Études universitaires au Zimbabwe ODD 4 FR

 

Études universitaires au Zimbabwe

L'éducation change la vie (ECV)

 

Joaquín Béjar, Manuel Ogalla, Ana Estévez

Équipe Claretian-Fatima. Zimbabwe

 

Le programme "L'éducation change la vie" (ECV) est l'engagement de Proclade Betica en faveur du droit à l'éducation des enfants et des jeunes dans les zones les plus démunies. Il est développé dans 5 pays à travers 6 projets éducatifs pluriannuels, dans le but de garantir l'achèvement du cycle scolaire et une éducation qui a pour moteur le développement intégral de la personne. Elle vise à renforcer l'éducation de qualité, inclusive, avec des valeurs d'amour, de paix et de solidarité, qui favorisent les alternatives pour améliorer l'avenir des personnes.

 

ECV-Zimabwe. Études universitaires

Ce projet vise à soutenir les jeunes qui souhaitent accéder à l'enseignement supérieur. L'aide financière favorise un groupe de 30 garçons et filles de la mission de Zhomba, une zone rurale éloignée de la capitale, afin qu'ils puissent payer leurs frais de scolarité et avoir la possibilité d'étudier. Il s'agit d'une initiative à fort potentiel de transformation, car les connaissances et l'apprentissage de chacun de ces jeunes seront restitués à leur lieu d'origine et toute la communauté en sera enrichie. En effet, le mouvement ChildZCare a été lancé, une chaîne de solidarité dans laquelle les élèves s'engagent à soutenir d'autres élèves du secondaire pour qu'ils poursuivent leurs études.

2020. Épidémie pandémique

En mars, tous les établissements d'enseignement, y compris les universités, ont été fermés. Ce n'est qu'en septembre que les activités éducatives ont repris. Depuis lors, les fermetures temporaires se sont poursuivies au fur et à mesure de l'évolution de la pandémie, affectant directement les étudiants.

 

En outre, l'économie du pays a été gravement touchée. La monnaie locale, le dollar zimbabwéen, a été sévèrement dévaluée et les prix ont à nouveau grimpé en flèche dans une nouvelle spirale inflationniste. Cette situation, conjuguée à d'autres causes structurelles et conjoncturelles, a entraîné un appauvrissement généralisé du pays et des familles.

 

En raison du coronavirus, les rencontres de jeunes prévues dans le programme n'ont pas eu lieu. Il y a eu quelques réunions partielles, à Harare par exemple, ou dans la mission elle-même. Mais le suivi s'est fait par le biais d'entretiens personnels et de contacts téléphoniques fréquents. 

 

Certaines personnes ont eu accès à l'enseignement en ligne. D'autres, en raison du manque de ressources dans leurs centres, n'ont pas pu le faire. Tous sont reconnaissants pour le soutien reçu de PROCLADE Betica et des personnes et institutions qui collaborent au programme. Cette aide est devenue encore plus nécessaire dans ce contexte d'appauvrissement et de crise généré par le virus covid-19. Cette année, le travail d'animation et de motivation s'est intensifié, car les garçons et les filles ont dû surmonter de nombreux problèmes pour mener à bien le cours.

Au cours de l'année 2020, 29 jeunes ont participé au programme, avec tout ce que cela représente en termes d'illusion et la richesse d'avoir de grands futurs professionnels dans différents domaines tels que l'ingénierie, l'enseignement, la médecine... Des jeunes qui rêvent et travaillent pour un avenir meilleur et plus humain, des jeunes qui optent pour un pays différent, plus honnête, avec des possibilités pour tous.

2021. Regarder l'avenir avec espoir

La situation s'est améliorée au cours des mois de 2021, même si après les vacances de Noël, en janvier, février et mars, le nombre de cas a augmenté et il y a eu des confinements temporaires. En tout cas, les zones rurales sont très peu touchées par la pandémie, et la plupart des cas se concentrent dans les villes. La vaccination est mise à disposition, bien que certaines personnes la refusent, comme dans d'autres pays, par peur ou méfiance, ou parce que la médecine non traditionnelle n'est pas acceptée.

 

Pour cette année, il y a un bon groupe d'étudiants qui participe au projet. Il y a 13 garçons et 17 filles, conformément à l'engagement d'encourager les femmes à accéder à l'enseignement supérieur, car elles ont généralement plus de difficultés à le faire. 

 

Quant au type d'études, 7 étudiants ont choisi de se préparer à devenir enseignants, 5 feront des études professionnelles en mécanique, électricité etc., 2 étudieront les langues africaines en profondeur. Les autres aspirent à étudier le droit, la médecine, l'informatique, la géographie ou la politique. 

 

Bien que les circonstances du cours soient peut-être plus compliquées que les années précédentes, les personnes qui y participent ont un engagement fort envers leur projet de vie, elles travaillent dur et les résultats ne manquent pas de les suivre. Ils sont tous désireux de servir leur communauté et se préparent minutieusement pour cela.

LCA. Sensibilisation au droit à l'éducation. La voie vers l'ODD 4

 

ECV est un programme qui est également développé en Europe, dans la province clarétaine de Fatima : faire en sorte que la société, par l'intermédiaire des centres éducatifs, s'engage en faveur d'une éducation universelle, de qualité et inclusive à tous les stades de la vie, qu'elle prenne conscience de l'importance de l'éducation en tant qu'outil pour améliorer le monde et cesser de reproduire des structures injustes, qu'elle change les modes de vie à l'origine des inégalités et de l'indifférence ; rapprocher la réalité du Zimbabwe, le contexte et l'importance de l'enseignement primaire et secondaire ainsi que de l'enseignement universitaire ; faire partie des projets en les faisant connaître et en recherchant des modes de financement créatifs qui les fassent participer et se sentir responsables de la construction d'un monde meilleur.

 

Depuis cinq ans, une chaîne de solidarité se met en place. Les étudiants de l'université ECV de Gokwe, au Zimbabawe (études universitaires ECV), s'engagent à aider d'autres enfants de leur communauté à poursuivre leurs études. Cette initiative est née de la prise de conscience des jeunes de l'importance que revêt pour eux la possibilité d'étudier. Le désir de s'engager pour une société plus juste a conduit les étudiants à créer ChildCare, qui s'occupe des enfants qui seront l'avenir du pays. ChildCare consiste à s'engager à payer une partie de l'enseignement primaire et secondaire d'autres personnes (en renonçant à leurs propres dépenses) et à donner des cours de soutien pour que les enfants de la communauté puissent apprendre et réussir leurs matières. Cette chaîne est si forte qu'elle a donné naissance au mouvement ChildzCare, au sein duquel chacun peut apporter sa pierre à l'édifice pour faire de l'éducation une réalité au Zimbabwe. La participation et l'engagement sont essentiels pour faire partie du mouvement.

Des étudiants d'autres régions de la province de Fatima ont rejoint cette chaîne pour faire connaître le mouvement. Plusieurs activités ont été réalisées : concours de logo, fabrication de sacs en tissu avec du coton biologique et du commerce équitable, avec lesquels on pouvait récolter de l'argent pour le financement, en revendiquant le droit à l'éducation.

 

Joaquín Béjar, Manuel Ogalla, Ana Estévez

Équipe Claretian-Fatima. Zimbabwe

 

 

Comments