Éduquer à la citoyenneté mondiale aujourd'hui. Claret Larraona. España (I). ODD 4 FR

 


Éduquer à la citoyenneté mondiale aujourd'hui. Claret Larraona

Aurora Banegas Collado, 

Directeur pédagogique du collège et du lycée de Claret Larraona

 

Récemment, j'ai lu dans les éditions Intermón Oxfan quelques extraits du livre Escuela y Educación para la ciudadanía global (École et éducation pour la citoyenneté mondiale) de Desiderio de Paz y Abril. L'introduction commence par une citation de Bauman : "Sur cette planète, nous dépendons tous les uns des autres, et rien de ce que nous faisons ou ne faisons pas n'est étranger au sort des autres. D'un point de vue éthique, cela nous rend tous responsables les uns des autres" [...].

Ces mots me renvoient aux déclarations qui définissent le profil de sortie de nos étudiants ; un profil qui, à son tour, est enraciné dans les principes de l'idéologie des écoles clarétaines et dans des principes pédagogiques tels que "la conception de l'éducation comme une force transformatrice" (Freire) ; l'apprentissage comme un service social (Dewey et James) et la nécessaire implication des agents sociaux dans l'école (Communautés d'apprentissage).

 

            Dans notre offre éducative, nous déclarons explicitement que notre objectif est de former des personnes qui, sur la base des valeurs de l'Évangile, se connaissent, s'apprécient et s'améliorent, sont conscientes de leur dignité humaine ; compétentes dans les connaissances nécessaires pour vivre dans une société globale et changeante ; respectueuses de la nature et défenseurs de l'environnement. 

 

Si nous ajoutons à ce point de départ, qui est déjà un engagement en soi, deux autres prémisses qui apparaissent fortement dans le panorama éducatif actuel, bien qu'elles soient en vigueur depuis quelques décennies déjà : 

 

1.         La nécessité sociale de parvenir à une citoyenneté plus participative et démocratique qui œuvre à une société plus juste. (cible 4.7 des ODD). 

 

Selon M. Robinson, "jamais auparavant il n'y a eu autant de jeunes et jamais auparavant il n'y aura autant de potentiel de progrès économique et social. La manière dont nous répondrons à ces besoins et aspirations des jeunes définira l'avenir de la planète. L'éducation est essentielle. Les compétences et les connaissances acquises par les jeunes doivent être adaptées au contexte économique et leur permettre de devenir des innovateurs, des penseurs et des résolveurs de problèmes".

 

Et, malgré ce postulat, il existe des études qui indiquent une faible implication des jeunes et dont les principales causes seraient : 

 

- Manque de sensibilisation à l'agenda 2030 dans les centres éducatifs.

- Il n'existe pas de programme d'enseignement sur cette question.

- Manque de cours et/ou de classes liés au développement durable dans les écoles pour les jeunes.

- Les enseignants manquent de formation et de connaissances sur le sujet.

- Les relations entre les ONG et les établissements d'enseignement sont peu développées.

2.         Les hypothèses de la nouvelle loi espagnole sur l'éducation (LOMLOE).  Le préambule énonce, comme l'une de ses cinq approches clés pour adapter l'éducation à l'époque actuelle, ce qui suit : "Quatrièmement, il reconnaît l'importance d'aborder le développement durable tel qu'il est défini dans l'Agenda 2030. Ainsi, l'éducation au développement durable et à la citoyenneté mondiale doit être intégrée dans les programmes de tous les enseignements obligatoires".

 

Il est clair que notre option éducative ne peut pas se concentrer sur un programme purement théorique basé sur la transmission, sans autre forme de procès, d'une série de contenus décontextualisés et peu significatifs pour les élèves. En d'autres termes, si nous offrons une éducation complète, celle-ci ne peut se limiter à l'apprentissage d'une langue, d'un contenu scientifique ou social, à la maîtrise de la technologie, etc., mais également à une éducation orientée vers des valeurs fondamentales telles que l'humanisme, la justice, le respect de la diversité, l'éducation à la paix et le développement durable. 

