Éduquer pour l'agenda 2030 : au-delà de la SDG 4. I. FR

 

Éduquer pour l'agenda 2030 : au-delà de la SDG 4. I

Miguel Angel Velasco cmf

Membre de l'équipe clarétaine de l'ONU

Docteur en pédagogie

1. Approche : 

 

L'Agenda 2030 est un document véritablement révolutionnaire ; il présente un nouvel idéal pour le monde futur et une nouvelle manière de le réaliser. Nous pourrions choisir un nouveau titre pour l'Agenda 2030 en modifiant légèrement le titre du document Rio+20 en disant : "Le monde que nous voulons", en ajoutant "Sans laisser personne derrière". Cet agenda peut parfois être compris comme une longue liste d'objectifs et de cibles, mais il est bien plus que cela. Ce document a été élaboré d'une nouvelle manière, en plaçant les droits de l'homme au centre, en considérant le monde dans son ensemble et en donnant à chaque pays la maîtrise de son avenir. Parfois, il n'est pas facile de comprendre le nouveau paradigme pour comprendre le monde - l'humanité que l'Agenda 2030 prévoit. Par conséquent, je veux prendre le SDG4, qui présente l'apprentissage tout au long de la vie et qui est basé sur des valeurs, pour demander instamment la création d'un plan qui mette cet Agenda au cœur de l'éducation ; pour les enfants, les adolescents, les adultes, les ONG, les gouvernements et les parties prenantes.

 

2. L'Agenda 2030, dans le courant qui cherche le sens du Développement Durable. 

 

L'Agenda 2030, approuvé par l'Assemblée générale des Nations unies en septembre 2015, représente un effort pour rassembler toutes les réalisations les plus importantes de l'ONU en matière de développement durable jusqu'en 2015. Le premier document crucial a été le rapport Brundtland intitulé "Notre avenir commun" (1987). Après ce rapport, des progrès significatifs ont été réalisés lors du Sommet de la Terre de Rio "Conférence des Nations unies sur l'environnement et le développement" (1992), de la Conférence des Nations unies sur le développement durable Rio+20, "L'avenir que nous voulons" (2012). Avant Rio+20, l'Assemblée générale des Nations unies a adopté la "Déclaration du millénaire" (2000). Si l'on analyse uniquement les titres de ces trois sommets, on constate une évolution, mais certains concepts sont présents dans tous les documents : futur, commun, environnement, durable. Nous pouvons détecter une clarification progressive de ce que signifie "développement durable" en analysant le contenu de ces documents ; mais nous ne trouvons pas de "corpus" qui explique l'idée de manière cohérente. Même si nous prenons les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), qui sont extraits de la "Déclaration du Millénaire" mais ne font pas partie du document approuvé par l'Assemblée générale des Nations unies, nous voyons une collection d'objectifs, mais pas un corpus unitaire qui définit le développement durable pour notre monde. 

 

L'Agenda 2030 fait partie du processus de clarification du concept de développement durable, mais si nous comparons l'Agenda 2030 avec les documents précédents, nous constatons un changement qualitatif, et pas seulement quantitatif. Il est possible de comparer les OMD (objectifs du millénaire pour le développement) avec les objectifs de développement durable (SDG) en disant que nous avons échangé la clarté des 8 OMD contre la complexité des 17 SDG. Cependant, ce type d'analyse est très simpliste : pourquoi l'Agenda 2030 est-il si nouveau ? pourquoi l'Agenda 2030 est-il si révolutionnaire ?

3. L'agenda 2030 : un processus différent pour parvenir à l'accord

 

L'ONU a toujours suivi les projets qui étaient soumis à la décision des États. Suivant une procédure qui n'impliquait que des travailleurs et des délégués de l'ONU ; seuls des diplomates et des fonctionnaires de l'ONU y travaillaient ; c'était la méthode habituelle jusqu'à l'Agenda 2030. Le processus de l'Agenda 2030 était différent. Le monde autour de l'ONU était différent de celui de 1945 et les coordinateurs du processus ont réalisé qu'ils devaient réinventer la procédure de l'ONU pour la rédaction des documents. Des ONG telles que OXFAM, Greenpeace, WWF et le mouvement pour les droits de l'homme ont eu une forte influence sur le système des Nations unies ; elles ont entraîné des changements dans les priorités et les méthodes de l'ONU. Le Sommet de la Terre a peut-être été le tournant le plus critique dans les relations ONU-ONG, mais les échos des ONG ont également entouré les réunions de l'organisation du système de Bretton Woods. Le monde était différent en termes de stratégies et de relations internationales ; les sociétés les plus influentes sur la scène internationale voulaient que l'ONU joue un rôle différent dans le monde. La propagande autour des OMD (objectifs du millénaire pour le développement) a eu une influence considérable, sensibilisant de nombreuses personnes aux problèmes mondiaux. On peut même trouver des raisons de chercher de nouvelles méthodes dans les échecs graves, comme le sommet de Copenhague (2009). Tout a contribué à la nécessité de concevoir de nouvelles méthodes pour un nouveau monde global.

 

Le changement le plus crucial dans la procédure a été d'ouvrir le débat à la société civile. Le groupe de travail ouvert, héritier des conclusions de Rio+20, était vraiment "ouvert". Le nombre d'États intéressés à participer à la rédaction du document de suivi de l'accord de 2000 (OMD) a été supérieur au nombre de sièges décidés pour le comité de rédaction. La solution a consisté à créer de petites équipes de coordination pour chaque siège de la commission, en mélangeant des membres des groupes traditionnels des Nations unies formés par les zones mondiales ou les régions économiques. Cette décision de mélanger des personnes issues des différents groupes traditionnels des Nations unies était importante car elle permettait de briser la vision du monde Nord-Sud, développée et en développement ; tous les pays étaient dans le même bateau et au même niveau.

 

Les deux coordinateurs de la Commission ont eu des idées plus novatrices ; la plus importante a peut-être été d'inclure des experts d'ONG, des chercheurs et des universités dans les sessions de séminaire pour étudier différentes questions en préparation des séances de décision. Les travaux de la commission ont été ouverts à la société civile afin d'intégrer dans le projet de document la sensibilité à l'opinion "hors des murs" des Nations unies et les meilleures recherches de la science de pointe sur chacune des questions.

 

Ces deux mouvements : la mixité des pays et l'ouverture de la société civile ont modifié de manière significative les dialogues, les conclusions, les stratégies pour l'avenir et la réception-engagement de l'Agenda 2030 par les gouvernements et la société. Le document final présenté et approuvé par l'Assemblée générale comprenait les propositions de la société civile, avec les 17 SDG qui ont 169 objectifs. Ces inclusions ont signifié des avancées vraiment significatives par rapport aux OMD 2000.

 

Quelles sont les caractéristiques les plus innovantes et les plus ambitieuses de l'Agenda 2030 qui donnent à ce document la virtualité de devenir un horizon commun pour transformer notre monde en un lieu où "personne n'est laissé pour compte" ? Je l'expliquerai dans la deuxième partie de cet article.

Miguel Angel Velasco cmf

Membre de l'équipe clarétaine de l'ONU

Docteur en pédagogie

 


 

macos/deepLFree.translatedWithDeepL.text

Comments