Casaldáliga, Einstein et le battement d'un papillon.SDG 7,11,13, et 17. FR

 

Vous n'avez plus d'excuses et nous n'avons plus de temps

SDG 7,11,13, et 17 : Casaldáliga, Einstein et le battement d'un papillon

(ou Changement climatique dans l'espace et le temps). Partie II

Santiago José Belillas Estada

        Ingénieur en aéronautique

        Actuellement employé chez Airbus. 

Membre de la communauté CLIP    


Dans la première partie de cet article, je vous invite à le visiter si vous ne l'avez pas encore fait, nous avons passé en revue la dimension temporelle du changement climatique. Dans cette deuxième partie, nous analyserons la dimension spatiale du problème : tous les pays polluent-ils de la même façon ? dans quelle mesure chacun d'entre nous pollue-t-il ?

 

Selon les chiffres de 2008 de Datosmacro.com, du magazine Expansión (https://datosmacro.expansion.com/energia-y-medio-ambiente/emisiones-co2), la répartition par pays des émissions de CO2 par habitant est celle indiquée sur la carte de la figure 2.

Figure 2 :

Décomposons un peu la situation. Nous prendrons trois données par pays : leurs émissions absolues, leurs émissions par habitant pour tenir compte du facteur démographique et les émissions par 1 000 dollars de PIB pour tenir compte de l'efficacité énergétique dans la production de richesse.

Le classement des 12 pays qui polluent le plus figure dans le tableau 1, où nous avons ajouté à titre de comparaison : les 27 pays de l'Union européenne (UE) ; l'Espagne, qui est 24e sur 184 ; les 15 républiques qui composaient l'ex-URSS ; et les 6 pays de la péninsule arabique (à l'exception du Yémen, qui, étant beaucoup plus pauvre que les autres, masque les chiffres de ses voisins).

 

Tableau 1

Le pays le plus polluant est la Chine, qui a dépassé les États-Unis en 2005 et qui est responsable de 30 % des émissions mondiales, avec seulement 18,6 % de la population. Toutefois, ses émissions par habitant sont inférieures de moitié à celles des Américains. Il est intéressant de noter le cas de l'Inde, le troisième, ainsi que celui de l'Indonésie et du Brésil (11e et 12e) qui sont dus à leur très forte population car leurs valeurs par habitant sont parmi les plus faibles. Ces 12 pays émettent ensemble 73% du total mondial, avec seulement 55% de leur population.

 

Il est clair que la Chine, les États-Unis et la Russie (1ère, 2ème et 4ème positions), dans leur lutte pour le leadership mondial, n'ont pas adhéré à l'accord de Paris, puisqu'à eux trois ils émettent la moitié du CO2 mondial, alors que leur population ne représente que 25% de la population mondiale. Il faut également noter l'importance relative de l'engagement de l'UE en faveur de l'environnement. En prétendant agir comme un tracteur du changement, l'UE a fixé des normes de réduction des émissions pour tous ses membres, même si leurs moyennes par habitant et par PIB ne sont pas les pires. L'UE dans son ensemble occupe la troisième place du classement avec 8,5 % des émissions et seulement 5,8 % de la population. Il n'en va pas de même pour l'ensemble de l'ancienne URSS, qui occuperait la 4e place à égalité avec l'Inde, avec 7 % des émissions, 4 % de la population et des coefficients bien inférieurs à ceux de l'UE, notamment en matière d'efficacité énergétique. 

 

L'ensemble des pays de la péninsule arabique (à l'exception du Yémen), dont la consommation moyenne par habitant est exagérée, se situe à la sixième place, rattrapant presque le Japon, qui compte deux fois plus d'habitants.

Espagne, on peut dire qu'elle se mesure positivement aux précédentes, même à la moyenne de l'UE. Il est intéressant de le comparer à la Corée du Sud, qui a une population et un PIB similaires aux nôtres et qui émet 2,5 fois plus.

