Journée internationale de la femme. 8 mars ODD 5 FR

 

Journée internationale de la femme. 8 mars

Emilia Sena 

SOMI-MICA TEAM Coordinator

 

"L'Esprit du Seigneur est sur moi ; il m'a oint pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres.

Il m'a envoyé pour proclamer aux captifs la liberté et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour libérer les opprimés, pour proclamer l'année de la faveur du Seigneur".

Lc 4:18

 

1. les femmes habitées par l'Esprit

 

En tant que famille missionnaire, invitée par Dieu le Père-Mère à être auditeurs et serviteurs de sa Parole, ce fragment de l'Evangile est éclairant pour rendre compte et regarder les réalités des femmes avec le regard de Dieu. En devenant femmes, nous sommes invitées à nous pencher sur l'histoire et les conditions socioculturelles dans lesquelles nous développons notre être-au-monde. Lui, qui est venu proclamer la liberté, est capable de nous révéler nos captivités et notre aveuglement, de nous libérer des conditions existentielles qui nous oppriment et de nous donner une année de grâce. Nous, femmes qui croyons en Jésus comme libérateur qui fait toutes choses nouvelles, nous sommes certaines qu'il habite en nous avec son Esprit, qui gémit avec nous dans les douleurs de l'accouchement pour donner naissance, non seulement à un avenir différent pour nos fils et nos filles, mais aussi pour nous-mêmes. C'est l'Esprit qui nous habite, qui proclame avec nous, qui élève sa voix dans nos voix, pour dénoncer toute iniquité et toute ignominie qui menace la vie et la dignité des femmes.

 

La naturalisation de la hiérarchie existante entre le genre féminin et le genre masculin, même lorsque nous essayons de la normaliser et de la rendre invisible, se reflète dans les structures familiales, institutionnelles, communautaires, étatiques, ecclésiastiques, à travers la division sexuelle du travail, comme une manière d'ordonner le statut et le double lien inhérent à la nature du patriarche, qui impose en même temps l'autorité morale et le pouvoir.

 

Ces mots, vivants et libres, veulent être une occasion de revenir sur l'histoire, de partager notre réflexion dans ce présent particulier et de proposer quelques actions.

2. Une lutte avec une genèse de douleur et de sang

 

Si l'on se réfère à l'histoire et à la lutte systématique des femmes qui revendiquent l'égalité des droits avec les hommes, l'émergence du 8 mars comme Journée internationale de la femme s'est constituée à partir d'événements marquants, dont certains particulièrement tragiques. Ces faits, dès le début, ont montré la naturalisation de la violence contre les femmes, en utilisant une pédagogie de la punition, qui comprenait les mauvais traitements, la torture et les féminicides.

 

La Journée internationale de la femme est apparue à la fin du XIXe siècle, au plus fort de la révolution industrielle, un contexte dans lequel les conditions de vie et de travail des femmes étaient exploitées, sans protection sociale et juridique.

Le 8 mars 1857, à New York, les femmes qui travaillaient dans l'industrie textile (appelées "ouvrières du vêtement"), ont organisé une grève. Ils se battaient pour des salaires plus justes et des conditions de travail plus humaines. Cependant, dès qu'ils ont élevé la voix, ils ont été arrêtés par des officiers de police.

 

Deux ans plus tard, les manifestants ont formé leur premier syndicat pour lutter pour leurs droits. Cinquante et un ans plus tard, le 8 mars 1908, 15 000 femmes sont à nouveau descendues dans les rues de New York pour réclamer des salaires plus élevés, des horaires plus courts, le droit de vote et l'interdiction du travail des enfants. Le slogan qu'ils ont utilisé était "Du pain et des roses", car le pain représentait la sécurité économique et les roses, une meilleure qualité de vie. Le 28 février 1909, la Journée nationale de la femme est célébrée dans tous les États-Unis. En 1910, à Copenhague, une conférence internationale s'est tenue entre différentes nations du monde. Plus de 17 pays ont participé à cette réunion et des centaines de participants y ont assisté. L'une des initiatrices était Clara Zetkin.

 

En 1911, la Journée internationale de la femme a été célébrée pour la première fois dans plusieurs pays d'Europe et des États-Unis. Le jour choisi est le 19 mars. Une semaine plus tard, une terrible tragédie se produit : plus de 100 travailleurs du textile, pour la plupart des femmes migrantes d'Europe de l'Est et d'Italie, perdent la vie dans un incendie à l'usine Triangle Shirtwaist à New York. Au total, 123 travailleuses et 23 hommes sont morts. La victime la plus âgée avait 43 ans et la plus jeune 14 ans. Cet événement tragique a donné une impulsion encore plus forte à la lutte des femmes.

