Objectifs de développement durable et droits de l'homme ODD FR

 

Objectifs de développement durable et droits de l'homme

S. Vincent Anesthasiar, CMF, 

Secrétariat pour la JPIC, 

Curia Generalizia, 00197 Roma, Italia

La pandémie mondiale de Corona nous a appris que la collaboration mondiale est nécessaire pour la survie de l'humanité. C'est pour favoriser une telle collaboration pour le développement que les Nations unies (ONU) ont été créées en 1945, le 24 octobre (fête de Claret). 

 

Jusqu'à un passé récent, le développement était considéré comme une augmentation de l'espérance de vie et du produit intérieur brut (PIB) par des universitaires comme Hans Rosling. Mais la croissance du PIB n'est pas nécessairement porteuse de progrès social. Par exemple, la Chine a fait des progrès économiques, mais la population souffre de violations des droits de l'homme et de la dégradation de l'environnement.  L'Agenda 21 (Agenda pour le 21e siècle) adopté par 178 pays lors du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro (juin 1992), a ajouté le partenariat international et la protection de l'écosystème à la notion de développement. Les objectifs du millénaire pour le développement (OMD), adoptés par 192 membres des Nations unies, ont élargi le développement à l'éradication de l'extrême pauvreté et de la faim, à l'universalisation de l'enseignement primaire, à la promotion de l'égalité des sexes, à la réduction de la mortalité infantile, à l'amélioration de la santé maternelle, à la lutte contre les maladies telles que le VIH/sida, à la garantie d'un environnement durable et à la promotion d'un partenariat mondial. Bien que tous les OMD ne puissent pas être réalisés comme prévu d'ici 2015, des progrès significatifs ont été réalisés pour certains d'entre eux. Les OMD sont devenus le tremplin d'une nouvelle évolution du programme de développement, le monde estimant qu'il ne sert à rien d'arrêter à mi-chemin le développement réalisé par les OMD. En 2015, les Nations unies ont adopté les objectifs de développement durable (SDG), un nouveau programme pour 2030, composé de 17 objectifs, 187 cibles et 232 indicateurs avec le slogan "Personne n'est laissé pour compte". Les SDG ont été conçus pour le bien-être social. 

 

Les droits de l'homme (RH) comme fondement du développement : Les droits de l'homme sont une condition de base pour le développement. Après la création des Nations unies, les dirigeants mondiaux ont décidé de préparer une feuille de route pour garantir les droits de chaque individu partout dans le monde. La Déclaration universelle des droits de l'homme (DUDH) a été formulée et proclamée par l'Assemblée générale des Nations unies le 10 décembre 1948. La DUDH contient tous les droits et a inspiré au moins 16 traités multilatéraux sur les droits de l'homme. La protection des droits de l'homme est une condition préalable au développement. Il est donc nécessaire de savoir si les droits de l'homme sont reflétés dans les SDG à la lumière de la DUDH. Il y a 30 articles dans la DUDH qui peuvent être consultés dans l'hyperlien fourni ci-dessus. 

 

No

SDDs

Articles de la DUDH reflétés dans les SDG

1

Éliminer la pauvreté

17. Droit à la propriété

2

Éliminer la faim

25. Droit à l'alimentation

3

Assurer la santé

25. Droit aux soins médicaux

4

Assurer l'éducation

26. Droit à l'enseignement élémentaire gratuit et obligatoire, égalité d'accès à l'enseignement supérieur

5

Réaliser l'égalité des sexes

1. Droit à l'égalité

2. l'absence de discrimination

6

Eau et assainissement pour tous

25.  Droit à l'alimentation et à l'assainissement

7

Énergie durable pour tous

25. Droit à un niveau de vie

 

8

Travail et croissance économique pour tous

22. Droit à la sécurité sociale, 23. Droit au travail, 24. Droit au repos et aux loisirs.

 

9

Industrie de l'innovation

 l'infrastructure

23. Droit de travailler, de choisir son travail,

10

Réduire les inégalités au sein des pays et entre eux

1.droit à l'égalité

2. l'absence de discrimination

11

Ville durable et établissements humains

25. Droit à un niveau de vie

 