Tableau 2 :

 

Le tableau 2 nous montre le classement des 14 pays qui polluent le plus par habitant. Parmi ceux-ci, le cas du "champion", Palau, un petit archipel situé à côté de l'Indonésie, est un cas curieux et intrigant, bien qu'il ne soit pas pertinent en raison de sa faible population (22 000 âmes). Moins anecdotique est le fait que parmi les neuf premiers postes se trouvent 6 nations de la péninsule arabique, avec des niveaux d'émission par habitant compris entre 17,6 et 38,2 tonnes/personne/an, soit entre 4 et 8 fois plus que la moyenne mondiale qui est de 4,8.

 

Dans ce classement, l'Espagne occupe la 52e place avec 5,95 Tm/an-personne, peut-être grâce au fait que 13,9 % de notre énergie provient des énergies renouvelables et 11,3 % supplémentaires de l'énergie nucléaire (qui n'émet pas de CO2 bien qu'elle comporte d'autres dangers). Nous sommes le 5ème pays avec la plus grande puissance éolienne installée. Cependant, "le pays du soleil", nous avons toujours une énergie photovoltaïque non pertinente. C'est une affaire inachevée. Il est également intéressant de noter le cas de la France, qui occupe la 61e place avec 4,96 MT/années-personnes, dans ce cas peut-être en raison de son pourcentage élevé d'électricité nucléaire.

 

Quant à l'efficacité énergétique par PIB, la moyenne mondiale est de 0,259 kg CO2/1000 $ du PIB. Les tableaux 1 et 2 montrent que Palau est à nouveau "champion" avec 4,1 ! (quelqu'un devrait attirer leur attention) ; que la Chine est à 0,5 ; l'ensemble de l'ex-URSS à 0,47, les pays arabes à 0,39, les États-Unis à 0,29 et l'Inde à 0,28. Tous sont au-dessus de la moyenne. Ci-dessous, des pays comme le Japon (0,24) et l'UE (0,18). L'Espagne, avec 0,17, est assez bien placée dans le monde entier (position 104) et au sein de l'UE.

 

Les Pyrénées. Espagne

En développant sa théorie de la relativité, Albert Einstein est arrivé à la conclusion que le temps ne pouvait pas être d'une ampleur aussi inexorable et inaltérable que nous le croyons, ni être compris indépendamment de l'espace. Non. Il nous a fait comprendre qu'ils sont liés et s'influencent mutuellement (vitesse = espace / temps) et qu'ils doivent donc être pris en compte ensemble. Il a appelé cela le continuum espace-temps.

Nous devrions envisager quelque chose de similaire en ce qui concerne le changement climatique, afin de le comprendre et de le corriger, nous devons l'analyser dans son ensemble spatio-temporel. Comment les émissions des pays évoluent-elles ?

Figure 3


Des exemples ont été inclus dans la figure 3 :

- Il y a les pays qui augmentent leurs émissions de manière exponentielle (quadrant supérieur gauche). Ce sont des pays comme la Chine, l'Inde, le Brésil, etc. en franche expansion économique, propulsés, bien sûr, par les énergies fossiles. Ou comme les pays arabes, qui semblent se soucier peu de l'environnement.

- Il existe un deuxième groupe de pays, les plus nombreux, qui n'ont pas encore réagi et continuent à fonder leur croissance sur les combustibles fossiles, bien que la croissance de leurs émissions, comme celle de leur économie, soit moins prononcée (quadrant supérieur droit). C'est le cas de pays tels que les États-Unis, la Russie, le Japon, l'Italie, le Portugal, la Norvège et, malheureusement, l'Espagne (quadrant inférieur droit).

- Un troisième groupe de pays, la minorité, semble prendre la réduction des émissions plus au sérieux et le fait depuis des années (quadrant inférieur gauche). C'est le cas de l'Allemagne (depuis 1979), du Royaume-Uni, de la France, du Danemark, de la Suède et de la Finlande. Je soupçonne que la délocalisation progressive de l'industrie lourde, très polluante, vers des pays où la main-d'œuvre est moins chère (qui font partie du premier groupe) a également contribué à cette tendance.