 

Les mouvements féministes, pendant la révolution russe de 1917, ont également été très importants.

 

Au moment de la chute de la monarchie en Russie, un grand nombre de femmes se sont mises en grève pour exiger de meilleures conditions de vie. Cela a incité le gouvernement provisoire à accorder le droit de vote aux femmes le 23 février 1917, selon le calendrier julien, ou le 8 mars, selon le calendrier grégorien.

 

Ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale que d'autres pays se sont joints à eux et ont commencé à commémorer la Journée de la femme le 8 mars.

 

En 1975, les Nations unies ont célébré pour la première fois la Journée internationale de la femme à cette date. Aujourd'hui, la lutte se poursuit avec le slogan d'éradication de la violence sexiste et de réalisation de relations égales entre les femmes et les hommes.

3. Face à une pandémie historiquement enracinée, réagir avec une praxis de soins et de nouvelles relations.

 

Cette année, l'ONU nous invite à commémorer la Journée internationale de la femme 2021 en abordant le thème : "Les femmes dirigeantes : pour un avenir égal dans le monde de Covid-19". Les Nations unies nous invitent à célébrer les efforts considérables déployés par les femmes et les jeunes filles du monde entier pour forger un avenir plus égalitaire et se remettre de la pandémie de Covid 19. Elle s'inscrit également dans le cadre du thème prioritaire de la 65e session de la Commission de la condition de la femme : "La participation pleine et effective des femmes à la vie publique et à la prise de décision, et l'élimination de la violence, afin de parvenir à l'égalité des sexes et à l'autonomisation de toutes les femmes et les filles", et avec la campagne phare "Génération d'égalité", qui demande le droit des femmes à la prise de décision dans toutes les sphères de la vie, l'égalité de rémunération, le partage égal des soins non rémunérés et du travail domestique, la fin de toutes les formes de violence à l'égard des femmes et des filles, et des services de soins de santé qui répondent à leurs besoins.

La crise sanitaire que nous traversons en tant qu'humanité mais aussi la crise économique et sociale approfondissent les inégalités sociales, exacerbent les inégalités sociales, y compris les inégalités entre les sexes. L'articulation des différentes inégalités génère une synergie de facteurs qui surchargent particulièrement les femmes et les filles auxquelles est "naturellement" confiée la responsabilité sociale de "s'occuper".

 

En ces temps, la notion de "soin" prend une profondeur qualitative pour les chrétiens, dans la mesure où les femmes et les hommes se sentent appelés par le Dieu de la Vie et de l'Amour à s'engager à prendre soin de la Création dans l'intégralité de sa biodiversité, et dans la transformation des structures et des liens qui nous déshumanisent et nous négligent, mettant en péril la vie, la défense des Droits de l'Homme et le bien-vivre compris comme une synergie communautaire. On ne se sauve pas seul, on se sauve en communauté. La modalité extractiviste du système économique de production a son parallélisme dans la modalité extractiviste et inéquitable qui se déploie dans le traitement des femmes. Ce paradigme qui détruit la vie et la dignité des femmes normalise les comportements dominateurs et abusifs à leur égard : les femmes sont tenues de se donner et de prendre soin des autres, en considérant comme acquis que ces attitudes sont des "dons naturels" des femmes. En faisant de ces exigences une obligation naturelle, le dévouement et les sacrifices que les femmes font constamment sont dévalorisés et rendus invisibles, et sont exclus de toute reconnaissance sociale et - surtout - économique. Les heures que les femmes consacrent aux soins et à la reproduction de la vie constituent un travail quotidien non rémunéré, sur lequel les hommes renforcent l'exercice du pouvoir, en pouvant vivre plus librement un temps pour eux-mêmes. Dans le cas des femmes, la signification et, surtout, l'"expérience" du temps privé et intime est très différente. Une intrigue délicate mais efficace justifie cette différence en montrant comme "mérite" ce que sont en réalité les privilèges de genre accordés par le fait d'être né homme.

