De la réalité : que signifie une éducation de qualité ? ODS4. Espagne. FR

 

De la réalité : que signifie une éducation de qualité ? ODS4. Espagne

 

Lourdes Tabernero Perez

Enseignant de physique et de chimie (enseignement secondaire) 

Communauté de Madrid. Espagne

Laïcs de Claretian

L'Agenda 2030, dans son ODS 4, propose: 

"Assurer une éducation inclusive, équitable et de qualité et promouvoir les possibilités d'apprentissage tout au long de la vie pour tous".

 

Il poursuit en disant qu'il n'existe pas de concept universel d'éducation de qualité. Actuellement, le concept dominant est que la qualité de l'éducation est déterminée par les résultats scolaires obtenus par les élèves et en même temps par les écoles. Ainsi, l'école ou le système éducatif sera de qualité s'il obtient de bons résultats scolaires. Cela semble, en principe, raisonnable. Cependant, elle cache de nombreux facteurs dont il faut tenir compte. 

 

Tout d'abord, il faut tenir compte du type d'élèves de chaque école. Même lorsqu'il s'agit d'étudiants homogènes, nous devons analyser d'autres facteurs qualitatifs qui répondent à une conception de l'éducation dans laquelle, puisque les connaissances acquises par les étudiants sont importantes, un accent particulier est mis sur des aspects tels que le respect, la responsabilité, l'égalité, la solidarité, la tolérance, etc. qui favorisent les relations d'apprentissage et de vie ; en bref, une éducation aux valeurs.

 

Nous ne pouvons pas oublier que l'éducation est bien plus que l'enseignement de connaissances dont la transmission peut être mesurée quantitativement. Il ne s'agit pas de former des travailleurs et des consommateurs pour un monde globalisé, mais de former des citoyens critiques et participatifs, capables de faire face collectivement aux problèmes de la société, et de construire une société plus juste. Nous devons faire la distinction entre ce qui est obligatoire et ce qui est essentiel. En ce sens, un collègue enseignant, professeur de mathématiques, a commenté : "...les équations du second degré me semblent être accessoires par rapport à l'enseignement du respect de la personne à côté de vous.


D'autre part, dire que les écoles doivent être inclusives nous oblige à analyser le terme INCLUSIF, ce qui nous amène au discours de "l'attention à la diversité", de "l'enseignement personnalisé" à "l'éducation compensatoire" qui est apparu pour offrir aux élèves ayant plus de difficultés un lieu d'amélioration. 

 

Tous ces termes sont présents dans les documents officiels de tout centre éducatif : Proyecto Educativo de Centro (PEC), Programación General Anual (PGA), les différents programmes didactiques font allusion à tous. Cependant, ces mesures restent parfois lettre morte et n'atteignent pas leur destination naturelle, c'est-à-dire les élèves de nos écoles. Parfois, les déclarations sont trop générales : "le Centre articulera les mesures nécessaires pour...", d'autres fois, elles ne sont pas assez détaillées : "quoi, comment, où, qui et quand elles seront mises en œuvre.

 

Après 33 ans d'expérience en tant qu'enseignant, en passant par plusieurs écoles secondaires de Madrid, j'ai pu constater que, dans les écoles, même si elles n'ont pas toutes la même intensité, il y a une diversité d'élèves. L'éventail des profils est large. D'une part, il y a ceux qui, quoi qu'il arrive, atteindront les objectifs et profiteront de l'enseignement secondaire obligatoire et du baccalauréat. Nous les apprécions, mais notre travail d'enseignement doit mettre l'accent sur d'autres types d'étudiants qui connaissent des difficultés de toutes sortes : familles dysfonctionnelles, difficultés économiques, enfants des rues, victimes d'abus, toxicomanies, maltraitance, gangs urbains, immigrants (j'en ai connu qui étaient venus en Espagne en bateau).

 

Lorsqu'une école accueille des élèves aussi divers, il est nécessaire, par nécessité et par conviction, de se mettre pleinement au travail sur les deux chevaux de bataille d'un centre éducatif : la coexistence et l'échec scolaire.

L'école est un lieu de rencontre et de relation entre des personnes diverses et donc, un espace où le conflit est un processus naturel. Le cacher ou l'ignorer n'est pas une réponse éducative. Il est nécessaire d'aborder le conflit de manière dialogique et d'en tirer des enseignements, en le considérant comme une occasion d'accepter la diversité et de comprendre les raisons et les expériences de l'autre.

