Les immigrés dans le COVID19 : l'un des incontournables.. Espagne. ODD 10-11 FR

 

Les immigrés dans le COVID19 : l'un des incontournables.. Espagne.

 Les conditions de vie des immigrés et la pandémie

 

Dr. Juan José López Jiménez

Agent de Caritas et Gestalt Art Therapist, 

Géographe, gérontologue et chercheur social 

Juanjo est membre des communautés chrétiennes du cmf

 

Comme pour toute catastrophe naturelle, les plus vulnérables sont les plus touchés. Nous ne sommes pas tous pareils. Le SRAS-COV-2 ne nous affecte pas tous de la même manière. Nous ne sommes pas dans la même situation de risque en raison de nos possibilités socio-économiques - ce n'est pas la même chose d'utiliser les transports publics que la voiture particulière, et ce n'est pas la même chose de vivre dans une maison individuelle avec un jardin, que de vivre dans un appartement surpeuplé avec plusieurs familles. Nous n'avons pas non plus tous le même accès aux moyens de nous protéger et de nous soigner.

 

À Madrid, nous vivons un épisode de confinement des quartiers marqués par leur "mode de vie" qui ont déployé un discours toxique. Je crois que nous devons parler des CONDITIONS DE VIE et prendre conscience que l'inégalité et la distance sociale sont une voie tracée il y a des décennies qui a même réduit le droit de s'occuper des personnes dans notre pays.

 

The harshest words used by Pope Francis on refugees and migrants

 

Un récent rapport de la Fondation FOESSA dresse une nouvelle fois le portrait des exclus et des pauvres, caractérisés par des revenus faibles ou nuls, des emplois informels, peu qualifiés et très précaires ou sans travail, des problèmes de logement d'urgence qui entraînent une plus grande surpopulation, l'absence d'accès à la communauté virtuelle (fracture numérique) - qui rend difficile l'égalité des chances dans l'éducation -, des conflits familiaux fréquents, des problèmes de santé physique et mentale ou des handicaps. 

 

Les conséquences de la pandémie accentuent la détérioration des familles exclues et appauvries avec une plus grande réduction de leurs revenus et l'augmentation des personnes en situation de grande pauvreté ; il y a une perte massive d'emplois (même dans l'économie souterraine). De nombreuses difficultés apparaissent lorsqu'il s'agit de concilier emploi et soins aux enfants et aux personnes âgées.  De plus, l'enfermement aggrave un état psycho-émotionnel et physique déjà affecté par ces conditions de vie. L'anxiété et les conflits augmentent, tandis que l'inquiétude face à un avenir incertain et la peur gagnent du terrain.

 

La pandémie nous a conduits à l'incertitude et à souligner la nécessité de prendre soin de la fragilité. La compassion et les soins sont plus que jamais indispensables. Certains sont en sécurité, d'autres sont en danger, et il existe un groupe de personnes déracinées que ni la famille ni l'environnement immédiat ne peuvent même accompagner.

 

Nous allons nous concentrer sur l'un des groupes les plus exclus et les plus pauvres de notre société, la population immigrée. Il s'agit souvent de personnes ayant un emploi informel ou faisant partie de l'économie souterraine (travailleurs saisonniers, travailleurs domestiques, personnes s'occupant de personnes âgées ou handicapées, vendeurs de rue,...). Je me demande... qui sont les travailleurs essentiels ? La négligence de nos frères et sœurs dans cette culture du rejet, nous fait prendre conscience qu'ils ne sont pas de simples "services". Nous considérons comme acquis beaucoup de choses qui sont couvertes grâce à leur travail et à leur dévouement. Pour ce groupe, la paralysie de l'économie signifie l'absence totale de revenus et l'absence maximale de protection puisque, en raison de la nature de leur activité, ils n'ont pas accès à un grand nombre des aides que l'État providence peut fournir. 

 

De plus, certains d'entre eux sont parfois en situation administrative irrégulière. L'augmentation de l'irrégularité dans la population immigrée desservie par les Cáritas a augmenté de 10 points de pourcentage, passant de 23,2 % en 2008 à 34,2 % en 2019. Cette augmentation est due en grande partie à la "survenue d'irrégularités" de nombreuses personnes qui ont vu leur parcours d'intégration interrompu par des permis de travail et de séjour de plus en plus non viables. Ainsi, les immigrants en situation irrégulière vivent mal, dans des économies submergées avec un intérêt traître pour le bien commun - puisqu'il exproprie la contribution et la réglementation des droits du travail. Ils vivent sans droit aux prestations sociales, et avec la crainte d'être expulsés.

 

L'Odyssée d'Akhtar

 

Avec la pandémie, les conditions de vie des immigrés se sont dégradées à quatre reprises :


1.         l'interruption des procédures administratives : renouvellement des permis de travail et de séjour, difficultés liées aux permis de travail -irrégularité-, protection internationale. 

2. l'augmentation du nombre de migrants qui exigent la couverture des besoins de base : nourriture et paiement des fournitures et du loyer.

