Former des personnes pour le monde, grandir en humanité ODD4 FR

 

Former des personnes pour le monde, grandir en humanité

Rosa Ruiz Aragoneses RMI

Soeur missionnaire clarétaine

Psychologue, théologien, pédagogue pratiqu 

Dans tous les régimes politiques et derrière toutes les idéologies, l'éducation est un bonbon contesté, un champ de bataille que chacun veut avoir de son côté. Et c'est dommage. Si l'éducation était exempte d'intérêts partisans, les chiffres mondiaux ne seraient pas aussi inquiétants. Par exemple, en 2018, environ un cinquième des enfants du monde ne sont toujours pas scolarisés et plus de la moitié des enfants et des adolescents scolarisés ne répondent pas aux normes minimales de compétence en lecture et en mathématiques.

Comme si cela ne suffisait pas, en cette année 2020, la pandémie a condamné la fermeture des écoles pour 91% des étudiants du monde - jamais auparavant autant de millions d'enfants et de jeunes n'ont été déscolarisés en même temps ! À ce scénario, il faut ajouter la détérioration de l'apprentissage de ceux qui suivent les cours en ligne dans des endroits où il n'y a pas d'ordinateurs portables dans les maisons (ils suivent les cours avec un téléphone portable), et s'ils l'ont, tous les frères doivent le partager en même temps, et s'ils peuvent le faire, ils n'ont pas le wifi à la maison et s'ils l'ont, les coupures de courant sont si nombreuses que dans la pratique le processus éducatif est plus qu'affaibli.

Maintenant, en supposant qu'à un moment donné, les organisations internationales parviennent à un minimum d'éducation qui garantit les compétences de base, le plus grand problème demeure : est-il possible de travailler pour une éducation sans préjugés idéologiques, est-ce que c'est l'État et le gouvernement de chaque couleur qui la garantit en décidant selon ses principes ce qu'est une éducation de qualité, l'éducation doit-elle être socialisée dans chaque pays afin que différents styles éducatifs (idéologiques et pédagogiques) soient offerts à tous, comme un service public et diversifié ? 

Je suis de plus en plus convaincu qu'il n'existe pas d'éducation neutre ou aseptique. C'est impossible :

"La pédagogie n'est jamais neutre. Elle est toujours marquée par un choix (qui ne coïncide pas nécessairement avec le choix d'un parti), par un certain projet d'être humain et de société... Les éducateurs qui ne "font pas de politique" pratiquent en fait la politique de soumission au plus fort" . 

C'est pourquoi je continue à me demander s'il existe une limite ou, mieux encore, un espace commun pour travailler ensemble dans le domaine de l'éducation. Un espace commun qui doit nécessairement se traduire par des lois éducatives transversales qui ne changent pas à chaque nouveau changement de gouvernement ou qui ne sont pas au service des dictatures et de la pensée unique qui, malheureusement, sont encore en vigueur dans certains pays de notre monde. Oui, même aujourd'hui, au XXIe siècle.

Prenons l'exemple de l'Espagne :

·      1970, la LGE, a débuté sous le régime de Franco et est restée en vigueur jusqu'aux années 90.

·      1980, LOECE, proposée par l'UCD et portée en appel devant la Cour constitutionnelle par l'opposition.

·      1985, LODE, proposée par le PSOE, a également fait l'objet d'un recours.

·      1990, LOGSE, la plus profonde réforme pédagogique, approuvée par l'opposition qui a voté contre.

·      1995, la LOPEG, s'est concentrée sur la participation, l'évaluation et l'organisation des écoles.

·      2002, LOCE, modifiant des points du précédent, lorsque le PP d'Aznar gouvernait. Elle a été abrogée en 2004 lors du changement de gouvernement.

·      2006, LOE, revenant essentiellement à la LOGSE. Approuvé avec l'opposition contre.

