La révolution du L´Agenda de développement durable (I) ODD10 FR

 

"La révolution du L´Agenda de développement durable"(I)

Tirer les leçons du passé

Miguel Ángel Velasco cmf

équipe de l'ONU, membre du cmf

Ancien président de la Fundación PROCLADE

Master en gestion et innovation des ONG. ESADE

 

Le plus grand changement dans les domaines de la coopération internationale et du développement a été de passer d'une vision basée sur la croissance économique à une vision axée sur le développement global de l'individu. La coopération internationale est passée d'une "relation entre nations riches et nations pauvres" dans laquelle les "riches" donnaient aux "pauvres", à une "relation entre nations dans le respect et la responsabilité de soi". Nous tous, pays, organisations, devons penser et réaliser en commun des projets pour améliorer le monde dans son ensemble et pour chaque nation et groupe humain qui le compose. Des concepts tels que la durabilité et la citoyenneté mondiale apparaissent lorsque nous relions le développement, la coopération et l'international. Qu'est-ce qui a changé si profondément la signification de ces concepts ? Avons-nous des documents pour connaître les nouvelles orientations pour le développement, la coopération et l'international, qui y sont liées ? Je vais essayer de répondre à ces questions.

 

Une revue historique. Dans les origines.

 

Les organisations religieuses ont été les pionnières dans l'octroi de ressources des pays riches aux pays pauvres ; elles avaient pour mandat de s'occuper des pauvres. En 1863, le "Comité international de la Croix-Rouge" a été créé en Suisse, sans connotation religieuse particulière. En 1919, la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a été fondée. Le 24 octobre 1045, l'ONU est née et liée à certaines organisations telles que l'UNICEF. L'objectif principal était de s'occuper des victimes des différentes guerres, et de la raison, de la charité chrétienne et d'autres religions. 

 

Juste après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la coopération internationale avait un objectif principal : la reconstruction des pays dévastés. Après la reprise économique des anciens empires-nations, la raison change un peu : les dons des pays pauvres par l'ancienne métropole. Je pense que l'on peut dire que les deux routes voulaient atteindre la même chose : la stabilité mondiale, créer un réseau pour s'assurer que les pays occidentaux, en particulier les États-Unis, seront le leader du monde pendant longtemps.

 

Jusqu'à présent, en parlant de "coopération internationale", il y a ces situations : la charité par des organisations religieuses, des philanthropes, et certains pays qui donnent de l'argent en échange d'intérêts. La relation est claire : des pays riches aux pays pauvres ; je ne change pas l'expression "pays pauvres" car c'était l'idée sous-jacente. Comment a-t-il été possible de changer cette vision de la coopération internationale pour l'image que nous avons aujourd'hui ?

 

1945. La Charte des Nations unies crée l'ECOSOC, avec ces objectifs :

 

1)    Le Conseil économique et social est composé de cinquante-quatre Membres de l'Organisation des Nations Unies élus par l'Assemblée générale.

2)    Sous réserve des dispositions du paragraphe 3, dix-huit membres du Conseil économique et social sont élus chaque année pour un mandat de trois ans. Les membres sortants sont rééligibles pour des mandats ultérieurs.

3)    Lors de la première élection tenue après l'augmentation du nombre de membres du Conseil économique et social de vingt-sept à cinquante-quatre, outre les membres élus en remplacement des neuf membres dont le mandat expire à la fin de cette année, vingt-sept autres membres seront élus. Le mandat de neuf de ces vingt-sept membres supplémentaires ainsi élus expire au bout d'un an, et celui de neuf autres membres au bout de deux ans, conformément au règlement qui sera établi par l'Assemblée générale. 

4)    Chaque membre du Conseil économique et social a un représentant.

(Charte des Nations unies, chapitre X, article 62)

 

Nous pouvons trouver, juste avant : "Le Conseil économique et social peut prendre les dispositions appropriées pour consulter les organisations non gouvernementales qui s'occupent de questions relevant de sa compétence. De tels arrangements peuvent être conclus avec des organisations internationales et, le cas échéant, avec des organisations nationales, après consultation du Membre respectif des Nations Unies". (X, 71). C'est la première fois que nous pouvons trouver cette expression dans un document officiel. Les organisations non gouvernementales, dans l'esprit du Conseil économique et social des Nations unies, seront déterminantes dans l'évolution du concept de coopération internationale. Nous pouvons amener à notre réflexion des ONG telles que OXFAM, WWF, Greenpeace, Aid in Action, pour comprendre dans quelle mesure elles ont été importantes dans la réalisation de ce changement de paradigme. Je ne peux pas étudier dans ce document l'interaction entre les Nations unies, les ONG et la conscience mondiale, mais l'importance des ONG dans ce changement a été décisive. L'interaction entre l'ECOSOC et les ONG a été le catalyseur de cette évolution 

L'interaction entre l'ECOSOC et les ONG a été le catalyseur de cette évolution

Le moment central de la transformation du concept

 1987, le 20 mars ; c'est la date de la signature du rapport qui est fondamental pour comprendre toute la transformation du concept de Coopération-Développement. "Rapport de la Commission mondiale sur l'environnement et le développement : notre avenir à tous" ; le rapport Brundtland L'ensemble du rapport est important pour comprendre le changement radical du concept de coopération, mais nous devons surtout nous pencher sur le chapitre III : "Coopération internationale et réforme institutionnelle". En suivant les principaux objectifs donnés à l'ECOSOC, on peut trouver dans le document le lien étroit entre l'Humanité, l'Environnement global, le Développement (durable). La clarté et la transparence de ce document sont remarquables. On y trouve également les véritables racines de l'Agenda 2030. Mais transformer le concept de coopération au développement prend du temps ; c'est toute la conception du monde qui doit être changée.