 

Cependant, dans le domaine de l'éducation, les approches théoriques sont généralement bien acceptées et admises par tous ; le problème se pose réellement lorsque nous essayons de les mettre en pratique. Des questions se posent alors : comment aborder l'éducation à la citoyenneté mondiale ? Que faut-il prendre en compte ?

 

La première prémisse est que ce contenu est basé sur les compétences, qu'il est mondialisé et qu'il doit imprégner le programme d'études, ce n'est pas une matière comme les autres. Cela implique une révision des programmes, à l'aide d'une méthodologie innovante qui donne aux étudiants un rôle de premier plan et dans laquelle différents agents sont impliqués : équipes de gestion, enseignants, étudiants, familles, ONG, société, etc. 

 

La deuxième prémisse est que pour éduquer à la citoyenneté mondiale, il est essentiel de travailler avec les élèves sur leur capacité à regarder, à examiner de manière critique la réalité qui les entoure et celle des autres, à reconnaître les problèmes, les intérêts, les besoins et les caractéristiques du groupe ainsi que ses limites et ses possibilités. Les connaissances doivent être utilisables et leur servir à comprendre leur monde local, qui est incontestablement lié au monde global.  Travailler sur cette capacité signifie leur donner l'occasion de poser des questions et d'imaginer des réponses.

La troisième prémisse est que toute expérience d'apprentissage doit partir des connaissances existantes des participants si nous voulons qu'ils apprécient, s'intéressent et apprennent de ce qui leur est proposé. Partir des attentes et des besoins qu'ils apportent en classe est fondamental, car si l'on ne répond pas à leurs préoccupations et à leurs questions, ils auront l'impression de ne pas être pris en compte, ce qui entraînera un désintérêt et une démotivation. Il s'agit d'aborder le contenu en intégrant les expériences et les connaissances antérieures des élèves.

 

L'objectif est d'offrir un programme moins cloisonné et plus intégré, qui a plus de sens pour les élèves, qui a un rapport avec leur vie quotidienne et que l'école n'est pas détachée de la réalité.

 

Enfin, le quatrième postulat est que l'éducation à la citoyenneté mondiale doit également se traduire par des actions. Sur la base de ce regard critique, des connaissances acquises et de la motivation, il s'agit d'une expérience qui enrichit la vie des élèves, qui les relie à d'autres réalités que la leur, qui les aide à comprendre le monde et à sentir que l'on peut faire quelque chose pour l'améliorer.  La perspective de l'apprentissage par le service, qui fait son chemin dans de nombreux projets éducatifs, va dans le même sens. 


Comment pouvons-nous le mettre en pratique ?

 

Dans le monde de l'éducation, l'idée fait son chemin que les programmes scolaires divisés dans les compartiments étanches des différentes matières ne sont pas très efficaces pour former aux valeurs, attitudes et engagements. Les plus efficaces, cependant, sont ceux qui s'engagent dans des approches interdisciplinaires, où différents domaines travaillent ensemble. Comme l'ont déjà dit Dewey et Freire, entre autres auteurs, "la manière d'enseigner dans tous les domaines doit être cohérente avec les principes et les valeurs que l'on veut développer".

 

Pour enseigner la solidarité, la critique, le respect, la tolérance, la participation, ... les enseignants doivent faire une réflexion exhaustive sur leur pratique pédagogique et concevoir, en équipe et à partir de ces mêmes valeurs qu'ils veulent promouvoir, des méthodologies dans lesquelles les étudiants peuvent réfléchir et aborder à la fois leurs propres problèmes et les problèmes mondiaux sur la base d'une plus grande connaissance d'eux-mêmes et du monde (rapport Delors, 1996).

 

Dans ce sens, une série de projets ont été mis en pratique dans notre école afin de poursuivre ces objectifs et nous pensons qu'ils sont valables pour tout autre contexte ou institution éducative.

 

Aurora Banegas Collado, 

Directeur pédagogique du secondaire et du baccalauréat de Claret Larraona




Comments