Trump - Biden. Récupérer, reconstruire, marcher ODD 17 FR

 

Trump - Biden. Récupérer, reconstruire, marcher ODD 17

Miguel Ángel Velasco cmf

Membre de l'équipe clarétaine de l'ONU

Il y a beaucoup à récupérer de ce qui a été laissé derrière nous il y a quatre ans. La disparition du "style Trump" dans la présidence américaine, ouvre de nouvelles voies. De nombreux liens, dialogues et accords à réactiver. Il y a beaucoup à faire, désormais, avec un horizon à l'horizon, avec plus de clarté dans le présent et sans tant de tempêtes inattendues et incertaines. Si quelqu'un pense que les élections aux États-Unis ne concernent et n'impliquent que les membres de cette nation, c'est qu'il n'est pas un habitant de ce monde. America First" a été ressuscité par Trump à partir des, à mon avis, pires histoires et choix de l'Amérique. Ces quatre années ont mis en quarantaine la construction d'un monde plus multilatéral et d'une gouvernance plus globale. Désormais, nous pouvons rattraper le temps perdu, reconstruire les itinéraires prévus et marcher vers un horizon difficile mais plus solidaire.

 

Tout d'abord, apportez ici un critère de réalisme. La Chine veut se positionner comme un acteur politique de premier plan, en utilisant son poids économique comme un levier. Penser que la tension avec les États-Unis ou l'Europe va se terminer est une chimère, mais il faut adoucir le ton. La Chine est déterminée à réaliser le projet "Belt and Road" ; un projet qui cherche à construire un ordre économico-commercial contrôlé par la Chine ; un projet qui va bien au-delà du commercial et implique des décisions diplomatiques et militaires.

 

L'Union européenne est déterminée à poursuivre son projet de construction européenne, en cherchant également une place pertinente dans le concert mondial.  Le projet de l'Union européenne avance lentement, mais il prend des mesures importantes. L'Europe exerce une influence sur le monde par le biais de ce que l'on appelle la "soft influence", c'est-à-dire par ses lois commerciales (normes) et son aide au développement. Nous aurions tort de penser que leur influence est faible, bien que leur pertinence puisse être beaucoup plus grande à l'avenir. Un exemple en est le "European Green Deal", un pacte basé sur des options de transformation du modèle social, environnemental et industriel ; ses conséquences sont directes dans les pays européens et indirectes pour tous ceux qui veulent faire des affaires ou passer des accords avec l'UE.

 

Nous ne devons pas oublier les efforts de la Russie pour récupérer une partie de l'influence de l'Union soviétique dans le monde. La Russie aussi a sa propre façon de se concevoir en tant que nation et d'agir au niveau international. La perte de potentiel économique et de territoire pousse la Russie à promouvoir des problèmes ou des conflits de "faible intensité" en Asie centrale et au Moyen-Orient. En ces temps de précarité économique, elle ne peut pas atteindre plus d'influence dans le monde, sauf par les voies offertes par l'Internet.


Quatre acteurs principaux, il faut être réaliste, qui doivent décider de mettre de l'ordre dans le désordre mondial. Et le reste du monde ? Où est le rôle de l'Amérique ibérique, du monde arabe, de l'Afrique subsaharienne, de l'Inde et de tant d'autres régions du monde ? Il semble que le COVID-19 ait divisé le monde, faisant disparaître des nations entières de notre conscience. Nous devons revenir à la voie suivie avant la COVID-19, mais cela était impossible sans que l'acteur principal, plus ou moins, ne change d'attitude vis-à-vis du reste du monde. Cela s'est heureusement produit. Ce ne sera pas un changement absolument radical, mais au moins le dialogue peut être rouvert.

 

Nous sommes encore au 75ème anniversaire de la fondation des Nations Unies. Depuis des années, on parle de la nécessité de réformer les Nations unies dans le fonctionnement du Conseil de sécurité, de l'Assemblée générale, du Conseil économique et social et de l'intégration des agences du système onusien. Compte tenu du fait que l'ONU est une organisation de pays souverains, sans l'attitude positive d'un des pays les plus pertinents, voire le plus pertinent, il était impossible d'entreprendre la réforme. Il était absolument impossible d'entreprendre une réforme vers une gouvernance mondiale multilatérale centrée sur les Nations unies avec les États-Unis, en réduisant leurs contributions monétaires, en abandonnant les négociations, en refusant de conclure des accords et en accusant le système des Nations unies d'être partisan. Une nouvelle époque s'ouvre dans laquelle TOUS les acteurs, majeurs et mineurs, peuvent travailler.

 

Le changement climatique est pire que COVID-19. Souvenez-vous quand on nous a dit, et que nous avons cru parce que nous nous en souciions, que COVID-19 n'était guère plus qu'une grippe. Eh bien, le changement climatique est avec nous et a une relation particulièrement importante avec l'énergie avec les révolutions industrielles. Le problème n'est pas seulement l'augmentation de la température de la planète, qui provoque des inondations, des sécheresses, l'élévation du niveau des mers, la famine et les migrations. Tout cela est la conséquence d'un passé auquel nous avons encore le temps de remédier. Le problème auquel nous devons faire face aujourd'hui est d'obtenir l'énergie que nous utilisons non pas à partir de combustibles fossiles mais à partir d'énergie verte. Sans ce changement, il n'y a rien à faire. La difficulté pour y parvenir est apparue clairement lors de la conférence sur le climat COP-25 au Chili et à Madrid : les pays et de nombreuses compagnies énergétiques ont intérêt à continuer d'extraire du pétrole, du gaz et du charbon. La Russie souhaite continuer à extraire des combustibles fossiles car c'est l'une de ses deux principales sources de devises étrangères. La Russie et la Chine ne se soucient pas de l'augmentation de la température de la planète, car elles obtiennent ainsi un océan Arctique plus libre de glace et libèrent pour elles une importante route commerciale maritime. En outre, les États-Unis, le plus grand consommateur d'énergie au monde, sont en dehors de l'accord de Paris, un accord dans lequel il a été décidé d'élaborer des plans énergétiques pays par pays pour stopper l'augmentation de la température mondiale. Biden a promis de revenir à l'accord.

 

Les conséquences pour la mise en œuvre de l'Agenda 2030 des objectifs de développement durable sont évidentes. Nous le laisserons pour un autre billet de blog.

 

Comme nous pouvons le constater, l'élection de l'un ou l'autre président des États-Unis d'Amérique a une influence décisive sur le reste du monde, aujourd'hui et demain. Il ne peut en être autrement, alors que nous sommes dans un monde construit par les États-Unis. Un monde qui a besoin d'un autre type d'organisation. Pour cela, nous avons besoin d'une transition vers une gouvernance et un leadership multilatéraux. Cette impulsion devrait venir de l'ONU, mais avec les États-Unis convaincus. Sans la décision du gouvernement américain de rechercher, dès le début avec d'autres, ces nouvelles voies, il n'y avait presque aucune possibilité de quoi que ce soit. C'est peut-être possible maintenant.

 

Miguel Angel Velasco cmf

Membre de l'équipe clarétaine de l'ONU

 

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Comments