La paix et la réconciliation. Martyrs cmf Barbastro SDD16 FR

 

Chocó. Colombia: demander la présence de l'ONU

 Promouvoir la paix et la réconciliation

Apprendre des Martyrs clarétains de Barbastro

 

Miguel Ángel Velasco cmf

Appartient à la cmfUNteam

Espagne, 1936. Le conflit interne inachevé qui a débuté au début du XIXe siècle a présenté un nouvel épisode. Cette fois-ci, ce fut la plus tragique de toutes celles vécues jusqu'alors : la guerre civile espagnole. Au milieu de la confrontation des "deux Espagnes", beaucoup, la plupart d'entre elles, seraient accablées par le conflit. Nombreux sont ceux qui, avec leur vie, rendraient présent le besoin d'écoute, de compréhension et de pardon afin d'embrasser la Paix. L'histoire des Martyrs clarétains de Barbastro est l'un des nombreux récits tragiques de ce conflit ; à partir de là, nous pouvons apprendre à comprendre ce que nous, les Missionnaires clarétains, sommes appelés à être dans le monde. Et ce, en toute indépendance du signe politique auquel nous adhérons.

L'histoire des 51 martyrs clarétains de Barbastro est l'histoire d'un séminaire qui a été accablé par l'absurdité de la guerre. Les jeunes séminaristes du groupe, après leur séjour dans la maison de formation clarétaine de Solsona, avaient une connaissance adéquate de la situation politique et sociale de l'Espagne à cette époque. Néanmoins, pour ce groupe de jeunes, leur pensée était d'aller annoncer l'Evangile dans d'autres pays, en particulier en Chine. La guerre civile ne les a pas pris par surprise ; bien que leurs esprits et leurs cœurs soient fixés sur des lieux éloignés, ils étaient conscients de ce qui se passait dans la ville de Barbastro. Pendant leur longue captivité, au milieu d'un environnement hostile et violent, leurs paroles et leurs gestes ont toujours été empreints d'écoute, de respect et de pardon envers leurs ravisseurs. Tout nous rappelle la fin de la vie de Jésus, enveloppé dans des problèmes politiques et de pouvoir, dont il ne faisait pas partie. Non seulement la Justice doit être représentée comme une femme aux yeux bandés, mais la guerre et l'excès de pouvoir ont aussi leurs yeux couverts de sorte que, dans de nombreux cas, ils tuent sans distinction !

Mártires Barbastro. Un Dios Prohibido. Fragmento

Parmi les nombreux témoignages écrits qu'ils ont laissés sur le lieu de leur longue captivité, il faut citer la lettre d'adieu à la Congrégation écrite par Faustino Perez ; écrite au cœur d'une tragédie vécue dans la foi. Je suis en train d'en transcrire quelques paragraphes :

 Chère Congrégation:

Avant-hier, le 11, six de nos frères sont morts avec la générosité avec laquelle meurent les martyrs ; aujourd'hui, le 13, le 20 ont atteint la palme de la victoire, et demain, le 14, nous espérons mourir le 21. Gloire à Dieu ! Gloire à Dieu ! Et comme vos enfants se montrent nobles et héroïques, chère Congrégation ! Nous passons la journée à nous encourager pour le martyre et à prier pour nos ennemis et pour notre cher Institut ; quand vient le moment de désigner les victimes, il y a en chacun de nous une sainte sérénité et un désir d'entendre le nom afin d'avancer et de nous mettre dans les rangs des élus ; nous attendons le moment avec une impatience généreuse, et quand il est arrivé, nous avons vu certains embrasser les cordes auxquelles ils étaient attachés, et d'autres adresser des mots de pardon à la foule armée ; quand ils vont dans le camion au cimetière, nous les entendons crier Vive le Christ Roi ! /.../ Au revoir, chère Congrégation ! Vos enfants, martyrs de Barbastro, vous saluent depuis la prison et vous offrent leur douloureuse angoisse dans un holocauste d'expiation pour nos manquements et en témoignage de notre amour fidèle, généreux et perpétuel. Les martyrs de demain, 14 ans, se souviennent qu'ils meurent à la veille de l'Assomption ; et quelle mémoire ! On meurt pour porter la soutane et on meurt le jour même où elle nous a été imposée.

