COP-26: Déficit de confiance ODD 6, 7, 13, 14, 15 FR

COP-26: Déficit de confiance
Conférence sur le changement climatique. Glasgow 2021

 

Miguel Angel Velasco cmf

Membre de l'équipe clarétaine de l'ONU

 

Lorsque la COP-25 Chili-Madrid a terminé ses travaux en 2020 avec de très mauvais résultats politiques, nous avons placé notre espoir dans la COP-26 qui se tiendra à Glasgow. Malheureusement, la COP-26 a été retardée d'un an à cause de COVID-19. La pandémie a modifié de nombreux plans, il n'est donc pas surprenant qu'elle ait été retardée d'un an ; nous étions sur le point d'être reportés à 2022. Heureusement, il a été possible de la réaliser en 2021, bien que sans certains pays en développement et avec la seule présidence du Royaume-Uni, l'Italie s'étant retirée à un moment donné du processus de préparation. Il a été très instructif de savoir à quel point chaque pays voulait s'engager dans l'accord de Paris. Tout a commencé par un choc: le Programme des Nations unies pour l'environnement a présenté un rapport au début de la COP-26 dans lequel il affirme qu'avec les engagements actuels des pays, l'augmentation de la température ne sera pas comprise entre 1,5 °C et 2 °C, mais atteindra, dans les délais convenus, jusqu'à 2,7 °C. Malheureusement, les résultats du sommet n'ont pas répondu à l'urgence et à la gravité des données.

 

La longue et très lente route depuis Paris

 

L'Accord de Paris sur le changement climatique (2015), qui fait suite à Kyoto (1997), présente trois engagements: maintenir l'augmentation globale de la température de la planète en dessous de 2°C, voire atteindre 1,5°C; accroître la résilience des pays en développement face aux perturbations causées par le changement climatique; et atténuer les conséquences du changement déjà en cours. Pour atteindre le premier objectif, il est nécessaire de réduire les émissions de gaz à effet de serre, principalement les combustibles fossiles (CO2, gaz, pétrole). La réalisation des deux autres objectifs (atténuation et résilience) nécessite d'importantes ressources financières pour les pays en développement; celles-ci doivent être fournies par les pays développés. L'accord de Paris a été un succès très partiel, comme les années l'ont montré. Six ans se sont écoulés depuis Paris et des études indiquent que les émissions de CO2 seront plus importantes cette année qu'avant la pandémie, et que seuls 70 % des fonds approuvés pour l'atténuation et la résilience des pays en développement ont été utilisés. L'accord de Paris était une déclaration d'intention très importante signée par une majorité écrasante de pays du monde, mais c'est une chose de signer un accord et une autre de le respecter.

 

L'échec de la réalisation des objectifs de la COP-25 de Chili Madrid était évident, de sorte que des questions importantes ont été laissées en suspens pour Glasgow. L'un des premiers objectifs de la COP-25 Chili-Madrid était que chaque pays présente son plan de mise en œuvre de l'accord de Paris dans son État; malheureusement, seul un petit nombre de pays l'a fait. Un deuxième objectif non atteint de la COP-25 était de fournir au marché international des droits d'émission de CO2 des règles claires pour ajuster le marché international des droits d'émission de CO2; il n'a pas été possible de clarifier la façon de calculer les paiements à effectuer par les industries qui émettent du CO2 en excès. Une troisième question non résolue a été ajoutée à la liste des questions en suspens à résoudre après Glasgow: le paiement de fonds économiques aux pays en développement pour "l'atténuation et la résilience"; Glasgow a été atteint avec seulement 70% des 100 milliards annuels convenus. Ce ne sont pas des choses sans importance qui ont été laissées pour Glasgow; certains pensaient qu'après avoir eu deux ans pour tenir les engagements, ce serait plus facile, mais ce ne fut pas le cas. Un détail m'a beaucoup alarmé: le pape François, qui devait être présent à Glasgow, a annoncé sa non-participation peu avant le début du sommet.

