l'éducation libératrice : La méthodologie de Paulo Freire ODD 4 FR

 


Comprendre l'éducation libératrice : La méthodologie de Paulo Freire

Cmf Philippines

Un dialogue avec Ángel Calvo cmf

 

Il est certain que, malgré toutes les difficultés et tous les défis, il y a toujours eu des espaces d'apprentissage. Il s'agissait d'espaces liés à la croissance. Que ce soit dans une salle de classe ou non, l'éducation était un outil des plus efficaces lorsque les parties à un conflit couvaient leur rage et leur vengeance. La plupart du temps, cependant, l'éducation la plus efficace ne se trouve pas entre les quatre murs d'une salle de classe.

 

Adopter la méthodologie de Freire

 

Le père Angel gardait encore ses souvenirs vivaces. "Nous avons choisi d'aborder l'éducation par le biais de la méthodologie de Paulo Freire, l'éducation libératrice", a-t-il déclaré, soulignant l'importance de ce fait au milieu du régime militaire.

 

"Nous savions que c'était un peu risqué, car nous ne savions pas comment les hommes et les femmes de la communauté mixte réagiraient à cette méthodologie. Cependant, elle s'est avérée être un outil très utile pour nous aider à analyser sérieusement la réalité selon laquelle nous, et surtout notre peuple, vivions dans une société de classe marquée par l'oppression, la dépendance et les conflits culturels", a-t-il déclaré.

 

"Ensuite, sur la base de ces prémisses, nous avons formulé notre programme d'action, avec quelques objectifs directs. Dans l'ensemble, nous voulions aider les communautés dans leurs efforts pour atteindre un développement humain intégral, ce qui, selon nous, impliquait un processus de libération autonome", a-t-il expliqué.

 

Expliquant plus avant, il a déclaré : "À cette fin, nous avions l'intention : Premièrement, aider à permettre la transformation des structures oppressives en une nouvelle configuration sociale et politique basée sur une plus grande autonomie et participation, ainsi qu'un système économique caractérisé par une distribution plus équitable des richesses, et un plus grand accès aux sources de production." 

 

Il a ajouté : "Deuxièmement, contribuer dans le processus, à une plus grande compréhension et fraternité entre les divers groupes existant à Basilan, en particulier entre chrétiens et musulmans."

 

Se remémorant, il a déclaré : "Ce n'était cependant pas un processus agréable et ordonné. À un certain moment du voyage, certaines communautés musulmanes nous ont montré des signes de méfiance et de suspicion. Elles avaient des doutes sur nos intentions. Même les membres de l'équipe ont été touchés. Après tout, nous étions les enfants de notre vie, mais nous avions nous aussi des espoirs et des rêves. Par conséquent, ce furent des moments particulièrement difficiles qui nous ont fait passer par une nouvelle purification."

 

"Nous avons été contraints d'affronter la réalité musulmane avec une plus grande ouverture d'esprit. Nous avons dû, pour ainsi dire, "jouer nos cartes à visage découvert" et en toute sincérité. Petit à petit, avec des rencontres constantes, de la patience, de la réflexion, une étude de la culture islamique et des problèmes historiques des "Moros" aux Philippines, nous sommes devenus plus sensibles et avons découvert des valeurs culturelles et religieuses qui n'avaient pas leur place dans notre schéma chrétien", dit-il en réfléchissant à ses souvenirs du passé.

 

En pensant à ce qu'il avait vécu au cours des cinq premières années de l'ère de la loi martiale, il a déclaré : "Nous avons été plongés dans la dynamique du dialogue de manière cruciale. En analysant franchement l'histoire du conflit dans les communautés et en réfléchissant honnêtement à la mission de l'Église en Asie, nous nous sommes engagés dans un dialogue de vie avec les communautés musulmanes, en entreprenant des projets communs à la recherche de la justice."

 

"Des personnes, des familles, des communautés qui étaient confrontées à la peur, aux préjugés et à la violence récente, se sont rencontrées sur des projets communs et ont découvert ensemble qu'elles étaient affectées par les mêmes problèmes fondamentaux. La compréhension mutuelle, le respect et la solidarité ont concrètement pris forme lorsqu'il y avait des opportunités ou des possibilités de partager un projet pour répondre à des besoins similaires", a-t-il poursuivi.

 

"Par exemple, malgré les différences culturelles et les croyances religieuses, les aspirations communes à la terre, à la santé, à l'éducation et à l'avenir des enfants, à la sécurité et à la lutte contre la manipulation politique et d'autres forces oppressives nous ont permis d'avancer, même en développant l'amitié entre les communautés", a-t-il souligné.