·      2013, LOMCE. En gouvernant le PSOE, nous étions sur le point d'obtenir un pacte d'éducation, en récupérant une partie de la LOCE

·      2020, LOMLOE, proposée comme une modification de la LOE, promue pour la première fois par un gouvernement de coalition PSOE-UP mais aussi avec l'opposition votant contre. Et plus encore : au milieu d'une pandémie qui a paralysé l'économie, les systèmes de santé et d'éducation, étant donné les difficultés des étudiants et des enseignants à répondre à la "normalité anormale" que nous devons vivre.

Eh bien, si quelqu'un pense que ces changements idéologiques n'affectent pas la qualité du système éducatif d'un pays, je pense qu'il se trompe. Si quelqu'un ne voit pas que la formation complète et compétente de plusieurs générations est subordonnée à la prise de pouvoir politique, il est complice d'une telle tentative de manipulation. Si nous pensons que les changements législatifs continus ne nuisent pas au bon travail des enseignants et à leur motivation, nous sommes aveugles.

 

Ne pourrions-nous pas tous nous unir, avec des idéologies de droite ou de gauche, croyants ou non-croyants, publics ou concertés, pour demander à nos politiciens d'être plus sérieux en matière d'éducation ? Il semble que non.

Sommes-nous tellement idéologisés que certains d'entre nous sont incapables d'accepter des conceptions de programmes d'études compétentes élaborées par des éducateurs et des pédagogues spécialisés, est-il vraiment si difficile de proposer des visions anthropologiques qui n'excluent personne et qui se concentrent sur le fondamental : grandir en tant que personnes ? Eh bien, il semble que ce soit le cas.

En tant que citoyen et/ou éducateur chrétien, je ressens deux défis qui, dans notre langue, peuvent être appelés de Dieu :

1. collaborons dans l'espace public pour générer un dialogue sans complexes. Avec un sens critique (en lisant préalablement les lois que nous critiquons, par exemple), avec des opinions fondées, avec des critères de foi actualisés (en anthropologie chrétienne, morale, etc...), sans augmenter la tension sociale ou la confrontation idéologique polarisée, sans utiliser l'éducation pour d'autres intérêts, sans se laisser étiqueter dans un certain modèle pour le fait d'être des croyants sans complexes.

2.         Faisons de nos écoles chrétiennes ou de notre travail éducatif dans les institutions publiques un exemple de croissance de l'humanité. Le Royaume de Dieu ne grandit-il pas quand la fraternité et l'ouverture à la transcendance grandissent, ne serions-nous pas tous gagnants si nous faisions de chaque centre éducatif une "carrière d'un humanisme de fraternité pour construire la civilisation de l'amour" ? 

Je voudrais conclure par ces mots de Francis à la clôture du Congrès mondial de l'éducation catholique le 15 novembre 2015 :

"On ne peut pas parler d'éducation catholique sans parler d'humanité, précisément parce que l'identité catholique est Dieu qui s'est fait homme. Avancer dans les attitudes, dans les valeurs humaines, complètement, pour ouvrir la porte à la semence chrétienne. Puis vient la foi. Éduquer de manière chrétienne n'est pas seulement une catéchèse, c'en est une partie. Il ne s'agit pas seulement de prosélytisme, jamais de prosélytisme à l'école, jamais ! Éduquer de manière chrétienne signifie faire progresser les jeunes, les enfants, dans les valeurs humaines dans toutes les réalités, et l'une de ces réalités est la transcendance. Pour moi, la plus grande crise de l'éducation, dans la perspective chrétienne, est cette fermeture à la transcendance. Nous sommes fermés à la transcendance. Éduquer mais avec des horizons ouverts. Toutes sortes de fermetures ne sont pas bonnes pour l'éducation". 

Peut-être ne serait-il pas mauvais pour nous de copier ces lignes dans un endroit visible. Il se pourrait que, alors que nous sommes empêtrés dans des disputes idéologiques, nous abandonnions ce qui est essentiel dans notre vocation et dans notre mission éducative : ne permettre à rien ni à personne de dynamiter la qualité humaine de notre société : ni pour les étudiants ni pour les adultes.

 

Rosa Ruiz Aragoneses

Comments