Casaldáliga, Einstein et le battement d'un papillon. SDG 7,11,13, et 17 FR


SDG 7,11,13, et 17 : Casaldáliga, Einstein et le battement d'un papillon 

(ou Changement climatique dans l'espace et le temps). Première partie

Santiago José Belillas Estada

        Ingénieur en aéronautique

        Actuellement employé chez Airbus

Cela se passe dans la nouvelle version de La guerre des mondes (2005). Notre monde est attaqué par une espèce étrangère plus avancée technologiquement. Nos armes ne font pas de brèche dans leurs navires. Nous sommes désespérés. Dans une scène se déroulant dans un laboratoire militaire américain top-secret (bien sûr !) où ils détiennent un extraterrestre capturé, le type du film établit un contact télépathique avec l'extraterrestre et découvre la terrible réalité : ils sont comme des sangsues de l'espace. Ils parcourent la galaxie, sautant de monde habité en monde habitéLorsqu'ils atteignent l'un d'eux, ils envahissent, exploitent et pillent jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien d'utilisable, puis ils sautent dans l'autre monde pour faire de même. 

 

Nous devons les arrêter ! - s'exclame le "protagoniste" - Notre monde, notre race et notre mode de vie sont en jeu !

 

En fait, cette planète n'a pas besoin d'attendre quelqu'un de l'extérieur. Il a l'ennemi chez lui. Homo Sapiens" (sapiens ?) suffit à concrétiser le roman de H.G. Wells de 1898 "La guerre des mondes", qui a inspiré la célèbre émission de radio d'Orson Welles en 1939, et les deux films du même titre (1953 et 2005).

Gavarnie, les Pyrénées. France

Le changement climatique est la plus grande menace à laquelle l'humanité a été confrontée dans toute son histoire. Non seulement l'environnement est en danger, mais aussi notre propre avenir en tant qu'espèce (quelqu'un voit-il l'analogie ?).

 

L'Argentine a subi cette année l'hiver le plus rude de mémoire d'homme. Mais, globalement, les années 2016 et 2019 ont été les plus chaudes depuis que les registres le montrent (depuis 1880).  

 

Au cours des 13 dernières années a été battu, 13 fois, le record de la surface moins gelée dans l'Arctique, et dans la période de cinq ans 2015-19 le niveau de la mer a augmenté à un taux de 5 mm / an.

 

Les Pyrénées ont perdu 80% de leur masse glaciaire au cours des 30 dernières années. Les gouttes de froid, autrefois typiques et limitées au Levant, ont récemment fait place à des DANA à l'échelle nationale.

 

Les Philippines ont subi plusieurs typhons cette année, dont l'un avec des rafales atteignant 350 km/h, les plus intenses jamais enregistrées sur la planète ; ils auraient pu maintenir un Jumbo en vol avec ses moteurs arrêtés !

 

Les Caraïbes ont subi 31 ouragans cette année, dont les plus récents, Eta et Iota, ont été les plus catastrophiques, le second atteignant la cinquième année, la plus élevée. Les inondations ont persisté pendant plusieurs semaines dans la région, compromettant sérieusement la fragile économie locale. Sur les deux continents, de nombreuses familles ont tout perdu.

 

La température moyenne de la planète est aujourd'hui supérieure de 1,1 °à celle de l'époque préindustrielle. 1,1 °C seulement ! et nous pouvons déjà en constater les conséquences dévastatrices. L'accord de Paris vise à contenir l'augmentation de la température à 2 º C, mais on estime qu'au rythme actuel, à la fin du siècle, l'augmentation pourrait être de 3-4'8 º C ...

 

Le réchauffement de la planète ou le changement climatique est déjà là, et ses conséquences seront de plus en plus graves, si nous ne faisons rien pour y remédier. Et bientôt.

La théorie est simple : l'homme a basé son développement économique sur la combustion de combustibles fossiles, qui libèrent dans l'atmosphère d'énormes quantités de CO2 et d'autres gaz à effet de serre. 


Ordesa. les Pyrénées. Espagne

La Terre reçoit constamment, irradiée par le Soleil, d'énormes quantités d'énergie dont elle reflète une partie. C'est ce qu'on appelle l'albédo. Cependant, l'énergie reçue est à certaines fréquences et l'énergie réfléchie à d'autres.

 

Les gaz à effet de serre le sont parce qu'ils sont plus opaques aux fréquences de l'énergie réfléchie par la Terre qu'àl'énergie reçue du Soleil. L'énergie entrante est ainsi piégée dans la Terre. Plus le CO2 augmente dans l'atmosphère, moins l'énergie est réfléchie et, par conséquent, plus elle est absorbée et plus la Terre et son atmosphère se réchauffent, ce qui, en accumulant une partie de cette énergie, est capable de générer des phénomènes plus intenses : hivers plus rudes, étés plus chauds, évaporation plus intense, pluies plus abondantes et plus violentes, ouragans et cyclones plus puissants et plus fréquents...

 

Je voudrais attirer l'attention sur une facette cruciale du problème, sa dimension temporelle. D'une part, les niveaux d'émission actuels et les tendances de croissance sont suicidaires. D'autre part, des changements substantiels sont nécessaires de la part de l'Humanité dans le fondement même de notre civilisation et de notre mode de vie, les sources d'énergie que nous utilisons. En conséquence, notre inertie est énorme... mais le temps nous manque.