"Et puis nous devions célébrer ensemble les victoires de la communauté et aussi faire preuve de sensibilité et de grande considération pour les expressions religieuses de nos traditions confessionnelles. Nous avons donc aidé à construire des mosquées dans leurs communautés et avons été invités à participer aux célébrations musulmanes à l'intérieur de leurs mosquées", a-t-il articulé, tout en accentuant le sens et l'expérience du "Dialogue de la vie". 

 

Définir la mission de Claret

 

Le Père Angel Calvo était plus que concentré sur le programme missionnaire clarétain.

 

"Nous devions maintenant clarifier notre programme missionnaire parmi eux et entreprendre un programme qui réponde vraiment à leurs attentes, visant à leur développement intégral en tant que communauté", a-t-il dit.

"Notre programme initial de développement avait été trop vague. Nous nous sommes alors appliqués à un processus d'évaluation sérieux et approfondi", a-t-il déclaré.

"Nous avons fait appel à un grand ami, Karl Gaspar, un laïc très engagé dans l'apostolat à Mindanao. Il nous avait aidés dès le début et suivi de près nos démarches, et nous voulions qu'il nous aide maintenant dans notre discernement. Je tiens à le mentionner ici avec gratitude car, au moment où j'écris sur nos expériences, il souffre en prison, victime d'une injustice, accusé, comme tant d'autres chrétiens engagés, de subversion. Cependant, aucune charge spécifique n'a été retenue contre lui après plus de quinze mois d'emprisonnement", a-t-il déclaré.

 

"Nous nous sommes attelés à une analyse sérieuse de la réalité dans laquelle nous et, surtout, notre peuple vivions : la société la plus classieuse, marquée par l'oppression, la dépendance et les conflits culturels", a-t-il rappelé.

"Ensuite, à partir de ces prémisses, nous avons formulé notre programme d'action, avec quelques objectifs directs. Premièrement, aider les communautés dans leur effort pour atteindre un développement humain intégral qui, à notre avis, impliquerait un processus de libération capable de transformer les structures oppressives en de nouvelles structures sociales, économiques et politiques basées sur une plus grande autonomie et participation, sur une distribution plus équitable des richesses et un plus grand accès aux sources de production."

"Deuxièmement, contribuer ainsi à une plus grande compréhension et fraternité entre les divers groupes qui existent à Basilan, en particulier entre chrétiens et musulmans", a-t-il déclaré.

 

Le père Angel a réfléchi profondément. "Ces objectifs étaient certes ambitieux, mais ils ont commencé à prendre forme dans la mesure où nous avons commencé à entrer dans le processus et à adopter une méthodologie cohérente visant à édifier les gens en tant que personnes, à transformer leur réalité et à établir des relations réciproques avec les autres."

Si nous voulons que la personne humaine agisse et soit reconnue comme sujet de l'histoire ; si nous voulons que la personne humaine entretienne avec les autres personnes humaines - et avec Dieu - des relations véritablement réciproques ; si nous voulons sincèrement que la personne humaine s'insère dans le processus historique et acquière le pouvoir nécessaire pour transformer la nature ; si tout cela est ce que nous visons, alors nous devons préparer la personne humaine au moyen d'une éducation qui libère, plutôt que de domestiquer, les personnes humaines, en leur permettant de prendre de la consistance grâce à l'organisation communautaire."

 

Une éducation libératrice

 

Le père Angel a souligné que la méthodologie de Freire et les deux étapes étaient essentielles.

Il a patiemment expliqué. "Une première phase essentielle d'une éducation libératrice capable d'éveiller la conscience critique, ou 'conscientisation', des êtres humains, leur permettant de prendre possession de la réalité oppressive qui les rend victimes et de 'dévoiler les mythes et les liens socioculturels qui les lient'. Ce n'est qu'ainsi que les êtres humains, se sentant libérés de ces barrières internes, pourront forger la puissance et la solidarité dont ils ont besoin pour pouvoir entreprendre leur tâche de transformation de la réalité."

 

Il a développé le second point.

"L'organisation communautaire est également essentielle", a-t-il souligné. "Ce type d'organisation doit commencer à la base, à l'échelon et dans la réalité où les gens se déplacent, vivent ensemble et travaillent dans de petites communautés. Il faut ensuite les aider à formuler leurs problèmes et leurs aspirations authentiques, et à assumer progressivement les rôles de direction qui leur permettront de construire une véritable organisation de la vie communautaire et de promouvoir des alternatives économiques, culturelles et politiques."

 

Il a ensuite développé la troisième étape, qui consiste à établir des contacts avec d'autres organisations de base.

"Il faut faire un effort de mise en réseau avec d'autres groupes sociaux de base qui sont semblables à cette transformation structurelle radicale de la société : avec tous ces groupes qui ont opté pour le peuple et ses luttes. Seul ce pouvoir populaire peut garantir la permanence des acquis obtenus par les efforts du peuple", a-t-il souligné.