 

Les graphiques montrent également l'effet temporaire des crises économiques, telles que la crise financière de 2008. Dans tous les cas, la tendance est modérée ou tronquée : dans les pays qui augmentaient leurs émissions en raison de leur expansion économique, et dans ceux qui les réduisaient parce qu'il y a moins d'argent disponible pour entreprendre des initiatives écologiques.

 

Un ancien proverbe chinois dit : "le faible battement des ailes d'un papillon peut être ressenti à l'autre bout du monde". Le météorologue américain Edward Norton Lorenz a utilisé cette même idée pour expliquer le comportement chaotique des systèmes instables, comme le temps, lorsqu'en 1972, il a posé la fameuse question rhétorique qui s'est popularisée sous le nom d'Effet papillon : "Le battement d'un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas ? “. 

 

De toute évidence, Lorenz et les Chinois exagèrent, n'est-ce pas ? Eh bien, apparemment non. Un virus cent mille fois plus petit qu'un papillon leur donne raison. Le Covid-19, qui a infecté ce premier Chinois à Boukhan (ou ailleurs), a battu des ailes insignifiantes, provoquant le tsunami d'une ampleur planétaire dont nous souffrons tant dans notre mode de vie, dans l'économie, et dans les 1,7 million de morts qui ont été recensés jusqu'à présent.

 

Toutefois, nous pouvons tirer de cette pandémie des enseignements importants qui s'appliquent à la question du changement climatique :

- La mondialisation, si souvent évoquée et jamais vraiment assumée, est un fait. Pour tout, pour le meilleur et pour le pire. Ce que nous faisons affecte tous les autres. Nous en avons fait l'expérience : aujourd'hui, aux antipodes, un Chinois mange une chauve-souris infectée et, par conséquent, 4 mois plus tard, une de vos connaissances ou un de vos proches meurt, seul, dans l'unité de soins intensifs d'un hôpital. 

- Les frontières des pays ne sont pas imperméables, ce n'est pas parce que quelque chose se passe en dehors de mon pays que cela ne m'affectera pas. L'Afrique souffre de la famine et des guerres et, par conséquent, un flux incessant de réfugiés arrive aux frontières de l'UE. Pendant que le virus était en Chine, le reste du monde faisait ses affaires. Très vite, l'Italie l'a attrapé. Nous n'étions pas inquiets non plus, avec la France au milieu, il n'y avait pas de peur. De plus, deux matches de football internationaux et quelques touristes plus tard, l'Espagne était déjà sur les talons.

- Face à un problème mondial, les solutions nationales ne suffisent pas, il faut une réponse coordonnée de l'ensemble de l'humanité. Chacun pour soi nous mènera à la catastrophe. Il y a eu une sale guerre entre des pays qui ont volé, honteusement, les masques. Heureusement, l'Organisation mondiale de la santé, qui appartient à l'ONU, malgré toutes ses lacunes, a mis un peu d'ordre dans cette folie pandémique. L'administration du vaccin va être un nouveau test pour l'humanité. Si nous n'avons rien appris, nous échouerons. Ce sera un nouveau Titanic, où seuls les membres de la première classe auront accès aux canots de sauvetage qui sont les vaccins.

- Plus la courbe est raide, et plus sa valeur absolue est élevée, plus les sacrifices nécessaires pour la courber seront longs et douloureux. Dans le cas des émissions de CO2, les deux sont extrêmement élevées. D'où l'urgence d'agir MAINTENANT ! et de manière décisive.

- Si rien n'est fait, ou si cela n'est pas fait en temps voulu (confinement ; passage aux énergies propres), l'évolution peut devenir irrémédiablement incontrôlable (avec le débordement du système de santé, la prolifération incontrôlée des virus ; avec la pollution, la multiplication des catastrophes naturelles et la montée des eaux avec l'inondation des villes côtières qui s'ensuit... il suffit de demander aux Vénitiens et aux voisins de Jakarta).

Pirineo. Gavarnie. France

Je pense que l'analogie entre la pandémie Covid-19 et la "pandémie écologique" est claire. 

