscience qu'il s'agit d'un problème, d'une cause d'inégalité, qui peut affecter tout le monde, y compris nous-mêmes ou notre environnement, et où nous pouvons tous faire quelque chose pour collaborer dans la mesure de nos possibilités.

 

Il existe des initiatives visant à faciliter l'accès aux TIC, ce qui est le premier point à résoudre. 

 

À cet égard, la première responsabilité incombe évidemment aux gouvernements. Notre principal engagement doit être d'exiger que les institutions agissent rapidement ; les gouvernements doivent fixer des objectifs temporels ambitieux pour réduire le déficit d'accès et garantir l'accès universel dès que possible. Nous devons exiger une collaboration internationale pour faire en sorte que la fracture de l'accès numérique dans les pays en développement se comble plus rapidement que dans le monde développé.

 

En outre, nous pouvons chacun trouver individuellement des initiatives auxquelles nous pouvons nous joindre ou collaborer. Qu'il s'agisse de fournir nos propres appareils, que nous estimons obsolètes, ou de collaborer à des programmes visant à fournir des appareils d'accès à ceux qui, en raison de difficultés économiques, n'en disposent pas. Il est plus difficile d'aider à étendre l'accès au réseau, bien que nous puissions toujours partager notre wifi ou nos données avec un voisin s'il en a besoin et ne peut pas se le permettre.

L'aspect des compétences numériques est certainement plus complexe et comporte de nombreux prolongements. D'autre part, il y a beaucoup plus de possibilités de collaborer et d'aider. C'est aussi un champ d'action pour les Etats et les institutions publiques qui doivent adapter les programmes éducatifs actuels et développer de nouveaux programmes spécifiques qui touchent d'autres types de population dans le but de développer ces compétences numériques. À l'échelle individuelle, une première étape peut consister en l'amélioration de la culture numérique de chacun d'entre nous ; devenons plus compétents dans le monde numérique, afin de pouvoir aider les personnes de notre entourage qui ne sont pas familiarisées avec le numérique. Exigeons des services numériques de qualité et, pour ceux d'entre nous qui travaillent dans ce domaine, efforçons-nous professionnellement de rendre les applications et les appareils accessibles à tous, en simplifiant leur utilisation et en rendant la numérisation plus facile et plus sûre.

 

Apprendre les mécanismes de vérification de l'information et les utiliser peut nous empêcher d'être des transmetteurs de canulars et de désinformation, aidant ainsi notre société à ne plus être aussi vulnérable.

 

Ne créons pas inutilement des bulles non numériques. Nous devons être respectueux des personnes qui veulent s'éloigner du numérique et préfèrent garder tout ce qui est traditionnel autant que possible. Mais ne nous leurrons pas, la solution n'est pas de tourner le dos à la numérisation ; les avantages et les opportunités que la technologie offre à l'humanité font qu'il vaut la peine de parier sur elle, ainsi que de lutter pour réduire ses effets indésirables afin d'éviter d'obvier à ce qui vient.

 

Nous devons collaborer, dans la mesure du possible, avec les nombreux programmes d'alphabétisation numérique, en accordant la plus grande attention à l'éducation numérique. La fracture numérique, comme nous l'avons constaté pendant la pandémie, a un impact direct sur l'accès et la qualité de l'éducation. La fracture numérique peut donc sérieusement mettre en péril ce "levier de mobilité sociale" entre les couches sociales qu'est l'éducation. 

 

C'est bien, et il faut soutenir les initiatives visant à aider les personnes qui ne sont pas en mesure d'utiliser les services numériques pour chercher un emploi, demander une demande administrative ou effectuer une quelconque démarche. Mais il vaut mieux rapprocher ces personnes de la possibilité qu'à un moment donné, elles pourront elles-mêmes faire tout cela et aussi utiliser les possibilités numériques comme la formation, qui leur permettront d'avoir plus de chances de progresser.

 

Ángel Roldán Medina

Ingénieur en informatique

Laïque clarétain

Comments