Le chemin que Paulo Freire a montré 

 

"Dans notre recherche, nous avons trouvé une méthode éducative, celle de Paulo Freire, et nous avons aimé sa vision, sa façon de comprendre et de réaliser l'éducation des masses, et nous avons adopté son projet de libération, son concept d'"utopie" comme un engagement historique selon lequel "seuls les utopistes peuvent être prophètes et porteurs d'espoir"."

Il a souri. "Les 'experts' de Manille ont voulu nous dissuader d'essayer, mais nous étions décidés. Nous voulions essayer pour notre propre compte, et nous avons commencé un processus de conscientisation dans toutes nos communautés déjà formées, en suivant les indications de Paulo Freire."

 

"Toutes les communautés devaient participer à une série de cours bien ordonnés selon différentes phases. La première consistait à découvrir le monde verbal des groupes à travers une série de réunions de classe au cours desquelles apparaissaient les principaux problèmes vitaux pour la communauté.

"La deuxième était la création de situations existentielles. Une sélection de situations problématiques 'codifiées' et organisées a été identifiée comme base de discussion et de réflexion. Dans presque toutes nos communautés, la liste des thèmes et des problèmes brûlants était très similaire.

Il a illustré son propos en donnant des exemples : la terre, la société, l'école, la maison, les soldats, les ignorants, l'eau, le gouvernement, les malades ou l'adat (attitude respectueuse).

Il s'est étendu sur le processus de " décodage ". "Les thèmes que j'ai mentionnés ont été discutés et 'décodés' en recherchant leurs implications, leurs causes et leurs connexions au sein du système social, toujours pour proposer une ligne d'action alternative."

 

Le père Angel a expliqué plus en détail. "Dans les communautés où l'analphabétisme était presque total, les communautés elles-mêmes ont découvert l'analphabétisme comme un besoin primordial pendant les premiers cours. Ensuite, nous avons suivi un cours complet d'alphabétisation basé sur les phases mentionnées ci-dessus. Dans d'autres communautés plus hétérogènes, ou dans celles qui ne voyaient pas la nécessité de lire, nous avons suivi le processus de réflexion et de conscientisation, sans le travail de lecture."

 

La gestion de l'illettrisme

 

"Lors de la première expérience, qui concernait une communauté yakan typiquement analphabète, l'homme a accepté de suivre le processus, mais à une condition : les hommes le feraient d'abord eux-mêmes, puis, si cela leur plaisait, ils autoriseraient également leurs femmes à participer aux cours. Nous avons accepté leur proposition et, après deux semaines de discussions jour et nuit, ils ont donné leur accord et les femmes ont également participé aux cours. Il s'agissait d'une avancée considérable, compte tenu de la position marginale des femmes dans une société comme celle des musulmans", a-t-il déclaré.

"C'était profondément émouvant de voir ces hommes et ces femmes venir deux soirs par semaine, après une dure journée de travail dans leurs fermes, souvent sous la pluie et dans la boue, portant leurs petites lampes à pétrole, dans un effort intense de réflexion communautaire, afin de pouvoir griffonner leurs premières lettres et commencer à écrire pour la première fois dans leur propre langue", a-t-il ajouté.

 

"Nous n'en finissons pas d'avoir des anecdotes impressionnantes de cette époque. Pour eux, c'était la découverte d'un monde qu'ils ne soupçonnaient pas, et il est difficile de décrire l'émotion et la joie qu'ils ont ressenties en étant capables d'exprimer leur sentiment par des mots écrits. Le premier jour, l'un d'eux a réussi à écrire "almi" (sa version de "armée") ; le deuxième jour, un autre était très fier d'écrire "kalbu" (qu'il considérait comme un bon équivalent de mon nom "Calvo")", se souvient-il.

 

Puis il y a eu le vieux fermier qui a finalement réussi à écrire une phrase entière, qu'il nous a montrée avec une fierté et une joie compréhensibles : "Peu importe que nous soyons pauvres, le plus important est de ne pas être des esclaves", et cela m'a ému", a déclaré le père Angel.

"C'était une campagne d'alphabétisation qui n'était pas simplement mécanique ou par cœur. Au contraire, elle a conduit les adultes à prendre conscience d'eux-mêmes et de leurs affaires. Il s'agissait d'apprendre à 'lire' leur réalité, à 'écrire' leur histoire", a-t-il souligné. 

 

L'espace d'apprentissage est vaste et reste ouvert jusqu'à ce que l'on rende son dernier souffle.

 

Un dialogue avec Ángel Calvo cmf


Comments