L'Afghanistan avait-il besoin de ce genre d'aide ? ODD 16, 17 FR


L'Afghanistan avait-il besoin de ce genre d'aide ?

Miguel Ángel Velasco cmf

Membre de l'équipe clarétaine de l'ONU

 

Afghanistan : une terre désirée par beaucoup

 

Le 15 février 1989, l'Union soviétique s'est retirée de l'Afghanistan. Ses relations sont allées de la reconnaissance du gouvernement pro-soviétique d'Afghanistan (1978) par l'URSS, aux conseils et à la défense militaires, et enfin à l'invasion de l'Afghanistan par les troupes de l'URSS. L'intervention des puissances occidentales, notamment des Etats-Unis, n'a cessé de s'intensifier dès le début de la présence de l'URSS en Afghanistan. Le soutien américain aux groupes d'insurgés, par la fourniture de moyens offensifs, a été essentiel pour forcer les troupes soviétiques à quitter l'Afghanistan. Progressivement, les talibans ont conquis l'ensemble du territoire afghan, en vainquant les autres groupes d'insurgés. Les relations entre les talibans, les États-Unis et les pays occidentaux sont passées du soutien au conflit et ont explosé après l'attaque des tours jumelles (11 septembre 2001). La réaction des États-Unis, de l'OTAN et du Conseil de sécurité des Nations unies a été presque instantanée. La nouvelle invasion de l'Afghanistan, désormais menée par les États-Unis, soutenus par l'OTAN, a commencé. Après 20 ans, les États-Unis et l'OTAN laissent à nouveau l'Afghanistan aux mains des talibans. Qu'est-ce qui a été accompli ? L'évacuation des troupes et du personnel d'Afghanistan a été presque aussi chaotique que le départ de l'URSS en 1986 ou des troupes de l'Empire britannique massacrées en 1842. L'Afghanistan a été, pendant de nombreux siècles, une terre de passage entre l'Europe, la Perse, la Russie et l'Inde ; une terre qui, comme aujourd'hui dans le cas de la Chine et de la Russie, est convoitée par beaucoup.


D'un point de vue occidental

 

Les événements en Afghanistan devraient nous faire réfléchir aux voies qui mènent à la création adéquate d'un État-nation, fondé sur une paix durable. Les récentes interventions américaines ont cherché, après l'invasion correspondante avec ou sans l'autorisation du Conseil de sécurité des Nations unies, à éradiquer un problème pour donner naissance à une démocratie de type occidental. D'une certaine manière, les États-Unis sont les héritiers d'une tradition qui consiste à chercher à faire régner l'ordre à partir du désordre - toujours d'un point de vue occidental et avec des méthodes occidentales. Revenons quelques décennies en arrière. La fin de la Première Guerre mondiale a vu l'effondrement de l'Empire ottoman et la création d'États-nations aux frontières très favorables aux puissances victorieuses (France et Grande-Bretagne) qui les ont dessinées. La Seconde Guerre mondiale a entraîné l'indépendance des colonies et la création de nouveaux États-nations ; là encore, les frontières ont été créées par les pays occidentaux. Cette fois, le processus de formation des États-nations est supervisé par les Nations unies (Conseil de tutelle). Rappelons que la fondation des Nations unies, rappelons-le, a eu lieu à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et qu'elle est l'héritière de la Société des Nations ; les deux organisations sont nées pour prévenir la guerre ; elles sont également nées du point de vue historique de l'Occident ; la Société des Nations du point de vue européen, l'ONU plutôt du point de vue des États-Unis. La division de notre monde avec les frontières actuelles est donc très récente et a été faite, pour la plupart, à partir de critères occidentaux ; il n'est pas rare que des problèmes, des luttes et des guerres soient générés à l'intérieur d'un pays ou entre plusieurs d'entre eux. Je ne veux pas dire que les puissances dé-colonisatrices n'ont pas cherché le meilleur pour les nouvelles nations, mais la chose la plus commune est que beaucoup des délimitations actuelles n'ont pas été faites dans le meilleur intérêt de la population de chaque pays, et cela génère des problèmes.


La nécessité d'un dialogue multilatéral pour se comprendre

 

Le poids de la "vision occidentale" dans l'interprétation des événements dans toutes les parties du monde a été largement prédominant au cours des derniers siècles, tout comme la "vision occidentale" a été prédominante dans l'organisation économique mondiale. Cette situation a eu des avantages, mais aussi beaucoup d'inconvénients et a été à l'origine de nombreuses erreurs historiques. Ne serait-il pas temps de commencer à voir les choses différemment ? Ne devrions-nous pas penser et construire le monde du futur comme une réalité davantage fondée sur la multiplicité culturelle ? Ne serait-il pas préférable d'opter pour un multilatéralisme où il pourrait y avoir un plus grand dialogue entre les différentes richesses culturelles ? Un dialogue basé, clairement, sur les Droits de l'Homme, les valeurs de l'Agenda 2030 et les valeurs communes des religions. 