 

Dans la perspective de la conception de politiques publiques qui répondent à la crise socio-économique et sanitaire provoquée par Covid 19, la prise en compte des inégalités préexistantes de la pandémie nous permettra de comprendre la violence sexiste comme une pandémie historiquement enracinée qui doit être inversée,  Outre les politiques de protection des droits de la part des États, elle requiert l'implication de la société civile, des institutions, des hommes et des femmes désireux de transformer la vision des mandats socioculturels de genre, de découvrir les captivités qui limitent et restreignent le développement de la dignité humaine et les liens du bien vivre.

Malgré le fait que les femmes constituent la majorité du personnel de première ligne, il y a une représentation disproportionnée et inadéquate des femmes dans les espaces politiques nationaux et mondiaux liés à Covid-19.

 

Comme le rappelle le pape François dans l'encyclique Fratelli Tutti, "...les femmes doublement pauvres sont celles qui souffrent de situations d'exclusion, de mauvais traitements et de violence...". (FT 23) ; "...il est inacceptable qu'une personne ait moins de droits parce qu'elle est une femme" (FT 121).

 

4. Une nouvelle masculinité : avec le cœur, la tendresse et l'audace de Joseph.

 

En tant que famille clarétaine, nous invitons les communautés à être sensibilisées et à s'engager en faveur de la dignité des femmes. Là où les femmes construisent la dignité, les garçons et les filles grandissent dans la dignité. Les femmes, qui ont historiquement intégré le sens essentiel des soins, lorsqu'elles travaillent et gagnent un revenu, participent et construisent une économie équitable et solidaire. Ils partagent leurs revenus au point de donner ce qu'ils n'ont pas. Ils ne se dérobent pas à leurs responsabilités économiques envers les membres de leur famille, ils n'essaient pas d'éviter les pensions alimentaires ou une présence soutenue dans la garde de leurs enfants. Il y aura des exceptions, bien sûr, tout comme il y a d'innombrables hommes qui vivent leur masculinité d'une manière nouvelle, en intégrant la tendresse et le don de soi dans leur personne, en témoignant de l'exemple de Saint Joseph.

 

En ce sens, des modèles de masculinité alternatifs au modèle hégémonique sont possibles, qui permettent de soutenir la vie des hommes avec humilité et en communion avec d'autres femmes et hommes, sans qu'il soit nécessaire de démontrer au monde et à leurs relations, en particulier à leurs pairs, qu'ils exercent le pouvoir et prennent des décisions. Il y a des hommes qui sont prêts à perdre des privilèges au profit des soins de leur famille, comme saint Joseph, patron de notre Mère l'Eglise, a su le faire. Au milieu de la crise qui nous frappe, "nos vies sont tissées et soutenues par des gens ordinaires - généralement oubliés - qui n'apparaissent pas sur les couvertures des journaux et des magazines, ni sur les grands podiums de la dernière émission, mais sans aucun doute, ils écrivent aujourd'hui les événements décisifs de notre histoire : médecins, infirmières, stockistes de supermarchés, nettoyeurs, soignants, travailleurs des transports, forces de sécurité, bénévoles, prêtres, religieuses et beaucoup, beaucoup d'autres qui ont compris que personne n'est sauvé seul. Combien de personnes chaque jour font preuve de patience et donnent de l'espoir, en prenant soin de ne pas semer la panique mais la coresponsabilité. Combien de pères, de mères, de grands-pères et de grands-mères, d'enseignants montrent à nos enfants, avec des gestes petits et quotidiens, comment affronter et traverser une crise, en réadaptant les habitudes, en levant les yeux et en encourageant la prière. Combien de personnes prient, offrent et intercèdent pour le bien de tous. Tout le monde peut trouver en saint Joseph - l'homme qui passe inaperçu, l'homme de la présence quotidienne, discret et caché - un intercesseur, un soutien et un guide dans les moments difficiles. Saint Joseph nous rappelle que tous ceux qui sont apparemment cachés ou en "seconde ligne" ont un protagonisme inégalé dans l'histoire du salut "1.

Saint Joseph était un homme qui "ne cherchait pas de raccourcis, mais faisait face à ce qui lui arrivait, en prenant ses responsabilités à la première personne". Les hommes chrétiens sont invités à embrasser l'histoire du salut et à accepter, comme saint Joseph, de prendre soin de la vie des femmes et des enfants, avec tendresse, en renonçant à la tentation de s'accrocher à des pouvoirs, des privilèges et des statuts qui menacent et dénigrent la vie de tant de femmes.