1,5°C

Ce qui était prévu et ce qui a été réalisé lors de la COP26

 

Voici ce qui était sur la table, et ce qui a été effectivement réalisé:

 

- Sur les émissions de CO2

 

Ce que les négociateurs voulaient: s'engager à réduire les émissions à des niveaux permettant de maintenir le réchauffement de la planète en dessous de 2°C Celsius, et proche de 1,5°C par rapport aux températures préindustrielles. Le réchauffement de la planète est principalement dû aux révolutions industrielles dans les pays développés ; la reconnaissance de ce fait a conduit les pays industrialisés à s'engager à fournir des fonds financiers aux pays en développement pour atténuer les effets du réchauffement de la planète.

 

Ce qu'ils ont obtenu: Les promesses n'ont pas été tenues avant le sommet. L'accord appelle les pays à revoir leurs réductions lors de la prochaine COP en 2022. Quelques pays supplémentaires ont soumis leurs plans nationaux pour atteindre les réductions d'émissions de CO2 promises à Paris, mais il en manque encore beaucoup. Des doutes planent sur l'engagement de la Chine à réduire ses émissions de CO2 d'ici 2060 et sur l'accord de coopération entre les États-Unis et la Chine sur le changement climatique.

 

- Sur le financement de la résilience au changement climatique et de l'atténuation de ses effets.

 

Ce qu'ils voulaient: Les pays en développement avaient estimé à 1,3 billion de dollars par an le montant nécessaire pour faciliter leur transition énergétique et leur adaptation.

 

Ce qu'ils ont obtenu: Les pays développés se sont engagés à respecter les promesses antérieures de 100 milliards de dollars par an, à doubler le financement de l'adaptation au changement climatique d'ici 2025 et à mettre en place un processus pour le financement post-2025. Il n'y a pas d'accord sur l'origine des fonds et sur la surveillance ou la contrepartie qui sera exigée des pays bénéficiaires - peut-être les demandes sont-elles d'acheter aux pays donateurs ou le démantèlement tarifaire par les pays bénéficiaires ? Si c'est le cas, ce serait vraiment décevant. On ne sait rien à son sujet.

 

- Échange international de droits d'émission de CO2 (IETC)

 

Ce qu'ils voulaient: Des règles permettant aux gouvernements d'échanger des crédits carbone entre eux, ainsi qu'un cadre pour les marchés internationaux du carbone.

 

Ce qu'ils ont obtenu: Les négociateurs se sont mis d'accord sur un cadre général qui, de l'avis de nombreux chefs d'entreprise, encouragera les échanges transfrontaliers de crédits carbone entre entreprises. Rien n'a été convenu sur les règles qui régiront le marché des SEIC; le problème jusqu'à présent a été la spéculation et la double imposition des SEIC; ce n'est que dans l'Union européenne que ce marché a bien fonctionné.


- Sur les combustibles fossiles

 

Ce qu'ils voulaient: Certains acteurs clés souhaitaient un engagement à mettre fin à l'utilisation des combustibles fossiles.

 

Ce qu'ils ont obtenu: L'accord final prévoit une "suppression progressive" des subventions au charbon et aux combustibles fossiles "inefficaces". Au début de la COP26, les premiers projets comprenaient clairement l'"élimination progressive" du charbon en tant que combustible fossile; à la dernière minute de la COP-26, et sous la pression de la Chine et de l'Inde, le mot "élimination progressive" a été remplacé par "réduction". Même la France et l'Allemagne ont essayé d'introduire l'énergie nucléaire et le gaz dans le groupe des "énergies vertes". L'engagement de l'UE et des États-Unis (sous l'administration Biden) à respecter les engagements de Paris en matière d'émissions de CO2 et d'élimination progressive des combustibles fossiles semble toutefois très cohérent. On ne peut pas en dire autant de pays comme la Chine, la Russie, l'Inde ou le Brésil.

 

Le dernier jour, tous les discours ont appelé à l'implication de la société civile et du secteur productif privé : les gouvernements, la société civile et les entreprises doivent s'unir pour éviter une catastrophe environnementale. À la COP-26, comme à la COP-25, ce sont les entreprises, les villes, les régions et la société civile qui se sont engagées à respecter la limite de 1,5°C d'augmentation de la température. Qu'en est-il des politiciens et des dirigeants qui sont incapables de faire quelque chose de semblable? Chaque jour, il devient de plus en plus important pour la société civile de s'engager et de faire pression sur les politiciens pour trouver des solutions aux graves problèmes de notre monde.