 

Je me demande si les stratèges de la présence américaine en Afghanistan ont essayé de comprendre en profondeur l'histoire et la réalité sociale du pays avant de décider de mettre en œuvre les "systèmes de protection sociale" préconçus à Washington ; peut-être aurait-il fallu, en même temps que les troupes d'intervention, une stratégie pour écouter et essayer de comprendre une réalité si différente de celle de l'Europe ou des États-Unis. En principe, c'est une attitude louable que de vouloir démocratiser un pays ; mais gardons à l'esprit qu'un pays n'est pas démocratique parce qu'il organise des élections, mais parce que ses citoyens sont convaincus de certaines valeurs et adoptent les attitudes de respect de chaque personne dans une société. Comprendre les valeurs démocratiques implique : de valoriser l'individu et la nation dans son ensemble ; de croire que l'individu est au service du peuple et le peuple de l'individu ; de croire que nous pouvons chacun avoir nos propres convictions, mais en respectant celles des autres et en recherchant le bien commun. Chaque nation comprend ces principes d'une manière différente en raison de sa configuration historique ; c'est la raison pour laquelle chaque démocratie présente des particularités qui la rendent différente des autres. Chaque nation doit trouver sa propre manière concrète d'organiser son système démocratique, en se fondant toujours sur ses racines et ses traditions en tant que peuple. D'un autre point de vue culturel, il est possible d'accompagner ce processus de recherche de son propre style démocratique ; ne jamais imposer et ne jamais penser que cette transformation peut être réalisée dans un temps réduit de cinq, dix ou vingt ans. 


Une approche différente des problèmes et des solutions

 

Face à des guerres telles que celles d'Irak, du Vietnam, d'Afghanistan ou de l'ex-Yougoslavie, nous devrions nous interroger sur ce qui a été gagné. La destruction et la mort sont évidentes, mais, je le demande à nouveau, qu'est-ce qui a été gagné ? L'Union européenne a été accusée à plusieurs reprises d'inaction au milieu des conflits ; nous ne pouvons pas dire que, parfois, cela n'a pas été vrai, mais l'Union européenne utilise un autre type de diplomatie, "demander un changement et donner quelque chose en retour", plutôt que des interventions militaires drastiques. Il n'est pas possible de donner des réponses simples à des crises de l'ampleur de celle de l'Afghanistan, c'est vrai, mais peut-être devons-nous tirer des enseignements de la manière dont les Nations unies ont procédé pour intervenir dans les conflits.


L'ONU a appris des voies alternatives : la "diplomatie préventive" par la médiation furtive du Secrétaire général de l'ONU ; la présence de troupes de maintien de la paix entre les belligérants, les "Peacemaking - Peacekeeping" ou "Casques bleus" ; ou les programmes de "Peacebuilding", réalisés non seulement par des soldats mais surtout par du personnel des agences de l'ONU, des ONG et de la société civile, axés sur le développement humain des pays. En fait, l'ONU se mobilise actuellement pour collecter des fonds en vue d'une aide humanitaire directe au peuple afghan, mettant en garde contre le danger réel d'un effondrement humain et économique du pays. Face à cette tragédie humanitaire, l'ONU, par la voix de son Secrétaire général, appelle à la solidarité internationale, et non au boycott international. En Afghanistan aussi, ceux qui souffrent le plus sont les plus vulnérables.


Le rôle des religions

 

Je crois humblement que nous devons reconnaître un rôle important à l'action coordonnée des véritables chefs religieux pour faire face aux confrontations de toutes sortes. Le fond religieux que nous avons tous est le seul qui puisse, en certaines occasions, mobiliser un retour au dialogue, au pardon et à la construction de la paix. C'est ce que nous constatons dans de nombreuses régions du monde grâce à l'activité de la diplomatie vaticane ; mais celle-ci ne pourrait pas faire grand-chose, dans des cas comme celui de l'Afghanistan, sans entrer en dialogue avec des dirigeants musulmans convaincus de la nécessité de la paix et du respect des êtres humains. De même, il y a des siècles, une partie de l'Église catholique a utilisé des moyens militaires pour résoudre certains problèmes et s'est rendu compte que ce n'était pas son rôle dans le monde à partir de l'Évangile ; elle s'est rendu compte que ce n'était pas la solution. Heureusement pour tous, les Nations unies reconnaissent et utilisent de plus en plus la collaboration avec les chefs religieux et les ONG confessionnelles (FBO) dans la résolution des conflits.

 

En bref, les changements profonds, ceux qui sont vraiment importants, ne se font pas rapidement ou par la force. Les croyants chrétiens savent que Dieu est très patient avec nous et savent que les impositions ne mènent jamais à une bonne fin. Dieu veut que nous soyons libres et nous a créés assez bons pour croire que respecter notre liberté et nous apprendre à aimer par l'exemple est la bonne façon pour nous de construire un monde de frères et de sœurs. Mais peut-être y a-t-il une page de l'Évangile qui a été arrachée et qui parle de la violence comme arme de conviction ! Peut-être que cette page se trouvait juste après les Béatitudes !

 

Miguel Ángel Velasco cmf

Membre de l'équipe clarétaine de l'ONU


Comments