Les martyrs de Barbastro, et au nom de tous, le dernier et le plus indigne, Faustino Pérez, cmf.

Querida Congregación. Carta Faustino Pérez cmf

Les 51 clarétains du séminaire de Barbastro sont une représentation, un symbole vivant, des millions de victimes innocentes des conflits et des guerres sans fin de notre monde. Ils menaient une vie étrangère aux conflits ; pensant se préparer à aller sur d'autres terres et à apporter la Vie, et non la mort, à d'autres personnes. Combien de familles, de travailleurs, d'enfants, de femmes et de peuples entiers, menant une existence pacifique, ont été accablés par la guerre et la destruction générées par d'autres êtres humains !

Les 51 clarétains, martyrs de Barbastro, sont morts comme ils avaient vécu. La Bonne Nouvelle de l'Evangile de la paix, de la réconciliation et du pardon les habitait. La violence de l'environnement n'a pas pu produire dans leur cœur des attitudes violentes. Au contraire, un sentiment de fraternité s'est créé entre eux ; cela leur a donné la force de comprendre la situation et de discerner le comportement le plus approprié dans ces circonstances. Pour ceux d'entre nous qui sont croyants, il ne fait aucun doute que l'Esprit de Jésus-Christ était avec eux à tout moment. Par conséquent, leur attitude était empreinte de respect, de pardon et d'amour pour les personnes qui allaient les tuer. Ils ont vécu la même expérience que Jésus : "Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font". Ils ne se sont pas tus, ils n'ont pas fait taire leur foi ou leurs convictions, mais ils ont semé la paix et le pardon, tout cela dans un monde violent et mortel. Dans combien d'endroits du monde, dans le passé et dans le présent, sommes-nous, chrétiens et non-chrétiens, appelés à nous battre pour un monde différent avec ces mêmes armes ? Les nouvelles sur ces "martyrs de la paix" ne sont pas diffusées, dans les médias ; mais il y a tant d'endroits où les gens donnent leur vie pour défendre les droits des plus vulnérables !

 Les Martyrs de Barbastro, en tant que représentants de beaucoup d'autres, nous appellent, nous les Missionnaires Claretains, à être des ACTEURS déterminés de la Paix et de la Réconciliation dans notre monde. En fait, il existe de nombreux endroits où les missionnaires clarétains donnent leur vie pour créer les conditions de paix et de réconciliation présentes dans les objectifs des droits de l'homme et du développement durable. Pour ne citer que quelques-uns de ces lieux : Philippines-Basilan, Mexique-Ciudad Juárez, Cameroun-Bamenda, Inde-Arunashal Pradesh, Kenya-Isiolo, Colombie-Atrato, et bien d'autres encore.

Basilan. Filipinas. 2010

 Le document conclusif du XXVème Chapitre Général des Missionnaires Claretains, "Témoins-Messagers de la joie de l'Evangile", rassemble les six traits de l'identité clarétaine. L'un d'eux est "Envoyé pour évangéliser et écouter les pauvres", en prenant comme texte de référence le Magnificat de Marie : "Parce qu'il a remarqué l'humiliation de son serviteur Il fait descendre les puissants de leurs trônes et il fait monter les humbles de leurs trônes" (Lc.1:48. 52). Les Martyrs de Barbastro rendent le contenu de ce reportage encore plus concret. Nous, les missionnaires clarétains, devons être des CONSTRUCTEURS DE PAIX ET DE RÉCONCILIATION, dans un monde violent où les plus vulnérables sont ceux qui souffrent le plus. La paix et la réconciliation est une priorité pour l'équipe clarétaine aux Nations Unies. Peut-être devrions-nous mettre les Martyrs de Barbastro comme parrains de l'équipe.

Miguel Ángel Velasco cmf

cmfUNteam

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Comments