Pourquoi un accord est-il si compliqué si tout est si clair ? I ODD 13,14 FR

 

Pourquoi un accord est-il si compliqué si tout est si clair ? I

Miguel Ángel Velasco cmf

Membre clarétain de l'équipe de l'ONU

La COP25 a eu lieu à Madrid du 2 au 13 décembre. C'était un sommet de la CCNUCC avec beaucoup de problèmes. Il aurait dû avoir lieu au Chili, mais les révoltes sur la nouvelle constitution ont entraîné le déplacement de la conférence du Chili vers l'Espagne. La COP25 Chili-Madrid devait être une étape essentielle entre l'accord de Paris sur le climat et le prochain sommet de Glasgow. Pourquoi n'avons-nous rien trouvé de nouveau dans le document final de la COP25 ? Pourquoi n'y a-t-il rien concernant les plans nationaux de contrôle du CO2 ? Il semblait que tout était pratiquement décidé avec l'"Accord de Paris", mais ce n'était pas le cas. Peut-être que les intérêts de certains pays et entreprises contre l'Accord de Paris en étaient la raison ? J'étais là, à la COP25, tous les jours dans la zone bleue (la zone officielle). L'activité, parlant de la présence de ministres et de PDG de grandes entreprises énergétiques, était frénétique. Des nouvelles des villes, des entreprises et des accords de donateurs sont arrivées dans les pavillons IFEMA, même le Green Deal européen ; de très bonnes attentes ! Mais le document final de la COP25 est arrivé deux jours plus tard que ce qui avait été annoncé au départ : il était presque impossible pour les membres de la COP25 de parvenir à un accord.  La seule solution était de mettre fin au sommet COP25 et de penser à Glasgow (Royaume-Uni + Italie) comme solution future ; peut-être que tout sera convenu lors du sommet COP de Glasgow

 

Quelques indices sur la raison de l'absence de conclusions pertinentes lors du sommet COP25

 

Les derniers jours du sommet ont été interminables. Les projets de documents sont arrivés en plénière et ont dû être renvoyés aux commissions. Il y a eu un projet d'accord presque final, mais le Brésil a refusé d'inclure la protection de l'environnement de la plate-forme continentale ; finalement, le Brésil a accepté l'ancien projet de document mais seulement après une pluie de reproches de la part du reste des participants. La Russie est restée silencieuse. La Chine, après son engagement à la réduction progressive du charbon, mais après le délai convenu dans l'Accord de Paris, est également restée silencieuse. L'Inde, elle aussi, n'a pas dit un mot. L'administration Trump a posé de nombreux problèmes sur n'importe quel point ; elle semblait sceptique sur tout. Seuls l'Union européenne, les petites îles et l'Amérique du Sud et centrale semblaient chercher un accord.

 

En consultant les statistiques, on comprend peut-être mieux la difficulté de parvenir à un accord sur la réduction des émissions de CO2.

 

Principaux pays producteurs de charbon (2019) : Chine (3692 Mt) ; Inde (745 Mt) ; États-Unis (640 Mt) ; Indonésie (685 Mt) ; Australie (500 Mt) ; Russie (425 Mt).

Principaux pays consommateurs de charbon (2019) : Chine (3826 Mt) ; Inde (948 Mt) ; États-Unis (546 Mt) ; Russie (225 Mt)

Les principaux pays producteurs de pétrole : UEE (745 Mt) ; Russie (560 Mt) ; Arabie Saoudite (545 Mt) ; Canada (195 Mt) ; Irak (232 Mt) ; Chine (195 Mt).

Principaux pays importateurs de pétrole : Chine (504,9 Mt) ; Inde (224,6 Mt) ; États-Unis (200,0 Mt) ; Japon (147,2 Mt) ; Corée du Sud (144,6 Mt).

 

Principaux pays producteurs de gaz : États-Unis (951 milliards de m3) ; Russie (740 milliards de m3) ; Iran (240 milliards de m3) ; Canada (183 milliards de m3) ; Chine (175 milliards de m3)

Les principales nations consommatrices de gaz : États-Unis (877 milliards de m3) ; Russie (501 milliards de m3) ; Iran (226 milliards de m3) ; Canada (129 milliards de m3) ; Japon (108 milliards de m3)

Les principaux pays importateurs de GNL : Japon (103,2 mmc) ; Chine (77,4 mmc) ; Corée du Sud (51,8 mmc) ; Inde (32,6 mmc)

 

Production de CO2 : Chine (9,729 MtCO2) ; États-Unis (4,920 MtCO2) ; Inde (2,222 MtCO2) ; Russie (1754 MtCO2)

 

En analysant ces chiffres, nous pouvons voir que les États-Unis et la Russie ont un grand intérêt à vendre du pétrole et du gaz. La Chine, le Japon et la Corée du Sud ont besoin de pétrole et de gaz pour leurs industries. L'Inde a besoin de gaz et de pétrole et veut brûler du charbon pour économiser de l'argent. La Chine a besoin d'importer du gaz et du pétrole et de brûler son charbon pour économiser de l'argent. La Chine est en tête des producteurs de CO2 parce qu'elle brûle de grandes quantités de charbon ; son engagement dans l'accord de Paris est explicite mais à partir de 2050. Le Brésil n'apparaît pas dans ces statistiques mais a découvert des gisements de pétrole et de gaz géants dans sa plate-forme continentale.

