Mino Cerezo: la passion pour Dieu et pour l'humanité, transformée en art ODD 4, 10 FR

 

Mino
Que devons-nous retenir de son rôle de missionnaire au pinceau ?

Angelo Cupini cmf

Communauté de Via gaggio. Lecco. Italie

 

L'année prochaine, en 2022, Maximino Cerezo Barredo cmf aura quatre-vingt-dix ans. Il est né, avant-dernier de six enfants (cinq garçons et une fille), le 4 août 1932 à Villaviciosa, Oviedo, en Espagne, d'un père castillan et d'une mère asturienne.

 

Dans le monde de l'art et du travail social, il est connu comme le "peintre de la libération" pour son travail très intense de communication de la parole peinte en Amérique latine.

 

Ces lignes, que l'on m'a demandé d'écrire pour le monde " clarétain ", ont pour but de recueillir une méthode de travail : que et comment lisons-nous dans la peinture de Mino ?

 

La peinture de Mino est habitée par la Parole, par la contemplation de la Parole elle-même et par la contemplation et l'écoute de la vie des gens, en particulier des pauvres. 

 

Les histoires qu'il a accumulées en lui au contact des gens et en vivant avec eux font de la vie de Mino une sorte de bible de l'humanité. Pourquoi ? 

Parce que partout où il est allé travailler (il a fait des centaines de milliers d'heures de travail), c'est le lieu et le moment de sa vie. A partir de là, il absorbe les visages, les histoires, le climat, les noms des personnes qui trouvent un espace dans sa vie et deviennent chers, même affectivement chers. Il ne s'enferme pas dans son métier, ni ne va capter des nouvelles sur lesquelles exercer sa peinture. Il va naître, parce que chaque tableau est une nouvelle naissance, avec les gens de ce lieu, dans le nouveau temps qui n'efface pas celui qui est passé mais le relie au nouveau. Il naît avec la peinture ou la fresque qui naît dans la solitude, avec un timing rigoureux et qui ne s'expose pas (il n'aime pas les expositions) comme un prodige mais vous demande si vous l'aimez, si elle est venue rendre votre vie habitée par un nouveau sujet.

 

C'est ce que j'ai contemplé pendant les mois où j'ai vécu à Lecco où, dans la maison sur le puits, il a exprimé des paraboles qui sont toujours à la limite entre le conte de fées et la réalité ; pas l'illustration didactique des discours. C'est pourquoi nous avons décidé de réaliser un guide de sa peinture, actuellement en cours d'impression.

 

Il a écrit des choses sur cette force génératrice de sa peinture : 

“La peinture est pour moi un acte anti-spéculatif, anti-idéologique. C'est un événement vital : c'est le sang et le souffle : le pathos et l'éros précèdent l'action de peindre. Si le monde intérieur et extérieur dans lequel je me déplace est habité par la foi en Jésus, dans le Dieu de Jésus, le pathos créateur ne peut ignorer le cri des pauvres, le sang et l'espérance des crucifiés de l'histoire. Même si le résultat plastique n'est pas toujours satisfaisant (j'ai parfois des doutes à ce sujet), je suis sûr qu'il est honnête car il est cohérent avec ce que je suis, ce que je pense, ce que je crois. Peindre quelque chose que je ne ressens pas, qui ne brûle pas en moi, ce n'est pas faire de l'art, c'est de l'esthétique pure. Bien sûr, cela s'applique à mon travail, pas à l'art en général ou à la peinture des autres.”

 

Essayons de contempler le rôle qu'il attribue à la femme dans sa peinture : dans toutes ses œuvres, elle se voit confier la bible de la communauté ; pensons à la façon dont ce signe englobe l'expérience des communautés et est la voie du désir d'une sororité qui est toujours en cercle, même physiquement, avec la fraternité.  Dans une société dominée par les hommes, il s'agit d'un message constant, même s'il passe inaperçu. 

Marie, première des femmes et mère de Jésus, est l'une des figures centrales de l'œuvre de Mino. Dans le contexte latino-américain, il la dépeint comme une femme du peuple, incarnant les souffrances de toutes les mères. Ce type de représentation de la Vierge s'écarte de la tradition iconographique et iconologique européenne pour se singulariser et se contextualiser dans la réalité de l'Amérique latine. Marie peinte par Mino est la femme noire et pauvre au visage fatigué et aux vêtements humbles que nous voyons dans les panneaux muraux créés en 1985 pour l'église de Beté à Chocò, en Colombie ; elle est la vierge qui réconforte et nous demande de ne pas oublier la souffrance de son peuple dans la peinture murale argentine de la paroisse de Nuestra Seňora del La Paz, dans l'Avenida Maipù, Olivos ; c'est l'Inde joyeuse du Magnificat du Sanctuaire Marial de Luciara, dans la Prélature de São Félix au Brésil ; c'est dans la démarche des douze avec elle avec un cœur rouge de sang et d'amour.  

