Sur le terrain: Vecteurs du project SDD16. Northeast India FR



Les catalyseurs de la paix et de la réconciliation

 

Les vecteurs du projet

 

P. Benoy Thekkemoolamundayil CMF et P. Pelse Onelil CMF

 

Promouvoir et célébrer les cultures : Le manque de connaissance des cultures conduit à des conflits. L'affirmation culturelle d'une personne entraîne la suppression d'autres cultures.  Plutôt que de s'empêtrer dans une culture dominante et soumise comme un agent unificateur, nous servons à enrichir les cultures en les célébrant.  Un trait culturel n'est pas une menace pour un autre, mais plutôt un compliment.   Dans nos établissements d'enseignement, nos paroisses et nos maisons de formation, nous organisons des célébrations de journées ethniques, célébrant la variété riche et colorée des cultures des différentes tribus. S'aventurer dans la recherche sur les pratiques culturelles de divers groupes ethniques, proposer des sujets, des cours et du matériel d'étude sur les cultures, présenter des travaux sur l'anthropologie et les cultures dans des revues (par exemple, InterViews du Collège St Claret, Ziro, Arunachal Pradesh), célébrer des journées ethniques dans nos divers centres d'apprentissage), des prières et des cultes inculturés, etc.  

 

L'éducation, clé de la paix et de la réconciliation

 

L'objectif 4 des SDG, dit : "Assurer une éducation de qualité, inclusive et équitable et promouvoir les possibilités d'apprentissage tout au long de la vie pour tous". L'éducation est inévitable pour la réalisation d'une société pacifique et juste, dotée d'institutions fortes, inclusives et efficaces. L'éducation à tous les niveaux peut jouer un rôle majeur en créant un environnement où les enfants comprennent, apprennent et défendent des valeurs comme la paix et la non-violence.  Le Centre pour la justice sociale (CSJ), en collaboration avec la Calorx Teacher's University, qui a organisé un atelier d'une journée sur "L'éducation pour l'objectif 16" à Ahmadabad, en Inde, a tenté d'examiner l'éducation à travers le prisme des SDG pour amener des réformes dans le domaine de l'éducation.  Les écoles inclusives, l'éducation aux droits de l'homme, les systèmes d'éducation alternatifs, la promotion de la sensibilisation à la diversité culturelle, le développement des compétences et les centres de formation favorisent une vie commune pacifique et de qualité. 

 

Il est nécessaire de critiquer les programmes d'études sous l'angle des SDG. La promotion de la réconciliation, de la paix et des droits de l'homme devrait devenir le contenu et l'objectif de l'éducation à tous les niveaux et dans toutes les couches de la société.  Des représentations positives de la diversité culturelle mondiale produiront des citoyens qui seront éduqués, respectueux et tolérants.

 

Selon les dernières statistiques des Claretains du nord-est de l'Inde, nous gérons 49 écoles et un collège qui répondent aux besoins éducatifs de près de 29 000 étudiants, du niveau pré-primaire au niveau universitaire.  Chacun de ces établissements, sans aucune exception, offre un enseignement de qualité aux étudiants d'origines multiethniques et linguistiques diverses.  Ici, l'éducation promeut et célèbre la diversité.  Venant de divers milieux ethniques et ayant beaucoup de souvenirs douloureux d'affrontements ethniques, ces élèves trouvent que leur vie scolaire est un "regard vers la même direction", une direction de paix et de réconciliation avec une compréhension plus large des cultures mondiales.  Ces étudiants sont mieux équipés pour être des agents participatifs et collaboratifs de développement et de coexistence pacifique appréciant les cultures.

 


Le processus de transformation des conflits et de consolidation de la paix

 

Selon les propagateurs de la théorie de la transformation des conflits comme John Paul Lederach, la transformation des conflits identifie et traite les causes profondes des conflits de manière non violente et créative en établissant des relations qui engagent toutes les parties concernées, afin de trouver une solution durable au problème. C'est en effet un long voyage avec les acteurs du conflit pour s'accepter et s'accommoder les uns les autres en vue d'une coexistence pacifique. Avec les changements structurels, la transformation du conflit envisage une guérison spirituelle, ce qui est unique dans le processus de construction de la paix. La transformation des conflits joue un rôle majeur dans les conflits ethniques pour trouver une solution durable au problème. En tant qu'agents de la transformation des conflits, nous identifions les "mesures à prendre" suivantes dans notre tentative d'instaurer la paix et la réconciliation dans le nord-est de l'Inde.

 

Les missionnaires sont mieux à même d'atteindre les personnes appartenant à différents groupes ethniques car nous nous adressons à l'ensemble de la communauté. Dans un endroit comme la mission de Kachugaon, dans l'État d'Assam, où un certain nombre de conflits ont eu lieu sur une base ethnique pendant une certaine période, nous avons réussi à atteindre diverses communautés en initiant un dialogue, en fournissant des programmes de sensibilisation et en encourageant les célébrations communes comme le Nouvel An et Noël. Nous avons aidé les enfants de diverses communautés à s'instruire dans notre école. En visitant les familles des différents groupes ethniques, nous nous assurons qu'elles sont respectées et acceptées. Nous avons également demandé l'aide des agences gouvernementales pour apporter le soutien financier nécessaire aux victimes de la violence. 

 

En dehors de cela, nous essayons également d'offrir des possibilités d'emploi aux personnes avec l'aide d'autres organismes non gouvernementaux. Les groupes d'entraide que nous avons introduits dans beaucoup de nos missions, en particulier dans l'État de Meghalaya, permettent aux gens de se tenir sur leurs jambes. 

 

Nous devons donner aux institutions traditionnelles les moyens de faire respecter les valeurs et les coutumes traditionnelles du peuple sans diluer les politiques nationales. Il est impératif que nous élevions notre voix contre toute sorte d'abus, d'exploitation et d'injustice envers quiconque dans notre voisinage. Nous pouvons être des canaux de paix si seulement nous comprenons les causes profondes des conflits et si nous les traitons en impliquant les acteurs du conflit. Nous devons faire en sorte que les gens aient l'assurance que leur voix est entendue et qu'ils sont appréciés. Sur fond de conflits ethniques et de violence dans le nord-est de l'Inde, nous avons proposé, lors de différents forums de la Congrégation, de créer un Centre pour la paix afin d'offrir des études sur la paix et les méthodes gandhiennes et de développer ainsi un réservoir d'expertise dans la prévention des conflits ethniques, la mise autour de la table des négociations des parties belligérantes et la guérison des blessures des conflits et des déplacements ethniques par des programmes et des activités systématiques.  Nous avons besoin de facilitateurs, d'animateurs et d'interlocuteurs crédibles pour amener la paix et la réconciliation. 

 

Conclusion

 

Il y a beaucoup à faire pour parvenir à une paix positive dans la région. Les missionnaires doivent faire preuve de beaucoup plus de collaboration et d'efforts pour atteindre les objectifs de développement durable. Des institutions responsables et inclusives devraient être mises en place pour garantir un processus décisionnel participatif et des politiques publiques réactives. Il est également impératif que nous fournissions une identité légale à tous, y compris l'enregistrement des naissances, afin que les gens se sentent reconnus et acceptés. Nous pouvons toujours regarder vers l'avenir avec l'espoir et la confiance dans le Seigneur que nos efforts et les efforts de tant de bonnes personnes trouveront le fruit souhaité. 

 

P. Benoy Thekkemoolamundayil CMF et P. Pelse Onelil CMF



Comments