1992, le Sommet de la Terre. Rio. Ce Sommet, convoqué par les Nations Unies, a été influencé par la présence de différentes ONG, très actives autour du bâtiment où se tenait le Sommet. Mais aussi, l'ECOSOC lui-même était concerné et impliqué dans la question du changement climatique. Tout au long des délibérations, les représentants des Nations unies ont parlé du changement climatique, des peuples et des populations autochtones. Le Brésil et l'Amérique latine ont toujours été des lieux où les peuples indigènes et les conséquences du changement climatique pour eux ont été d'une grande importance. Le développement, le changement climatique et les affaires sociales sont désormais à jamais liés. Et l'ONU-ECOSOC et les ONG-Société civile étaient plus proches, plus proches dans le dialogue, plus impliquées et impliquées dans le changement de paradigme. Les Nations unies ont poursuivi sur la voie empruntée à Rio avec l'accord de Kyoto (décembre 1997) sur les gaz à effet de serre et leur impact sur la couche d'ozone.

L'étape suivante a été l'Agenda du millénaire (Agenda 2000). Il s'agit des objectifs du Millénaire pour le développement : éradiquer l'extrême pauvreté et la faim ; assurer l'éducation primaire pour tous ; promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes ; réduire la mortalité infantile ; améliorer la santé maternelle ; combattre le VIH/sida, le paludisme et d'autres maladies ; assurer un environnement durable ; mettre en place un partenariat mondial pour le développement. Désormais, chaque nouveau programme ou déclaration émanant de l'ECOSOC (ONU), inclut l'avis des ONG. Le programme du millénaire représente une nouvelle étape dans la compréhension du développement d'une manière différente. Il y a de nombreux aspects de NOTRE MONDE que chaque nation doit considérer EN COMMUN : humanitaire, environnemental, partenariat et, bien sûr, DURABILITÉ. Mais il y a encore du chemin à parcourir. Le concept de cet Agenda 2000, est un programme Nord-Sud clair ; les pays riches doivent donner de l'argent et des progrès aux nations du Sud et, en plus, la structure et le contenu des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), odeur d'une vieille action coopérative, basée principalement sur des principes "charitables". Nous avons fait des progrès incroyables, mais il était possible d'aller plus loin.

2008 a été l'année de la crise économique. Cette année, les pays développés se réveillent d'un rêve merveilleux : ils ont des populations pauvres sur leur territoire ! Le développement humain durable ne concerne donc pas seulement les pays en développement, il concerne tous les pays du monde. Les objectifs du Millénaire pour le développement ont constitué un pas en avant, mais les pays des Nations unies n'ont pas réussi à résoudre les problèmes mondiaux avec l'Agenda 2000 parce qu'ils n'ont pas correctement analysé les problèmes dans leurs propres pays ; cela est arrivé en particulier aux pays développés. Globalement, le MONDE doit rechercher un agenda complémentaire pour donner un nouvel horizon à la COOPÉRATION GLOBALE DURABLE. 

Le 26 juillet 2012, 20 ans après la conférence de Rio de 1992, la conférence des Nations unies sur le développement durable s'est tenue : "Rio + 20¨. La résolution "L'avenir que nous voulons" a été adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies. Ce paragraphe se trouve dans le présent document : "Nous appelons à la mise en œuvre urgente de tous les engagements pris dans le cadre du partenariat mondial pour le développement afin de combler les lacunes identifiées dans les rapports du Groupe de travail sur le retard pris dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement. Nous soulignons la nécessité d'accélérer les progrès vers l'objectif de 0,7 % du revenu national brut pour l'aide publique au développement d'ici 2015, dont 0,15 à 0,20 % pour les pays les moins avancés. Nous appelons les pays développés à respecter d'urgence les engagements qu'ils ont pris, individuellement et collectivement, en matière d'aide publique au développement. (n.14). 

Il peut être intéressant de rappeler les thèmes que l'on peut trouver dans ce document : Éradication de la pauvreté ; sécurité alimentaire, nutrition adéquate et agriculture durable ; eau et assainissement ; énergie ; tourisme durable ; transport durable ; villes et établissements humains durables ; santé et population ; promotion du plein emploi, du travail décent et de la protection sociale pour tous ; océans et mers ; petites îles et États en développement ; Pays les moins avancés, pays enclavés ; Afrique ; Efforts régionaux ; Réduction des risques de catastrophes ; Changement climatique ; Forêts ; Biodiversité ; Désertification, dégradation des terres et sécheresse ; Montagnes ; Déchets et résidus chimiques ; Consommation et production durables ; Exploitation minière ; Éducation ; Égalité des sexes et autonomisation des femmes.

Parallèlement à cette conférence, une commission prépare le projet d'Agenda 2030, qui sera présenté à l'Assemblée générale en 2015. L'organisation de cette commission était très différente du type de commissions que l'UN-ECOSOC avait eu jusqu'alors. Les présidents de cette commission ont ouvert les débats à la SOCIETE CIVILE. Des ONG, des universités, des chercheurs étaient présents dans les débats. En outre, les représentants des nations siégeant à la commission ont reçu des éclaircissements (conférences et séminaires) pour mieux comprendre le sujet dont ils parlent. Les négociations ont été compliquées et complexes, mais elles ont abouti à un texte inimaginable. Le document préparé pour l'Assemblée générale des Nations unies était complexe, long, avec 17 objectifs et 160 buts; vraiment un document très détaillé à compléter, mais n'est-il pas vrai que notre monde est très compliqué ? (Cet article se poursuit dans l'article suivant du blog : Towards the Future)

 

Miguel Ángel Velasco cmf

équipe de l'ONU, membre du cmf

Ancien président de la Fundación PROCLADE

Master en gestion et innovation des ONG. ESADE

Comments