Pourquoi est-il si difficile de parvenir à un accord sur les émissions de CO2?

 

Le changement climatique, dont personne de sain d'esprit ne doute aujourd'hui, est fondamentalement dû à l'émission de "gaz à effet de serre" (méthane, ozone et CO2). Les émissions excessives de ces gaz, notamment de CO2, depuis la révolution industrielle, sont responsables de l'augmentation de la température de la terre et du changement climatique. Rien n'a été découvert lors de la COP-26 sur les conséquences du réchauffement climatique qui n'était pas déjà connu; cela fait des années que l'on entend dire qu'il est urgent de prendre des décisions concrètes au vu des effets que nous constatons déjà. Pourquoi a-t-il été si difficile de parvenir à un accord lors de la COP-26 à Glasgow? La pandémie de COVID-19 a-t-elle joué un rôle? Il existe un problème appelé "pénurie d'énergie". Nous le constatons notamment ces mois-ci avec l'augmentation du coût de l'électricité, due à la hausse du prix du gaz, mais dans les endroits où le charbon est utilisé, la même chose se produit avec ce combustible fossile.

 

Le développement des pays occidentaux a nécessité d'énormes quantités d'énergie, provenant principalement du charbon, du pétrole et du gaz. Le développement des autres pays du monde nécessite également beaucoup d'énergie, qui a traditionnellement été produite de la même manière que dans les pays des révolutions industrielles. Si nous voulons que tous les pays du monde se développent correctement, il faut beaucoup d'énergie, même si nous choisissons, pour une fois, de mettre de côté le consumérisme frénétique des pays développés. Il faut un "découplage" entre le développement et l'énergie fossile ; nous devons produire beaucoup plus d'énergie, mais il doit s'agir d'énergie verte. Les carburants pour véhicules ou les émissions de méthane constituent également un problème majeur, mais le plus gros problème est la consommation de combustibles fossiles pour l'électricité.

 

Par conséquent, pour produire moins de CO2, nous devons changer de sources d'énergie : nous devons passer d'une énergie basée sur les combustibles fossiles à une énergie "verte" ou propre. Nous sommes confrontés au problème d'une transformation qui implique des changements et des dépenses énormes pour les pays et, bien sûr, pour les personnes, mais si nous ne le faisons pas, notre planète n'a pas d'avenir. 

 

L'Union européenne, les États-Unis et, d'une manière générale, les pays occidentaux développés, peuvent assumer cette transformation, bien qu'au prix de grands efforts. Le problème de certains pays en développement doit être résolu par un soutien financier et technologique des pays développés. Mais il existe un troisième groupe de pays en développement qui, selon eux, ne peuvent rien faire d'autre que de consommer des combustibles fossiles, en particulier du charbon.  Le continent asiatique représente 75% de la production d'électricité des centrales thermiques et 80% des nouveaux projets. La Chine représente 55 % des centrales électriques au charbon en activité, suivie de l'Inde (12 %), du Vietnam et de l'Indonésie. Les États-Unis représentent 10 % de la production mondiale d'électricité à partir du charbon. Il ne fait aucun doute que la Chine, en particulier, a l'obligation morale de réduire ses émissions de CO2. L'Union européenne, qui est très engagée dans la décarbonisation et la transformation verte à travers le Grean Deal européen, a le problème de la Pologne et de sa dépendance au charbon pour la production d'énergie. L'alternative au charbon ne peut être le gaz, qui est également un combustible fossile produisant du CO2. Global Carbon Project


La solution pour 2030-2050 peut-elle venir des énergies vertes et du nucléaire de nouvelle génération? L'énergie nucléaire, dans sa forme actuelle, pose le problème des déchets radioactifs. L'énergie nucléaire de fusion pourra-t-elle résoudre ce problème? Résoudre ce problème est le défi des scientifiques et, surtout, des politiques. Ce qui est certain, c'est que si nous ne mettons pas un terme à cette situation, non seulement la planète succombera, mais nous succomberons avec elle. La prochaine date pour les accords: COP27 Le Caire, en 2022. Pouvons-nous leur faire confiance; ils ont sûrement besoin de la société civile, de nous, pour parvenir à des accords?

 

Miguel Ángel Velasco cmf

Membre de l'équipe clarétaine de l'ONU

 

Comments