Inéqualités et pauvretés dans la pandemie Espagne ODD 10, 17

 

Inéqualités et pauvretés dans la pandemie Espagne

 

Dr. Juan José López Jiménez

Agent de Caritas et Gestalt Art Thérapeute, 

Géographe, gérontologue et chercheur en sciences sociales

 

Alors que nous suivons chaque jour les informations sur l'éruption volcanique de La Palma, et malgré le fait qu'il n'y ait eu aucune victime - en grande partie grâce à la technologie prévoyante qui nous entoure - les victimes non mortelles de l'effondrement de leur maison sont l'expression - une fois de plus - de la fragilité humaine. Des maisons englouties par une lave imparable.

 

Dans la société occidentale, il y a la science et la technologie, mais aussi une inégalité croissante qui ne fait pas la une des journaux, avec des décès emportés par des vagues de négligence et d'abandon. Des vies englouties par une injustice déchirante.

COVID19 a une fois de plus montré des preuves empiriques qui confirment une règle répétée de la science humaine : lorsque les crises, les pandémies et les catastrophes frappent, ce sont toujours les pauvres qui souffrent le plus.

 

Dans l'Union européenne, l'inégalité sociale suscite deux préoccupations majeures : l'inégalité des revenus et l'inégalité des chances. L'inégalité des revenus peut contribuer à l'inégalité des chances, et vice versa. 

En Espagne, la forte inégalité des revenus est le résultat du chômage, combiné à une répartition inégale des revenus du travail et des revenus. 

 

L'accélération de l'évolution technologique a accru cette inégalité de revenus. S'il est positif pour la croissance économique globale, le progrès technologique ouvre l'éventail des salaires ("dispersion des salaires") en récompensant les hautes compétences - en particulier dans les secteurs économiques à forte valeur ajoutée, tels que les technologies de l'information et de la communication (TIC). Dans le même temps, l'automatisation tend à déplacer les travailleurs peu et moyennement qualifiés. Sur le plan démographique, l'augmentation de l'immigration s'accompagne souvent d'une plus grande inégalité des chances en raison des contraintes juridiques et sociales imposées à cette population.

 

Les politiques ont un rôle important à jouer pour briser le cycle des désavantages sociaux. De l'éducation à l'égalité des chances, ou du système fiscal et des prestations sociales à l'approche de l'égalité des revenus. Toutefois, la capacité du système d'imposition et de prestations à contrer l'inégalité croissante du marché a été affaiblie à la suite de la crise économique. Une autre source de correction des inégalités est constituée par les services sociaux, la santé ou les transports, où il est possible de réduire le fossé social qui sépare les personnes, les groupes et les territoires. 

 

Historiquement, l'inégalité en Espagne s'est accrue de la fin du XIXe siècle jusqu'à la Première Guerre mondiale, et a diminué dans l'entre-deux-guerres. Il a augmenté pendant la dictature et les premières années de la démocratie, avant de baisser à nouveau dans les années 1980 pour atteindre la moyenne des pays de l'OCDE. Plus récemment, l'évolution de l'inégalité en Europe a augmenté pendant la crise économique, commençant à diminuer de 2015 à 2019 - pour atteindre les niveaux de 2009 (au début de la crise).  Cela est évident dans tous les indicateurs d'Eurostat sur les inégalités de revenus et de conditions de vie. 

 

Cependant, toutes les estimations et études indiquent une augmentation significative des inégalités en raison de la nouvelle crise pandémique. La pauvreté et les inégalités se creusent à nouveau, et le fossé entre les nantis et les démunis s'élargit fortement. 

Selon un rapport récent de Caritas et de la Fondation FOESSA, les conditions de vie de tous les ménages en Espagne se sont fortement détériorées à cause de COVID-19. 

 

L'exclusion sociale sévère touche plus de 6 millions de personnes, soit une augmentation de près de 2 millions par rapport à 2018. La zone d'exclusion sociale est passée à 11 millions de personnes, dont 2,5 millions en raison de la crise de la pandémie.