 

Il y a une motivation déclarée sur Jésus : les chrétiens dévotionnels, charismatiques, spiritualistes, kérygmatiques/byzantins prolifèrent..., parce que l'image de Jésus de Nazareth s'est estompée, qui fait irruption comme un homme, fidèle et miséricordieux (He 2,17), qui n'a pas honte de nous appeler frères (He 2,11), sur lequel nous devons avoir "les yeux fixés" pour marcher sans faiblir jusqu'à la fin (He 12,1-3). Certains ont clairement fait savoir que le plus grand danger dans l'église est de faire disparaître Jésus.

C'est l'objectif que je poursuis depuis longtemps. [...] La tâche de communiquer en images le message contenu dans les Évangiles des trois cycles liturgiques "Images de la Bonne Nouvelle" et, plus tard, la tâche d'illustrer "La Bible de notre peuple" m'ont aidé à faire une relecture plus profonde du Nouveau et de l'Ancien Testament en fonction des caractéristiques spécifiques des destinataires en Amérique latine et aux Caraïbes. 

 

Le Ressuscité dans le Vialucis.

Dans les panneaux du Vialucis, j'ai voulu représenter, dans un langage moins figuratif que celui des toiles précédemment peintes du retable, les récits évangéliques des apparitions de Jésus ressuscité. 

 

Les récits véhiculés par les évangiles nous montrent comment l'événement de la résurrection peut se réaliser en différents lieux et époques. Peindre la résurrection a été un véritable défi pour moi. Je me suis souvent demandé comment traduire et exprimer cet événement réel en langage plastique. J'ai peint le Jésus ressuscité à plusieurs reprises et de manière assez réaliste. Je pense, par exemple, à la fresque de Juanjuí et au panneau d'Arequipa, peints au Pérou ; je pense au crucifix ressuscité de l'ancien Institut pastoral du CELAM à Medellin, en Colombie ; ou à la fresque de Jésus ressuscité de la cathédrale de Sao Féliz do Araguaia (Brésil) ; ou aux peintures plus récentes de Grenade et de Florida de Liébana (Salamanque). Dans ces travaux, je ne me reconnais pas pleinement capable de représenter le message authentique des récits impressionnants des évangiles, si réalistes et en même temps si théologiques, qui nous disent avant tout qu'il ne faut pas chercher Jésus parmi les morts.

Peut-être, me suis-je dit, le choix d'expérimenter des formes et des éléments de couleur moins figuratifs m'aurait-il aidé à représenter le message de la résurrection d'une manière plus proche de la vérité de l'Évangile, grâce à un langage libéré des éléments spatio-temporels, plus accessible au croyant adulte d'aujourd'hui.

 

Le résultat de cet effort sont les quatorze planches qui racontent les expériences de Jésus ressuscité et offrent les critères pour vivre dans la société d'aujourd'hui, en tant que croyants, la rencontre avec Jésus ressuscité.

 

En entreprise. Mino a partagé le pain des jours avec de nombreux compagnons. Voici quelques noms que je connaissais aussi : Pedro Casaldaliga, Teofilo Cabestrero, Gonzalo De la Torre, Giuseppe Maria Vigil ; mais il y en avait certainement beaucoup qui étaient en contact avec lui. 

Je recueille aujourd'hui une de ses pensées sur sa peinture et vous invite à la contempler.   

“Mes peintures et dessins sont conçus dans la contemplation de la vie du peuple, le sujet qui fait l'histoire et ne la subit pas. La contemplation - telle que je conçois l'acte artistique - est un état permanent d'émerveillement, de chute amoureuse. J'ai dû apprendre à regarder la réalité avec de nouveaux yeux. Cet "apprentissage du regard" a représenté pour moi une véritable renaissance, la découverte d'une nouvelle vision de la couleur.”

Angelo Cupini cmf

Communauté de Via gaggio. Lecco. Italie 


 

 

Comments