L'Agenda 2030 est-il la réponse à la crise du COVID-19 ? FR

 

L'Agenda 2030 est-il la réponse à la crise du COVID-19 ?

Miguel Ángel Velasco cmf

Membre de l'équipe cmf à l'ONU

 

Le Forum politique de haut niveau sur le développement durable (HLPF) vient de se terminer. Cette année, tout a tourné autour de l'impact que la COVID-19 a eu sur la mise en œuvre de l'Agenda 2030 et sur les clés pour se relever de la situation qui a été créée. L'un après l'autre, les intervenants de l'ONU, principalement de l'ECOSOC, ou de l'extérieur, ont insisté sur les mêmes diagnostics.

 

Les conséquences de COVID-19 n'ont pas seulement été médicales ; elles ont eu un impact sur les ODD 2030 dans leur ensemble. La crise a frappé durement la planète entière ; c'est une crise de l'humanité dans son ensemble. Elle a ramené le développement humain durable à des niveaux datant de plusieurs décennies et seule une réponse commune, coordonnée et généreuse sera en mesure de sortir l'humanité de la situation actuelle. La nécessité d'une distribution universelle des vaccins COVID-19 a été l'un des "sujets brûlants" de la première semaine du HLPF.

 

La deuxième semaine correspondait, comme les années précédentes, aux rapports que, sur une base volontaire, chaque pays établit sur la mise en œuvre de l'Agenda 2030 (VNR). Le format de la présentation s'est certainement beaucoup amélioré par rapport aux premières années ; elles sont beaucoup plus conformes à un examen basé sur l'agenda de chacun des pays. Mais cet alignement, qui devrait être commun à tous les pays, n'a eu lieu que dans une partie des RNV. Comme lors des éditions précédentes du HLPF, la plupart des pays ont profité de l'occasion pour annoncer la bonne marche de leur pays ; heureusement, il y a eu quelques exceptions. L'impression générale après toutes les présentations des rapports était que la première semaine du HLPF parlait d'une planète et la deuxième semaine d'une autre.

Les Clarétains ont organisé une réunion Zoom autour de l'Agenda 2030 et des projets que nous menons dans le monde ; nous avons également participé à la réunion Zoom de jCor et REDES, deux organisations d'ONG de congrégations religieuses. Vous pouvez lire les articles de blog précédents à leur sujet. Le sous-secrétaire du Dicastère pour le développement humain intégral du Vatican a mentionné la sélection de 7 objectifs de l'Agenda 2030 que le Dicastère a présenté comme une option pour l'Église catholique, à partir de "Laudato Si". Mon opinion est que le choix de 7 des 17 rompt le sens de la totalité de l'Agenda et peut nous faire tomber dans un certain particularisme catholique. 

 

L'Agenda 2030 est un espace d'étude, de discussion et de collaboration ouvert à tous ; il serait dommage de manquer cette occasion. D'autre part, le Développement Humain Intégral n'est pas l'héritage de "Laudato Si", mais de la Doctrine Sociale de l'Eglise : où est le "Fratelli Tutti", si notre interprétation du Développement Intégral se limite à "Laudato Si" ? Nous devons être présents dans la mise en œuvre de l'Agenda 2030, en rendant nos valeurs transparentes en tant que chrétiens et en donnant, avec les autres religions, la référence éthique et religieuse correspondante. Je pense que ce n'était peut-être pas une bonne décision de définir aussi clairement les options pour l'ensemble de l'Église en matière de développement humain intégral, comme l'a fait le Dicastère.

 

Comme nous le savons, l'Agenda 2030 doit être concrétisé pour chaque nation par le gouvernement respectif. L'ONU, par le biais du Secrétariat général et de l'ECOSOC, déploie une stratégie d'accompagnement des pays, sur demande, dans la formulation de l'Agenda 2030 pour le pays spécifique. Le délégué de l'ONU aide à construire un plan avec des indicateurs sur la réalisation des ODD ; l'Agenda 2030 pour chaque pays est préparé conjointement par le gouvernement du pays, des membres de la société civile et des experts de l'ONU dans le pays. Ne serait-il pas préférable que les rapports volontaires par pays (RVN) soient préparés et présentés par des personnes représentant ces trois domaines ? Je pense que nous gagnerions en objectivité. Si cela n'est pas fait, ceux d'entre nous qui assistent à cette deuxième semaine du HLPF continueront à avoir un sentiment de frustration et de perte de temps, ce qui n'est pas vraiment enthousiasmant.

Lorsque nous parlons des Nations unies, nous parlons de plus en plus de trois Nations unies. La première ONU est celle des États-nations ; la deuxième ONU est constituée des experts du Secrétariat général et de l'ECOSOC ; la troisième ONU est constituée de la société civile présente dans chaque pays et au siège de l'ONU. Les organisations confessionnelles (OC) telles que Claretians-PROCLADE font partie de cette troisième ONU. Les gouvernements représentant les États-nations ont tendance à essayer de donner la meilleure des impressions devant le reste des pays ; cette tendance conduit à la tromperie et à la non-effectivité des décisions prises précédemment par tous les pays de l'ONU. Afin de trouver une véritable solution aux problèmes soulevés lors de la première semaine du HLPF, nous avons besoin de l'impulsion des pays les plus conscients et de l'impulsion de la deuxième et de la troisième ONU. Il en va de l'avenir d'une humanité que nous souhaitons tous plus fraternelle.

 

L'équipe clarétaine à l'ONU, à partir de la présence directe aux Nations Unies à New York ou à Genève, essaiera de donner cette impulsion avec d'autres OIR et d'autres ONG ; mais nous pouvons faire plus. Chaque pays dispose d'un document Agenda 2030 avec lequel il s'engage à le développer d'une manière appropriée au pays ; nous devrions lire ce document et vérifier si le gouvernement de notre pays le met réellement en pratique et, si ce n'est pas le cas, nous devrions le dire publiquement. Plus précisément, l'intervention de l'Espagne dans le VNR, a présenté des actions qui impliquent des plans autonomes et ceux de chaque ville. Sommes-nous informés du plan de l'Agenda 2030 pour notre pays, notre autonomie/état ou notre ville ? Sommes-nous disposés à surveiller son exécution pour signaler, le cas échéant, qu'il n'est pas réalisé ? On m'a souvent demandé dans des groupes d'écoles, de paroisses ou par des religieux "ce qu'il faut faire" ; peut-être pourrions-nous commencer par nous familiariser avec ces plans de l'Agenda 2030 et agir en conséquence.

Pour répondre à la question du titre : COVID-19 sera l'occasion pour la Deuxième ONU et la Troisième ONU, c'est-à-dire NOUS, de rappeler à nos dirigeants leurs engagements envers les citoyens du monde.

 

Miguel Angel Velasco cmf

Membre de l'équipe du cmf auprès de l'ONU




Comments