L'Union européenne et l'ODD 3. Santé FR

 


L'Union européenne et l'ODD 3. Santé

 

Objectif de développement durable 3: assurer une vie saine et promouvoir le bien-être de tous à tout âge.

 

Inmaculada Peñas Jiménez

Responsable de la politique scientifique et administrateur de programmes européens de recherche et de développement technologique pendant plus de vingt ans. l'Union européenne

 

L'objectif 3 des Nations unies, qui consiste à assurer une vie saine et à promouvoir le bien-être pour tous, est absolument essentiel pour parvenir à un développement durable du monde dans lequel nous vivons. Dans cet article, je voudrais montrer quelques exemples de la manière dont l'Union européenne travaille activement à la réalisation de cet objectif.

 

Au cours des deux dernières décennies, grâce à un effort commun de la communauté internationale, la santé de millions de personnes s'est considérablement améliorée. L'UE y a contribué en soutenant les accords internationaux et en apportant un soutien financier. En particulier, la mortalité infantile et maternelle a été réduite grâce à la lutte contre les maladies infectieuses telles que le VIH/SIDA et le paludisme. Toutefois, des questions aussi importantes que la couverture sanitaire pour tous, la réduction de l'incidence des maladies cardiovasculaires et mentales, la lutte contre la résistance aux antibiotiques et la réduction de la pollution de l'air et de l'eau doivent encore être abordées.

L'émergence de la pandémie de COVID-19 a provoqué une crise sanitaire mondiale sans précédent. En plus de causer de grandes souffrances, de déstabiliser l'économie mondiale et de changer radicalement la vie de milliards de personnes, elle brise les acquis. Pour lutter contre le COVID-19 et ses conséquences, l'UE soutient le plan stratégique de préparation et de réponse de l'Organisation mondiale de la santé et coordonne une mobilisation sans précédent de fonds pour contenir la propagation du virus, soutenir la recherche et contrer l'impact socio-économique de la pandémie. 

 

Mais la lutte contre d'autres maladies infectieuses doit se poursuivre. Non seulement en raison des énormes répercussions négatives des maladies infectieuses sur la santé et la société, qui sapent la productivité des pays, mais aussi parce qu'elles touchent particulièrement les populations les plus vulnérables et marginalisées, perpétuant ainsi le cycle de la pauvreté. 

 

La lutte contre les maladies de la pauvreté passe par une meilleure nutrition, de meilleures infrastructures de santé et des traitements, vaccins et diagnostics adéquats, efficaces, sûrs et accessibles à tous. Le problème est le faible intérêt commercial de ces produits, qui les rend peu attrayants pour les investissements des sociétés pharmaceutiques. En outre, les pays les plus touchés n'ont généralement pas les capacités suffisantes pour investir dans la recherche, et lorsqu'ils disposent d'une aide à cet effet, celle-ci n'est souvent pas coordonnée, ce qui entraîne des doubles emplois et du gaspillage. 

C'est pourquoi, depuis 2003, l'UE, ainsi que 14 pays européens et 16 pays africains, collaborent au Partenariat des pays européens et en développement sur les essais cliniques (EDCTP) afin d'accélérer le développement de traitements, de vaccins et de diagnostics appropriés, efficaces, sûrs et accessibles en Afrique subsaharienne. Par exemple, grâce à l'EDCTP, des antirétroviraux pour enfants ont été mis au point en Afrique, ce qui a permis d'améliorer l'accès de ces enfants au traitement du VIH ; il existe des tests plus précis pour le diagnostic de la tuberculose et de meilleurs traitements contre le paludisme infantile. En plus de contribuer également à la lutte contre le COVID-19, la capacité des pays d'Afrique subsaharienne à mener des recherches cliniques de qualité est renforcée par la création d'une forte génération de chercheurs et de médecins africains.  

 

Ces exemples montrent à quel point il est important de travailler ensemble avec une vision commune.

 

Les informations et les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement l'opinion officielle de la Commission européenne.

 

Inmaculada Peñas Jiménez 

est fonctionnaire à la direction générale de la recherche et de l'innovation de la 

Commission européenne.

 

macos/deepLFree.translatedWithDeepL.text

 



 

Comments