On peut conclure que la COP25 Chili-Madrid n'a pas abouti à un accord car certains pays étaient plus intéressés par leurs affaires commerciales que par les questions de changement climatique. Nous pouvons présenter les problèmes de notre Terre : comment les gens meurent à cause des tremblements de terre, des tsunamis, des inondations ou des sécheresses. Nous pouvons suggérer l'importance de la disparition des espèces et des incendies de forêts. Nous pouvons dire tout ce que nous voulons sur l'augmentation de l'acidité des océans ou l'effet de serre. Mais certains gouvernements et entreprises ne voient pas ou ne veulent pas voir, l'énorme problème auquel l'humanité est confrontée.

 

La COP25 Chili-Madrid avait un objectif spécifique principal : définir des mesures concrètes en commun, à mettre en œuvre dans chaque nation, pour réduire le CO2. L'accord de Paris a défini les objectifs généraux, mais nous avons besoin de spécifications. Quel est le cœur de l'accord de Paris ? Les nations ont décidé à Paris de réduire les émissions de CO2 pour éviter d'augmenter la température de la Terre à 2 degrés Celsius et, si possible, pour éviter même d'atteindre 1,5, avec 2030 comme date limite. C'est l'article 2, numéro 1, le cœur de l'accord : "Le présent accord, en renforçant la mise en œuvre de la Convention, y compris son objectif, vise à renforcer la réponse mondiale à la menace du changement climatique, dans le cadre du développement durable et des efforts visant à éradiquer la pauvreté, notamment en 

a) En maintenant l'augmentation de la température moyenne mondiale bien en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels et en poursuivant les efforts visant à limiter l'augmentation de la température à 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels, en reconnaissant que cela réduirait considérablement les risques et les effets des changements climatiques ; 

b) accroître la capacité d'adaptation aux effets néfastes du changement climatique et favoriser la résilience au climat et le développement à faibles émissions de gaz à effet de serre, d'une manière qui ne menace pas la production alimentaire ; et 

(c) Rendre les flux financiers compatibles avec un cheminement vers un développement à faibles émissions de gaz à effet de serre et à l'épreuve du climat" . 

Selon le document de Paris, tout dépend de chaque pays, car chaque pays doit élaborer un programme de réduction des émissions de CO2. Dans l'accord de Paris, on trouve des signatures ratifiant les principes, mais sans spécifications ; le plan dépend de chaque nation. L'un des points les plus centraux de la COP25 Chili-Madrid a été de définir en commun les règles de réduction des émissions de CO2 pour les usines, les entreprises et les pays. Cela n'a pas été possible.  Il y avait beaucoup de choses écrites sur "l'agenda caché". Comme nous l'avons vu avec les chiffres ci-dessus, les intérêts commerciaux étaient plus puissants que les inquiétudes sur les conséquences du changement climatique. Il a été facile de signer l'accord de Paris parce qu'il était si général ; il est plus difficile et plus difficile de faire avancer les étapes suivantes parce qu'il faut être plus précis sur la voie à suivre.

 

Les choses les plus importantes pour l'avenir de notre Terre, se sont peut-être produites en dehors de la salle de négociation : le Pacte vert européen ; les 177 entreprises (2,8 milliards de $ de capitalisation) signataires du pacte de réduction des émissions de CO2 avec les critères de l'Accord de Paris. Les pays d'Amérique latine et des Caraïbes ont convenu d'augmenter les énergies propres jusqu'à 70 % en 2030 et de créer la Plateforme d'action climatique dans l'agriculture pour mettre en œuvre des mesures de lutte contre le changement climatique. La création par les ministres des finances de 51 pays de la Coalition des ministres des finances pour l'action climatique, s'engageant à introduire des politiques environnementales dans les budgets et à fixer le prix des émissions de CO2 (droits d'émission). La création de l'Alliance pour l'action climatique ; elle est formée par 73 pays, 14 régions, 398 villes, 786 entreprises et 16 groupes d'investissement, avec l'engagement de développer des plans d'action pour le climat d'ici 2020. Bien entendu, la mobilisation sociale est plus que jamais nécessaire.

 

La prochaine COP se tiendra à Glasgow, organisée par le Royaume-Uni et l'Italie. Il a fallu la reporter en raison de la COVID-19. J'ai présenté quelques difficultés auxquelles la prochaine conférence doit faire face mais, je pense qu'il y a plus d'obstacles sur le chemin ; je vais essayer de les décrire.

Miguel Ángel Velasco cmf

Membre clarétain de l'équipe de l'ONU


 macos/deepLFree.translatedWithDeepL.text 

Comments