3.         L'augmentation de la surpopulation et des logements précaires. La situation des colonies dans les zones agricoles temporaires s'aggrave : logements insalubres, hygiène et assainissement.

4.         L'incidence du fossé numérique et éducatif, chez les mineurs qui apprennent la langue.

 

Il est important de prendre du recul et d'essayer de voir l'incidence de l'immigration dans notre monde occidental. Un arraigo sobre el alambre est une étude récente de Cáritas en collaboration avec l'Université de Comillas, qui répond avec rigueur scientifique et avec une vision intégrale de la cohésion sociale, à la réalité d'un avenir commun. 


En écartant certains préjugés ou déclarations, l'étude souligne avec fondement que la population d'origine immigrée (POI) est enracinée parce qu'elle reste majoritairement en Espagne (elle ne part pas avec les crises). Elle se développe en période d'expansion économique et ralentit son afflux et s'adapte, en temps de crise et de récession. Le POI est enraciné dans le territoire, comme le montrent ses processus d'installation des familles, son "rapport" avec la population espagnole - relations et contacts intenses et étendus - et sa maîtrise élevée et généralisée de la langue espagnole. Il s'agit d'une population jeune, avec une moyenne d'âge de 36 ans - contre 44 ans pour la population espagnole. Ainsi, son impact sur le système de santé et de sécurité sociale offre un bilan plus positif en termes de contribution, et moins négatif en termes de consommation de dépenses sociales, par rapport à la population espagnole. Leur niveau d'éducation est similaire à celui de la population espagnole.


Cependant, la structure, les mesures et les procédures de notre société font qu'elles sont ancrées dans les conditions de vie dans lesquelles nous les accueillons et les soutenons, ce qui génère une distance sociale. Les immigrés sont surreprésentés au bas de l'échelle professionnelle : gardiens, ouvriers, serveurs, aides de cuisine, ... Leur mobilité ascendante sur l'échelle sociale est réduite et limitée. Leur statut professionnel est très précaire, car ils ont été expulsés de la norme sociale fondamentale et essentielle de l'emploi dans nos sociétés. L'incidence élevée de l'informalité, la forte incidence du chômage (60%), la majorité des travailleurs temporaires (44%, contre 22% de la population espagnole), les salaires bas et irréguliers, les faibles revenus et l'incidence élevée de la pauvreté (plus du double de celle des Espagnols) sont autant de facteurs qui se manifestent dans la population immigrée.

 

Sa contribution en tant qu'axe fondamental du développement économique et social du pays a été prouvée -sans reproche-, puisqu'elle nous permet d'être rentables et compétitifs sur les nouveaux marchés mondialisés dans un modèle de croissance intensive basé sur des secteurs à faible productivité, en développant les tâches domestiques et de soins essentiels dans une société vieillissante, et son taux élevé d'activité et de jeunesse soutient et équilibre notre État providence, en particulier le système de retraite. Nous insistons sur le fait qu'ils contribuent beaucoup plus qu'ils ne consomment. Il est important d'être conscient du phénomène structurel de l'immigration qui traverse notre économie, notre bien-être social, notre évolution démographique, notre coexistence quotidienne, ... et de placer à partir de là les actions politiques, dans la justice.

 

The Crisis for Syrian Migrants

 

Bien que le modèle qu'ils suivent soit celui de l'intégration socioculturelle mixte ou de l'interculturalité, réunissant les deux traditions - celle de leur pays d'origine et celle de l'Espagne - ils sont résistants à la tendance à la ségrégation que nous voyons émerger en ces temps.  La propagation de la pandémie a été "ethnifiée" - tout comme d'autres conflits sociaux. C'est-à-dire, l'augmentation de la contagion, certains l'expliquent par la présence des immigrants, de leurs "modes de vie", et non par l'action de décennies de politiques sociales et économiques de ségrégation dans la ville qui ont consolidé l'inégalité sociale sur le territoire et certaines conditions de vie à plus haut risque.

 

La diversité ethnique et sociale constitue une donnée consubstantielle de notre réalité. Les immigrés sont parmi nous, solidement enracinés et établis, malgré les pierres que nous avons posées et continuons à poser sur leur chemin (recensement, permis de séjour et de travail, regroupement familial,...). Ils nous appellent à un NOUS NOUVEAU, plus diversifié et multiple qui les inclut, mais ils sont menacés par la précarité croissante et la persistance des préjugés ethniques envers l'autre, l'immigré. 

 

Mentionnez que le réseau de l'Église Migrants avec droits : hospitalité + dignité, a récemment proposé différentes façons de se joindre au mouvement de solidarité et d'accueil intégral des immigrants.

Enfin, je ne peux m'empêcher de considérer que nous sommes confrontés à un problème mondial, au pouvoir perturbateur, qui a besoin de réponses et d'une gouvernance multilatérale où le centre est l'homme - et non l'économie - la vie humaine - et non l'idéologie politique - et l'amélioration de conditions de vie dignes pour le bien-être et le bien commun de tous.

 

Dr. Juan José López Jiménez

Agent de Caritas et Gestalt Art Therapist, 

Géographe, gérontologue et chercheur social  



Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Comments