 

Joseph était l'homme par lequel Dieu a traité les débuts de l'histoire rédemptrice. Il a été le véritable "miracle" par lequel Dieu a sauvé l'enfant et sa mère. Le ciel est intervenu, confiant dans le courage créatif de cet homme qui, arrivé à Bethléem et ne trouvant aucun endroit où Marie pourrait accoucher, s'est installé dans une étable et l'a aménagée de manière à rendre le plus accueillant possible le Fils de Dieu qui venait au monde (cf. Lc 2, 6-7). Face au danger imminent d'Hérode, qui voulait tuer l'Enfant, Joseph est de nouveau alerté en rêve pour le protéger, et au milieu de la nuit, il organise la fuite vers l'Egypte (cf. Mt 2, 13-14)". La masculinité créative et courageuse vécue par saint Joseph fait de lui un modèle pour nos frères qui assument comme projet de vie le don de soi et la prise en charge responsable de la vie dans ses expressions les plus fragiles et les plus vulnérables.

5. Des activités suggérées pour nos communautés

 

En cette Journée Internationale de la Femme, nous pensons qu'il est important que dans chaque pays où nos communautés et nos postes clarétains sont insérés (écoles, paroisses, projets, etc.), afin de mieux défendre les droits et la dignité de nos sœurs, nous enquêtions et connaissions les normes nationales qui les protègent. Les normes internationales qui ont été ratifiées par les pays où nous nous trouvons également.

L'égalité et la non-discrimination, le droit de vivre à l'abri de la violence, le droit à l'intégrité physique et psychologique, à la liberté et à la dignité, à des conditions de travail justes et favorables, entre autres, sont-ils garantis dans la Constitution de votre pays ?

Faites des recherches et renseignez-vous sur les différentes normes régionales et internationales contraignantes que la loi de votre pays a incorporées dans son système juridique national pour réglementer les droits des femmes dans les espaces privés et publics, au travail et dans la communauté.

□ Faites un bref rapport sur les réglementations connues, partagez-le avec l'équipe SOMI de votre organisation et rendez visible quels droits des femmes sont régis par ces réglementations et quelles procédures juridiques sont établies pour rendre leur protection efficace.

Reliez-les à l'objectif 5 de l'Agenda 2030 des Nations unies.

 

 

Les gouvernements nationaux, provinciaux ou départementaux ont-ils été impliqués dans la mise en œuvre des programmes régionaux en matière de genre dans le cadre de l'Agenda 2030 pour le développement durable ?

Faites des recherches, informez-vous et sensibilisez-vous avec votre communauté ou avec d'autres groupes ou institutions désireux de travailler et de générer des actions en faveur des femmes les plus vulnérables ou à risque, dans le cadre de la protection de leurs droits.

6. Vous ne pouvez pas servir deux maîtres : l'Eucharistie ou la prédation ?

 

Tous ces principes et droits fondamentaux sont violés lorsque des situations d'inégalité et de discrimination fondées sur le sexe se présentent. Et la violation des droits de l'homme constitue une violation de la dignité humaine. Dieu, Mère Père, nous demandera de rendre des comptes pour les plus petits d'entre eux.

 

En ce moment de l'histoire de l'humanité et de la terre, dans notre Maison commune, l'irruption de la pandémie a mis à nu nos fragilités. Le corps en cage des femmes, en tant que prison socioculturelle naturalisée, continue à les empêcher de s'exprimer et d'être reconnues comme des personnes, en leur associant des idées d'infériorité, d'inégalité et de dépendance. Le corps et le monde deviennent - ce qui n'est pas rare - un lieu de peur pour les femmes. La corporéité féminine est plus complexe : de ce corps creux, vide et quelque peu craintif, naît la vie : le ventre de la femme est l'alpha de l'histoire humaine. Beaucoup d'hommes doivent encore relever le défi de perdre leur peur de cette proximité et de cette intimité qui est donnée sur le plan du mystérieux, du secret et du divinement puissant.

 

Nous devons retrouver la dimension féminine dans toute la création, retourner à nos corps et les habiter avec une dignité qui nous ouvre à la dimension profonde de l'Eucharistie. En tant que chrétiens, on nous a donné le choix entre la vie et la mort :

Choisirons-nous d'être eucharistiques ou prédateurs ?

 

Que les relations qui habitent l'Esprit de Jésus intègrent l'éthique et l'esthétique de l'Amour. Qu'il en soit ainsi.

 

Emilia Sena 

Coordinatrice de l'équipe SOMI-MICA

macos/deepLFree.translatedWithDeepL.text

Comments