De la base: avec et pour le Tayal. Taiwan. ODD10. FR

 

Marcher avec et pour le Tayal

 

Arturo Morales cmf

Prêtre missionnaire clarétain

            

Les missionnaires clarétains servent à Taiwan depuis plus de 25 ans et l'une de nos options a été le service aux aborigènes, en particulier les Amis qui sont concentrés en grand nombre à Taipei. Il y a presque 4 ans, l'archevêque de Taipei nous a demandé de reprendre le service de la paroisse et du sanctuaire de Notre-Dame de Fatima à Wulai, car il s'agit d'une zone autochtone.

 

            Il a été difficile et enrichissant d'assumer cet engagement, principalement parce que nous avions l'habitude de rendre service aux aborigènes qui venaient à Taipei d'autres régions de Taïwan, tandis que Wulai est la terre des Tayal, une tribu qui diffère en presque tout des Amis : les Amis sont des pêcheurs et des agriculteurs, vivant dans des régions plus plates et au bord de la mer, tandis que les Tayal sont des chasseurs et vivent dans les montagnes.



Wulai est composé de 5 villages Tayal, le principal étant Wulai. Là et à Fushan, il y a une certaine présence catholique. Fushan est le village le plus à l'intérieur des terres de la région et est difficile à atteindre.

 

            Le nom de la zone Wulai, est un mot Tayal que l'on peut traduire par "eaux thermales", en fait, il y a eu un développement économique et touristique basé sur les eaux thermales, étant les propriétaires, les Taiwanais et les gens locaux qui travaillent pour eux.

 

            La paroisse a une histoire de plus de 50 ans, où l'on peut souligner le passage du père Emil Mohr sds. (Molu, son nom est Tayal), un religieux autrichien salvadorien qui, bien qu'ayant quitté les lieux il y a plus de 20 ans, est toujours très aimé et dont on se souvient, surtout par ceux qui l'ont connu.

 

            Quand nous sommes arrivés à la paroisse, nous avons trouvé une petite communauté, mais un groupe de jeunes et de chrétiens prêts à grandir et très ouverts pour essayer de nouvelles choses.

 

            À la demande des paroissiens eux-mêmes, nous avons essayé de former une communauté d'enfants et bientôt nous en avons eu plus de 20 et avec les jeunes nous avons recommencé le camp d'été avec une participation de 30 enfants, coordonné et réalisé par les jeunes.

 

            Nous avons commencé des ateliers en langue Tayal et, peu à peu, leur dialecte a été intégré à nos célébrations. Actuellement, une partie de la messe est dans leur dialecte ainsi que presque toutes les chansons. Il s'agit d'un reflux culturel.

 


            Mais ce n'est pas tout, il y avait un grand désir de grandir et de servir non seulement à l'intérieur mais aussi à l'extérieur, vers la communauté.

 

            À Wulai, la paroisse a donné de l'espace pour une branche de l'hôpital catholique Cardinal Tien, où il y a une thérapie de réhabilitation et où un médecin se rend trois jours par semaine. L'hôpital nous a demandé de travailler avec eux et nous avons donc ouvert un espace dans la paroisse pour les personnes âgées ayant certains problèmes de santé (notamment avec l'A.V.E.). Un de nos paroissiens en est responsable et s'occupe d'eux du lundi au vendredi de 9h à 15h où ils reçoivent le déjeuner, service qui est maintenu jusqu'à présent.

 

            Fushan était plus difficile : loin du centre et avec beaucoup moins de ressources économiques et humaines, nous voulions aussi faire quelque chose pour la communauté, surtout là où le chemin de la drogue, de l'alcool et de la violence est très facile.

 

            Nous nous sommes concentrés sur les enfants avec l'intention de mieux les préparer pour l'avenir. Il y a une école de base où vont environ 15 enfants (il y a plus de 20 professeurs). Après les cours, nous les invitons donc à la chapelle pour les aider à faire leurs devoirs et pour leur donner du renforcement. Nous avons commencé avec quelques-uns d'entre eux et grâce à Dieu, c'est un service que nous rendons maintenant, pratiquement à tous. Nous adaptons la chapelle pour recevoir les enfants et leur donner à manger ; ils font aussi des activités culturelles typiques de la tribu et apprennent des chants, des danses, etc.

 

 

            Cela nous a permis d'accroître les liens avec la communauté éducative et le directeur de l'école nous a offert ses services pour réaliser ce service, ce qui a rendu le service que nous offrons beaucoup plus facile et meilleur. Nous avons reçu beaucoup d'aide de la part d'innombrables personnes et groupes qui veulent nous soutenir dans ce service, de sorte que nous n'avons jamais manqué de nourriture et/ou de matériel.

 

            Nous devons en remercier beaucoup, mais fondamentalement, je voudrais remercier tous les paroissiens qui ont partagé cette vision de l'Église et se sont lancés dans le service en suivant le commandement du Christ : vouloir servir les autres afin de Le rencontrer.


Arturo Morales cmf

Prêtre missionnaire clarétain

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Comments