 

On constate une détérioration générale des niveaux d'intégration pour l'ensemble de la population. Seuls 4 ménages sur 10 atteignent la pleine intégration, contre près de 5 avant la pandémie.

 

Les plus touchés sont les familles avec des mineurs, principalement dirigées par des femmes, et la population d'origine immigrée.

Les plus grandes difficultés concernent l'accès à l'emploi et au logement. 

 

Le rapport corrobore cette maxime scientifique : "... la pandémie frappe plus durement ceux qui étaient déjà les perdants, les plus fragiles, ceux qui luttaient déjà pour rester à flot, ceux qui n'ont pas bénéficié du bouclier social, ni du soutien de leurs propres mécanismes de protection, usés lors de la précédente crise de 2008".

 

Trois éléments apparaissent dans cette nouvelle crise :

 

Un aspect différentiel est que la pandémie érode fortement la qualité des relations dans les ménages, le nombre de ménages dont le climat de coexistence présente de sérieuses difficultés ayant doublé. Le conflit social, dimension qui mesure la qualité des relations au sein des ménages, est passé de 5 % des ménages touchés en 2018 à près de 10 % en 2021.

Le rapport identifie également un nouveau moteur d'exclusion sociale et d'inégalité, la fracture numérique, qui touche 35% des ménages, et qui affecte particulièrement les ménages en situation d'exclusion, atteignant 46%.

 

Cette crise a mis en lumière une constante sous-jacente de notre société : la maladie mentale. De nombreuses personnes souffrent de stress, d'anxiété ou de fatigue de la vie, qui ne peuvent être traités uniquement d'un point de vue individuel ou en traitant uniquement les symptômes d'une maladie par des médicaments. Il est nécessaire d'adopter une vision globale de l'environnement social et des facteurs contextuels qui affectent notre santé mentale, avec un système de santé publique et communautaire renforcé.

 

Malgré l'effort politique visant à mettre en place un revenu minimum d'existence (RMI), seuls 18,6 % des demandeurs en situation de grande pauvreté le perçoivent ou l'ont obtenu. Sans le MVI, l'impact aurait été encore pire, mais il est clairement insuffisant, et il est nécessaire d'améliorer la couverture et la protection de ce revenu, et d'évoluer vers un système de garantie de revenu qui protège et réduit les inégalités sociales.

Les crises accentuent la pauvreté et les inégalités, touchant les plus défavorisés de manière plus étendue et plus intense. Nous ne pouvons pas permettre que cette nouvelle crise compromette davantage le processus de désengagement d'un pourcentage important de la population et le pousse hors de la société. Les inégalités menacent la croissance d'un pays, sapent la justice sociale et déshumanisent les gens.

 

Comme le souligne Francisco Javier, "les inégalités ne font pas partie de la nature humaine, elles ne sont pas constitutives de notre réalité en tant que personnes... elles ont des causes structurelles", et sont liées à l'utilisation du pouvoir à partir d'intérêts particuliers, au-dessus du bien commun (JIMÉNEZ ; 2021). "Ce qui est encore plus grave, c'est qu'ils sont justifiés", en supposant comme normal qu'il y ait des personnes mises à l'écart de la société (exclues).

 

La graine de l'inégalité future a été semée une fois de plus en temps de crise. Il est temps de prendre conscience du risque de déshumanisation, des dangers du "D" de désengagement, de dispersion, de déconnexion, de dépendance et d'inégalité, et d'agir avec un mouvement contre ces inerties, avec le "C" de soins intégraux (physiques et mentaux), de compassion, de capacités accompagnées, de la communauté comme agent d'intégration et avec une citoyenneté active et participative pour construire un monde meilleur, ce qui sera toujours possible.

 

Dr. Juan José López Jiménez

Agent de Caritas et Gestalt Art Thérapeute, 

Géographe, gérontologue et chercheur en sciences sociales


 


 

 

 

Comments