Considérons un instant les conséquences que le coronavirus a sur nos vies... Imaginons maintenant ce que la "pandémie écologique" plus dévastatrice et plus durable pourrait causer... Eh bien, la résolution du problème du changement climatique doit être abordée simultanément dans ses dimensions spatiales (effort global et coordonné) et temporelles (maintenant et de manière décisive). Ni une réponse mondiale paresseuse, ni une réponse unilatérale, même radicale, de la part de quelques pays seulement, ne sera utile. 

 

L'agenda 2030 et les SDG sont un (sinon le) espoir car ils vont, je crois, dans la bonne direction : action multinationale coordonnée et supervisée par un organe supranational ; objectifs concrets, quantitatifs et contrôlables ; gestion et contrôle continus. Mais leur succès n'est pas garanti, non seulement les nations sont déjà en retard dans leur candidature, mais peut-être que les objectifs ne sont pas assez ambitieux pour le défi posé.

Ils ont pourtant la vertu de mettre l'Humanité en tension, de nous faire prendre conscience que le danger est réel et proche. Nous devons maintenant surmonter notre inertie, pour passer réellement à l'action.

Les nouvelles de la chaux et du sable se succèdent dans l'actualité : 

- En mai dernier, les niveaux atmosphériques de dioxyde de carbone ont atteint 415 ppm (parties par million), un nouveau record historique. À l'époque préindustrielle, les niveaux étaient de 228 ppm.  

- Le gouvernement espagnol vise à réduire le niveau actuel des émissions de CO2 de 23% d'ici 2050, mais certaines ONG estiment que la réduction devrait être de 50%.

- L'élection de Biden comme nouveau président des États-Unis alimente l'espoir que les États-Unis s'engagent à respecter le protocole de Paris. Nous verrons bien.

- La Chine a annoncé qu'elle entend atteindre le maximum de ses émissions de CO2 en 2030 et que d'ici 2060, elle sera neutre sur le plan des émissions. Il ne sera pas facile d'y parvenir. Pourtant, l'annonce de cette décision implique un changement d'attitude radical, impensable il y a quelques mois. Den Xiao Ping, son président, a fait ces déclarations devant l'Assemblée générale des Nations unies, où il a ajouté qu'ils comprennent la pandémie de Covid-19 comme un avertissement sérieux que la nature nous envoie, et que nous ferions mieux de ne pas ignorer.

 

Le défi est immense, la solution ne peut donc pas venir que des gouvernements. Les entreprises et les citoyens doivent s'impliquer activement. Chacun d'entre nous peut se sentir comme un simple grain de sable sur la plage qu'est l'Humanité, et pourtant nous pouvons et devons contribuer à la solution. En tant que consommateurs, nous pouvons influencer les entreprises en général et en tant que travailleurs, nous pouvons influencer les nôtres en particulier. En tant qu'électeurs, nous pouvons influencer les hommes politiques et leurs programmes, c'est-à-dire les gouvernements. Et en tant qu'individus, nous pouvons faire des choix de vie respectueux de l'environnement. C'est à nous de le faire.

 

Notre planète Terre est une oasis, un verger de vie dans le désert sans vie qu'est notre Univers (du moins celui que nous pouvons atteindre). Notre monde n'est pas seulement un joyau d'équilibre et de beauté, c'est aussi notre gagne-pain et notre seul foyer possible. Nous ne pouvons pas continuer à en abuser de manière irresponsable. Nous devons apprendre à la gérer avec sagesse, en la préservant pour l'avenir. 

En tant qu'espèce, nous avons reçu un grand cadeau, celui d'être "Sapiens". Et cela, comme quelqu'un l'a dit, comporte une grande responsabilité. 

 

Mais revenons au film "La guerre des mondes" (rappelez-vous l'introduction de la première partie). Face à une menace commune, les nations parviennent à s'unir pour la première fois et à affronter ensemble l'envahisseur. Mais ce n'est pas l'espèce humaine qui la vaincra, mais la Nature elle-même qui neutralisera la menace en utilisant un virus "terrestre" qui sera mortel pour les extraterrestres...

Santiago José Belillas Estada

        Ingénieur en aéronautique

        Actuellement employé chez Airbus. 

Membre de la communauté CLIP.   .

 

macos/deepLFree.translatedWithDeepL.text

Comments