 

Au cours de mes dernières années d'enseignement, j'ai eu le privilège de participer à l'"Équipe de coexistence et de médiation" d'un IES (Institut d'enseignement secondaire) de Madrid, situé dans le quartier de Vallecas. Cette équipe a été créée avec pour objectif principal de résoudre les conflits par une médiation formelle et d'améliorer ainsi la coexistence. Par la suite, les objectifs et les actions ont été étendus et enrichis, en réponse aux besoins du Centre et suivant les propositions des membres de l'équipe. Je crois que la clé du succès d'équipes comme celle-ci est la participation active des étudiants. 

 

Elle est très pédagogique pour eux car elle leur inculque des notions telles que la responsabilité, l'engagement, l'aide entre égaux et l'habitude de la coopération. Participer à l'établissement des règles du Centre ou de la classe, réfléchir et prendre des décisions sur les conséquences de leur non-respect, intervenir (après la formation) dans la résolution des conflits, et être protagonistes en agissant dans diverses situations (faible estime de soi, malaise, solitude, difficultés scolaires, etc.) contribue sans aucun doute à leur épanouissement et à leur maturité personnelle. Et les résultats sont généralement surprenants pour tout le monde.

 

Je me souviens d'une occasion où un groupe d'étudiants de l'équipe a décidé d'appeler un étudiant. Ils étaient convaincus qu'il faisait souffrir un collègue, qu'il dérangeait systématiquement, alors ils le lui ont fait savoir. Je ne pense pas pouvoir oublier le visage du garçon, qui était entouré par ses pairs qui lui ont transmis de manière exquise - quoi qu'ils aient dit - l'inquiétude qu'ils avaient pour son attitude. Ni la plus grande des menaces, ni aucune autre sanction préventive n'auraient pu être plus efficaces. 

 

Tout cela nécessite l'initiative du corps enseignant et, bien sûr, le soutien et le leadership des équipes de gestion, pour créer dans les centres les structures nécessaires au développement du projet.

Les principaux objectifs doivent être :

 

- Promouvoir un environnement adéquat pour le processus d'enseignement et d'apprentissage.

- Prévenir les conflits et proposer des moyens de les résoudre lorsqu'ils surviennent.

- Promouvoir le dialogue comme une forme habituelle de relation.

- Offrir une vision positive et enrichissante des conflits, gérée de manière dialogique.

- Établir des canaux pour prévenir les brimades.

- Former et maintenir une équipe d'étudiants ayant les compétences et les capacités nécessaires pour aider à résoudre les conflits.

- Offrir une aide aux étudiants qui se trouvent dans une situation personnelle ou sociale défavorable.

- Proposer des mesures constructives lorsqu'il est nécessaire d'appliquer des sanctions.

- Faire en sorte que la diversité culturelle soit vécue comme une valeur qui enrichit la coexistence.

 

Logiquement, chaque école devrait mettre l'accent sur ce qu'elle considère comme le plus nécessaire, en fonction des caractéristiques de ses élèves.

 

Dans mon expérience d'enseignant, je me suis fixé deux lignes directrices que j'ai toujours essayé de suivre : ne jamais perdre espoir et maintenir le désir d'apprendre, tant de mes collègues que des élèves. Nous ne devons pas oublier que l'école est le lieu où les femmes et les hommes de demain vivent ensemble aujourd'hui, et nous devons être conscients de la grande responsabilité que nous avons entre nos mains. Être éducateur est une très grande profession, nous aidons à former, avant tout en tant que personnes, nos élèves, et cela mérite un grand respect qui, bien qu'il ne soit pas toujours reconnu, nous, les enseignants, le savons et nous devons nous en rendre dignes.

En résumé, l'éducation est une tâche d'une grande complexité et responsabilité, mais elle est aussi passionnante et gratifiante. Et je termine par une phrase de Karl Menninger : "Ce qu'est le professeur est plus important que ce qu'il enseigne".

                                                                                   

                                               Lourdes Tabernero Pérez

Enseignant de physique et de chimie (enseignement secondaire) 

Communauté de Madrid. Espagne

Laïc de Claretian

 

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Comments