Voyons cela "en technicolor" avec le graphique 1, correspondant à l'évolution des émissions humaines de CO2 depuis 1769 lorsque James Watt inventa la machine à vapeur à l'origine de la première révolution industrielle (source : www.es.statista.com). 

Figure 1.

Comme on peut le voir, nous suivons un taux de croissance accéléré, exponentiel et très inquiétant :

- Si en 1 769, 10 millions de tonnes de CO2 ont été émises chaque année (MegaTm/an), en 2 019, c'est 37 000 !

- Rien qu'en 2009, autant de CO2 a été émis que durant les 120 premières années d'industrialisation (1769-1890).

- Si l'on considère les émissions cumulées de 1769 à 2020 (c'est-à-dire l'aire sous la courbe), il s'avère qu'il nous faut près de 200 ans pour émettre le premier quart du total (1769-1966, ligne verte de 25%), alors que 26 ans ont suffi pour atteindre 50% (a été atteint en 1992, lors des Jeux Olympiques de Barcelone), en 16 ans seulement nous avons atteint 75% (en 2008) et en 12 ans seulement nous avons ajouté les derniers 25% ...

Il est inconcevable de savoir ce qu'il en coûte à l'Humanité de prendre conscience du problème et de commencer à agir :

- Quand je suis né (dans les années 60), elle était de l'ordre de 9 000 MégaTM/an, soit un quart de ce qu'elle est aujourd'hui. 

- Dans les années 1970, les premières voix d'alarme ont commencé à se faire entendre parmi les scientifiques. Pendant ce temps, d'autres voix le nient (on dit que certaines d'entre elles ont été payées par les compagnies pétrolières) en affirmant que le changement climatique n'est pas prouvéQu'il s'agissait de fluctuations climatiques "normales". Par conséquent, nous n'avons rien fait (en attendant de voir qui avait raison ?). Depuis lors, les émissions annuelles ont doublé.

- En 1992, à l'occasion du Sommet de la Terre à Rio, les gens ont pris conscience du danger du changement climatique et ont commencé à parler de développement durable. Depuis lors (28 ans), cependant, nous avons pollué autant qu'au cours des 223 années précédentes.

- En 1997, avec le protocole de Kyoto, des mesures ont été convenues pour réduire les émissions... La réalité ? Aujourd'hui, les émissions annuelles sont 50 % plus élevées qu'elles ne l'étaient à l'époque. Le CO2 a simplement étééchangé.

- En 2015, avec l'accord de Paris, l'agenda 2030 a été établi et les SDG sont nés... Enfin, cette fois oui, nous sommes sauvés !

Moins d'euphorie, seulement dans les cinq années où nous sommes devenus "sérieux" avec le sujet nous avons ajouté àl'atmosphère 10% de tout le CO2 émis depuis J. Watt.

Une autre conclusion malheureuse se dégage du graphique : plus ça va bien pour nous ("économie florissante - florissante -, prodigalité galopante"), plus ça va mal pour la planète. Les moments où la courbe diminue ou sa pente s'aplatit sont toujours des guerres ou des crises économiques.

 

Il est donc urgent d'agir, d'agir maintenant, et de le faire de manière décisive, sinon nous n'arriverons pas à temps avant que les effets ne soient dévastateurs et irréversibles.

Jusqu'à quelle valeur faut-il réduire les émissions ?

 

La nature dispose de ressources pour atténuer l'effet de l'absorption par l'homme d'une partie du CO2 atmosphérique émis, ce sont les puits de carbone naturels, constitués par les forêts et les océans, en particulier sa biomasse marine, notamment le phytoplancton et les récifs coralliens. 

Mais attention ! Avec la déforestation des forêts et la mort des coraux due à l'augmentation de la température de la mer, nous détruisons également nos poumons naturels.

Pour ralentir la hausse de la température, nous devrions parvenir à un équilibre neutre entre nos émissions et la capacitéd'action des puits de carbone naturels. Et nous devrions réduire encore plus les émissions pour permettre à la nature d'inverser une partie du réchauffement causé par son action. 

 

Notre cher Pedro Casaldáliga, avec sa plume concise et précise, dans son poème "il est tard", condense en quelques strophes ce qui a été dit :

"Il est tard

mais c'est notre heure.

Il est tard

mais c'est tout le temps

nous avons à portée de main

pour faire l'avenir.

Il est tard

mais c'est nous

à cette heure tardive.

Il est tard

mais c'est l'aube

si nous insistons un peu..."

 

Malheureusement, à cette heure tardive, nous devrons insister, "beaucoup".

 

Voilà pour le numéro de l'heure sur le changement climatique.  J'espère que vous l'avez trouvé intéressant. Dans un prochain chapitre du blog, nous aborderons la question spatiale du problème : tous les pays polluent-ils de la même façon ? Dans quelle mesure chacun d'entre nous pollue-t-il ?

En outre, nous essaierons de tirer des leçons applicables au changement climatique de l'expérience de Covid-19.

Je vous y attendrai !

 

Santiago José Belillas Estada

        Ingénieur en aéronautique

        Actuellement employé chez Airbus

macos/deepLFree.translatedWithDeepL.text 

Comments

  1. Très intéressant ! Nous attendons l'approche spatiale du problème et donc, peut être, la question de l'inégalité planétaire et la deute écologique. Merci Santiago José !

    ReplyDelete

Post a Comment