12

Consommation responsable 

et Production

25. Droit à l'alimentation

23. Droit de protéger les intérêts des travailleurs

 

13

le changement climatiqu

UDHR n'en parle pas

14

La vie sous l'eau

UDHR n'en parle pas

15

La vie sur terre

UDHR n'en parle pas

16

Institutions de justice de paix

28. Droit à un ordre social et international dans lequel la DUDH peut être pleinement réalisée.

17

Partenariat

29. Devoirs envers la communauté et garantie des droits et libertés d'autrui dans une société démocratique.

 

Tous les États membres des Nations unies ont participé à l'élaboration des SDG et en sont devenus signataires. L'objectif général de "ne laisser personne derrière" est louable. Il existe des DDG relatifs aux droits environnementaux (lutte contre le changement climatique, protection de la vie sous l'eau et de la vie sur terre) qui ne sont pas couverts par la DUDH.

Les SDG ne sont pas à la hauteur : L'analyse comparative montre que les SDG sont liés à seulement 10 articles de la DUDH et que le langage utilisé est celui du développement et non des droits de l'homme. Les mots tels que "démocratie, lutte contre la corruption, libertés civiles, liberté d'expression, liberté de la presse, indépendance du système judiciaire et élections libres et équitables" sont absents des SDG. Cela peut être pour gagner la collaboration des dirigeants corrompus par les dictatures aux SDG. Comme les droits de l'homme sont fondamentaux, le développement ne peut pas être réalisé là où il y a des violations des droits de l'homme. Les droits de l'homme permettent aux détenteurs de droits de faire valoir leurs revendications et aux détenteurs d'obligations de remplir leurs obligations. Comme les droits de l'homme sont présentés dans les SDGS comme des objectifs (aspirations), ils sont dépourvus de revendications et d'obligations. 

 

Pour réaliser les SDGS, des changements structurels sont nécessaires, mais les SDG n'en parlent pas. En outre, il n'existe aucune stratégie pour réduire le fossé économique existant.  Ils ne parlent pas des causes profondes de la pauvreté et de la faim. Pour promouvoir l'équité entre les sexes, le SDG 5 ne fait même pas mention des orientations sexuelles et des membres LGBTQ+. Les pays ont conclu un accord volontaire pour les SDG et ils ne sont donc pas contraignants.  Il n'existe pas d'organismes indépendants chargés de contrôler les résultats obtenus par les pays.  Les objectifs sont fixés de haut en bas, et la participation de la société civile est quasiment absente. Surtout, il n'est que chimère d'actualiser de nombreux objectifs, cibles et indicateurs. 

 

L'approche missionnaire clarétaine des SDG : Bien que le paradigme de développement des SDG soit une noble aspiration, il est porteur d'un consensus mondial. Ainsi, tout en les critiquant, les missionnaires clarétains doivent s'efforcer de les réaliser du point de vue des ressources humaines. Pour que les SDG soient bien fondés, cinq aspects doivent être pris en compte : 

 

La participation : L'évaluation des besoins, la formulation du projet, l'exécution et l'évaluation sommative doivent être faites avec la participation de toutes les parties prenantes.

Responsabilité : L'obligation de rendre compte doit être faite à toutes les parties prenantes. 

Non-discrimination et égalité : Les principes de non-discrimination et d'égalité doivent être respectés.

Autonomisation : Le projet doit donner aux gens les moyens de répondre à leurs besoins. 

Lien avec le cadre des droits de l'homme : Le projet doit être lié aux droits de l'homme énoncés dans la DUDH et dans d'autres instruments relatifs aux droits de l'homme.  C'est ce que l'on peut appeler l'approche PANEL. Ainsi, nous nous efforcerons de réaliser les SDG du point de vue des droits de l'homme dans nos missions. 

S. Vincent Anesthasiar, CMF, 

Secrétariat pour la JPIC, 

Curia Generalizia, 00197 Roma, Italia

macos/deepLFree.translatedWithDeepL.text 

 

 

Comments